Grasset Et Fasquelle

  • Gisèle Halimi : Soixante-dix ans de combats, d'engagement au service de la justice et de la cause des femmes. Et la volonté, aujourd'hui, de transmettre ce qui a construit cet activisme indéfectible, afin de dire aux nouvelles générations que l'injustice demeure, qu'elle est plus que jamais intolérable. Gisèle Halimi revient avec son amie, Annick Cojean, qui partage ses convictions féministes, sur certains épisodes marquants de son parcours rebelle pour retracer ce qui a fait un destin. Sans se poser en modèle, l'avocate qui a toujours défendu son autonomie, enjoint aux femmes de ne pas baisser la garde, de rester solidaires et vigilantes, et les invite à prendre le relai dans le combat essentiel pour l'égalité à l'heure où, malgré les mouvements de fond qui bouleversent la société, la cause des femmes reste infiniment fragile.
    Depuis l'enfance, la vie de Gisèle Halimi est une fascinante illustration de sa révolte de « fille ». Farouchement déterminée à exister en tant que femme dans l'Afrique du Nord des années 30, elle vit son métier comme un sacerdoce et prend tous les risques pour défendre les militants des indépendances tunisienne et algérienne et dénoncer la torture. Avocate plaidant envers et contre tout pour soutenir les femmes les plus vulnérables ou blessées, elle s'engage en faveur de l'avortement et de la répression du viol, dans son métier aussi bien que dans son association « Choisir la cause des femmes ». Femme politique insubordonnée mais aussi fille, mère, grand-mère, amoureuse... Gisèle Halimi vibre d'une énergie passionnée, d'une volonté d'exercer pleinement la liberté qui résonne à chaque étape de son existence.
    « Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque » : ces mots de René Char, son poète préféré, pourraient définir Gisèle Halimi, cette « avocate irrespectueuse », et sa vie de combats acharnés pour la justice et l'égalité.

  • Stéphane Bourgoin s'est imposé comme le spécialiste européen des tueurs en série.Il nous livre ici la suite de son travail d'investigation et de connaissance du coeur humain, à son plus morbide.

    Sur commande
  • Voici le le « roman vrai » (ou, si l'on préfère, le récit romancé) des tribulations d'un prof drolatique dans un lycée polyvalent de la banlieue parisienne. Ici, pas de lamentation ni de consternation devant le désastre de l'Education Nationale. Et pas davantage de considération sur la « barbarie » triomphante qui sévit dans les établissements scolaires. Il s'agit plutôt d'un constat - froid, implacable, rigolo, sans appel - face au nihilisme qui règne désormais dans les lieux où des aînés sont supposés « former » l'esprit de leurs rejetons dissipés.
    Texte souvent hilarant, mêlant plusieurs langues (des sentences latines à Boris Vian ou Queneau), ces Bons Baisers de Massy racontent la dernière semaine de cours d'un professeur sans illusion. On le suit du « Fumistan » - où chacun va griller sa clope - à la salle des profs « qui sent le pâté ». On écoute des élèves s'interroger sur les juifs, le Fanta, le string, l'amour, la télé. Cela aurait pu s'appeler « Jours tranquilles en grande banlieue ». On pense au livre-film de Bégaudeau - mais sur son versant désopilant. De plus, ce livre ne propose ni réforme ni morale. Pour l'auteur - qui philosophe dans sa cour de récréation - c'est déjà « trop tard ». Jusqu'à quand ?

    Sur commande
  • Nous les connaissons tous.
    Ils sont juges d'instruction à Rennes, à Paris ou à Lyon. Ils n'hésitent pas à affronter les grands de ce monde, à les convoquer, à les mettre en examen, qu'ils soient patrons, députés, maires ou anciens ministres. D'Alain Carignon à Loïc Le Floch-Prigent, de Gérard Longuet à Michel Roussin, la liste serait longue. En prison, le quartier réservé aux personnalités déborde. Qui d'autre verrons-nous tomber demain ? Il ne se passe pas un jour sans que la presse vante ces nouveaux croisés, qui nous sauveraient, dit-on, de la corruption des élites.
    N'assiste-t-on pas déjà à toutes les dérives, de l'intimidation menottes aux poignets à la libre interprétation des lois ? Sans parler du secret de l'instruction, qui n'est plus un secret pour personne, et surtout pas pour la presse... Dans cet essai aux accents polémiques, Eric Zemmour tord le cou à un certain nombre d'idées reçues. De la prudence cynique des hommes politiques au réveil des Sages du Palais-Royal, de la multiplication des cours de justice à l'Europe qui légifère, du culte de la transparence au financement des partis, des maires dans la tourmente à l'immigration intouchable, le juge tranche et punit.
    Qui donc sont ces magistrats ? Comment l'esprit révolutionnaire leur est-il venu ? N'ont-ils pas oublié qu'il n'y a en démocratie qu'une seule légitimité : le suffrage universel ? A quand le coup d'Etat des juges ?

    Sur commande
  • A la sortie de prison, une autre existence commence. Quatorze personnes qui ont passé de longues périodes en prison, jusqu'à 26 ans, ont accepté de nous parler. Ces périodes de vie renseignent sur les changements possibles d'un individu et sa capacité à s'extraire de la délinquance, ce que l'on appelle la « désistance ». Quatorze personnes : hommes, femmes, condamnés pour meurtre, terrorisme, détournements, agressions sexuelles, trafic de stupéfiants... Le discours est livré avec ses aspérités, ses émotions, ses réflexions. Nous suivons des parcours pleins d'accidents, parfois chaotiques. Mais au détour de la prison, aux effets souvent délétères, voire mortifères, peut survenir un déclic qui changera le cours d'une existence. La confrontation à la loi, une rencontre, une prise de conscience, la disparition d'un proche, la découverte de soi. A l'issue de cette longue écoute, naît une certitude : rien ne pourra être fait de valable si cette parole n'est pas entendue. Elle permet de ne plus considérer ces individus comme des étrangers à notre société. Cette écoute est une nécessité pour que les institutions soient efficaces. Afin que le lecteur puisse s'orienter, le livre propose entre chaque portrait-témoignage, quatorze chapitres, apportant une information précise, actualisée et objective sur cette vie après la peine : la récidive, les suivis judiciaires, les longues peines, la réinsertion, le suivi des délinquants sexuels, la place de la victime. Sont abordées également des problématiques nouvelles telles que la désistance ou la justice réparatrice.

    Sur commande
  • Le juge Renaud Van Ruymbeke est, par lui seul, à l'origine du plus extravagant scandale - l'affaire Urba - qui a fini par précipiter la débâcle électorale de la gauche au pouvoir. Or, cet homme discret a consenti à ouvrir ses dossiers à G. Gaetner et R.P. Paringaux. Il ne parle pas à la première personne, certes, puisque le secret de l'instruction l'interdit... Voici racontée par le détail la véritable histoire de la Sages, de la société Urba, des dessous des affaires Traper, Dufoix, Emmanuelli, etc. On y voit des hommes d'influence se compromettre avec des voyous, des ministres défaits par l'audace d'un petit juge qui s'efforce, par son enquête, d'en finir avec le scandale que constitue le financement actuel des partis politiques.

    Sur commande
  • Je vous fais juges - Je ne suis pas une preuve, un concept, une idée, un personnage désincarné ! Ma vie n'est pas une « belle histoire » ! Je ne suis pas l'héroïne d'un roman édifiant, à présenter au peuple pour lui arracher des larmes ou l'encourager au travail. Ma vie n'est pas du folklore. Ni Cosette, ni Cendrillon. Le pathos dans lequel tombent certaines personnes, quand elles parlent de moi, en dit plus sur leurs fantasmes que sur ma réalité.
    - Mais alors, pourquoi ce livre ?
    - Justement pour cela : mettre fin aux fantasmes, les purger, et pouvoir avancer. Pour essayer de trouver les mots justes et échapper aux clichés. Pour dire la vérité, avant que d'autres ne mentent. Ce que je suis peut intéresser, visiblement ? Cela vaut la peine de l'expliquer. Je sais que j'inspire de la curiosité, bienveillante, amicale le plus souvent, mais parfois aussi malveillante, brutale... »

    Sur commande
empty