Edisens

  • Il n'y a jamais eu, depuis l'époque coloniale, de véritable politique à long terme, pas plus que d'étude sur les contradictions évidentes entre formules de fiscalité directe ou indirecte et impacts sur l'environnement.
    Qui ne s'est pas étonné des contradictions de la politique fiscale avec les objectifs de préservation de l'environnement? Tel avantage fiscal privilégie l'usage d'un carburant qui accroit la pollution des villes, tel système d'impôt, par exemple foncier, contribue ou non à la préservation des forêts, telle taxe sur les ordures ménagères modifie ou pas les comportements, sans parler des impacts controversés, sur l'économie et la nature, des droits de douane spécifiques à l'Outre-mer... On a en multiplié les solutions d'urgence ou d'opportunité, et laissé libre cours au traditionnel déferlement de normes qui accompagne les politiques de court terme. Si bien que jusqu'à aujourd'hui aucune étude de fond n'a fait le point sur les impacts de la fiscalité sur l'environnement, bien que le droit fiscal soit une force structurante de nos sociétés organisées. Cet ouvrage fait le point sur les causes de cet impact, ses modalités pratiques et ses conséquences effectives.
    Rassemblant des chercheurs et experts de spécialités diverses (droit public, droit privé, histoire du droit) et de disciplines différentes (historiens, géographes, anthropologues, économistes) ainsi que des acteurs (fonctionnaires de l'administration fiscale, militants de « l'environnement »), ce nouvel opus de la collection «Impact environnemental de la norme» met en perspective les problématiques actuelles et les replace dans une dynamique historique et géographique. Il compare l'impact de la norme fiscale sur l'environnement au cours de périodes et dans des situations où la notion même d'environnement n'existait pas (colonies, métropole avant le XIXe siècle), avec la période contemporaine où la notion existe tout en se transformant.

  • Le groupe d?Histoire du droit des colonies de Montpellier (HDC) poursuit sa réflexion sur l?impact de la norme en milieu contraint, considérant à la fois l?espace colonial français et ses analogies contemporaines. Après avoir porté un premier regard en 2011 sur la norme en matière d?environnement, il a rassemblé à nouveau plusieurs chercheurs de disciplines aussi différentes que le droit, l?histoire, la pharmacie ou la philosophie pour questionner cette fois l?emprise de la norme sur l?animal.
    Découvrir l?animal suppose de voyager dans l?espace et dans le temps, de traverser tous les continents, toutes les périodes (de la Grèce antique à aujourd?hui, en passant par l?époque coloniale). Partout et toujours, il apparaît qu?il échappe aux classifications dans lesquelles on cherche à le cantonner. De par sa nature même, l?animal dérange. D?ailleurs, en dépit ? ou à cause ? des 1 460 articles répartis dans 37 codes différents que le droit français lui a déjà consacrés, il se retrouve encore aujourd?hui au coeur de notre actualité juridique la plus récente.
    L?animal serait-il trop incertain pour pouvoir être rangé ? Il appartient en effet à nombre d?espèces qui se bousculent dans cet ouvrage : bovins, équidés, chiens, poissons... et maintenant primates non humains. Il répond à de multiples fonctions : animal de laboratoire, animal mis au travail, animal de guerre, animal de compagnie, animal produit de consommation? et se retrouve affublé d?une quantité de qualificatifs : sacralisé, errant, transcatégoriel? Et même un simple boeuf n?est peut-être pas qu?un boeuf ! Si l?animal n?était pas si compliqué, nous aurions réussi à le ranger.
    En réalité, qu?il soit « singulier-pluriel » « transcatégoriel » ou envisagé de manière singulière, l?animal demeure, comme le reste des choses auxquelles le droit l?associe, l?objet de l?opportunisme de l?homme habile à en tirer le meilleur parti, la plus grande utilité, l?utilité primant la nature. De fait, quel que soit l?appareil normatif qu?on invente pour lui ? et cet ouvrage le montre brillamment ?, l?animal finit toujours par révéler et finalement conjuguer nos pluralités, nos diversités, nos points de vue « à partir d?un point » où l?homme n?est jamais loin ou tout contre.
    Si l?animal dérange, l?homme est celui qui le range. Lequel des deux est-il alors le vrai facteur du désordre de l?ordre animal ?
    Éric de Mari, professeur d?histoire du droit, et Dominique Taurisson-Mouret, ingénieur de recherche CNRS, conduisent dans l?UMR « Dynamiques du droit » les recherches originales menées depuis plus de dix ans sur l?emprise du droit dans l?espace colonial français et ses conséquences sur les territoires ex-colonisés.

    Sur commande
  • Liberté et responsabilité des randonneurs.
    Droit d'accès à la nature - Protection des milieux naturels. La première édition du " Droit de la rando " en 2002 explorait un champ nouveau de la responsabilité juridique en confrontant le randonneur avec le propriétaire et la collectivité publique. Cet ouvrage innovant eut un succès immédiat. Depuis, le contentieux est plus abondant et justifie une nouvelle édition. Celle-ci privilégie la dimension sociologique de l'accès à la nature, une approche pragmatique de la régulation des comportements et du règlement des litiges.
    A travers quelques décisions récentes, le juge confirme les principes qui régissent la responsabilité individuelle, civile et pénale des protagonistes et de l'administration. Mais l'intervention des autorités de police s'avère plus importante que celle du juge pour fixer le droit applicable aux conflits entre celui qui passe, le randonneur, et ceux qui restent, les propriétaires et le milieu naturel.
    La prévention des causes d'accident et l'éducation des comportements sont la clef principale de la construction d'un droit de la randonnée pédestre qui dépasse les frontières, comme le montrent les exemples étrangers dont l'analyse est renforcée en fin d'ouvrage. Ainsi se dessine un véritable service public d'accès à la nature déjà reconnu par le juge, mais que le législateur tarde à formaliser.

    Sur commande
  • La loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse est emblématique.
    Elle représente l'approche d'un compromis optimal entre l'exercice de la liberté fondamentale de l'information et la protection des droits des personnes. le principe de liberté qu'elle édicte, encadré d'incriminations précises (la diffamation, l'injure, l'offense, la publication de fausses nouvelles, les interdictions d'informer. ) ainsi que les mécanismes de régulation de l'information comme l'exercice des droits de réponse et de rectification qu'elle contient, restent une référence quotidienne du journaliste ou de l'éditeur.
    En outre, ce texte est placé sous le sceau de la modernité car il ne s'agit plus aujourd'hui d'une loi sur la liberté de la presse, mais d'une grande loi sur la liberté d'expression "publique" qui s'applique aussi bien à l'écrit, à l'audiovisuel, voire au réseau internet. certaines de ces dispositions sont pourtant remises en question par la convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales qui, dans l'ordre juridique interne, a une valeur supérieure aux lois françaises.
    Tous ces aspects sont présentés et illustrés par de la jurisprudence et des exemples dans ce nouveau guide légipresse qui n'est pas un ouvrage général et doctrinal sur le droit de la presse, mais un guide pratique et pédagogique destiné non seulement aux professionnels des médias, mais aussi à tous les praticiens du droit.

    Sur commande
  • Comment structurer une intervention orale quand on est surtout habitué à l'écrit ? Comment faire de son trac un moteur au lieu de le laisser nous paralyser ? Et surtout : comment intéresser son public dès les « cinq premières minutes » oe
    Cet ouvrage apporte des réponses pratiques à ces questions.
    Il s'appuie sur les techniques enseignées dans les écoles de journalisme pour la construction du discours et sur celles transmises oralement au théâtre pour le langage non verbal (respiration, voix, gestes).
    Clair, plein de « trucs » immédiatement utilisables, ce guide vous aidera à comprendre comment fonctionne la communication orale et à vous constituer votre méthode pour l'aborder avec plus d'efficacité et de plaisir.

empty