Vie pratique & Loisirs

  • Culture surf

    Alain Gardinier

    Plus qu'un sport : un art de vivre !
    Depuis les rois hawaiiens, plus qu'un sport de glisse, le surf a toujours été un style de vie, voire un art de vivre. Petit à petit, qu'elle vive à Biarritz, Coolangatta, Durban ou Florianópolis, la tribu des surfeurs en est venue à créer, avec beaucoup d'inventivité et de talent, ses propres codes, modes d'expression et repères.
    Mode (le surfwear), musique (la surf music), modes de transport, objets et héros du surf sont le sujet de ce livre truffé d'histoires méconnues et de documents inédits.

    Sur commande
  • L'histoire d'Iván Fandiño est celle de l'aventure du dépassement, celle d'un torero que les poètes ou les historiens n'ont pas encore encensé mais dont nous, aficionados, parlerons longtemps.
    En son nom et en celui de la vérité, il a mené, avec Néstor García, une carrière faite de sang, de sourires et de lar mes.
    Leur union n'est pas seulement celle d'un matador et d'un apoderado, c'est celle de deux hommes partis des racines les plus humbles, et qui ont réussi à faire trembler le système archaïque de la Fiesta.
    Néstor, l'autre « moi » de Fandiño, écrit à propos d'un destin qui va bien au-delà de la simple trajectoire d'un torero :
    C'est l'histoire d'un héros, d'une alliance sans faille dans la fraternité et la loyauté. Ce livre, dans lequel sont révélés les secrets les plus nobles mais aussi les plus sombres du monde taurin, ne laissera personne indifférent.
    Nous tenons l'histoire d'un homme devenu un mythe, qui a vécu comme il est mort et qui est mort comme il a vécu : en cherchant la liberté.

    Sur commande
  • Surfing moments

    Francois Lartigau

    Il fut un frondeur, un vrai, mordu de vagues, de voyages et d'expériences. Comme peu d'autres, il a vécu l'aventure du surf moderne, a connu la contre-culture de la glisse, la découverte des spots secrets, la route, les drogues, la marginalité.
    Au cours de ses aventures, de Biarritz à l'Australie en passant par l'Afrique du Sud, Hawaii et Bali, il ne s'est jamais défait de ses carnets et scrap-books, tous remplis d'anecdotes, de dessins et d'aquarelles, sauvegardant ainsi ce qu'il appelait les « Surfing Moments ».
    Plusieurs mois avant de s'éteindre le 13 décembre 2016, François Lartigau avait entrepris de tout raconter. Trop diminué par la maladie, conscient qu'il ne pourrait aller au bout de son dernier projet, il a demandé à son ami surfeur et écrivain Alain Gardinier de l'aider à réaliser le livre dont il rêvait.
    Plonger dans Surfing Moments, c'est embarquer pour un superbe voyage où les souvenirs se mêlent aux tubes de couleurs et à l'eau salée.
    Ce récit unique nous transporte dans l'univers d'un homme fou d'océan, de mouvement et d'absolu.

    Sur commande
  • Coup de gueule d'un amoureux du ballon « à deux bouts », Rugby en péril dénonce les régressions et les dérives d'une discipline pourtant promise, il y a peu, à une sorte de gloire auréolaire et exceptionnelle dans le paysage du sport-spectacle. Longtemps en effet, le rugby fut d'une grande fluidité visuelle ;
    Ses pratiquants pouvaient être rustres que leurs élans n'en étaient pas moins nobles, et tandis qu'on jouait, on donnait du plaisir aux gens. Aujourd'hui, le même sport étouffe dans un règlement prolifique et indéchiffrable, des joueurs musculeux tiennent le ballon comme s'il portait un parpaing et l'affrontement de deux équipes se résume souvent à la collision des poids en présence. Il en ressort un ennui, un ennui terrible, qui déroute jusqu'aux plus fidèles.
    Bien mieux qu'une ode au passé, Jean-Yves Viollier en appelle à un sursaut du rugby français professionnel pour que ce sport si délicieusement collectif retrouve sa créativité, ses évitements comme ses courses et qu'enfin « les plus rusés continuent de l'emporter sur les plus forts ».
    À la veille de la Coupe du monde, il est urgent que le rugby français se remette en question pour qu'il cesse d'être la version détournée de ce qu'il fut et de ce qu'il devrait être. Nous n'attendons que ça : rêver, de nouveau, au bord des terrains.

    Sur commande
  • Il fut l'un des meilleurs surfeurs de tous les temps, le héros de l'Amérique dorée des années soixante. Tournant le dos au surf business et à la normalité, ayant décidé une fois pour toutes de ne jamais accepter le « système » et ses compromissions, Miklos « Da Cat » Dora va s'embarquer pour une vie en marge, faite de petites arnaques et de grands voyages autour de la planète.
    Rattrapé par la justice lors d'un de ses longs séjours sur la Côte basque, celui que l'on surnomme « le Kerouac en short » connaîtra l'enfermement, sans jamais perdre son statut de légende, sans renier sa quête de la vague parfaite et de l'été sans fin.
    Aujourd'hui plus que jamais, Miklos « Miki » Dora fascine toute une génération qui n'a jamais connu de véritable rebelle.

    Sur commande
  • Belharra

    Lionel Fauré-Corréard

    « Quand j'ai décidé de revenir au Pays basque, Hugo m'a proposé d'habiter avec Jordi et lui. Pour moi, c'était une véritable aubaine : en côtoyant ces deux pirates, j'avais l'assurance d'une vie débridée, intrépide, pleine d'éclats de rire, de filles faciles et de couchers de soleil. Après quatre années passées à Tokyo, j'avais besoin d'adrénaline dans les veines et de vent dans les cheveux. J'étais loin d'imaginer tout ce qui m'attendait ! » Entre souvenirs de lycée, de fêtes arrosées, d'amours manquées, Xan, Jordi, Paul et Hugo, quatre amis fous de surf, guettent l'arrivée d'une vague gigantesque, celle que les marins basques surnommaient Belharra Perdun, la colline verte. Plus la houle approche, plus les problèmes se radicalisent et plus les tensions internes s'exacerbent... Chacun cherche une bonne raison de jouer sa vie.

    Sur commande
  • "Waterman" est la première biographie exhaustive consacrée à Duke Kahanamoku (1890-1968), nageur, médaillé aux jeux olympiques de 1912, 1920 et 1924, surfeur et véritable icône hawaiienne : le waterman ultime, un être humain voué à toutes les pratiques océaniques.
    Bien avant que Mark Spitz et Michael Phelps n'effectuent leur premières brasses, Jahanamaku émergea des eaux lointaines de Waikiki pour devenir la première superstar américaine de la natation olympique. Le premier "poisson humain" établit plusieurs douzaines de records mondiaux et resta au sommet de cette discipline pendant bien plus de dix ans. Sa rivalité avec Johnny Weissmuller transforma la compétition de natation d'un spectacle anodin et marginal en un événement de premier ordre.
    Kahanamoku utilisa sa renommée olympique pour faire connaître au monde le surf, une activité jusqu'alors quasiment inconnue au-delà de l'archipel hawaiien. Fièrement campé sur son longboard traditionnel en bois, il propagea le surf de l'Australie à Hollywood et de la Californie au New Jersey. Nul autre athlète américain n'a eu plus d'influence que lui sur ces deux sports et pourtant, il demeure une figure énigmatique et méconnue : un Polynésien à la peau bronzée qui fit face à l'ignorance et au racisme bien avant Joe Louis, Jessie Owens et Jack Robinson.
    Le lien étroit de Kahanamoku avec sa terre natale était essentiel. Né dans un royaume d'Hawaii encore indépendant, il fut shérif d'Honolulu pendant la Seconde Guerre mondiale et devient ensuit l'ambassadeur mondial de l'esprit aloha jusqu'à sa mort en 1968, neuf ans après l'accession d'Hawaii au statut de cinquantième Etat des Etats-Unis.
    Dans "Waterman", David Davis, journaliste américain plusieurs fois récompensé pour ses travaux, retrace le destin exceptionnel de Duke Kahanamoku dans et hors de l'eau, son élément naturel.

    Sur commande
  • Savez-vous qui a eu l'idée de fabriquer la dérive, le leash, la première combinaison Néoprène, le premier boardshort ? Savez-vous encore qui sont les vrais beach boys ou quel surfeur est surnommé la « mouette blessée » ? Connaissez-vous Dick Dale, John Gabaldon, Gidget, Brock Little, Johanne Defay ?
    Rassemblant près d'une centaine de chroniques écrites par Alain Gardinier pour France Bleu Pays Basque, Surf Me Up ! répond à autant de questions indispensables - ou pas - à propos du surf, son milieu et sa culture. C'est ainsi que grâce à ce précieux et balnéaire ouvrage, vous apprendrez que l'un des meilleurs surfeurs actuels est italien, que la plus longue vague du monde est au Pérou et qu'Agatha Christie surfait ?! Quant à Elvis Presley, la question se pose encore.

    Journaliste et écrivain, Alain Gardinier a fait du surf et de son univers l'une de ses spécialités. Auteur de onze livres et de nombreux documentaires sur le sujet, c'est sur le spot de Parlementia à Bidart qu'il exerce sa passion au quotidien.

    En collaboration avec France Bleu Pays Basque.

    Sur commande
  • Certains ont laissé leur santé, leur famille et même leur vie dans la drogue. D'autres ont cherché une solution pour résoudre leurs problèmes existentiels. L'un d'eux fut un véritable criminel, condamné à la perpétuité. Mais tous ont un point commun : ils furent de sacrés surfeurs, parmi les meilleurs du monde. Ride the wild surf ! raconte les parcours cabossés de Peter Drouyn, Michael Peterson, Jack « Murph The Surf » Murphy, Mike Hynson, Miki Dora, Rick Rasmussen ou encore Bunker Spreckels, des surfeurs pour qui surfer la vague de la vie ne fut pas un parcours de santé.

    Extrait :

    PETER DROUYN aka WESTERLY WINDINA « Sur la côte Est de l'Australie, en particulier sur la «Gold Coast», cette frange de côte d'une cinquantaine de kilomètres au sud de Brisbane, le «westerly wind» est toujours attendu :
    Venu de l'intérieur des terres brûlantes, ce vent creuse les vagues et chasse l'humidité. Cette «côte dorée» de l'état du Queensland abrite parmi les meilleurs surf spots du pays dont six perles nommées Greenmount, Rainbow Bay, Currumbin Alley, Snappers Rocks, Kirra et Burleigh. Peter Drouyn, ce surfeur costaud au sourire étincelant qui régnait en maître sur ces vagues turbulentes et faisait se retourner les filles sur son passage, les avait surnommées les six soeurs. Les six soeurs existent toujours et ravissent une nouvelle génération de surfeurs.
    En revanche, il n'y a plus de Peter Drouyn. Pour son bien-être et pour l'état civil, Peter Drouyn, né le 30 juin 1949 à Surfers Paradise, fils de Victor et Gwendolyn, se nomme désormais Westerly Windina. Bien entendu, il est difficile, quand on opère un changement de sexe à l'aube de ses soixante ans, de prétendre vouloir ressembler à Gisèle Bündchen. Néanmoins, Westerly est une charmante blonde d'un certain âge, jamais avare en toilettes sexy et sourires enjôleurs. »

    Sur commande
  • À deux pas de l'église, une foule de badauds s'est pressée sur la place du fronton et acclame de vive voix ces joueurs vêtus de blanc. « Yo H!» Le buteur s'élance et projette violemment la pelote contre le mur de pierre dans la pure tradition des jeux d'antan. La partie est engagée.

    Bien plus qu'un sport, la pelote basque est une tradition spectaculaire où les pelotaris manient l'art de la balle telle une vertu, alliant force et endurance, vitesse et agilité. Véritable trait d'union entre les époques, ce vénérable jeu, toujours fringant, n'a de cesse de se développer et possède aujourd'hui ses propres structures nationales et internationales.

    Dans ce livre, Jacques Saldubehere nous invite à découvrir les filiations historiques de ce jeu de balle si particulier, ses différentes spécialités, ses règles, ses terrains, l'évolution de ses instruments, ainsi que le développement des pratiques et des fédérations. Sur la place du fronton ou au trinquet, à main nue ou en utilisant divers instruments, à l'école ou en club, la pelote basque est une discipline qui traverse les âges et regroupe les générations autour d'une même passion.

  • Cet ouvrage à la fois érudit et didactique met en lumière l'art de chasser la bécasse dans les Landes de Gascogne depuis le XIXe siècle.
    L'auteur y glorifie des personnages tous chasseurs et parfois illustres braconniers. Parmi eux, le portrait haut en couleur de son ami, Jean Gourgues, dit « Jean de Blazion ».
    Les magnifiques aquarelles de Dominique Pizon, artiste peintre animalier, accompagnent et épousent avec harmonie ce récit au style enlevé et authentique ; les passages autobiographiques séduiront à coup sûr les chasseurs gascons, et autres coureurs des bois passionnés.
    La forme particulièrement soignée de l'ouvrage éclaire avec élégance ce récit d'une belle tenue littéraire.
    En outre, le lecteur y trouvera de nombreuses informations et définitions.

  • Savoir se préparer mentalement pour être plus performant, appliquer les études sur l'apprentissage pour progresser, apprendre à gérer les compétitions et oser surfer des grosses vagues.
    Voici le programme principal de ce guide de psychologie du surf destiné aux free surfeurs, aux compétiteurs et aux éducateurs.
    Ce n'est plus un secret, le mental est nécessaire pour optimiser ses performances sportives et c'est souvent lui qui fait la différence.
    Ce guide, pratique et accessible, est également pédagogique grâce aux informations détaillées sur le suivi d'un jeune compétiteur (Thomas La Fonta) ainsi qu'à la pertinence des propos de champions qui expriment aussi parfois leurs fragilités.
    Mais au-delà du simple cas du surf, l'auteur synthétise ses années d'expérience comme psychologue pour nous offrir des pistes d'accès à notre épanouissement personnel.

    Sur commande
  • Nicolas Vergonzeanne décode les gestes et les rituels de cet art taurin. Huit fois champion de France des sauteurs, il est devenu « torero » au fil des années, alliant sa formation et ses compétences athlétiques à la connaissance du bétail et de la course. Après les fameuses « corsayres » ou vaches encordées, il a innové en sautant les toros des grandes ganaderias espagnoles.
    « Comprendre la course landaise » est ponctué d'anecdotes et de témoignages permettant de comprendre les éléments fondamentaux qui font une bonne ou une mauvaise course. Il est également rythmé d'illustrations magnifiques et très éclairantes de Cyrille Vidal, photographe réputé de ce spectacle taurin.

    Sur commande
  • 4,769 kilomètres seulement séparent les stades de l'Aviron Bayonnais et du Biarritz Olympique, mais est-ce une raison suffisante pour se marier ? Mai 2015 : en entendant une nouvelle fois parler de fusion, les supporters, d'abord incrédules, rigolent puis s'indignent, tandis que les politiques s'agitent dans l'ombre et que les deux présidents Serge Blanco et Manu Mérin, complotent, démentent, menacent, éructent, avant de piteusement démissionner. Récit de deux mois de folie et de la (provisoire ?) victoire des amateurs sur les professionnels...

  • « Regards taurins » est le fruit de la rencontre entre un photographe et un écrivain, sur la route des toros. Il est un chassé-croisé entre images et textes, un échange filé entre ce que l'on voit et ce que l'on croit voir dans l'arène, cet espace circulaire où l'image raconte ses histoires et permet d'en inventer. INFOPRESSE : Un photographe et un écrivain sur la route des toros, « Regards taurins » est le fruit de la rencontre de deux passionnés. Antoine Beauchamp, étudiant, vit à Séville où l'a mené sa passion pour les toros. Il écrit régulièrement des chroniques sur le site de France 3, « Signes du Toro ». Blaise Volckaert est cuisinier à Lyon et photographe à ses heures perdues. Leur objectif commun était de continuer à faire vivre sur papier cette émotion des arènes, ce plaisir du spectacle, et de nous faire partager la vie d'un homme pas tout à fait comme les autres, qui s'habille de lumière, certains après-midi d'été.

  • Entrainement vi

    " Si les travaux sur l'entraînement ont fait l'objet de nombreuses publications, ceux qui concernent l'activité de l'entraîneur sont peu nombreux et souvent peu documentés.
    C'est sans doute que la réflexion sur la problématique de la fonction d'entraîner touche à la complexité de la prise de décision en situation. Celle-ci rend compte à la fois de la capacité à analyser une situation ponctuelle et à la rapporter à une vision globale pour mettre en oeuvre une stratégie d'intervention immédiate. Mais l'expertise de l'entraîneur consiste peut-être également à construire un corpus de connaissances adaptées à une démarche essentiellement personnelle qui en fait sa richesse.
    Les analyses de courses accompagnent les entraîneurs de natation depuis de nombreuses années. On pourrait les qualifier d'observation des faits. En quoi participent-elles à l'élaboration des connaissances et des stratégies opérationnelles des entraîneurs, nul ne peut le dire de manière globale. Seuls les résultats comparés de ces analyses dans le temps peuvent rendre compte indirectement de leur influence sur l'activité des entraîneurs.
    Ce document va plus loin dans les propositions faites aux entraîneurs en diversifiant les points de vue, en ouvrant des perspectives dans l'interprétation des comportements en situation de compétition et en les comparant à l'excellence. Autant d'éléments qui font de ce recueil une base de données très complète au service de chacun et un excellent outil de travail pour l'élaboration d'une démarche individualisée de l'entraînement.
    C'est dans cet accompagnement des entraîneurs que nous souhaitons nous engager à l'avenir. Les avancées technologiques permettant d'améliorer la prise d'information au bénéfice d'une meilleure analyse des faits viennent conforter la richesse de ce travail. " C. Fauquet.

  • Ce livre décrit le comportement du taureau de combat dans la campagne, son habitat naturel, et également dans l'arène où ce magnifique animal passe les dernières minutes de sa vie. Il doit alors rendre possible le succès du matador, qui le domine en ce lieu, lors d'un magnifique duel qui, dans les meilleurs moments des deux adversaires, déborde d'art et d'émotion.
    Ainsi, l'auteur a étudié avec rigueur et détail les différents aspects de sa conduite dans sa campagne natale.
    Le dernier chapitre nous transporte dans l'arène où sont analysés de façon très suggestive et très complète tous les moments du combat : la sortie du toril, la phase des piques, celle des banderilles et celle de la muleta.
    Comme grébiche, le livre inclut des réflexions sur le présent et l'avenir du taureau de combat et de la corrida elle-même, recueillies à la demande de l'auteur, par de notables matadors, éleveurs, critiques taurins et aficionados.

    Sur commande
  • Ce livre est un hommage à la corrida, à la Fiesta Brava, telle que la concevait Madame Dolores Aguirre : une fête où rien n'est plus important que le toro brave.
    Le milieu taurin est un milieu d'hommes. Ce sont eux qui traditionnellement élèvent des toros de combat ou les affrontent. Dolores Aguirre s'y est pourtant fait une place respectée et un nom légendaire...

  • Noël Vandernotte, issu d'une famille de patriotes sportifs, est le plus jeune médaillé olympique de l'Histoire.
    Il reçoit deux médailles de bronze à Berlin en 1936 à l'âge de 12 ans en aviron.
    Il entre ensuite dans la résistance sur les pas de son père en 1940 et échappe aux griffes de la Gestapo à plusieurs reprises en exhibant sa carte d'accréditation olympique. Réfugié clandestin à 17 ans à Anglet au Pays basque chez son oncle Étienne Etchebarne, il continue à pratiquer l'aviron et le basket-ball pendant l'Occupation.
    À 22 ans, il est champion de France d'aviron en quatre barré sous les couleurs de son club de coeur, le Cercle d'Aviron de Nantes avec trois de ses équipiers des JO de Berlin dix ans plus tôt : ses oncles Fernand et Marcel Vandernotte et le fidèle Marcel Chauvigné.
    En 2015, la République lui décerne pour son action au service du sport et de la France, la Légion d'honneur ; il est âgé aujourd'hui de 91 ans.

  • « Le toreo n'est pas l'art des fuites gracieuses mais celui du don absolu de soi » a écrit le poète. Le torero vit chaque minute de son existence en fonction de ce temps compté sur le sable, face au fauve qui l'obsède. Aujourd'hui, en Espagne, on peut gagner sa place au soleil sans mettre sa vie en jeu de la sorte. Pourtant, de plus en plus de jeunes se lancent dans l'aventure. Ils poursuivent le mythe. Antonio Ferrera est de ceux-là. Rémi Monnier a vécu une saison dans son ombre, partagé ses joies, ses blessures, ses silences. Rémi Monnier est journaliste à Sud-Ouest depuis 1990.

  • Un témoignage unique sur les années 20 au Pays basque et sur les débuts du rugby.
    Un portrait tout aussi inédit sur le parcours exceptionnel d'un joueur originaire des Pyrénées-Atlantiques devenu un véritable héros international : plusieurs fois champion de France en club, treize fois capitaine du Quinze de France, Adolphe Jauréguy, dont les contemporains avaient pour nom Borde, Crabos, Chilo, Cambre, Bousquet, Nicolaï, Thierry, Géo André , Lubin..., fut reconnu comme étant l'ailier le plus rapide de sa génération.
    Un récit également remarquable par son style aussi alerte que la foulée légendaire du célèbre rugbyman.
    Adolphe Jauréguy a été publié chez les grands éditeurs de son époque (éditions Kra, Correâ, J.Susse) et plus récemment par les éditions de la Table Ronde.
    Un livre introuvable depuis plus de 50 ans;
    Atlantica vous propose de le redécouvrir

  • Pourquoi vont-ils voir des corridas ? C'est une question que l'on avait tout simplement oublié de poser. Autant les motivations du cinéphile ou celles du mélomane ne font guère de mystère et ne se trouvent jamais discutées, autant la foule des arènes semble être sans visage, sans raison(s) et même sans coeur à tous ceux qui ne s'y sont jamais mêlés.

    Etrange époque où l'on remet en cause un spectacle sans jamais interroger son public, où la vigueur d'interdire dépasse la liberté d'aimer, où la vie d'un canard engraissé serait aussi estimable que celle de son gastronome.

    Il était donc temps de connaître les motivations obscures ou rationnelles qui poussent chaque année deux millions de personnes vers des arènes françaises. Car il y a là une véritable société, aussi diverse que celle des amphithéâtres de droit commun.

    Marc Delon a rassemblé un nombre important de témoignages dont la variété langagière et sentimentale ne manquera pas de surprendre les curieux et les philistins. Certains s'émeuvent ainsi de la beauté du geste de toréer, d'autres puisent dans la corrida une représentation de la vie et de la mort, d'autres encore ne peuvent donner pour explication que celle des souvenirs.

    Quelle étonnante assemblée humaine que celle des arènes, où l'on trouverait presque, chaque après-midi de toros, de quoi remplir un dictionnaire des professions sinon un échantillon du peuple français. C'est ainsi que selon le prix de votre place et selon votre niveau de chance, vous vous trouverez assis à côté d'un brancardier, d'un notaire, d'un gardien de square, d'une anesthésiste, d'un faussaire ou d'une présentatrice météo.

    Marc Delon est parvenu à reconstituer la grande foule des grandes corridas, ces publics aux voix dissonantes, dont les murmures récurrents évoquent confusément l'anarchie, et qu'une émotion soudainement unanime fait crier depuis un même fonds de gorge : « Olé ! ».
    Une arène, un public, des milliers de ténors.

empty