Sciences humaines & sociales

  • Une vie

    Simone Veil

    Simone Veil accepte de se raconter à la première personne.
    Personnage au destin exceptionnel, elle est la femme politique dont la légitimité est la moins contestée, en France et à l'étranger ; son autobiographie est attendue depuis longtemps.
    Elle s'y montre telle qu'elle est : libre, véhémente, sereine.

  • Antoine Leiris a perdu Hélène, sa femme, le 13 novembre 2015, assassinée au Bataclan. Accablé par la perte, il n'a qu'une arme : sa plume.
    À l'image de la lettre « Vous n'aurez pas ma haine», publiée sur internet au lendemain des attentats, il nous raconte ici comment, malgré tout, la vie doit continuer.

  • L'effet Louise

    Caroline Boudet

    Caroline Boudet évoque les mois qui ont précédé l'entrée en maternelle de sa fille Louise, porteuse de trisomie 21. Un véritable parcours du combattant pour elle et ses proches, avec, en filigrane, ce tourbillon d'émotions qu'est la vie avec un chromosome en plus.
    Dans ce récit émouvant et drôle, l'auteure dit ce qui est souvent tu, par pudeur ou par gêne, concernant le handicap et le quotidien qui en découle.
    « Le cri d'amour d'une mère ». Femme actuelle.
    « C'est le récit puissant et plein d'humour d'une tranche de vie. » Le Monde.

    Sur commande
  • " Une nuit, j'ai été arrêté par des hommes armés qui entouraient mon lit. Ils venaient me chercher pour me mettre à mort. Mon histoire est née cette nuit-là. " Boris Cyrulnik Dans ce texte autobiographique, l'émotion du survivant se conjugue au talent de l'écrivain, le récit tragique se mêle à la construction de la mémoire, l'évocation intime d'une enfance fracassée par la guerre exalte la volonté de surmonter le malheur et de répondre à l'appel de la vie.
    Une histoire poignante, hors du commun, qui retentit profondément en chacun d'entre nous.

    Sur commande
  • Fidèle à l'esprit du Quai de Ouistreham, ce livre nous fait entendre la voix de ceux et celles que Florence Aubenas a rencontrés ces deux dernières années au fil de ses reportages. À travers ces récits de vies multiples se dessine une France prise dans l'aventure du quotidien.
    Ces textes ont été publiés dans Le Monde, où Florence Aubenas est reporter.

    Sur commande
  • Il a refait la France par deux fois. En 1940, à la suite d'un désastre militaire qui laisse un pays déchiré, il est presque seul, armé d'une volonté inflexible et de la certitude que la Résistance reste l'unique horizon. Et en 1958, où, sur les décombres d'un régime décomposé, fort d'un large soutien politique, il crée une nouvelle république.

  • Se nourrissant de témoignages inédits, Sarah Briand retrace l'itinéraire de la petite fille au caractère rebelle qui s'appelait encore Simone Jacob lorsqu'elle revint de déportation, sa rencontre avec son futur mari, le doux cocon familial, les coulisses de ses combats politiques, les blessures et les drames qui ont émaillé sa vie.
    Une plongée dans l'intimité d'une combattante, Simone Veil.

  • « Certains disent qu'une naissance est le plus beau jour de la vie d'une femme. Je dois être sacrément gâtée, alors. Parce que ma fille à moi est née trois fois.

    La première fois, comme tout le monde, quand on m'a posé sur le ventre cette petite masse chaude et chevelue, soudain si réelle après neuf mois à n'avoir été qu'une idée, deux bandes roses sur un test positif, trois échographies et des petits coups de pied dans mes côtes.

    La deuxième fois, franchement pas comme tout le monde, et dans un bruit de tonnerre, quand la pédiatre de la maternité est entrée dans ma chambre avec l'air caractéristique du médecin qui va t'en filer un bon coup derrière la nuque et aimerait lui aussi être loin, loin de là. Surprise : mon bébé est porteur de trisomie 21.

    La troisième fois, quand, après quelques jours de plus que programmé dans l'enfer hospitalier, nous sommes rentrés à la maison avec cet enfant pas comme prévu. Ma fille, Louise, qui a deux bras, deux jambes, de bonnes grosses joues et un chromosome en plus. » Par ce cri du coeur, la mère de Louise fait le récit émouvant et drôle d'une naissance pas comme les autres et de la découverte d'une enfant qu'on n'attendait pas. C'est l'histoire du chemin parcouru par une jeune femme bien ancrée dans sa supposée normalité, dont la petite fille vient faire exploser les certitudes et les horizons. Une véritable ode à la différence et aux surprises que la vie nous réserve.

  • L'Europe entière connaît son nom. Ses livres sont des succès. Ses amis écrivent l'histoire.
    Elle fréquente Voltaire, Diderot, le tsar de Russie et le roi de Suède. Elle a comme amant Benjamin Constant.
    Intellectuelle visionnaire, elle met son immense fortune héritée de son père Necker, ministre des Finances de Louis XVI, au service de ses idées.
    Portrait d'une femme exceptionnelle à travers vingt-quatre journées décisives.

  • Louis XV aimait les femmes. Dans son entourage, la reine de France, Marie Leszczynska, vite résignée à son sort d'épouse trompée. Puis des maîtresses et des favorites. Qu'ont-elles en commun ? D'occuper le lit du roi pour un temps, long ou éphémère. Madame de Pompadour, bourgeoise mais femme de confiance du roi, reste à la Cour près de vingt ans. Après la dernière favorite, la comtesse du Barry : le scandale est total. La monarchie semble à bout de souffle.
    Ces femmes, miroirs d'un roi de France complexe, incarnent également la condition féminine à la Cour, dans un XVIIIe siècle fascinant.

    Sur commande
  • Boris Godounov

    Henri Troyat

    Homme de sagesse, descendant d'une famille noble d'origine tartare, Boris Godounov (1551-1605) s'impose à la tête de l'État russe et, au terme d'une longue régence auprès de l'insipide souverain Fédor, se fait élire tsar par les états généraux en 1598.
    Dans un pays encore marqué par la démesure d'Ivan le Terrible, cet esprit politique et fin stratège, ancien proche du tyran, ne recule devant rien pour garder le pouvoir.
    Cependant, il rend aussi de grands services à son peuple ;
    Conscient de la réputation de grossièreté dont son pays souffre en Europe et du profit qu'il pourrait tirer des étrangers, il introduit à sa cour les moeurs de l'Occident.
    Mais, victime du goût des Russes pour la légende, ce souverain sans héritier se retrouve brutalement aux prises avec un gigantesque mensonge qui le voue à l'opprobre.
    Le règne de Boris Godounov et le récit haletant qu'en donne Henri Troyat dans cette biographie posthume, portrait inédit de sa Galerie des Tsars, sont l'expression même du «danger d'une calomnie méthodique, habillée en miracle, sur les entreprises d'un homme de bonne volonté».

  • Le soldat inconnu vivant

    Naour Le

    • Feryane
    • 15 Septembre 2011

    Le 1er février 1918, un soldat amnésique est trouvé, errant sur les quais de la gare de Lyon-Brotteaux. Impossible de l'identifier.
    Lorsque son portrait est publié dans la presse et affiché dans les mairies, des centaines de familles reconnaissent en lui un proche disparu à la guerre. Comment les départager ? L'enquête durera tout l'entre-deux-guerres. La presse baptise l'homme "le Soldat inconnu vivant".
    Cette histoire singulière révèle une profonde douleur née de la Grande Guerre : celle du deuil impossible à faire pour les familles des soldats disparus.

  • ...70 ans du Débarquement...

    Du millier de Compagnons de la Libération, il ne reste aujourd'hui qu'une vingtaine d'hommes. Quatorze d'entre eux, modèles de courage et de dignité, livrent ici un témoignage exceptionnel.
    Alors que la France, abasourdie par la défaite, remettait son destin entre les mains de Pétain, ces hommes ont d'emblée refusé ce que chacun disait inéluctable. Résistants, soldats de la 2e DB, officiers de la Légion étrangère ou pilotes de chasse, en juin 1940 ils ont choisi de poursuivre la lutte.
    À travers ces récits remarquables, mais sans gloriole, se dessine une fresque de la France libre. On y voyage de Londres à Tunis, de Damas à Mourmansk. On y croise les figures de Leclerc, Koenig, Jean Moulin et du général de Gaulle bien sûr.
    « Nous ne sommes pas des héros », disent-ils. « C'était une évidence », expliquent-ils à l'unisson. Pas tant que ça, puisqu'ils furent si peu nombreux à faire le bon choix.

    Le livre comprend les portraits en couleur des quatorze Compagnons, photographiés par Pierre-Jean Santini.

  • Le coup d'État du 2 Décembre 1851, « opération de police un peu rude » selon Napoléon III, a profondément divisé les Français.
    Se référant à des témoignages souvent ignorés, Alain Decaux raconte le coup d'État heure par heure. N'est-il pas l'aboutissement d'une réflexion nourrie durant trente ans d'exil par Louis-Napoléon Bonaparte ?
    Enfant, il a entendu Napoléon Ier, son oncle, prononcer ces quelques mots : « Peut-être est-il l'avenir de ma race ? »

empty