• L'histoire de l'Humanité racontée en 515 cartes.
    Depuis sa création, la revue L'Histoire publie des articles d'historiens faisant état des dernières avancées de leurs recherches. Ces textes sont souvent enrichis d'une ou plusieurs cartes. En partant de ce fonds cartographique exceptionnel, Christian Grataloup a sélectionné, recréé et commenté 515 cartes racontant la marche du monde, des origines de l'Humanité à aujourd'hui.
    Cet atlas est à la fois à la pointe de la recherche historique et accessible au plus grand nombre. Une création originale destinée à devenir un ouvrage de référence.

  • Leçon inaugurale prononcée le 17 décembre 2015 au Collège de France.

    « C'est à une réassurance scientifique du régime de vérité de la discipline historique que nous devons collectivement travailler, réconciliant l'érudition et l'imagination. L'érudition, car elle est cette forme de prévenance dans le savoir qui permet de faire front à l'entreprise pernicieuse de tout pouvoir injuste, consistant à liquider le réel au nom des réalités. L'imagination, car elle est une forme de l'hospitalité, et nous permet d'accueillir ce qui, dans le sentiment du présent, aiguise un appétit d'altérité. »

  • Comment Zeus a-t-il acquis sa fameuse foudre ? Thésée était-il davantage un coureur de jupons qu'un grand guerrier ? D'où les Amazones tiennent-elles leur nom ? Pourquoi le culte de Dionysos, divinité mineure, a-t-il pris une telle importance dans l'Antiquité ?
    Les civilisations grecque et romaine ont façonné notre culture. Outre notre langage, elles en imprègnent aujourd'hui encore chaque mode d'expression, du théâtre à la politique, en passant par la poésie, la musique, la philosophie et la peinture. Grâce à ses articles érudits et détaillés, ce dictionnaire nous guide à travers les très riches récits qui nourrissent les mythes grecs et romains, dans lesquels monstres, guerres et intrigues sont légion et où les généalogies s'entrecroisent.

  • Qui est Venus ? D'ou vient t'elle ? Qui était son père ? Comment la reconnaître ?
    Le trombinoscope de la Mythologie, est construit comme une page Facebook :
    12 dieux, 11 dieux secondaires, 15 héros, 9 grands amours, 8 monstres.

    Chacun est présenté sur une double page permettant de reconnaître d'un seul coup d'oeil ses spécificités. Vénus : la coquille, la ceinture, la mer... Pour chaque double page un encadré précise ou l'on peut rencontrer l'un des dieux : sur un tableau, dans un musée, une statue dans une ville et parfois même dans la langue française : Aphrodite a donné Aphrodisiaque par exemple.

    Richement illustré ; ce livre s'adresse aux personnes de 7 à 77 ans voulant (re)découvrir le monde merveilleux de la mythologie greco-romaine décomplexée.

  • Rédigée au début du xiiiè siècle par l'éminent historien islandais snorri sturlson, l'edda constitue le recueil de mythologie nordique le plus complet que nous ait légué le moyen age scandinave.
    Au cours de récits souvent hauts en couleur, l'auteur retrace tout d'abord la création de l'univers à l'origine des temps, avec notamment l'épisode du démembrement d'ymir, le géant primitif ; puis il présente les principaux dieux de l'antiquité païenne et raconte leurs exploits, dont la description particulièrement saisissante constitue le point d'orgue de l'ouvrage.
    Bien qu'il ait été conçu plus de deux siècles après la conversion officielle de l'islande au christianisme, ce traité témoigne d'une intime connaissance des poèmes mythologiques composés à l'époque païenne tant en norvège que dans l'île des sagas.
    A ce titre, l'edda offre un intérêt capital pour l'étude de l'ancienne religion scandinave, de même que pour les enquêtes de mythologie comparée indo-européenne.
    Cette nouvelle traduction repose sur un examen approfondi de la tradition manuscrite de l'oeuvre, en sorte qu'à la différence des traductions précédentes, elle tient largement compte des principales variantes fournies par les manuscrits de l'edda.

  •   Cet ouvrage offre un grand voyage dans la mythologie et les  mythes du monde entier à travers une double approche :
    * une histoire de la mythologie dans toutes les grandes civilisations : Égypte, Grèce, Rome, mais aussi Perse, Inde,Chine, Japon, Europe, Amériques ou Afrique noire...
    * un dictionnaire de 1 300 entrées, qui fait découvrir les mythes, les dieux et les héros : du fil d'Ariane à zodiaque, en passant par Énée, Odin, OEdipe, Quetzalcoatl, Susanoo, Thot, Vichnou et Zoroastre.
    Un index général, des illustrations et des cartes facilitent en outre la recherche des informations.

  • Nous nous garons, nous voilà soulagés. Mais si nous nous avisions de repartir ? Nous risquerions de nous é-garer. La séquence est brutale : ... se garer... s'égarer. Sortis du stationnement, serions-nous irrémédiablement perdus ? La langue française affirme qu'il n'y a rien entre le garage et l'égarement, rien sinon la vague étendue qui supporte l'aventure. Se mettre en mouvement serait donc se fourvoyer à coup sûr, errer au pied de moulins à vent, devant des géants, allez savoir.
    Les égarements auraient de quoi nous effrayer.

    Sur commande
  • « C'est une bonne chose pour des gens peu instruits, disait Churchill, de lire des livres de citations... Les citations, une fois gravées dans la mémoire, vous aident à penser. Elles donnent envie de lire les auteurs et d'en savoir plus. » Nul doute que ces citations réunies ici par Georges Touzenis nous plongent dans l'histoire de l'Angleterre à un des moments les plus cruciaux de son histoire, et que nous la voyons à travers le prisme d'un grand homme à l'humour ravageur.
    Peu d'hommes ont contribué à façonner l'histoire du XXe siècle de façon aussi déterminante que Churchill. Ce génie du verbe, cinglant, caustique, parfois « méchant », toujours drôle, qu'il parle de guerre ou de politique, de Dieu ou des femmes, avait des formules lapidaires ou ciselées, souvent grandioses. De celles que l'on n'oublie pas. Car, au-delà de la formule, les citations donnent à penser et invitent le lecteur à en savoir plus sur celui ou celle qui les a prononcées.
    C'est toute la vie de Churchill que l'on découvre ici à travers ses formules inoubliables et ses photographies, souvent inédites, depuis sa jeunesse jusqu'à ses derniers jours sur la Côte d'Azur.

  • À l'origine de nos civilisations, le destin extraordinaire de personnages mythiquesDans la mythologie grecque et romaine, un héros est un personnage à qui on prête un courage et des exploits remarquables. Il se distingue par ses actions et son tempérament car il a bien souvent exercé sur les hommes et sur les événements une grande influence. Il s'est souvent élevé au-dessus des mortels en faisant la guerre avec bravoure, ou en accomplissant des exploits avec courage.
    Après sa mort, une vénération ou un culte particulier lui ont été rendus pour célébrer son souvenir.Héraclès, Achille, Ulysse, Thésée, Énée, Didon, Antigone ou Électre incarnaient les vertus les plus valorisées dans la société antique, qu'elle soit grecque ou romaine. Beaucoup de ces êtres extra-ordinaires étaient les enfants de l'union entre une divinité et un être humain. Ces grands mythes sont racontés dans les pages de cet ouvrage comme des histoires extraordinaires, des récits fantastiques et merveilleux où se côtoient le sublime et le grotesque, le tragique et le comique.
    Ils ont façonné les cultures européennes et restent à la base de notre société et de nos valeurs.

    Sur commande
  • Historien de grande réputation, Clive Lamming raconte vingt-six histoires étonnantes de chemin de fer qui ont marqué l'histoire du rail sur tous les continents. Du Transsibérien au Badgdadbahn en passant par le Transsaharien, le Pan-American et des lignes locales comme la ligne Beyrouth-Damas ou celle reliant Djibouti à Addis-Abeba, c'est à chaque fois un nouveau défi technique et une aventure humaine palpitante qui nous ramènent à des projets fous où l'homme est en prise constante avec la nature. De très belles cartes anciennes soulignent l'ampleur de l'oeuvre à accomplir et les difficultés à surmonter.

  • Le char reste l'engin le plus puissant et l'arsenal de l'Armée de Terre.
    Un système d'arme qui englobe une formidable puissance de feu, une mobilité extraordinaire et une protection à toute épreuve. Le présent ouvrage regroupe pour le première fois tous les chars modernes et leurs nombreuses modifications et modernisations, avec un tableau chronologique des mises en service.

    Après le succès de la première édition de Chars de Combat paru il y a 10 ans, il fallait absolument éditer une nouvelle version de cet ouvrage, épuisé après rééditions, en enlevant les chars les plus anciens et y présenter les modèles plus récents. De char russe T-14 Armata au futur blindé franco-allemand E-MBT en passant par le M1A2 SEPv2 Abrams au Type-99 chinois ou Altay turc.

    Sur commande
  • Dans cet ouvrage très richement illustré, l'auteur propose une histoire renouvelée de la corporation des bouchers du Château de Limoges, essentiellement ceux de la rue de la Boucherie. Remontant à l'Antiquité, évoquant le Moyen Âge, puis l'Ancien Régime et la période révolutionnaire, il étudie le XIXe siècle et la période contemporaine, nourrissant son travail de ceux de ses prédécesseurs, de celui des archéologues, mais également d'archives inédites, dont celles de la Confrérie Saint-Aurélien. C'est ainsi que l'on découvrira l'histoire du Cercle Saint-Aurélien, créé à la fin du XIXe siècle dans l'esprit corporatiste et chrétien cher à Albert de Mun. Étudier cette rue emblématique de la ville de Limoges, c'est comprendre qu'elle se situe au carrefour de l'artisanat et du commerce, de la vie familiale, de l'architecture, de la religion, de la politique et de la gastronomie. C'est aussi saisir qu'elle participe de l'identité limougeaude, à tel point qu'elle a inspiré les écrivains et les poètes, mais aussi les peintres et les photographes, dont Laurent Bourdelas nous livre ici une anthologie. Le quartier a évolué au fil du temps, mais il est encore bien vivant et toujours cher à ceux qui le fréquentent, qu'ils soient de Limoges ou d'ailleurs.

    Sur commande
  • Cinquante-troisième volume de la collection de l'Atlas historique des villes de France, l'Atlas historique de Périgueux relève d'un programme Région intitulé : « Les villes-têtes de l'Aquitaine : approches historique, cartographique et comparative », et visant à la réalisation des atlas historiques (selon le modèle établi pour celui de Bordeaux en 2009) de cinq villes de rang urbain supérieur à l'échelle régionale (Agen, Bayonne, Mont-de-Marsan, Pau, Périgueux), ainsi que d'un 6 e volume d'analyse spatiale comparative. Quatrième à paraître de la série, l'Atlas historique de Périgueux, élaboré par une équipe scientifique de 27 intervenants, renouvelle profondément les connaissances sur la ville. À partir des données archéologiques et d'une étude des archives, la formation de l'espace urbain des origines protohistoriques à nos jours y est retracée selon trois perspectives complémentaires : le Plan historique, établi à partir des cadastres de 1811- 1817, la restitue cartographiquement, alors que deux tomes de commentaires en donnent les clés de lecture, tant d'un point de vue global et diachronique (t.1 : Notice générale) qu'à l'échelle de chacun des monuments (t. 2 : Sites et monuments). Le passage de la Protohistoire à l'époque gallo-romaine en ressort plus complexe, sans rien ôter de la grandeur de la cité antique et de ses monuments. La grande richesse du Moyen Âge à Périgueux est confirmée par l'étude des nombreux édifices qui structurent l'agglomération, tandis que des tensions se font jour entre les deux pôles constitutifs de la ville, la Cité et le Puy-Saint-Front, jusqu'à un basculement au profit du Puy. Après un moment faste à la Renaissance où s'épanouissent des élites cultivées, la ville subit les guerres de Religion et leurs séquelles. Désignée comme Préfecture, elle ne retrouve véritablement une dynamique de croissance qu'avec le chemin de fer.

    Sur commande
  • La justice est d'abord un concept immatériel, que nous espérons être partout plutôt que nulle part. Mais elle ne peut être rendue en tout lieu ni n'importe comment. Les hommes ont au contraire organisé le spectacle de la justice en la faisant incarner par des hommes - des avocats et des magistrats - chargés d'habits signalant leurs fonctions, et par des bâtiments chargés de symboles. Temple ou théâtre, le tribunal reste aujourd'hui une scène sur laquelle peut se jouer le destin des hommes à travers un cérémoniel très codifié. Mais ces aspects très solennels ne doivent pas faire oublier que la justice a longtemps été au plus proche des hommes, au village même sous l'Ancien Régime, parfois tenue sous de simples halles. Les juges ont tardé à devenir des professionnels, et le simple fait de savoir qui était compétent pour juger pouvait faire l'objet d'interminables procès. La Révolution a rationalisé l'organisation de la justice et réduit le nombre des tribunaux, mais elle en a conservé la tradition spectaculaire, tant dans le décorum des lieux que dans le spectacle des peines, guillotine en tête.
    À l'heure de la fusion des tribunaux, les Archives départementales de la Vienne proposent ici de revenir sur quelques siècles d'évolution de ces lieux de justice sur leur territoire, de la cour du seigneur à la médiatisation des procès contemporains.

    Sur commande
  • En 1982, dans les 25 essais qui composent Apollon sonore, l'auteur a commencé de publier en forme d'Esquisses des projets d'études de mythologie qu'il n'envisage plus de mener à leur terme, se bornant à définir les problèmes et à donner les principaux éléments de solution. Le présent recueil présente une seconde série d'Esquisses (26-50).
    Les premières concernent l'Inde et, après Alexandre, les rapports de l'Inde avec l'Occident grec. Pour la première fois, d'importantes traditions bouddhiques apportent leur contribution à l'étude comparée des religions indo-européennes.
    Une dizaine d'Esquisses continue l'exploration de la religion des Scythes et des traditions qui survivent chez leurs derniers descendants, les Ossètes du Caucase. Sur tous ces points encore, la véracité des témoins grecs, et d'abord d'Hérodote, d'une part, l'étonnante fidélité de la mémoire populaire d'autre part, se laissent vérifier.
    Par un échantillonnage sur la plupart des domaines de l'ensemble indo-européen, un dernier groupe d'Esquisses montre le type des questions nouvelles ou anciennes que l'étude comparative permet d'aborder avec précision : à Rome, l'univers tel que le divisaient les augures, puis la fonction d'une divinité évanescente, Hora, parèdre de Quirinus ; chez les héros de l'Iliade, l'opposition de la «fougue» utile et de la mauvaise «rage» ; la byline russe sur les trois derniers voyages du grand héros Il'ja de Mourom et l'interprétation d'une idole quadricéphale de Galicie, etc.

    Sur commande
  • À sa mort, Georges Dumézil laissait inachevé le quatrième et dernier volume des Esquisses, qui constituaient sa dernière gerbe d'ouvrages.
    Ouvrant le troisième recueil par un regard sur les prolongements auxquels avaient donné lieu les deux premiers volumes et dressant un encourageant bilan des recherches que «ce genre littéraire» d'un type nouveau avait suscitées de la part d'autres «écoliers», le grand comparatiste concluait à l'utilité d'une pareille entreprise qui consiste à consigner, le plus clairement possible, l'énoncé d'un problème avec ce qui paraît être le ou les principaux moyens de solution. «Je souhaite donc continuer», écrivait-il, «et je publierai sans doute encore une série de projets qui ne seront, si je ne puis mieux faire, que des "croquis", des "lettres", voire des "billets" de mythologie.» Le 11 octobre 1986, la mort est venue interrompre la mise en oeuvre de cet ultime programme.
    Nul n'était mieux qualifié que Joël H. Grisward, son élève et son disciple, pour mettre au point ces vingt-cinq ultimes Esquisses. Comme autant d'épaves retrouvées, ces fragments d'un discours mythologique sont livrés ici dans leur strict état d'achèvement et d'inachèvement : la plupart se donnent pour ainsi dire ouverts - ici une phrase suspendue, là des indications marginales. Autant d'appels à des compléments de recherches, qui donnent peut-être son vrai sens à cette vie de déchiffreur et de savant.

    Sur commande
  • Le musée Dobrée conserve près de 80 pièces mérovingiennes principalement frappées ou découvertes dans le Grand-Ouest. Cet ancrage local est le fruit de l'attention de membres de la Société archéologique de Nantes et de Loire-Atlantique. Parmi eux, Parenteau (1814-1882) eut une action fondatrice par ses recherches et ses relations avec les plus éminents spécialistes de son temps, dont Fillon, Ponton d'Amécourt, Barthélemy et Belfort. Il constitua le fonds d'origine régulièrement enrichi par ses successeurs, désormais soumis aux techniques d'investigation modernes de l'archéométrie. Cette collection et la documentation afférente constituent un fonds essentiel à la connaissance de la production et de la circulation monétaires dans l'Armorique de saint Félix (548-582), et apportent de nouvelles clés de compréhension de cette période charnière entre Antiquité et Moyen-Âge. Dans l'esprit d'accès à la culture voulu par l'éditeur, le livre propose une introduction originale au haut Moyen âge.

    Sur commande
  • Ma bataille d'Alger

    Ted Morgan

    Récit autobiographique d'un jeune franco-américain appelé sous les drapeaux en 1956, Ma bataille d'Alger est un témoignage unique.
    Le jeune Sanche de Gramont décrit d'une plume brillante et ironique ses classes militaires en France, puis son rôle d'officier dans le massif de l'Atlas. Il y tue, à mains nues, un suspect au cours d'un interrogatoire, puis obtient d'être muté à Alger où il devient «journaliste» dans un magazine de propagande publié par l'armée.
    Son poste lui permet d'assister en première ligne à la bataille d'Alger. Témoin oculaire des événements les plus dramatiques des opérations contre-insurrectionnelles, il livre sur cette période plusieurs révélations et polémiques inédites. Car ses doutes de jeune Américain anticolonialiste le poussent à porter sur la guerre un regard de plus en plus sceptique. Il enquête sur la torture, fréquente des proches du FLN et aide un de ses amis officiers à déserter. Sanche s'enfonce dans le double-jeu, plongeant également dans l'Alger interlope, rencontrant l'intelligentsia, sortant dans les boîtes chic avec les officiers ou dans des bordels avec les voyous, et fréquentant tout un éventail de conquêtes féminines.

    Sur commande
  • Quelle histoire de ville romantique que celle de Salies-de-Béarn !
    Le visage de la petite bourgade est bouleversé par la découverte de la fontaine salée au moyen-âge. En découle, certainement encore, son charme de petite Venise béarnaise...
    Au tournant du XXe siècle, Sylvain Trebucq écrit ce guide historique à l'usage des tout récents curistes et des touristes. Cent ans plus tard, l'ouvrage a conservé tout son intérêt historique auquel se rajoute la nostalgie d'une « belle » époque révolue.
    Il reste pourtant à y (re)-découvrir Salies, ses promenades, ses environs, son histoire, ses racines.

    Sur commande
  • Fondées en 1964, les Annales de démographie historique, seule revue francophone du domaine, sont le lieu de publication des recherches internationales sur l'histoire, ou plutôt les histoires de la population telles qu'elles se présentent aujourd'hui : des travaux démographiques soucieux de leurs méthodes et de leurs catégories d'analyse, des approches largement ouvertes sur l'histoire sociale et sur l'histoire de la santé, plus généralement attentives aux approches des autres sciences sociales.

    Sur commande
  • «C'est en 1938 qu'a commencé la série d'études qui a reconstitué de grands fragments de l'idéologie, de la théologie et de la mythologie communes aux Indo-Européens avant leurs migrations. Les dix premières années ont été consacrées à l'exploration sommaire de deux ensembles : la conception des trois fonctions hiérarchisées de souveraineté sacrée, de force, de fécondité ; la conception des deux aspects complémentaires, magique et juridique, de la souveraineté. Divers travaux [...], livres épuisés aujourd'hui, ont mis en forme les premières observations. Mais les recherches ultérieures, fondées sur ces esquisses, ont permis par contrecoup de les préciser, de les corriger, de les compléter, de les coordonner.
    Il était donc nécessaire de reprendre ces principa theologica en tenant compte de près de trente ans de progrès et aussi de discussions à peu près ininterrompues qui les ont imposées à l'attention des "philologies séparées". L'exposé a été concentré sur les questions fondamentales et limité aux quatre principaux témoins qui ont servi, par comparaison, à atteindre une réalité préhistorique, indo-européenne, à savoir l'Inde védique, l'Iran, Rome, la Scandinavie : les prolongements qu'ont ensuite fournis les Grecs et les Celtes ont été laissés de côté. On s'est appliqué partout à faire saillir les ressorts, à dégager les moments des argumentations.» Georges Dumézil.

  • Troisième volume des Esquisses. Les premiers chants de l'Iliade et le conflit des trois déesses; le roman de Crésus ; Celtes et Italiques; la triade précapitoline; romans scythiques; l'idéologie des Perses... Et quelques prises de position vis-à-vis d'auteurs contemporains.

  • Pour quelle raison le cardinal de Richelieu fit-il arrondir les couteaux à la Cour ?
    À quel usage étaient destinés les premiers corn flakes ?
    Pourquoi appelle-t-on un dysfonctionnement informatique un bug ?
    Testez vos connaissances avec ces devinettes à savourer seul, en famille ou entre amis et révisez l'histoire dans un grand éclat de rire.
    Didier Chirat vous fera découvrir 1001 curiosités historiques à travers les âges et les continents, depuis le Japon médiéval jusqu'aux épisodes les plus rocambolesques de la guerre froide en passant par les frasques à la cour de Louis XIV.
    Voici l'histoire comme on ne vous l'a jamais racontée !

  • Atlas historique de l'Algérie Nouv.

    À paraître
empty