Littérature traduite

  • L'interprétation du rêve

    Sigmund Freud

    • Seuil
    • 7 Janvier 2010

    Traduction inédite et introduction de Jean-Pierre Lefebvre.Alors que, 70 ans après sa mort, les textes de Freud tombent dans le domaine public, les éditions du Seuil ont entrepris de retraduire les plus grands d'entre eux.

    Sur commande
  • La musique peut nous émouvoir jusqu'au tréfonds de notre être, nous arracher à la dépression, nous inciter à danser, ou nous rendre triste et nostalgique. Quand on est un neurologue aussi compétent qu'Oliver Sacks, et ouvert, comme lui, à bien d'autres disciplines, comment peut-on comprendre et décrire ce pouvoir ? Plus d'aires cérébrales sont affectées au traitement de la musique qu'à celui du langage : l'homme est donc véritablement une espèce musicale.Bien des exemples le montrent, évoqués par Sacks avec la force et le talent qu'on lui connaît (voir L'Homme qui prenait sa femme pour un chapeau), depuis ce chirurgien frappé par un éclair qui devient soudain pianiste à l'âge de quarante-deux ans jusqu'au frère manchot de Wittgenstein, en passant par les familiers de la synesthésie ou les arriérés mentaux mélomanes.La musique est souvent médicalement bienfaisante : elle anime les parkinsoniens incapables de se mouvoir, améliore l'élocution des victimes d'accidents vasculaires, apaise les patients atteints de la maladie d'Alzheimer ou restitue des souvenirs à certains amnésiques.L'homme a donc une véritable dimension musicale. Oliver Sacks la décrit dans toute son étendue, d'un point de vue scientifique, philosophique, et spirituel.

    Sur commande
  • Paul watzlawick nous avait enseigné, dans faites vous-même votre malheur, les moyens les plus raffinés pour parvenir à se rendre malheureux.
    Le voici maintenant qui tente de comprendre et d'approfondir les recettes qui mènent infailliblement à l'échec.
    Comment réussir à échouer ? c'est simple. a chaque problème, il suffit de trouver l'ultrasolution. qu'est-ce qu'une ultrasolution ? " une solution qui se débarrasse non seulement du problème, mais de tout le reste - un peu comparable à cette vieille plaisanterie de carabin : opération réussie, patient décédé.
    " il existe beaucoup d'ultrasolutions, étudiées et répertoriées dans ce livre : elles s'appliquent tout autant aux conflits conjugaux qu'aux relations internationales. la règle est simple : il faut que le jeu que l'on joue avec l'autre soit toujours à somme nulle, c'est-à-dire que vous ne puissiez gagner que s'il perd, et vice versa. il est donc impossible que les deux gagnent, et coutumier que les deux perdent.
    Chacun trouvera facilement des ultrasolutions dans sa vie et celle de ses proches, en lisant le journal ou en écoutant les informations, mais leur mécanisme est ici minutieusement démonté, mis à la portée de tous.

    Sur commande
  • Du même auteur, le Seuil a publié en 2005 : Des yeux pour guérir : la thérapie pour surmonter l'angoisse, le stress et les traumatismes, qui s'est vendu à 8 400 exemplaires. Ce texte présente l'origine de la découverte de l'EMDR, donne des interprétations scientifiques possibles de cette thérapie dont l'efficacité reste en partie énigmatique, et de nombreux cas exemplaires, essentiellement liés à des traumatismes puissants et violents : guerre, viol, phobies et crises d'angoisse, terreurs nocturnes, addictions.
    Avec ce nouveau titre, F. Shapiro étend l'EMDR à des souffrances moins bouleversantes et moins intenses, plus courantes, mais tout aussi persistantes et répétitives : déprime, peurs et phobies légères, anxiété, complexe d'échec, etc. La perspective de ce livre est la restauration de l'estime de soi. Le principe d'explication de ces conduites douloureuses est le même que celui des « grands traumas » : des souvenirs pénibles, qui ne remontent pas nécessairement à la petite enfance mais peuvent appartenir à un passé récent, n'ont pas été correctement traités par la mémoire et semblent définitivement associés à un ensemble de manifestations émotionnelles, corporelles, psychiques négatives qui se répètent désormais automatiquement.
    Le livre se situe explicitement dans le registre du self-help, et en a toutes les caractéristiques : outre son accessibilité et son didactisme, il propose des outils très précis et concrets au lecteur.
    Illustré de très nombreux exemples, ce livre ne peut remplacer une thérapie EMDR mais vient en soutien ou en préparation, et peut suffire dans certains cas puisque les nombreux exercices proposés permettent de mettre et tenir à distance les réponses automatiques, d'apaiser voire de supprimer les sur-réactions émotives. Il constitue un autre volet, utile, de synthèse et de vulgarisation de l'EMDR.

    Sur commande
  • Le livre relate la découverte des maladies neurologiques les plus connues, et raconte l'histoire personnelle de leurs découvreurs comme autant d'aventures humaines. Qui étaient Alzheimer, Parkinson, Asperger et Korsakoff ? Qui étaient Broca (le découvreur des aires du cerveau), Clérambault ou Gilles de la Tourette (qui identifia le syndrome qui porte son nom) ?
    Comment ont eu lieu ces trouvailles ? Quels étaient les premiers patients ? Quelle a été la réception du milieu ? Et quelle est la différence entre la vision initiale du trouble et celle que nous en avons aujourd'hui ?
    Autant de questions qui nourrissent une série de récits fascinants, servis par un auteur qui peut prétendre être l'héritier européen d'Oliver Sacks.

    Sur commande
  • Autant l'essentiel de la correspondance « professionnelle » de Freud (avec Jones, Ferenczi, Fliess, Eitingon, etc.) est aujourd'hui éditée et accessible en français, autant il est malaisé d'accéder à certaines pièces de la correspondance « privée ». C'est qu'en dehors des échanges de lettres de Sigmund avec Anna, la fille adorée, et avec les autres enfants du couple Freud, les cinq volumes de lettres à Martha, l'épouse de Freud, sont tout juste édités en langue originale et non encore traduits en français. C'est dire si ce volume réunissant toutes les lettres échangées avec Minna, la soeur de Martha, la belle-soeur de Freud, donc, retiendra l'attention de la critique et du public spécialisé.
    Minna, plus intellectuelle que sa soeur, plus curieuse aussi des affaires du monde, se prend très vite de passion pour celui qui devait devenir son beau-frère. Et celui-ci, en retour, se livre avec une spontanéité peu commune chez lui, qu'il soit question de sa vie personnelle ou professionnelle, de ses aspirations d'homme ou de savant.
    Mais au fil des lettres, on découvre aussi un épistolier inattendu, « capable de susciter le désir » de cette « soeur chérie », pour reprendre les mots d'Élisabeth Roudinesco dans sa préface, puis de lui résister, avant de la relancer ensuite. De fait, ils ne cessent de se provoquer mutuellement, elle sur le mode mutin, lui, le plus souvent coupable.
    Jusqu'où allèrent-ils ?
    La réponse gît là, au coeur de cette amitié amoureuse, à l'occasion peut-être d'un certain voyage entrepris en 1898, quelque part entre le sud de l'Autriche et le nord de l'Italie.

    Magnifique préface d'Élisabeth Roudinesco, tendre, documentée, éclairante et éclairée.

    Sur commande
  • Que faire quand on est confronté à une personne anorexique, boulimique, ou atteinte du syndrome du vomissement ? Ce livre, écrit par un psychothérapeute renommé, répond à cette question en montrant comment une thérapie brève peut suffire dans beaucoup de cas à régler le problème.
    Dans la lignée de la thérapie systémique, l'auteur a reformulé les principes de la thérapie brève en insistant sur sa dimension stratégique. L'originalité de sa démarche tient notamment au refus d'étiqueter le patient : au lieu de comprendre le symptôme pour provoquer un changement, on tente de provoquer un changement pour comprendre le symptôme, en inversant donc la démarche traditionnelle. De nombreux récits cliniques et l'analyse des résultats obtenus complètent l'étude.

    Sur commande
  • Voici un livre qui veut nous accompagner à travers les différentes étapes de notre vie, en envisageant les difficultés qui sont propres à chacune et en exposant comment un thérapeute peut nous aider à les dépasser. L'enfance, l'adolescence, les études, le moment où les enfants quittent la maison, la retraite, la vieillesse sont autant de périodes ou de moments charnières qui impliquent que quelque chose change dans notre comportement et notre vision du monde, pour que nous puissions nous adapter à la situation nouvelle. Le thérapeute est celui qui lutte contre notre tendance naturelle à continuer à faire néanmoins la même chose. Il dénoue ce qui était bloqué pour permettre au cycle de vie de s'accomplir harmonieusement, Mais, pour Jay Haley, il doit être directif, car c'est paradoxalement en donnant des tâches, elles-mêmes souvent paradoxales, qu'il ouvre pour les patients et la famille de nouveaux possibles.

    Sur commande
  • Pourquoi les hommes sont-ils capables d'aller sur la lune et se perdent-ils dans un parc ? Pourquoi sont-ils si à l'aise dans les espaces virtuels et s'égarent-ils si facilement dans un environnement naturel ? À la différence de nombreux autres animaux qui s'orientent sans mal grâce à une sensibilité fine au champ magnétique ou à la polarisation de la lumière, les hommes ne sont munis que de leurs deux yeux. Et si leur cerveau très développé leur permet d'élaborer des cartes mentales, celles-ci ne donnent qu'une représentation abstraite et simplifiée de l'espace. Le paradoxe est que cette faiblesse est aussi un atout : c'est elle qui explique notre aisance dans le virtuel, notre créativité en architecture, en urbanisme, etc. Mais c'est elle aussi qui accentue notre tendance à voir le monde comme un assemblage d'aperçus visuels, détachés les uns des autres et surtout de leur origine sur la planète, expliquant ainsi notre penchant à la négliger et à la détruire.

    Militant pour une « reconnexion » à l'espace, cet essai passionnant et engagé fourmille d'informations sur les modes de navigation humain et animal. Il propose également des pistes pour prendre conscience de la façon dont nous sommes coupés de notre environnement et pour le réinvestir.

    Sur commande
  • Fou et divin

    Sudhir Kakar

    • Seuil
    • 2 Septembre 2010

    Longtemps la psychanalyse, produit de l'Occident et des Lumières, a repoussé tout désir d'inclure le spirituel.Dans ce recueil d'essais, Sudhir Kakar propose une contribution à l'intégration de l'esprit et du psychisme, du spirituel et de la chair. Il évalue à l'aune du psychanalyste le degré de spiritualité de trois « saints ».Osho, le gourou spirituellement incorrect, prisé des Occidentaux. Drukpa Kunley, le « fou divin », yogi tantrique tibétain du 16e siècle, ou la sexualité, étape essentielle au parcours spirituel. Gandhi ou l'art de la spiritualité pratique pour qui l'empathie mène à l'action altruiste (quotidienne, politique, sociale).Au psychanalyste qui suspecte le comportement altruiste, « il faut s'aimer soi-même avant d'aimer les autres », l'auteur répond, « et si faire du bien aux autres, c'était se faire du bien à soi. » De même, si le premier craint de s'identifier au patient par l'empathie, l'Indien vise à surmonter tout obstacle affectif pour s'identifier avec l'expérience de l'autre.Avec une comparaison des rites religieux et des thérapeutiques, une relecture « mesurée » de Freud, l'auteur conclut l'analyse d'une société à laquelle il avait préféré un temps, le modèle occidental.

    Sur commande
  • Avril 1884 est un mois crucial dans la vie de Freud ; c'est le mois de son " infatuation pour la cocaïne ", comme le dira E.
    Jones ; c'est aussi celui pendant lequel le père de la psychanalyse semble répondre à l'appel de la littérature pour mieux tendre le fil de sa clinique.
    A partir de cette contiguïté, Lavagetto entreprend une enquête souple et opiniâtre à travers l'oeuvre de Freud. La littérature y apparaît comme une divinité énigmatique: tour à tour piège à éviter, risque à courir, merveilleuse devancière.
    Cette archéologie systématique de l'articulation de l'oeuvre de Freud et de la littérature conduit l'auteur à discuter le statut " scientifique " de la psychanalyse.
    Il souligne l'indissociabilité de la thérapie et de la " mise en récit " pour déboucher sur une " théorie de la censure ", issue de l'élaboration freudienne du rêve.

    Sur commande
  • Le constructivisme (Watzlawick) nous avait appris que la réalité est une construction. Le « constructionisme » insiste sur le fait que cette construction est sociale et languagière. Nos descriptions du monde, qui définissent le champ de nos possibilités, naissent dans et par les relations sociales, et prennent forme à l'intérieur même du langage. Gergen se situe entre
    Watzlawick et Foucault. Quelles sont les conséquences de ce point de vue, clairement énoncé et argumenté ici, sur la pratique thérapeutique ? Telle est la question à laquelle cet ouvrage répond.
    Sans détailler cette réponse, complexe et nuancée, on peut simplement mentionner que c'est la notion-même d'une thérapie homogène, se déroulant dans le cadre d'une école, séparée de toute autre interaction sociale ou psychologique, qui est finalement mise en question. Gergen s'effo rce
    de penser comment, dans l'avenir, on pourrait répondre à la demande thérapeutique.

    Sur commande
  • Quel patient n'a rêvé d'être un jour le chouchou de son psychanalyste ?
    Ne vous est-il jamais arrivé de vous demander comment s'y prennent ces veinards qui font les analysants mémorables, ceux pour qui les honoraires n'augmentent jamais, qui ont leur séance à des heures décentes et qui reçoivent un accueil chaleureux, même sur le répondeur ?
    Tout neutre et bienveillant qu'il soit, votre psy n'en est pas pour autant immunisé contre les émotions de type courant. Comme la mère qui préfère l'un de ses enfants, il ne peut s'empêcher de favoriser les patients qui le méritent vraiment, ceux qui lui font passer une «bonne séance» et qui le laissent dans un meilleur état en sortant qu'ils ne l'ont trouvé en entrant. Chaque psychanalyste est à la recherche de l'âme soeur. Si vous traitez le vôtre avec le tact et la sensibilité nécessaires à son ego fragile, très vite il vous demandera d'être son partenaire au tennis le dimanche matin.
    Ce livre a pour ambition de vous aider à tourner à votre avantage vos tristes misères et vos mornes détresses en vous révélant la manière de vous fabriquer un inconscient plus gracieux, des symptômes cocasses et séduisants et une névrose distinguée que votre analyste ne manquera pas d'apprécier.
    Parmi les thèmes abordés : faire bonne impression dès le premier contact téléphonique : précis de guérilla à l'usage de la salle d'attente ; les traumatismes infantiles les plus poignants ; la famille du psychanalyste (comment vous comporter si vous lui rappelez son ex ?) : et surtout, comment en finir sans lui briser le coeur ?

    Sur commande
empty