Éditions de l'Atelier

  • Alerte ! Pour répondre à une financiarisation croissante du monde économique, et coincés par la crise, trop de chefs d´entreprise pilotent leurs unités à court terme. Cela entraîne des régressions dans les modes de management et un risque mortifère de démobilisation du personnel, y compris au niveau de l´encadrement qui ne voit plus le sens de son action à moyen et long termes. Trop de dirigeants ne placent plus la personne au centre de la réalisation de la performance, d´où un grave handicap pour l´avenir de nos entreprises en France.

    À contre-courant des pratiques actuelles, cet ouvrage présente une façon moderne et efficace de manager et de s´organiser en travaillant autrement. En racontant des histoires vécues, Guy Jayne illustre une dynamique qui conduit à la réussite. Ce livre s´adresse à tous ceux qui, dans les entreprises, les administrations, les hôpitaux, les universités, les écoles, les associations, sont concernés par la sortie de crise. Tous sont invités à faire un pari sur l´homme et ses potentialités, et à se donner les moyens de le gagner par la mise en oeuvre de la logique compétence.

    En cette période durablement perturbée, ce livre, véritable plaidoyer pour l´avenir, incite à vaincre nos peurs et à oser l´innovation.
    Ce livre a été publié avec le soutien de la Fondation Condorcet Guy Jayne, en tant qu´opérationnel et animateur dans la métallurgie et la sidérurgie, a été un acteur de la mise en oeuvre de ce nouveau type de management qu´est la logique compétence. En France, en Europe et sur d´autres continents, il a transmis son expérience à de nombreuses entreprises qui se sont inspirées de cette dynamique.


    La Fondation Condorcet a retenu ce livre pour promouvoir la logique compétence. L´Ipsas (Institution de progrès social des agents de la sidérurgie) a soutenu financièrement l´édition de cet ouvrage. Membre du Gesim (Groupement des entreprises sidérurgiques et métallurgiques), cette institution est un organisme paritaire qui travaille sur le thème du management par les compétences.

  •   À chaque crise financière, c´est la même recette : pour s´en sortir, les cotisations sociales des entreprises devraient être toujours plus légères, les salariés toujours plus flexibles pour atteindre des objectifs de rendement toujours plus hauts. Qui croit encore aux vertus de ce catéchisme de l´austérité qui fait perdre de vue le sens même du travail et détruit la notion de service public ?
    Les auteurs de Pour en finir avec le Wall Street management proposent dans ce nouveau livre d´inverser la donne en manageant autrement. S´appuyant sur de nombreuses expériences, sur leurs échanges permanents avec des salariés, des DRH, des chercheurs et des responsables d´entreprise, Marie-José Kotlicki et Jean-François Bolzinger, dirigeants syndicaux, proposent d´investir les terrains où se jouent la dé-financiarisation du travail et de l'entreprise et la recherche d´une nouvelle efficience : organisation du travail, qualité des produits ou des services, place des jeunes, accès des femmes aux responsabilités de direction, enseignement du management, restructurations, stratégies et gouvernance.
    Rendre les organisations flexibles pour que chaque salarié développe ses capacités, donner le droit à tous de participer à l´élaboration de la stratégie des entreprises, imaginer un dialogue social qui porte aussi sur les choix économiques, se donner le temps de bien travailler, etc., autant de leviers pour inventer une nouvelle compétitivité qui réconcilie l´humain et le bien commun avec l´industrie, le social et l´écologie.
    Répondre à la quête de sens du travail et sortir de la crise sont une seule et même perspective.
      Marie-José KOTLICKI est cadre de la fonction publique et membre du Conseil économique, social et environnemental (CESE).
    Jean-François BOLZINGER est ingénieur de l´industrie.
    Ils sont tous deux dirigeants de l´Union générale des ingénieurs, cadres et techniciens de la CGT (UGICT-CGT) et auteurs du livre Pour en finir avec le Wall Street management (Éditions de L´Atelier, 2010), prix des lecteurs « Ressources humaines et management » de la revue RH&M en 2010.

  • Comment être manager aujourd'hui ? Comment diriger une équipe sans renier ses convictions et ses responsabilités ? Tout en appréciant leur travail, de nombreux cadres vivent mal le manque d'autonomie et la pression démesurée d'objectifs peu ou pas discutés. Quid alors de la qualité du travail et des attentes des salariés, de la place du collectif, etc. ? Faut-il courber la tête en abandonnant ses convictions et en faisant le deuil de la qualité des coopérations et du service au client final ? Peut-on, au contraire, inventer des façons d'animer une équipe et de décider qui donnent sens à l'exercice de la responsabilité ?Fruit de réflexions croisées de nombreux cadres provenant à la fois du public et du privé, ce livre établit un diagnostic et propose des repères pour qu'un manager trouve le bon équilibre et la bonne distance qui lui permettent de bien faire son travail. En s'appuyant sur des expériences riches d'enseignements, Jean-Paul Bouchet et Bernard Jarry-Lacombe montrent que les actes managériaux et les valeurs de ceux qui les accomplissent peuvent être cohérents.En proposant de sortir d'un style de management qui comprime les humains, cet ouvrage ouvre une voie d'avenir. Diriger et animer des équipes tout en cultivant ses convictions peut donner du souffle aux projets des salariés et à ceux de l'entreprise.Jean-Paul Bouchet est secrétaire général de l'Union confédérale des cadres CFDT.Bernard Jarry-Lacombe, responsable du centre de formation Crefac, était auparavant délégué général de l'Observatoire des cadres.Préface de Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT.Avec notamment la contribution d'Annie Chemla-Lafay, Jean-Marc Kieffer et Lubiku Miankeba.

  • Soixante-dix ans après leur création, quel est l'avenir des comités d'entreprise (CE) ? Cette institution familière, qui concerne des dizaines de millions de salariés, est-elle en train de se banaliser en centrale d'achats de spectacles et de voyages aux meilleurs prix ? À quelles conditions cette conquête sociale permettant l'accès de tous à la culture et l'implication des salariés dans la vie économique de l'entreprise peut-elle être un outil qui renforce leur pouvoir ? Comment remédier aux inégalités criantes de moyens entre les CE des très grandes entreprises et ceux des PME ? Fruit d'une longue enquête menée notamment dans le secteur des industries électriques et gazières, puis étendue sur un vaste réseau de CE en France, cet ouvrage repère les acquis des comités d'entreprise en matière d'information économique et d'expression collective des salariés, d'action culturelle et de tourisme populaire. Il met également le doigt sur les fragilités actuelles : carence d'intervention sur les orientations stratégiques de l'entreprise, difficulté à se mettre à l'écoute des aspirations individuelles des salariés, gestion coûteuse d'équipements et repli sur le seul horizon de l'entreprise. Michel Vakaloulis s'appuie sur ce diagnostic pour esquisser le CE de demain. Au lieu de formater la demande des salariés en laissant croire qu'ils ont tous les mêmes besoins, il pourrait devenir un lieu d'écoute de leurs aspirations singulières. Il élaborerait ainsi des réponses adéquates dans le domaine social, culturel et en matière économique. Cette démarche suppose des transformations importantes, notamment la mutualisation d'équipements et de services afin qu'ils bénéficient à des salariés d'autres entreprises des mêmes territoires. Alors que les critères financiers priment sur le travail humain, le CE peut devenir pour les salariés un précieux levier d'émancipation. Michel Vakaloulis , économiste de formation, docteur en philosophie, est maître de conférences en sciences politiques à l'université Paris-VIII. Spécialiste de la sociologie de l'action collective et de l'analyse des relations professionnelles, il est l'auteur de plusieurs ouvrages dont Précarisés, pas démotivés ! (Les Éditions de l'Atelier, 2013) et Le capitalisme post-moderne (PUF, 2001).

empty