Editions Racine

  • Profiling

    Danièle Zucker

    Riche en exemples, ce livre décrit avec précision les concepts et le fonctionnement du profilage : il détaille le processus de recherche des indices qui trahissent les coupables et permet ainsi d'accroître les probabilités de les démasquer.

    Les esprits curieux prendront conscience des mythes et fantasmes qui entourent le travail du profiler.
    Ceux dont la lourde tâche consiste à juger ou évaluer des criminels y trouveront de quoi nourrir leur réflexion, voire leur pratique.

    Plus largement, Profiling pose la question de la façon dont notre société appréhende la criminalité.

  • Les « affaires du siècle » s'empilent et se succèdent dans l'histoire judiciaire belge. Les 25 histoires qui composent Crimes et Châtiments témoignent de ce qui fit l'effroi, l'étonnement, la passion, mais aussi suscita la réflexion parlementaire et sociétale, de la jeune Belgique.
    L'étrange comte Visart de Bocarmé conduit à la guillotine pour l'empoisonnement de son beau-frère, un parricide de 17 ans exécuté, un matelot ostendais emmené à l'échafaud en Grand-Place d'Anvers pour les assassinats du capitaine et du second officier de la goélette Marie-Antoinette, le meurtre commis par le redoutable commissaire Alexandre Courtois, en charge du quartier des Marolles : comme aujourd'hui, le crime repose sur la jalousie, l'appât du gain, l'instinct de vengeance.
    D'autres histoires de cet ouvrage racontent aussi, par l'emprunt de la voie judiciaire révélatrice des tourments d'une société, des moments d'histoire, comme le récit des « feux de la Saint-Genois », ces incendies en série provoqués par les prêches enflammés de certains curés. Les pratiques policières sont également interrogées dans le récit approfondi de la plus grande erreur judiciaire du XIXe, celle de la condamnation à mort des chiffonniers Geens et Bonné, sauvés sur le fil par l'aveu de l'auteur du crime qui leur était reproché...

  • De ma naissance à ma mort, le droit s'invite dans ma vie pour m'obliger ou m'interdire, à propos d'une multitude de questions qui, a priori, ne regardent que moi !: de la fécondation in vitro à l'euthanasie, de l'accouchement anonyme au mariage homosexuel, du suicide au don d'organes en passant par la chirurgie esthétique, le transsexualisme ou la toxicomanie, le droit guide ou limite mes libertés. Les multiples exemples cités sont tirés pour la plupart de jugements ou de faits divers récents. Au nom de quelles valeurs le droit prétend-il savoir mieux que moi ce qui me convient, et faire mon bonheur contre mon gré ?

empty