Fixot

  • J'avais douze ans

    Schweighoffer N.

    • Fixot
    • 1 Janvier 1994

    Nathalie avait douze ans quand son père l'a violée pour la première fois.
    En ce temps-là, confie-t-elle, "j'étais toute fière quand on me disait que j'étais déjà une petite femme. Je ne savais pas ce que ça voulait dire être une petite femme en miniature, une poupée que mon père installait tranquillement dans la nuit sur la machine à laver pour la violer".
    Pendant cinq ans, la peur, la résignation, la culpabilité l'empêchent de parler. et puis, à dix-huit ans, avec un courage et une détermination admirables, elle décide de briser le silence : elle porte plainte contre son père et accepte de témoigner à la télévision.
    "J'ai entamé une véritable croisade. J'avais envie de dire à toutes les filles comme moi de ne plus avoir honte." Nathalie crie sa douleur. À nous de faire silence pour écouter, et partager son combat.

  • Mille milliards de dollars! C'est le chiffre d'affaires supposé des organisations criminelles de la planète. Pour profiter de cette immense richesse, mafias, cartels, triades et yakuza doivent recycler leur argent, le « blanchir ».
    Au terme d'une enquête passionnante qui l'a mené à rencontrer des spécialistes de différents pays - policiers, politiques ou magistrats ,Thierry Jean-Pierre démonte les rouages du blanchiment. Avec Patrice de Méritens, il livre une photographie de l'investissement mafieux en France, constate la faiblesse de nos moyens de défense et expose les stratégies à mettre en place dans la lutte contre le recyclage de l'argent sale.
    Pour l'équilibre de nos démocraties, déjà mises à mal par la montée de la corruption, il est vital de casser les circuits financiers utilisés par les recycleurs de la mafia. Crime et blanchiment est le premier ouvrage qui fait le point sur ce grave problème de société.

    Sur commande
  • 120 milliards de francs ! Le chiffre - provisoire - des pertes accumulées par le Crédit lyonnais a de quoi donner le vertige. C'est plus que l'addition des budgets annuels de la Justice, de la Sécurité et du RMI. C'est l'équivalent de la création de centaines de milliers d'emplois. Aujourd'hui cet argent permettrait de sortir de la pauvreté les Français les plus défavorisés ; au contraire, les contribuables se voient maintenant contraints de combler un déficit colossal.
    Cette gabegie est de la responsabilité de quelques-uns. En effet, pendant plus de dix années, le Crédit lyonnais a été livré à des hommes dont l'ambition et l'avidité ont été sans limites. Tous membres de l'establishment, puissants parmi les puissants, ils vivent encore une quasi-impunité.
    Ce livre, fruit d'une enquête de plusieurs mois, montre pourquoi, comment, et à cause de qui, nous en sommes arrivés à une dérive aussi explosive.

    Sur commande
empty