• Pourquoi et comment tombons-nous amoureux ? A quoi rêvent les foetus ? La violence est-elle nécessaire ? Ce livre examine, depuis le stade foetal jusqu'à la vieillesse, les pathologies affectives qui sont à l'origine des troubles de la socialisation des individus et donc des maux les plus flagrants de nos sociétés : violence, racisme, déviances juvéniles, transgressions sexuelles, etc. Il montre en particulier comment la promiscuité ou l'absence provoquent la fusion ou la carence affective, empêchent les individus de socialiser leurs émotions dans des rituels et les poussent au passage à l'acte.

  • La parution de Je pense trop a été (et est encore !) une aventure extraordinaire : Je n'avais jamais reçu autant de mails, de posts, de textos et de lettres à propos d'un de mes livres ! Vous m'avez fait part de votre enthousiasme, de votre soulagement et bombardée de questions : sur les moyens d'endiguer votre hyperémotivité, de développer votre confiance en vous, de bien vivre votre sur efficience dans le monde du travail et dans vos relations amoureuses. Vous avez abondamment commenté le livre. Je me suis donc appuyée sur vos réactions, vos avis, vos témoignages et vos astuces personnelles pour enrichir ce nouvel ouvrage. Je pense trop est devenu le socle à partir duquel j'ai élaboré avec votre participation active de nouvelles pistes de réflexions pour mieux gérer votre cerveau.
    Je pense mieux est un livre-lettre, un livre-dialogue, destiné aux lecteurs qui connaissent déjà Je pense trop et qui en attendent la suite.
    Ce livre vous donnera de nouvelles pistes pour comprendre votre fonctionnement mental et l'optimiser. Être torturé par son cerveau n'est pas une fatalité. Il est possible d'être heureux et paisible, même en étant sur efficient ! C'est ce que vous propose de découvrir Je pense mieux.

  • C.G. Jung Sur l'interprétation des rêves C'est par « l'interprétation des rêves » que Jung se rallia à Freud. Le psychiatre suisse y trouvait en effet une « voie royale » vers l'inconscient qui lui permettait une nouvelle approche de certains de ses malades schizophrènes. L'accord n'était cependant pas total et, après sa rupture avec Freud, Jung développa une autre méthode d'interprétation des rêves qui, sans renier les apports du fondateur de la psychanalyse, essayait de dépasser ce qu'il considérait comme une fixation unilatérale sur la théorie de la libido.
    Pour Jung, le rêve ne peut s'expliquer, dans la plupart des cas, qu'à partir de lui-même, sans être réduit à des présupposés théoriques qui lui feraient dire autre chose que ce qu'il dit réellement. Dans cette optique, le rêve, produit de l'inconscient le plus profond qui cherche à se dévoiler, ne se comprend qu'à travers l'effort de l'âme à être reconnue.
    Ce livre, issu d'un séminaire d'études tenu par Jung avec certains de ses élèves les plus importants, passe aussi en revue les grands systèmes d'interprétation des rêves depuis l'Antiquité, tente d'en expliquer les ressorts et, à travers un foisonnement d'exemples commentés, montre de manière vivante comment écouter et comprendre les images oniriques qui sont le pendant de notre aventure intérieure.

  • L'éthique n'a pas le moral ! Fondements brouillés, valeurs perdues, repères flous : notre désarroi est total, encore accentué par l'ampleur des défis d'aujourd'hui. Que ce soit vis-à-vis de la nature (fragile), du vivant (modifiable) ou de l'intelligence (artificielle), le train de la morale semble en retard sur celui de la technique. Même « autrui » est devenu incertain : est-il seulement humain ou aussi animal, végétal, minéral, voire machine ?
    Pourtant, dans cette crise globale, il y a de bonnes raisons de ne pas céder à la panique. Car nous disposons, à notre insu, de principes aussi solides que clairs et d'une méthode : la critique, cet art subtil de la distinction. Grâce à eux, nous pouvons combattre aussi bien les fondamentalistes de l'ordre moral que les progressistes de « l'éthiquement correct ».
    Voici, cher lecteur, un guide éthique pour temps incertains. Tu m'accompagnes ?

  • Simmel démontre ici le mécanisme psychologique qui a permis de transformer l'argent de moyen en fin. Or, en servant quantité de fins, l'argent devient «incolore», privé de valeur en soi. Simmel analyse des cas pathologiques, allant de l'avare au dépensier compulsif, aspects psychologiques complétés par de passionnantes observations d'ordre historique et sociologique. Il se penche également sur les liens générés par l'argent, source paradoxale de l'individualisme moderne. Si la possession d'argent procure une liberté personnelle, elle engendre une insatisfaction croissante, tant la dimension qualitative, inexprimable en termes économiques, s'efface au profit du quantitatif. L'argent n'en reste pas moins pour l'homme moderne un aiguillon de son activité, une promesse illusoire de bonheur.

  • - Il est indispensable pour un cadre, un enseignant, un étudiant, un directeur, un animateur, un journaliste, un ingénieur... de pouvoir s'exprimer en public avec aisance.
    - Vaincre la peur qui gêne devant un groupe ou un examinateur, se faire écouter, apprécier, savoir captiver ses auditeurs, cela s'apprend.
    - Pour s'entraîner à bien communiquer, les méthodes Carnegie demeurent les plus efficaces, comme en témoigne leur succès croissant en Europe.
    Fondateur de la plus importante société internationale de formation continue, Dale Carnegie est reconnu comme le spécialiste des techniques d'expression orale, de prise de parole en public et en réunion, et de communication avec ses semblables.

    Par l'auteur de Comment se faire des amis dont l'édition au Livre de Poche dépasse le million d'exemplaires (40 millions d'exemplaires dans le monde, toutes éditions confondues).

  • Travail de libération et d'ouverture, la bibliothérapie consiste à rouvrir les mots à leur sens multiples et éclatés, permettant ainsi à chacun de sortir de tout enfermement, de toute lassitude, pour s'inventer, vivre et renaître à chaque instant.
    Que se passe-t-il quand un livre a rendez-vous avec son lecteur ? Comment « lire » a-t-il une répercussion sur nos états d'âme ? sur notre santé ? Comment le bibliothérapeute, par le livre, son interprétation et le dialogue qu'il provoque, dénoue-t-il les nouds du langage puis les nouds de l'âme, obstacles puissants à la vie et à la force créatrice ?
    En introduisant la notion de mouvement dans le langage, Marc-Alain Ouaknin explore les nombreuses harmoniques de la bibliothérapie et fait découvrir ce qu'il appelle la « force » du livre.

    Sur commande
  • Lire Françoise Dolto aujourd'hui dans ces articles et conférences, réunis ici pour la première fois, c'est la découvrir libre, étonnante, contemporaine. C'est éprouver la force d'une éthique qui la pousse à s'adresser à tous, parents et éducateurs, plaidant la cause des enfants et mettant les apports de la psychanalyse au service de l'éducation.
    Concrète, elle nous parle des enfants qu'elle a rencontrés dans sa vie professionnelle et privée, aux prises avec la réalité, dans des situations familiales qui mettent en jeu leur équilibre : l'arrivée du puîné, la séparation ou le divorce des parents, l'échec scolaire...
    Attentive, elle nous met à l'écoute des mots, des gestes, des comportements, des signes qui traduisent les souffrances enfantines. Elle nous rappelle que l'enfant est « un être de langage et que bien des difficultés trouvent leur résolution lorsqu'on les lui explique au mieux de son développement. ».
    « Éduquer, c'est susciter l'intelligence, les forces créatives d'un enfant tout en lui donnant ses propres limites pour qu'il se sente libre de penser, de sentir et de juger autrement que nous-mêmes, tout en nous aimant. »

  • Nos existences parfois nous pèsent. Même pour un temps, nous aimerions prendre congé des nécessités qui leur sont liées. Se donner en quelque sorte des vacances de soi pour reprendre son souffle. Si nos conditions d'existence sont sans doute meilleures que celles de nos ancêtres, elles ne dédouanent pas de l'essentiel qui consiste à donner une signification et une valeur à son existence, à se sentir relié aux autres, à éprouver le sentiment d'avoir sa place au sein du lien social. L'individualisation du sens, en libérant des traditions ou des valeurs communes, dégage de toute autorité. Chacun devient son propre maître et n'a de compte à rendre qu'à lui-même. Le morcellement du lien social isole chaque individu et le renvoie à lui-même, à sa liberté, à la jouissance de son autonomie ou, à l'inverse, à son sentiment d'insuffisance, à son échec personnel. L'individu qui ne dispose pas de solides ressources intérieures pour s'ajuster et investir les événements de significations et de valeurs, qui manque d'une confiance suffisante en lui, se sent d'autant plus vulnérable et doit se soutenir par lui-même à défaut de sa communauté.

    Dans une société où s'impose la flexibilité, l'urgence, la vitesse, la concurrence, l'efficacité, etc., être soi ne coule plus de source dans la mesure où il faut à tout instant se mettre au monde, s'ajuster aux circonstances, assumer son autonomie. Il ne suffit plus de naître ou de grandir, il faut désormais se construire en permanence, demeurer mobilisé, donner un sens à sa vie, étayer ses actions sur des valeurs. La tâche d'être un individu est ardue, surtout s'il s'agit justement de devenir soi.
    Au fil de ce livre, j'appellerai blancheur cet état d'absence à soi plus ou moins prononcé, le fait de prendre congé de soi sous une forme ou sous une autre à cause de la difficulté ou de la pénibilité d'être soi. Dans tous les cas, la volonté est de relâcher la pression.

    Il s'agit ici de plonger dans la subjectivité contemporaine et d'en analyser l'une des tentations les plus vives, celle de se défaire enfin de soi, serait-ce pour un moment. Sous une forme douloureuse ou propice, cette étude arpente une anthropologie des limites dans la pluralité des mondes contemporains, elle s'attache à une exploration de l'intime quand l'individu lâche prise sans pour autant vouloir mourir, ou quand il s'invente des moyens provisoires de se déprendre de soi. Les conditions sociales sont toujours mêlées à des conditions affectives. Et ce sont ces dernières qui induisent par exemple les conduites à risque des jeunes dans un contexte de souffrance personnelle, ou qui font advenir la dépression, et sans doute la plupart des démences séniles. Si souvent les approches psychologiques occultent l'ancrage social et culturel, celles des sociologues délaissent souvent les données plus affectives, considérant les individus comme des adultes éternels, n'ayant jamais eu d'enfance, ni d'inconscient, ni de difficultés intimes. La compréhension sociologique et anthropologique des mondes contemporains peut ressaisir la singularité d'une histoire personnelle en croisant la trame affective et sociale qui baigne l'individu et surtout les significations qui alimentent son rapport au monde. Telle est la tâche de ce livre.

  • Une immense mathématicienne, un bidouilleur informatique de génie, une passionnée d'art, un lecteur compulsif; un clochard céleste, un professeur excentrique... Chacun amoureux des langues, des nombres, des livres, des ordinateurs ou des couleurs, en autant de portraits, de visages et de récits dont les fils noués par l'auteur composent un monde et élaborent cette histoire si particulière de l'amour. L'amour en Autistan, ce pays fictif peuplé de personnes bizarres.

    Sur commande
  • L'anxieux qui vous harcèle, le paranoïaque qui prend tout comme une offense, l'obsessionnel qui se perd dans les détails au détriment de l'essentiel, le narcissique qui tire la couverture à lui, le dépressif qui vous accable de son inertie, le «type A» pour qui rien ne va jamais assez vite : tous perturbent votre vie quotidienne, au travail, à la maison, en famille. Deux psychiatres vous proposent de vous aider à mieux les comprendre pour mieux les gérer.

  • Résoudre en peu de temps la plupart des problèmes psychologiques, telle est l'ambition de la thérapie brève. Ses emprunts sont multiples : si elle puise à des sources anciennes (comme la rhétorique grecque ou l'art chinois du stratagème), et modernes (comme la suggestion et l'hypnose), l'épistémologie qui la sous-tend est constructiviste : le patient construit sa réalité. La thérapie vise alors à défaire cet édifice pathologique, répétitif et clos, pour ouvrir des possibilités nouvelles : « Agis toujours de manière à augmenter le nombre des choix possibles. » Dans ce recueil, des théoriciens et des thérapeutes expliquent les principes et la technique de la thérapie brève stratégique à travers des cas éclairants.

    Sur commande
  • "11 fiches pour mieux cerner la notion de dépendance inhérente à notre condition humaine, et faire le point sur les offres de soin.

    À force de redouter la dépendance comme une déchéance, à force de vouloir lutter contre ce mode relationnel inhérent à la condition humaine, seule sa négativité persiste dans une époque envahie par l'individualisme, la performance et la recherche de réalisation personnelle. Il en va de même dans la relation à autrui, où l'interdépendance affective disparaît derrière l'emprise, la manipulation ou la perversion narcissique...

    Ce livre dresse un panorama non exhaustif de la dépendance et de l'interdépendance inhérente à la vie humaine. Quelles sont ses limites ? Comment les intégrer dans les offres d'aide ou de soin tout au long de la vie ? À travers 11 fiches sont tour à tour abordés : l'attachement, les dépendances physiques ou psychiques, la dépendance affective, le couple, l'addiction, la vieillesse...

    La dépendance n'est pas un symptôme, ni un syndrome ou une maladie. Elle est inhérente à notre humanité. À condition de ne pas simplement vouloir l'éradiquer, mais en composant pour vivre avec."

  • Nouvelle édition du livre de Marshall B. Rosenberg, auteur à succès sur la CNV.

    Marshall Rosenberg a inventé et développé la Communication NonViolente (CNV) grâce, entre autres, à une méditation approfondie des épreuves, souvent douloureuses, qui ont jalonné son existence. Père de famille, il testait déjà les premiers principes de la CNV, qu'il utiliserait plus tard pour développer des écoles-girafes et pour devenir médiateur au sein de conflits internationaux graves (Israël/Palestine, Rwanda, etc.).
    Rédigé par une journaliste, ce livre est un long entretien au cours duquel Marshall Rosenberg parle de sa philosophie, aborde les relations amoureuses ou l'éducation des enfants, nous livre le secret de son incroyable énergie et nous invite à nous engager pour un monde plus vrai et plus humain.

  • Ouvrage Parler des bébés morts, pendant la grossesse ou tout juste nés, n'est pas un sujet facile à aborder. Alors que le bébé occupe une place centrale dans notre société, de façon paradoxale sa mort avant terme reste un sujet tabou. La mort prénatale a un impact sur toute la famille, les enfants aînés mais aussi les grands-parents et les enfants à venir. Face à cet évènement traumatique, accueillir la perte d'un enfant qui n'a pas pu naître et soutenir les parents confronte les professionnels à leurs propres émotions et aux projections faites sur eux par les couples désespérés.
    La mort périnatale contraint les couples, au-delà de leur douleur indicible, à entreprendre un voyage psychique effrayant et totalement inédit. Comprendre les enjeux qui interviennent lors de ces deuils particuliers et hautement traumatiques ouvre la voie au travail d'élaboration et d'accompagnement de la mort du foetus.

    Sur commande
  • Passions du risque

    David Le Breton

    • Metailie
    • 12 Février 2015

    Jouer un instant sa sécurité ou sa vie, au risque de la perdre : à défaut de limites et de repères que la société ne lui donne plus, l'individu, fort de sa marge croissante d'autonomie, cherche dans le monde des limites de fait, aventures, sauts à l'élastique, raids, trekking, rafting au bout du monde ou bien rapports sexuels non protégés avec des inconnus... Les régions les plus difficiles d'approche deviennent les nouveaux stades de la modernité, là où l'homme sans qualité peut enfin tutoyer la légende, aller au bout de ses forces, jouer symboliquement son existence pour gagner enfin ce surcroît de sens qui rend la vie plus pleine, lui donne une signification et une valeur.
    David Le Breton analyse ces figures inédites de l'ordalie, ce jugement de Dieu, devenu la version moderne d'un rite personnel de passage.

  • La pédopsychologue met en lumière le drame de l'incommunicabilité et ses causes à travers le récit des progrès réalisés par trois de ses patients : deux enfants atteints de mutisme électif et une vieille dame qui a perdu l'usage de la parole après un accident vasculaire.

    Sur commande
  • « Une personne bipolaire est tour à tour, et parfois même simultanément, le clown qui rit, le clown qui pleure. Le funambule en équilibre au péril de sa vie. Pour certains, la performance se terminera en chute mortelle, pour les autres, il faut remettre sans cesse le coeur à l'ouvrage. Voilà avec quoi je dois lutter tous les jours. » (Hélène) « J'ai eu sept crises dans ma vie. Sept hospitalisations. J'ai été l'exaltée, la désinhibée, la hurlante. J'ai été la souffrante, la vidée d'elle-même, la désincarnée. J'ai été la regonflée, la libérée, la combative. J'aurais voulu une vie douce et sereine. Elle s'est imposée à moi fragile et puissante. » (Marie) Hélène et Marie sont bipolaires. Malgré une existence douloureuse, elles sont épanouies, actives, mariées et chacune mère de deux enfants. Ce livre est le récit de leur combat. Un magnifique témoignage de courage et d'espoir.

    Sur commande
  • L'enfant blessée

    Torey Hayden

    Pédopsychologue et institutrice pour enfants en difficulté, T. Hayden raconte une année scolaire au cours de laquelle elle a dû s'occuper de cinq enfants présentant des troubles sévères du comportement. Parmi eux, Venus Fox, une fillette de 7 ans, un cas dit désespéré pouvant passer de l'inertie totale à une fureur dangereuse, mais qu'elle parvient à intégrer dans la société.

    Sur commande
  • Qu'est-ce qui leur prend, aux patients d'Hector, ce psychiatre pas tout à fait ordinaire ? Ils se sont donné le mot, on dirait, ils veulent tous changer de vie : Sabine, une directrice commerciale, n'en peut plus d'être stressée par ses objectifs ; Olivia, une prof, aimerait enfin trouver un homme qui ne fuie pas dès le lendemain ; Tristan, un financier, ne veut plus vraiment être le meilleur. Tous se disent qu'il va bientôt être trop tard, que le temps presse et qu'ils ont peut-être encore la possibilité de vivre autre chose. C'est une vraie épidémie !

    Et si Hector lui-même était touché ? Va-t-il se contenter d'écrire un livre sur cette fameuse « crise du milieu de vie » ou bien va-t-il succomber lui aussi à l'envie de changement de vie ? En tout cas, il faudrait qu'il consulte, mais est-ce vraiment une si bonne idée que ça ?

    François Lelord retrouve le ton des meilleures comédies pour évoquer les perplexités et les émois de la maturité, vécus par son héros Hector, psychiatre pince-sans-rire.

    Sur commande
  • Comment notre époque fait-elle face au problème de la maladie mentale ? Quelles sont les finalités de la psychiatrie, ses missions ? Quelles ont été ses mutations, ses débats internes ? Pour rendre compte de tout cela, le livre nous offre un éclairage historique sur la façon dont nos sociétés ont traité les fous depuis le XVIIIe siècle, avec les grands moments qu'ont été, au XXe siècle, le désaliénisme et la psychiatrie de secteur. Il propose aussi des reportages de terrain, auprès des acteurs du milieu psychiatrique, des malades, des familles, dans les hôpitaux mais aussi dans la rue et les prisons.
    Le fou, l'exclu par excellence, appartient pourtant à l'humanité, et l'interroge. C'est aussi un voyage dans un univers touchant, car humain, que nous propose Patrick Coupechoux.

    Sur commande
  • Près d'un enfant sur cinq manifeste à l'égard des mathématiques un sentiment qui va d'une légère anxiété à la phobie. Désamorcer ces craintes passe par une meilleure compréhension de la façon dont chacun apprend à manier les nombres et acquiert des raisonnements mathématiques.
    Les savoirs et les savoir-faire mathématiques chez l'enfant comme chez l'adulte font ainsi l'objet, depuis une vingtaine d'années, d'une attention particulière en psychologie cognitive et en neuropsychologie. Ces recherches nous font découvrir les mécanismes que nous mettons tous en oeuvre lorsque nous affrontons des situations mathématiques.
    En s'appuyant sur les résultats les plus récents et grâce au récit des expériences menées auprès des enfants, cet ouvrage nous invite à repenser la manière d'aborder la pédagogie du nombre.
    />

  • Au cours du développement, comme tout au long de la vie, langage, sentiments et pensée sont profondément solidaires. C'est pourquoi, face à un enfant qui parle mal, on ne peut manquer d'être inquiet.
    En exposant les mécanismes de l'acquisition du langage, les signes révélateurs de troubles, les théories existantes ainsi que les grands axes thérapeutiques autour desquels semble s'établir un relatif consensus, cet ouvrage est un premier outil à l'adresse de tous ceux qui sont confrontés à des enfants au langage ou à la communication troublés.

  • Confession de ma vie

    Wanda Sacher-Masoch

    • Rivages
    • 15 Janvier 2014

    "Les principaux renseignements sur la vie de Sacher-Masoch viennent de sa première femme, qui prit le nom de l'héroïne de la "Vénus", Wanda. Le livre de Wanda est fort beau." Gilles Deleuze

    Sur commande
empty