Sciences humaines & sociales

  • Le 8 Mars 2014, un B777-200 de la compagnie Malaysia Airlines effectuant un vol commercial à destination de Pékin, disparaissait mystérieusement, 40 minutes après avoir décollé de l'aéroport international de Kuala-Lumpur, avec à son bord 239 passagers et membres d'équipage. Six ans plus tard, l'appareil et ses passagers n'ont toujours pas été retrouvés et le mystère demeure entier. Cette disparition constitue une anomalie, celle d'un accident sans épave et sans trace matérielle, d'une volatilisation sans images radar et sans enregistreurs de vol, d'un évanouissement sans message de détresse et sans communications radio...

    Une analyse objective des faits, sous la forme d'une fiction narrative, démontre que la disparition du Boeing de la Malaysia Airlines n'était pas un accident, mais le résultat d'un acte prémédité et méticuleusement préparé. Les organisateurs de cette opération savaient qu'aussi longtemps que l'épave de l'avion ne serait pas découverte, toute explication de sa disparition ne resterait que pure hypothèse ou conjecture... Toutefois, même en l'absence de preuve matérielle, il est possible d'affirmer que celle-ci repose bien au fond de l'océan Indien..., mais dans une région fort éloignée de la zone qui a été fouillée. En Juillet 2018, l'équipe internationale d'enquête concluait dans son rapport final qu'elle était incapable de déterminer la cause réelle de la disparition du vol MH 370, ni l'endroit exact où l'avion se trouvait. Fallait-il pour autant ne plus chercher à comprendre ?...

    Bertrand, rédacteur en chef du magazine Le Miroir fait appel à Hugo, ami et ancien pilote pour rouvrir le dossier et remettre en question la version officielle de cette disparition.

  • Le chant de la révolte ; le soulèvement soudanais raconté par son icône Nouv.

    Début avril 2019, la révolution soudanaise entre dans une phase décisive. Au terme de quatre mois de manifestations réprimées sans merci, les contestataires parviennent aux abords du quartier général de l'armée : ils exigent la démission du Général Omar el-Béchir, le dictateur en place à Khartoum depuis 30 ans. Son règne est celui des guerres, au Soudan du Sud et au Darfour, de l'oppression des femmes et de toutes les voix dissidentes. La jeunesse du pays des deux Nil, où plus de la moitié de la population a moins de 25 ans, rêve de liberté. Le moment est historique, mais le monde regarde ailleurs. Soudain, une image impose cette révolution dans les journaux télévisés et à la « Une » des quotidiens internationaux.

    A quelques jours de la chute du dirigeant conspué de 75 ans, Alaa Salah apparaît sur le toit d'une voiture. Drapée de blanc, un index rageur pointé vers le ciel, la jeune femme surplombe une foule de milliers de manifestants. Droite, elle déclame sa poésie révolutionnaire. Son geste la propulse au rang d'icône, et attribue à ce printemps soudanais un titre : la révolution des femmes, elles qui ont mené de front cette révolution.

    Des premiers cortèges, cibles des balles des forces de l'ordre, à l'occupation du centre de Khartoum et à son évacuation dans le sang, Alaa livre pour la première fois le récit détaillé, vivant et personnel de ces mois de basculement. Celui d'une étudiante devenue figure de proue d'une révolution, celui d'une génération qui goût enfin à l'espoir, celui d'un pays engagé sur un chemin fragile vers la démocratie.

  • Il a navigué sur toutes les mers. Pacha de frégate, puis de porte-avions et enfin amiral commandant de la force aéronavale, il a connu la plupart des crises internationales de ces dernières décennies. Il était sur la Méditerranée quand le Proche-Orient connaissait les secousses de la guerre de Kippour. Il était à la barre quand la guerre Iran-Irak imposait une surveillance du golfe arabo-persique. Il était à la tête de la flotte française pendant le conflit au Kosovo.

    Dans ces missions à haut risque, Alain Coldefy a développé une perception sensible de la stratégie internationale et un sens aigu de l'indépendance militaire de la France. Au point de s'opposer, quand il l'a fallu, à un contre-amiral américain qui voulait le voir déguerpir au plus vite pour mieux écraser Srebrenica sous un déluge de feu.

    Par la suite, Alain Coldefy a été directeur des relations internationales des armées, développant une vision politique et militaire qui lui permet d'établir un nouvel équilibre des forces. Aujourd'hui, loin des terrains d'affrontements, l'Amiral nous livre ses expériences passionnantes, ses anecdotes qui font l'Histoire et ses conceptions géostratégiques lucides et fondées.

    Avec une lettre de l'Amiral Philippe de Gaulle et une préface d'Erik Orsenna.

    Sur commande
  • Elles se prénomment Berthe, Henriette, Madeleine ou Geneviève, et on les disaient excessives. Des salons cossus aux assommoirs de la Butte, ces sept femmes ont jeté leur exubérance à la face du monde, elles ont déchiré le papier avec leur plume passionnée, fait du beau leur pain quotidien et du caprice un art, et envoyé valser l'ordre établi. Elles ont posé des bombes, tailladé des fourrures, organisé des messes noires et semé les conquêtes.
    Tantôt misérables, tantôt incroyables, ces femmes ont tutoyé les sommets et oscillé avec panache - et un peu de nihilisme - entre grandeur et décadence, en partageant une même soif de devenir, une volupté du trop, un mépris du qu'en dira-t-on. En s'élevant contre une époque corsetée qui les maintenaient dans une incapacité, ces amazones ont été bien plus que des divas ou des excentriques, elles ont été de véritables pionnières de la libération des femmes. Elles l'ont simplement fait différemment, en peignant, en écrivant, en jouant et parfois juste en étant, et surtout en se permettant de voler aux hommes le feu sacré, celui de la création bien sûr, mais aussi celui de la liberté d'être. Voilà pourquoi, pour leurs excès, toutes ont été jugées. L'histoire a jugé leurs histoires anecdotiques, et ainsi, muses ou crampons, elles restent aujourd'hui prisonnières des notes de bas de pages des biographies de leurs illustres amants.
    Il est grand temps aujourd'hui de remettre en lumière les destins flamboyants de ces grandes funambules du réel qui, par leurs outrages, ont ouvert la voie aux héroïnes de notre temps.
    Il s'agira de :
    - Geneviève Lantelme, comédienne tapageuse et colérique, connue pour ses frasques et sa mort digne d'un roman policier - Henriette Maillat, infatigable épistolière, muse et compagne d'écrivains célèbres, grande passionnée, de loin la plus touchante.
    - Berthe de Courrière, lié à Henriette Maillat car elles ont toutes deux inspiré le même personnage d'un livre de Huysmans, sataniste, femme émancipée, éminence grise, aussi too much que brillante. Parfaite figure de la sorcière.
    - Madeleine Deslandes, auteure à succès, dandy au féminin, qui a vécu sa vie entière comme une oeuvre d'art, avec tout ce que cela a d'extrême.
    - Minna Schrader, femme de lettres et modèle d'artiste qui fut le paroxysme de la vie de Bohème, mais aussi anarchiste, avant comme Camille Claudel de passer ses trente dernières années en asile.
    - Gisèle d'Estoc, féministe, journaliste et sculptrice, adepte du travestissement, duelliste et grand amour de Maupassant. La plus rebelle.

    Sur commande
  • Ce livre est un hommage consacré à des femmes, célèbres ou anonymes, qui ont fait preuve de bravoure dans des situations exceptionnelles et souvent dramatiques. Dans cette saga émouvante il y a d'abord les résistantes, les agents de renseignement, les infirmières, les ambulancières et bien d'autres qui se sont engagées au péril de leur vie pour servir leur patrie pendant les deux guerres mondiales et les conflits postérieurs. Beaucoup sont restées des oubliées, telles les prostituées à Dien Bien Phu, transformées en soignantes dans l'enfer surréaliste de la cuvette indochinoise pour s'occuper des blessés graves ou accompagner dans la mort des soldats à l'agonie. Il y a aussi celles qui ont pris les armes pour sauver leur communauté menacée (combattantes kurdes, chrétiennes du Liban, ...).
    Cette thématique saisissante s'intéresse également aux femmes qui ont mis toute leur énergie pour agir au nom d'une oeuvre philanthropique ou pour la liberté : le prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi qui a consacré un long moment de son existence à lutter pour l'instauration de la démocratie en Birmanie tout en prônant la non-violence, l'actrice Angélina Jolie qui a destiné la plus grande partie de sa fortune à des projets humanitaires, en particulier en faveur des enfants et de la prévention du cancer du sein, la jeune Pakistanaise Malala (prix Nobel de la paix) qui a mené, malgré son jeune âge, un combat à hauts risques contre l'obscurantisme des Talibans, l'infirmière Yolande Mukagasana qui s'est surpassée pour sauver des vies lors des massacres au Rwanda, ...
    Il y a enfin les femmes de défi, à l'image de ces Saint-Cyriennes qui ont gravi le plus haut sommet de l'Afrique avec une jeune militaire convalescente, grièvement blessée en Afghanistan, et de ces reporters de guerre qui ont su trouver un sursaut de force physique et mentale pour rapporter des informations déchirantes dans un environnement pathétique de massacres inter-ethniques. Beaucoup d'autres parcours de femmes qui se sont transcendées à une période de leur vie sont présentés dans cet essai très documenté. Toutes ces aventures vécues se lisent comme un roman bouleversant. Elles nous donnent une véritable leçon de vie. Cet ouvrage historique se termine par une annexe chronologique sur « les grandes premières » réalisées par les femmes.

    Sur commande
  • Diogène

    Jean Hurtado

    • Favre
    • 2 Juillet 2020

    Le philosophe grec Diogène est né à Sinope, d'un père banquier. Ayant fui à Athènes, il devient le disciple d'Anthisthène, fondateur de l'école cynique. Dénonçant l'artifice des conventions sociales, Diogène préconisait une vie simple, plus proche de la nature, et se présentait comme un chien, d'où son surnom Diogène le Chien. Il vivait dehors, dans le dénuement, vêtu d'un simple manteau, muni d'un bâton, d'une besace et d'une écuelle, et se contentait d'une grande jarre couchée sur le flanc pour dormir. Il subsistait grâce aux contributions de ses auditeurs ou mécènes.

    Il semble qu'il ne se privait pas de critiquer ouvertement les grands hommes et les autres philosophes de son temps (parmi lesquels Platon). Certaines des apostrophes qui lui sont attribuées sont devenues célèbres, notamment « Ôte-toi de mon soleil », une réplique adressée à Alexandre le Grand, roi de Macédoine.

    Diogène a été l'humoriste le plus aimé des Athéniens, et plus tard du monde entier. Il est beaucoup moins connu comme Maître de l'Éthique dans son enseignement au Cranéion.

    Ce livre relate les trois périodes distinctes de sa vie :

    · Enfance et adolescence dans sa ville natale de Sinope. Il fait de la fausse monnaie et doit s'enfuir à Athènes.

    · Il devient le Chien d'Antisthène et l'idole des Athéniens. C'est la période la plus connue.

    · Il est capturé par des pirates et vendu comme esclave. Un riche Corinthien l'achète et l'installe au Cranéion de Corinthe, où il enseigne jusqu'à la fin de sa vie.

    Son temps est le IVe siècle avant notre ère. Dans la première moitié, Athènes, vaincue par Sparte, reconstitue sa confédération maritime et redevient la première puissance de Grèce. Dans la deuxième moitié, la Macédoine de Philippe, puis d'Alexandre, détruit le monde hellénique. Diogène se fait enterrer face contre terre pour ne pas voir ça.

    Sur commande
  • Mohammed VI

    Jean-Marie Heydt

    • Favre
    • 25 Juin 2019

    Connaissons-nous ce pays méditerranéen voisin qu'est le Maroc ? La proximité géographique ne confère pas nécessairement cette connaissance de l'autre ! Alors, que sait-on concrètement des efforts impressionnants qui ont été faits ces vingt dernières années par Sa Majesté Mohammed VI, depuis son accession au trône, pour promouvoir le pluralisme politique, pour répondre aux doléances des Marocains et pour repositionner cet État sur la scène internationale ?
    Avec les pays du continent africain, depuis son arrivée sur le trône, Sa Majesté a conduit une ambitieuse politique africaine et a ainsi renoué des liens forts et durables. Les fruits de cet investissement sans précédent ont été reconnus par les États africains, faisant de lui le possible chef de file d'une Afrique en pleine évolution et disposant d'un potentiel jusque-là peu développé.
    Qu'il s'agisse de sa gestion intérieure, de son intégration européenne, de son leadership africain ou encore de ses relations approfondies avec les grandes puissances de ce monde, le Maroc offre cette exceptionnelle opportunité de poser un regard, de découvrir ou tout simplement se remémorer les transformations réalisées durant cette période de vingt années de règne, que nous vous invitons à appréhender dans cet ouvrage en cette année 2019.

    Sur commande
  • Joseph Favre

    Albert Mudry

    • Favre
    • 22 Octobre 2020

    Cuisinier et écrivain culinaire longtemps inconnu du grand public, Joseph Favre (1844-1903) trouve enfin la place qu'il mérite dans l'histoire mondiale de la cuisine. Ce premier ouvrage biographique complet le concernant permet de vraiment comprendre l'importance de ce cuisinier. Joseph Favre est d'abord et surtout connu pour son fameux Dictionnaire universel de cuisine et d'hygiène alimentaire publié en quatre tomes et en deux éditions dès 1889, dans le but d'inclure une approche scientifique dans sa profession. Mais la vie du fondateur de l'Académie culinaire de France en 1879 est bien plus riche, voire parfois même mouvementée et surprenante.

    Joseph Favre suit un apprentissage de cuisine dans un grand hôtel avant de perfectionner son art dès 1865 à travers la Suisse, la France, l'Allemagne et l'Angleterre, en travaillant dans les grandes maisons de l'époque et en vivant de nombreuses péripéties, comme ses activités d'anarchiste ou ses supposées études de médecine comme auditeur libre à l'université. Il s'installe définitivement dans la région parisienne en 1883, mais n'a jamais pris la nationalité française. Original, visionnaire et indépendant, il prône les bienfaits de l'alimentation sur la santé et de l'importance d'acquérir une hygiène alimentaire saine. C'est lui aussi qui lance et édite La science culinaire, le premier journal culinaire écrit par un professionnel entre 1878 et 1883. Il se passionne pour les expositions et les concours internationaux, joue les historiens, devient le cuisinier et l'ami des grands de ce monde. Malgré tout cela, et certainement très jalousé, Joseph Favre meurt dans l'indifférence le 17 février 1903.

    Il a fallu plus d'un siècle aux historiens pour redonner à Joseph Favre la place qu'il mérite vraiment au Panthéon de la cuisine.

    Sur commande
  • 1919. Rayée de la carte pendant près d'un siècle et demi, la Pologne recouvre son indépendance. Un siècle plus tard, une exposition mise sur pied au Château de Morges par le Musée Paderewski, propose de revivre les temps forts de cette année exceptionnelle, ainsi que ses prémices et ses perspectives, en prenant comme guide le premier président du Conseil de cette Pologne retrouvée: le pianiste Ignace Paderewski. Ce catalogue reprend les contenus des panneaux et les enrichit de textes, de photographies et de documents supplémentaires, parfois inédits, issus pour la plupart des collections du Musée Paderewski de Morges.

    Ignace Paderewski, pianiste-concertiste rencontre très vite son public, et sa carrière internationale démarre lors de ses premiers concerts à Paris en 1888. Soutenu et encouragé par sa femme Hélène Paderewska, il vient en aide à ses compatriotes combattants et à leurs familles. L'année 1919 marque l'apogée de son engagement patriotique. Il devient Premier ministre et ministre des affaires étrangères de la République de la Pologne, délégué à la Conférence de la paix à Paris et signataire pour la Pologne des Traités de Versailles.

    Ce livre, proche d'une biographie historique dresse le portrait d'un homme passionnant, aux vies multiples.

    Sur commande
  • La réception de Nietzsche n'est pas sans surprises, car depuis un siècle, il n'y a aucun courant de pensée qui ne soit peu ou prou réclamé de lui. Oscar Levy, qui a prononcé cette insolite excommunication d'Hitler, était allemand et juif, émigré en Angleterre où, de ses propres deniers, il finança la première traduction de toutes les oeuvres du philosophe. Cette entreprise, achevée en 1913, donc avant la Première Guerre, fut pionnière dans l'univers anglo-saxon.

    L'ironie du texte ne tient pas seulement au fait que cette diatribe fut écrite par un juif : elle réside dans la plaidoirie d'un juif devenu véritable connaisseur et disciple de Nietzsche contre le tyran qui avait fait de certaines de ses idées, au demeurant mutilées, un instrument de propagande. Certes, Oscar Levy a rédigé son « excommunication » en juin 1938, donc avant la « Nuit de Cristal » et, bien sûr, avant la Shoah. Malgré leur justesse, ses attaques auraient sans doute pris une autre ampleur après 1942. Il est mort en 1946, à Oxford, et ses archives ont été déposées à la Maison-Nietzsche de Sils-Maria.

  • La Loire

    Collectif

    • Favre
    • 1 Janvier 1998
  • Après avoir vainement recherché un ouvrage sérieux pour répondre aux questions qu'il se posait au sujet de l'étymologie des noms et surnoms des pays africains, Arol Ketchiemen a finalement décidé de l'écrire lui-même.

  • Ses enquêtes ont fait la une de la presse mondiale: de la plus grande saisie d'héroïne jamais réalisée en Suisse aux prisons secrètes de la CIA, du trafic d'organes au Kosovo à la situation des droits de l'Homme en Tchétchénie. Dick Marty s'est engagé successivement dans les trois pouvoirs de l'État, il l'a fait sans concessions et avec une véritable passion morale. Ce livre n'est pas seulement le récit inédit du protagoniste et de ses investigations souvent périlleuses, mais aussi une réflexion critique sur des sujets politiques controversés.
    Après en avoir été un acteur engagé et reconnu, Dick Marty soumet la politique de la drogue à une analyse serrée pour en constater ses failles: le prohibitionnisme non seulement n'a pas réussi à empêcher la diffusion des stupéfiants, mais il a surtout contribué à produire l'un des phénomènes criminels les plus importants de tous les temps.
    Revenant sur les révélations de son rapport sur les agissements de la CIA - d'abord qualifiées par certains de fantaisistes, confirmées ensuite par une commission du Sénat américain et par la Cour européenne des droits de l'homme - l'auteur dénonce la complicité des démocraties occidentales qui ont trahi leurs valeurs et compromis l'efficacité de la lutte contre le terrorisme.
    Sur le Kosovo, le Moyen-Orient ou la Syrie, l'ancien magistrat exprime des points de vue qui s'éloignent de la pensée dominante. Il pose aussi des questions dérangeantes au sujet de l'aide au développement et exprime de vives inquiétudes pour l'indépendance du CICR. C'est aussi l'histoire de rencontres avec des délinquants, des victimes, des chefs d'État, et surtout avec des hommes et des femmes qui prennent de grands risques pour défendre les droits d'autrui. Rencontre inattendue et émouvante avec une fillette enfermée dans une cage d'un centre de détention à Manille. La carrière peu banale de cet humaniste et libéral déçu est marquée par un fil rouge, celui de la justice comprise à la fois comme « une idée et une chaleur de l'âme » (Camus).

    Sur commande
  • 1,3 milliard de Chinois changent le monde.
    La Chine sera le futur n° 1 mondial. Sa croissance, de 9,7 % cette année, stimule l'économie mondiale. Le triomphe des " capitalistes rouges " nous transporte dans la sphère chinoise où de riches patrons deviennent les leaders de la planète, dans une Chine aux projets pharaoniques. Entre espoir et crainte, serons-nous, demain, balayés par ce Super-Géant ? Avec d'inédites stratégies commerciales et un fort potentiel numérique, l'économie puissante de la Chine et de sa diaspora, change la planète et rééquilibre la multipolarité du monde qui était dominé jusqu'à présent par les Etats-Unis.
    Ce livre dresse un bilan complet de cette success-story à la chinoise en repartant aux sources de cette saga et en interrogeant tout autant l'histoire de la Chine que celle de sa diaspora. Les " succès " de la Chine actuelle ne sont plus à démontrer, mais les perspectives sont prodigieuses. Avec pour ambition de mener à son terme son chantier de la modernisation économique, politique et sociale, la Chine poursuit aujourd'hui ses conquêtes économiques et son fabuleux destin avec pour responsabilité près du quart de l'humanité...
    Quelles sont les origines et les évolutions futures d'une telle croissance ? Cet ouvrage sur la Chine et sa diaspora relate toute la trajectoire des migrants et du peuple chinois exilé depuis ses origines. Il propose un parcours migratoire, mondial, historique, géographique, sociologique, économique et géopolitique. Il traite des particularités du monde chinois et de la répartition mondiale des communautés chinoises.
    La diaspora chinoise est sans conteste la plus importante et la plus riche au monde, certains affirment même que ses richesses dépasseraient celles de la Chine ! Présents dans plus de cent trente pays, dispersés sur les cinq continents, plus de 100 millions de Chinois ont commencé leurs migrations au début de notre ère... et forment aujourd'hui un puissant empire invisible. Ce livre porte un éclairage novateur et un regard inédit sur une nation et sa sphère planétaire qui construiront le XXIe siècle.

    Sur commande
  • Les pays d'Afrique, d'Asie et d'Amérique latine détiennent la clé qui ouvre la porte du véritable développement : les femmes.
    Qu'elles s'appellent Mariam, Josefina, Micaelle, Voahirana ou Sadhana Tai dans cet ouvrage, elles représentent en même temps de nombreuses pionnières. Celles-ci multiplient les initiatives qui sortent des populations entières de l'ornière du sous-développement et redessinent les contours des familles, des villages et des sociétés. Alors que l'Occident semble en panne d'idées nouvelles et vit au jour le jour, sans projet de fond ni véritables perspectives d'avenir, pétillantes d'idées, les femmes du Sud sont en mouvement.
    Trop souvent ignorées et laissées pour compte, elles veulent désormais jouer le rôle le plus important tant dans l'économie rurale que dans l'activité alimentaire, le domaine social ou les droits humains. De leur réussite et de l'espace de liberté et de responsabilité qu'elles peuvent gagner dépend l'avenir de nombreux pays et peut-être bien de la planète toute entière.

  • Ce livre propose deux actes de la mondialisation entre la Chine et l'Europe. « L'acte I », c'est la légendaire « route de la soie », celle d'Alexandre le Grand à Marco Polo, avec des guerriers, des espions, des missionnaires et des caravanes, et des échanges économiques, culturels, religieux, techniques, scientifiques et esthétiques entre des peuples lointains. Son déclin est lié à l'ouverture de la route maritime des épices au XVe siècle, plus sûre et rapide.
    « L'acte II », c'est la transformation mondiale et la construction du plus grand chantier planétaire qui va impacter le monde. Les « nouvelles routes de la soie » du XXIe siècle (en anglais One Belt, One Road - Une ceinture et une route), c'est le projet pharaonique de la Chine et de son président XI Jinping, qui promet de changer les équilibres géopolitiques dans le monde à l'horizon 2049, pour les 100 ans de la République populaire. Ce remodelage planétaire se fonde sur la construction d'infrastructures de transports routiers, ferroviaires et maritimes répartis sur les cinq continents, qui doivent charrier à la fois les produits « made in China » vers de nouveaux marchés et augmenter l'influence de Pékin à l'international. Des milliers de milliards de dollars seront investis et 80 pays impliqués.
    C'est une opportunité de prospérité, de développement et de paix entre les pays et les peuples tout au long de ces routes, et un espoir pour chacun.
    Par exemple, la partie chinoise de l'autoroute Chine - Europe est terminée. Un train relie Londres et Madrid, Décathlon arrive directement de Chine dans le Pas-de-Calais en 8 jours au lieu de 45, et une autre ligne directe de fret relie Lyon à la Chine. À Paris, le chinois Taxify est en train de supplanter Uber. Parmi les projets innovants, notons le Canal du Nicaragua ou celui du « TGV Chine - USA », ou un tunnel chinois de 1000 kilomètres.

    Ce projet va bouleverser nos économies à court et moyen terme, en Europe et en France avec des impacts dans nos vies quotidiennes. Cette opportunité économique et géostratégique est la meilleure nouvelle qui puisse arriver pour l'Europe qui se trouve à une extrémité de la route. L'Europe saura-t-elle profiter de cette ouverture économique vers l'Orient ? Impact à court et moyen terme.

    Sur commande
  • Les anglo-saxons les appellent unmanned vehicles que l'on pourrait traduire par « véhicules déshumanisés ». Il s'agit d'engins robotisés pilotés à distance qui se sont répandus depuis les années 2000. Dotés de nombreux automatismes, ils semblent préparer l'arrivée d'engins robotisés autonomes que les médias appellent « robots tueurs ». Pourtant des systèmes automatiques aptes à « engager » des cibles existent déjà. Le Phalanx américain et l'Iron Dome israélien sont des systèmes anti-aériens fonctionnant sans intervention humaine.
    Plusieurs nations travaillent aujourd'hui à la mise au point d'engins armés autonomes fonctionnant en mode supervisé pour lesquels le contrôle ne se fera qu'à posteriori, une fois le tir effectué. Ainsi, l'armée américaine envisage déjà de confier à des pilotes la direction d'essaims entiers de drones aptes à « traiter » des objectifs ennemis.
    Une fois établie, la robotisation du champ de bataille sera irréversible et comparable à la révolution dans les affaires militaires que représenta l'arrivée des armes à feu. De par leur vitesse de décision, leur capacité d'accéder à de larges bases de données, leur absence d'émotions et leur statut hybride de machines consommables, ces engins devraient progressivement éliminer l'élément humain du champ de bataille. Un nouveau mode de guerre éclair en réseau devrait ainsi apparaître.
    Cette nouvelle guerre robotisée permettra d'achever dans le domaine militaire le projet cybernétique initié à la fin de la seconde guerre mondiale. La guerre basée sur des réseaux hybrides hommes-machines et des combattants « augmentés » eux même hybrides homme-machine sera ainsi devenue la norme.
    L'introduction de ces engins « déshumanisés » a pour effet de « déshumaniser » le champ de bataille, c'est ce que cet ouvrage cherche à expliquer. La guerre étant un lieu d'élaboration de la pensée, cette évolution ne sera pas sans conséquences sur le rôle attribué à l'être humain dans la société.

    Sur commande
  • Choc de cultures entre repli sur soi et ouverture. C'est l'histoire de dirigeants déterminés à refuser le changement face à un président de la Poste fraîchement nommé par le Conseil fédéral. Rentré dans son pays après une longue carrière à l'étranger au sein d'entreprises de renom, il voulait proposer une nouvelle vision pour cette vénérable institution qu'est la Poste suisse. Face à la diminution des volumes du courrier, il préconise la sauvegarde du service public par la recherche de nouveaux relais de croissance. Mais à peine est-il en place que l'ancienne garde de la Poste cherche à l'empêcher d'agir. Elle fait nommer un directeur général incarnant le statu quo. L'inertie semble l'emporter. On ne veut ni sang neuf, ni idées provenant de l'extérieur. C'est une mécanique parfaitement huilée, avec ses règles non dites et ses réseaux agissant dans l'ombre. L'affrontement est programmé, d'autant qu'au-delà du président, c'est parfois le conseiller fédéral lui-même qui est visé. Avec en toile de fond une guerre sourde d'information, de désinformation et même de «fake news» avant l'heure. Cette partie d'échecs très serrée entraîne la chute du directeur général puis, un mois plus tard, au terme d'une intense campagne de dénigrement et de vengance, le départ du président.
    Au-delà des aspects parfois rocambolesques de cette confrontation sans merci, ce récit lève le voile sur la façon dont fonctionnent en Suisse les rouages discrets du pouvoir, les cercles et les réseaux d'influence qui assurent parfois la survivance de vraies chasses gardées. Ce témoignage permet de mieux comprendre le fonctionnement de nos institutions. Combien de temps sera-t-il encore possible de faire face à un monde de plus en plus globalisé en recourant à la formule magique de nos ancêtres, faite davantage de compromis et d'équilibre supposé que de vision d'avenir et de détermination ?

    Sur commande
  • Premier chef d'État démocratiquement élu de Guinée après un demi-siècle de combat politique au cours duquel il a connu l'exil, la condamnation à mort et la prison, Alpha Condé préside depuis 2010 au destin d'un pays dont les considérables potentialités économiques ont longtemps été étouffées par des décennies de dictature et de malgouvernance. Désormais libérée de ses entraves, la Guinée, qu'Alpha Condé comparait lors de son accession au pouvoir à un aigle enchaîné, a enfin pris son envol.

    Dans ce livre d'entretiens recueillis à Conakry, ce panafricain dans l'âme revient sur l'itinéraire hors norme qui est le sien, de la Sorbonne enfiévrée de Mai-68 au palais de Sekhoutouréya, en passant par la maison d'arrêt de Kaloum et les combats de la mythique Fédération des étudiants d'Afrique noire en France. De la décolonisation à l'émergence, de Sékou Touré au pluralisme démocratique, la saga d'Alpha Condé se confond avec l'Histoire contemporaine de la Guinée, en même temps qu'elle s'inscrit dans celle de tout le continent africain.

    À la fois témoin et acteur de son temps, cet universitaire militant devenu homme d'État continue sa longue marche au service de son pays. Comme Charles de Gaulle se faisait « une certaine idée de la France », Alpha Condé a de la Guinée et de son destin une idée certaine qu'il nous fait découvrir ici, avec autant de passion que de franchise...

    Sur commande
  • Le temps des colonies

    Charles-Henri Favrod

    • Favre
    • 13 Octobre 2005

    Auguste Salzmann, en 1855, a cette formule définitive : " Les photographies ne sont plus des récits, mais bien des faits doués d'une brutalité concluante.
    " Un explorateur de l'Ouest américain, William Henry Jackson, confirme : " L'importance de la photographie vient de ce qu'elle a l'importance d'un fait ". C'est un constat, un témoignage irréfutable, qui va beaucoup plus loin que le dessin, toujours à la merci de la maladresse de l'artiste, ou de son imagination. On dispose désormais d'un véritable premier état, sans interprétation, immédiat. Prise de vue, prise de vie, le temps est fixé, en mémoire.
    Une présence physique a impressionné une plaque sensible, s'y est incorporée et y subsiste. Alors qu'il ne reste rien de l'homme photographié, pas même une poussière d'os, son regard continue de nous interroger d'outre-tombe, d'outre-monde. Toute la première génération des anthropologues interprète à distance les matériaux réunis par les voyageurs, missionnaires, négociants, officiers coloniaux, au contact direct des populations exotiques.
    Dans un premier temps, l'anthropologue est essentiellement un compilateur, un homme de cabinet, qui compare entre elles les informations dont il dispose, de sources diverses, plus ou moins sûres, concernant les ethnies qu'il se propose d'étudier. Précisément, le photographe lui apporte le document de première main, brut, on serait tenté de dire tout chaud encore de son empreinte et de la vie qui l'anime.
    On peut, bien sûr, ironiser sur cette collecte d'autant plus dérisoire qu'elle vise à l'ubiquité, au définitif, et consiste surtout à épingler des hommes sur papier comme des papillons. Toujours est-il que la photographie ne s'embarrasse pas de détours. Elle fait irruption, précise, abondante, incontestable. Elle bouscule l'influence encore vive du retour d'Égypte, le rêve créole autour de Paul et Virginie ou l'impératrice Joséphine, le romantisme du Voyage en Amérique ou des Orientales.
    Du coup, l'exotisme n'est plus ce qu'il était et on peut reprocher à la photographie cette vérité qu'elle impose, quand la peinture exalte tant encore harem et sérail, esclaves noirs et chevaux arabes, cèdres du Liban ou palmiers des isles, couchers de soleil flamboyants, et le désert et la mer toujours recommencés. Exotisme pas mort, mais modifié dans la mesure même où la photographie en étend l'aire et en révèle des éléments nouveaux, inconnus, étranges, qui ont pour eux l'atout d'être des faits, des preuves.
    Elle opère au moment précis où l'Europe se charge de la responsabilité de l'ensemble du monde colonial. Les Européens d'Amérique n'ont-ils pas montré l'exemple en se dotant de tout un continent ?

  • Si la Chine entre en guerre dans l'avenir, emploiera-t-elle des méthodes de combat occidentales et se limitera-t-elle aux règles de la guerre définies par l'Occident ? La réponse des militaires chinois est négative. Pour gagner, plusieurs dispositifs peuvent être appliqués et additionnés. La Chine a une vision de l'unicité de son territoire, de son influence régionale en Asie et de ses projets stratégiques, tant pour sa défense nationale que pour son rayonnement international.

    Sur commande
  • Des élèves qui ne tiennent pas en place et ne respectent plus les règles, des enseignants qui se disent épuisés et impuissants à résoudre les problèmes de comportements. L'indiscipline est-elle en train de se répandre dans les écoles ? Combien de classes sont-elles touchées ? À quoi ressemble une classe dite "difficile"? Quelles sont les diverses causes à l'origine de ces phénomènes ? Comment réagir ? À ces questions, le livre de Jean-Claude Richoz apporte des éléments de réponses et des conseils pratiques. Il offre des témoignages révélateurs des difficultés que traversent actuellement les enseignants, mais surtout de nombreux exemples de recadrage réussis de classes et d'élèves. De façon concrète, en illustrant ses principes avec de bons exemples fournis par des enseignants, l'auteur présente des démarches d'intervention et des outils qui ont fait la preuve de leur efficacité pour résoudre des problèmes de discipline. Il montre une voie possible pour restaurer un climat de travail dans les classes, en rétablissant avec les élèves une relation d'autorité respectueuse et bienveillante. Un livre méritoire et utile, qui propose tout un ensemble de moyens de remédiation, de pistes de réflexion et de connaissances théoriques susceptibles d'intéresser les enseignants, futurs enseignants et toutes les personnes concernées par les questions d'enseignement et d'éducation.

  • Indépendance vous avez dit ? Quelle indépendance ? Entre humour et dérision, mais toujours avec justesse, Venance Konan nous dresse sans concessions le bilan des cinquante ans de ces indépendances « Chachacha » comme il les appelle.
    Des partis uniques aux systèmes démocratiques, en passant par les coopérants, les ONG, les accords de défense, les Soviétiques, les Programmes d'ajustements structurels, la Françafrique, les Chinois, etc., personne n'est épargné.

  • Les éditeurs du livre ont réuni autour de l'énigme de l'immortalité une vingtaine d'auteurs venus de différents horizons. Qu'ils soient professeur de médecine ou de littérature, dessinateur, biologiste, psychiatre, avocat, architecte, mathématicien ou alpiniste, ils proposent, chacun à leur manière, en sortant parfois de leur réalité professionnelle, une réflexion en lien avec ce thème vaste, incertain et intemporel.

empty