Cerf

  • Un ministre de la Marine de Guerre, des faux-monnayeurs, des Antillais en Picardie, des Corses partout ailleurs, un magistrat comme patriarche, des soeurs sans compter, et surtout une mère toute de beauté pour animer la chronique magique d'une famille recomposée, se moquant des continents et des mers...
    Des joueurs de poker, des juges récusés, l'Afrique et l'affaire de l'Angolagate, la France et l'affaire Buffalo Grill, des clients fameux et des victimes anonymes, pour peupler le roman vrai d'une existence consacrée à défendre la loi contre elle-même...
    Une mémoire méditative des grands conflits militaires passés, une contemplation mélancolique de la « Question Noire », une redécouverte émue de poèmes oubliés, un renversement éclairé de deux tabous majeurs, et un retour fracassant sur l'erreur judiciaire du siècle, pour dire une vie résolument inscrite dans l'Histoire...
    Déjouant les règles et les pièges de l'autobiographie, Jean-Pierre Versini-Campinchi offre ici, dans une leçon sans leçon, un hymne citoyen et enchanteur à la volonté et à la persévérance.
    Contre la tentation communautariste, une plaidoirie iconoclaste pour un métissage à la française.

    Sur commande
  • Les droits de l'homme?? Après la Seconde Guerre mondiale, ils apparaissaient comme une promesse universelle de paix et de justice. Aujourd'hui, ils sont devenus un champ de bataille idéologique, le terrain sur lequel se confrontent les civilisations en lutte. Car les droits de l'homme sont d'abord le reflet de notre conception de l'homme. Or, celle-ci a beaucoup changé depuis la rédaction de la Déclaration universelle, en 1948.

    Alors que cette déclaration d'après-guerre s'inspirait encore des droits naturels, l'affirmation de l'individualisme a généré de nouveaux droits antinaturels, conduisant aujourd'hui à l'émergence de droits transnaturels qui promettent le pouvoir de transformer la nature. À l'oeuvre au coeur de cette transformation : la réduction de la dignité humaine à la seule volonté individuelle, au mépris du corps. Au-delà, les droits de l'homme accompagnent discrètement le transhumanisme, oeuvrant au dépassement de la démocratie représentative.

    Sur commande
  • Nos modes d'organisation collective se transforment. Comment guider cette évolution lourde à la fois de dangers et de promesses ? Ni la seule réaffirmation de l'universalisme de la norme, ni le simple retour aux particularismes ne peuvent, à eux seuls, suffire à stabiliser un processus qui engendre une crise de nos modèles de démocratie.

    Sur commande
  • Sur commande
  • Pour certains, interroger le sens des « mitsvot », des commandements, représente un sacrilège, une atteinte à l'autorité, à laquelle on doit obéir sans réfléchir, sous peine de défaut de foi. Pour d'autres, une telle recherche est incongrue : les « mitsvot » relèveraient clairement de la magie et non de la raison. Ces deux approches, contradictoires, se rejoignent dans l'idée que la « mitsva » n'a rien à voir avec la question du sens. Or questionner la Loi dans son rapport à la liberté, c'est s'inscrire dans la perspective de l'universel, de la pensée.

  • Le Décret de Gratien, achevé vers 1140, est la somme du droit de l'Église du Moyen Age occidental. Les positions de Gratien sont passées en grande partie dans le droit ultérieur, aussi bien civil que canonique. Nous présentons ici la partie du Décret consacrée au mariage. C'est au XIIe siècle que se forme l'essentiel du droit matrimonial européen. Les questions posées - liberté de choix du conjoint, âge du mariage, formation du lien matrimonial, monogamie, mariage avec des non-chrétiens, fidélité conjugale, procréation, licéité du plaisir sexuel, divorce, etc. - sont encore d'actualité. Gratien, sous l'influence de la Bible et des coutumes barbares, réhabilite, en particulier, l'union charnelle : seul le mariage consommé est " parfait ". L'image que donne le Décret de Gratien est celle d'un droit étonnamment ouvert, bien loin de la réputation rigoriste attribuée, à tort, aux siècles médiévaux. Cette édition offre deux importantes nouveautés : il s'agit de la première traduction d'un des textes essentiels de la culture occidentale le texte latin présente, pour la première fois, une édition critique des deux versions, découvertes récemment, du Décret de Gratien, à partir des manuscrits originaux.

  • Le droit canonique

    Gaudemet J

    Communauté de foi, l'Eglise a ses lois et son droit.
    Un droit singulier et remis à jour en 1983, riche d'une longue histoire.

    Indisponible
  • Principes du droit

    Otfried Höffe

    Une tension, voire une contradiction, traverse la culture juridique moderne : cette dernière reçoit de plus en plus son inspiration d'une pensée empirique et pragmatique. Elle reconnaît cependant des principes moraux qui, tels les droits de l'homme, se caractérisent par une obligation catégorique et, pour cette raison, ne se plient pas à la pensée empirico-pragmatique. Les droits de l'homme sont des principes juridiques catégoriques et forment de ce fait un contrepoint dans la culture juridique moderne.

    Les « Principes du droit » plaident pour une compréhension de la modernité conçue comme projet polyphonique qu'il faudrait interpréter sur trois niveaux. Ils forment un programme théorique où éthique, théorie juridique et philosophie sociale composent un ensemble et permettent ainsi une nouvelle vision de la Modernité. Dans le domaine de la théorie juridique, les « Principes du droit » s'élèvent contre une pensée exclusivement empirico-pragmatique. Dans le domaine de la théorie sociale, ils forment un contrepoids face à une théorie de la pluralité radicale et exclusive. Enfin, de façon plutôt indirecte, ils plaident pour une approche différenciée de la Modernité par elle-même.

    Sur commande
empty