Publisud

  • Pour comprendre le droit et mieux l'évaluer, le Doyen Jean Cartonnier professait qu'il fallait en nourrir l'étude par celle de l'histoire, de la philosophie, de la psychologie, de la sociologie et des religions.
    Ce sont ces disciplines qui lui donnent vie et le présent ouvrage en porte la marque. Pour enseigner le droit, il faut le sortir de l'aridité des codes et le rendre attractif. A cette fin, l'humour est une arme irremplaçable. Les étudiants y sont très sensibles. Le mariage de l'humour et du droit n'est donc pas un couple contre nature. Si le droit est le théâtre de la vie, il faut - comme l'écrivait Jules Renard - prendre la vie, comme le droit, au sérieux burlesque.

  • Honorer en la personne d'Ahmed Mahiou un grand juriste dont les travaux sur le droit international et sur l'État de droit font autorité ne doit pas faire oublier sa participation active au débat juridique maghrébin, par ses écrits et par son engagement d'enseignant, de doyen et de chercheur en Algérie.
    Les artisans de ces Mélanges ont choisi de privilégier cette dimension des préoccupations de recherche d'Ahmed Mahiou, qu'il a su partager, hier comme aujourd'hui, avec de nombreux autres collègues des deux côtés de la Méditerranée. Les vingt-cinq contributions réunies ici livrent un tableau largement représentatif de l'évolution des questions de recherche juridique au Maghreb depuis les indépendances et des tensions et enjeux qui travaillent aujourd'hui le champ juridique maghrébin.
    Elles se distribuent en deux grandes parties, consacrées respectivement aux chantiers juridiques de la décolonisation et aux problèmes actuels de mise en oeuvre de l'Etat de droit dans les pays du Maghreb.

empty