Presses de Sciences Po

  • Les indices d'un désarroi des CDI n'ont cessé de s'accumuler dans un contexte où l''ombre portée du chômage et de la précarité s'étend. Ne nous trompons cependant pas de diagnostic devant la souffrance au travail et les mobilisations parfois radicales : les salariés des grandes entreprises jusqu''ici perçues comme protectrices ne sont pas entrés en dissidence.
    Aspirés par leur entreprise, ils sont disposés à jouer le jeu, mais critiquent durement les modalités de mise en oeoeuvre des mutations imposées par le management. Pourtant, ces dernières ne forment pas l''enjeu de mobilisations collectives : discontinues et ambivalentes, les luttes se présentent comme "alternatives".
    Réelle, la loyauté des salariés apparaît donc paradoxale car elle n''exclut ni retrait temporaire ni protestation. Mais le rapport au travail s''éprouve dans l''expérience, où c'est la valeur personnelle de chacun qui est en jeu.
    Fondamentalement, les CDI d''aujourd''hui sont en quête d'une appropriation positive de la condition qui leur est faite. Or il leur manque les 'prises" qui leur permettraient de se forger une nouvelle identité d'eux-mêmes et de constituer des collectifs solidaires.

  • Les ressources humaines en entreprise peuvent-elles contribuer à la sortie de crise ? C'est à cette question qu'une quinzaine de chercheurs et auteurs reconnus, tous lauréats ou finalistes du prix RH Sciences Po/Syntec Recrutement/Le Monde répondent ici.

    Cinq thèmes majeurs guident leur réflexion : 1) l'inefficacité de stratégies RH qui renvoient à des conceptions ou des modèles d'organisation inadaptés; 2) la question de la crise du travail et du sens du travail ; 3) celle des pratiques managériales et de leurs liens avec les pathologies du travail ; 4) les rapports emplois-travail dont le problème des seniors, et des jeunes qui subissent le plus les transformations du travail ; 5) le renouvellement de la gestion du recrutement, la nécessité d'améliorer l'articulation entre politiques publiques et pratiques dentreprises pour atteindre la « flexicurité » appelée par tous.

    Reconstruire les rapports entre savoir et action, développer un management factuel, trouver une nouvelle rationalité des ressources humaines, une autre façon de construire et datteindre la performance, tels sont, selon les auteurs, les sujets sur lesquels devraient se concentrer les directions des ressources humaines.

    LES AUTEURS Éric Albert - Norbert Alter - Rachel Beaujolin-Bellet - David Courpasson - François Dupuy - Nicolas Flamant - Bernard Gazier - Serge Guérin - Hubert LHoste - Yves Moulin - Jeffrey Pfeffer - Jacques Rojot - Géraldine Schmidt - Jean-Claude Thoenig - Bénédicte Vidailletude Thoenig - Bénédicte Vidaillet.

  • Ils ont entre quinze et trente ans et ils ont grandi avec internet. Ils participent massivement aux réseaux sociaux et le web a révolutionné leur façon de regarder le monde et de s'y projeter.
    Monique Dagnaud explore en profondeur les cultures de cette nouvelle génération, en multipliant les angles d'observation. Celui de l'émergence d'une "identité numérique" et de l''essor d'une sociabilité originale fondée sur la conversation en continu, les échanges d''images et des productions artistiques amateurs. Puis celui de la dimension politique : culture "lol" faite de plaisanteries potaches, mais aussi de raids de hackers et d''actions protestataires (des grands rassemblements du printemps arabe aux "indignés" de la place Puerta del Sol). Enfin, celui du piratage de produits culturels et de l''attachement à une économie du gratuit ou du low cost. On voit ainsi se dessiner de nouveaux profils psychologiques, une façon de vivre ensemble inédite, dont le modèle économique reste à créer. Mais face à une innovation technologique d'une telle ampleur et aux transformations sociales qu'elle génère, ne peut-on d''ores et déjà parler de rupture anthropologique ?

    1 autre édition :

empty