un-pur-roman

  • " Ça ne sert à rien de s'acharner à écrire des livres romantiques, jouer dans des pièces de théâtre d'auteur, composer des chansons à texte ciselées.
    Si vous voulez connaître l'overdose de conquêtes amoureuses, mieux vaut passer une fois à la télé. Perdre la Star Academy, franchir le premier palier dans Gagnons des millions dans la bonne humeur ou embrasser un âne dans Sugar Baby Sugar... et PAN ! peu importe. Vous allez choper à mort dès le lendemain. "

    Sur commande
  • Géographie et conte les légendes au fil de récits " apocryphes " des textes qui ne cherchent pas à reconstituer l'histoire de la société sudiste, mais plutôt à scruter la transformation de cette histoire collective en hantise personnelle chez des personnages dont les monologues intérieurs captent les rêveries et les ressassements secrets. Le personnage moderniste est ici une chambre d'échos où resurgissent des bribes du discours d'autrui, mais aussi des fragments des mythes et récits dont l'histoire collective est tissée. Chez Faulkner, ce personnage est une créature essentiellement enfantine ; en effet, souvent il se laisse séduire à la manière d'un enfant qui n'est pas encore maître du langage et qui est néanmoins exposé aux discours d'autrui. Sensible au pouvoir de ces mots, il les reprend et leur fait écho, se laisse prendre dans des programmes narratifs tout faits au lieu de se constituer en auteur de ses propres actions et de ses propres paroles. Ce type de personnage est un lieu idéal pour l'observation de l'état d'enfance, conçue ici comme état de faiblesse originelle et de dépendance à autrui quine cessera de transparaître dans le rapport de l'être adulte au pouvoir. Faulkner s'attarde sur des états de détresse infantile et montre comment ce premier état muet ne cesse de hanter le langage. C'est pourquoi dans cette étude, William Faulkner est rapproché d'écrivains tels que Sigmund Freud ; en effet les textes faulknériens, tout comme les études de cas freudiennes, établissent des liens entre la détresse première de l'enfant et toutes les réactions défensives que l'animal humain sait élaborer pour prévenir le retour de cet état. Les romans de Faulkner prennent donc rang parmi toutes les réflexions anthropologiques où l'être humain est défini comme cet animal singulier qui doit se forger ses propres défenses, du fait même qu'il traverse un état d'enfance. C'est ainsi que les romans de Faulkner esquissent une définition très large de l'art : en effet, toute réaction d'autodéfense y est susceptible de se transformer en compétence, en habileté, en art de dire ou de faire. Le blues sera le type le plus simple de l'art selon Faulkner, un art né du combat entre l'animal humain et la mélancolie, une lutte qui est à la fois son fardeau et son privilège.

  • Coup-pure

    Florentine Hennon

    Tara, 43 ans, a tout pour être heureuse : trois enfants sympathiques, un deuxième mari dont elle est follement amoureuse, un premier mari avec qui elle est en très bons termes, des élèves qui l'apprécient, des amis fidèles qui la chérissent... Malgré ce bonheur apparent, ses doutes incessants et son manque de confiance en elle lui mènent la vie dure. Mais elle refuse de sombrer dans la déprime ; elle affiche un sourire radieux et enclenche le pilote automatique.
    7 mai 2017. Élections : Macron contre Le Pen. Résultats.
    Coup de poing involontaire en plein visage de la part du meilleur ami, que l'explosion de joie a rendu maladroit.
    Après un examen effectué par sécurité aux urgences, Tara n'a rien, juste une belle bosse. Et pourtant, quelque chose a changé en elle... Un petit rien qui la rend différente. Une mémoire revenue. Un chamboulement sensoriel et émotionnel qui va la pousser à remettre en question son quotidien et sa propre identité. Grâce à un voyage initiatique en Inde, Tara entame un long cheminement pour tenter de reprendre le contrôle de sa vie et la mener là où elle l'entend.
    Enchaînant les coups (coup bas, coup de folie, coup de gueule, coup de chance, coup de tête, coup de fouet...) au fil des chapitres, Coup-pure rassemble des tranches de vie dans lesquelles tous les lecteurs pourront se retrouver, avec l'espoir de parer à toutes ces attaques et, comme Tara, de tenter de transformer leur vie en coup de maître.

  • Le roman de la prétieuse, ou Les mystères de la ruelle. 4e partie Date de l'édition originale : 1658 Ce livre est la reproduction fidèle d'une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d'une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d'un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l'opportunité d'accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
    Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

    En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d'une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
    Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d'un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d'un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

    Pour plus d'informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

    Sur commande
  • "Vous n'êtes pas du tout une femme convenable, Madame Colette... Vous êtes la fière impudeur, le sage plaisir, la dure intelligence, l'insolente liberté : le type même de la fille qui perd les institutions les plus sacrées et les familles." Jean Anouilh. "La grandeur de Madame Colette vient de ce qu'une inaptitude à départir le bien du mal la situait dans un état d'innocence." Jean Cocteau.

    Colette a cinquante-neuf ans quand elle publie, en 1932, ces pages où elle s'interroge sur l'opium, l'alcool et les autres plaisirs qu'on dit charnels, à travers le souvenir de trente années de vie parisienne. "On s'apercevra peut-être un jour que c'est là mon meilleur livre", disait-elle.

  • Pour rapporter le fabuleux trésor d'Orloff, Sigurt va emprunter la route des contrebandiers, à travers les dures montagnes d'Afghanistan et d'Iran. Avant de pouvoir porter secours à Apicula, sa fidèle compagne, il aidera des aventuriers vikings, naufragés de la mer Caspienne, affrontera la colère de l'impératrice Théodora, les éruptions du Stromboli, et vaincra les pirates sarrasins en Sicile.

empty