touriste

  • En 1971, un plateau du sud de l'Aveyron inconnu de la majorité des Français, le Larzac, surgit dans l'actualité. Un projet d'extension du camp militaire est alors le théâtre d'une contestation menée par une centaine de paysans. Formidable laboratoire de nouveaux modes d'action, objet de convergence de luttes pendant une décennie - celles des agriculteurs, celles de la non-violence et de l'autogestion, celles également de l'Occitanie et de l'écologie - le Larzac devient un symbole de la résistance contre l'arbitraire politique.
    Ces événements ne constituent pour autant qu'une partie de l'histoire de ce lieu désertique. En proposant une approche de longue durée de ce plateau calcaire, qui s'ouvre par les traces des premiers peuplements, progresse de siècle en siècle, de l'occupation romaine à l'installation des Templiers, du développement de l'industrie du cuir à celle du fromage de Roquefort, du campement des soldats réservistes au camp d'internement des membres du FLN pendant la guerre d'Algérie, c'est un peuple du divers qui apparaît au fil des pages. Un peuple composé d'humains et de brebis, de sorcières et de potiers, de bergers et de paysans, d'ouvrières et de soldats, de prisonniers et de militants...
    La perspective d'histoire profonde adoptée ici montre que ce territoire-palimpseste fut tout au long de son histoire un lieu d'invention collective, une invention nécessaire pour habiter le monde et faire communauté, pour garder intacte la perspective d'une vie plus libre, solidaire et égalitaire.

  • Le voyage en Inde d'un ex-golden boy en quête de sagesse. Un récit irrésistible qui renouvelle le genre du développement personnel !

    Au programme du voyage de Jonathan : une retraite méditative de dix jours au Rajasthan, dans le silence le plus total, suivie de trois mois de pérégrinations en Inde, à la recherche du bonheur. Une quête spirituelle où se croisent méditation et addictions, raison et mysticisme, yoga et sexe tantrique, sous la plume d'un jeune homme intrépide et décomplexé.
    Dans ce livre initiatique, follement drôle, Jonathan Lehmann nous transmet la richesse des enseignements qu'il a reçus et qui nourrissent son cheminement vers la paix intérieure.

    Après une première vie comme avocat d'affaires, Jonathan Lehmann crée en 2015 la page Facebook « Les Antisèches du Bonheur », où il partage des méditations guidées et ses réflexions sur la tyrannie du mental.

  • Les profs t.6 ; classe touriste

    ,

    • Bamboo
    • 18 Août 2004

    Approchez, Mesdames et Messieurs ! Venez découvrir les seuls vrais aventuriers modernes : LES PROFS ! Suivez le prof d'histoire débutant, le prof de gym sur-vitaminé, la prof de français sexy, le prof de philo blasé et la prof d'anglais peau de vache dans leur croisade contre l'ignorance et le poil dans la main !
    Plus forts que Zorro, plus courageux qu'Indiana Jones et bien moins payés que James Bond, ils pénètrent dans la jungle étouffante des lycées pour affronter les tribus d'élèves hostiles. Puis, épuisés, ils se réfugient dans leur oasis : la salle des profs ! Là, entre la machine à café en panne et les 150 copies à corriger pour demain, ils refont le monde de l'éducation et des plans pour les vacances.
    Recommandé par le ministre de l'éducation nationale, cet album est pour tout le monde : les profs, les élèves, les parents d'élèves, les parents de profs, les surdoués et les cancres (il y a de jolies images). Et heu... nous demandons aux profs de ne pas noter les auteurs trop sévèrement : ils n'ont pas pu préparer l'interro, leur grand-mère était malade...

  • Kiki est petit et vert. Aliène est grand, noir et un peu plus inquiétant... Si Kiki vous rappelle un de ses cousins qui cherchait à « téléphone maison », c'est normal. Quant à Aliène... Vous frissonnez, non ? Pour l'heure, tranquilles et pacifiques dans leur soucoupe volante, ils explorent la planète Terre et vont de découvertes en découvertes : les lavomatiques, les supermarchés, les barbecues, les sapins de Noël...
    Autant d'énigmes pour ces voyageurs venus de l'espace. Avec bonne volonté, mais aussi avec leur bon sens parfois très éloigné des habitudes des terriens, ils vont chercher à comprendre ce qu'ils observent... avec des résultats parfois catastrophiques ! Ajoutez à cela un professeur fou d'OVNI qui promet une récompense à qui apportera une photo de la soucoupe, un canard qui ne sait pas voler et les humeurs d'Aliène... Oui, vous y êtes. Bienvenue chez Kiki et Aliène !

  • Certains veulent faire de leur vie une oeuvre d'art, je compte en faire un long voyage. Je n'ai pas l'intention de me proclamer explorateur. Je ne veux ni conquérir les sommets vertigineux, ni braver les déserts infernaux. Je ne suis pas aussi exigeant. Touriste, ça me suffit. Le touriste traverse la vie, curieux et détendu, avec le soleil en prime. Il prend le temps d'être futile. De s'adonner à des activités non productives mais enrichissantes. Le monde est sa maison. Chaque ville, une victoire. J. B.-G.

  • Oscar, vingt-cinq ans, fils d'une grande famille laminée par un drame, arrive à Papeete pour, croit-il, s'isoler dans une nature vierge des hypocrisies du monde. Il est un « touriste de bananes », l'un de ces idéalistes méprisés des Blancs locaux et que l'on retrouve un jour desséché dans la jungle. À Tahiti comme ailleurs, on s'arrange, on s'amuse, on trahit et l'on raille. Des hommes tuent, d'autres meurent. Oscar qui fuyait va croiser son destin. Il se trouve dans une chambre, près d'une femme, au Relais des Méridiens...
    Le roman Touriste de bananes prolonge la tragique saga de la famille Donadieu, richissimes armateurs de La Rochelle, entamée dans Le testament Donadieu.

  • Touriste

    Christian Casoni

    Où il est question de cordon ombilical, et d'une naissance qui en entraîne une autre.

    « J'ai soulevé le drap du bout des doigts, pour être bien sûr que je n'avais pas rêvé... et j'ai vu son visage dans la pénombre. Ding, il a ouvert un oeil, il avait presque l'air en colère. »

    Sur commande
  • D'abord, l'énigme du titre : pourquoi Mémoires, alors qu'il s'agit d'un voyage ? Quelles sont les étapes du ou des voyages de Stendhal, qui donne un compte rendu précis de ses zigzags à travers la France, et le relevé des discontinuités de son itinéraire, on ne peut plus décousu ? Où est-il descendu ? Où a-t-il été le plus heureux ?Stendhal entend par tourisme non pas une présentation objective, rationnelle, des centres d'intérêt d'une ville ou d'une campagne parcourues, mais le déroulement subjectif de ce qui se passe dans son âme. C'est un tourisme intérieur, une exploration de ses souvenirs, de ses sensations, de ses humeurs, de ses fantasmes. D'où la vivacité et la fraîcheur, inaltérées, de son ouvrage, presque deux siècles après sa parution.

  • Sans le recul de l'Histoire, était-il possible de saisir l'essence du national-socialisme ou de prédire l'Holocauste ?
    Durant l'entre-deux-guerres, l'Allemagne est une destination prisée. Alors que croît le régime nazi, les touristes étrangers de l'époque, étudiants, diplomates, artistes, intellectuels, athlètes ou encore journalistes deviennent les témoins accidentels de l'Histoire. S'appuyant sur les récits inédits, correspondances et journaux intimes de célébrités comme Charles Lindbergh ou Samuel Beckett et de visiteurs ordinaires, Julia Boyd nous donne à voir, à entendre et même à respirer l'atmosphère d'une Allemagne hitlérienne qu'elle rend remarquablement palpable.
    Triviales, tragiques, perturbantes, les impressions de ces voyageurs nous offrent un panorama inédit du IIIe Reich, de ses paradoxes et de ses destructions en marche.

  • Ces dernières années, les grands musées ont connu une augmentation importante de leur fréquentation, portée par de grandes expositions temporaires dites "blockbusters". Autrefois reservé à un public averti ou scolaire, le musée est entré résolument dans une stratégie de séduction pour attirer le plus grand nombre.

  • Les vacances sont faites de liberté. D'absolue liberté. Nos vies trépidantes, rythmées par les obligations, font des vacances le seul moment où nous pouvons faire tout ce que nous voulons, où nous le voulons. N'est-il donc pas fort étrange que la plupart d'entre nous occupent ce temps précieux de façon strictement identique ? Que nous déferlions en masse dans les mêmes villes, que nous nous rassemblions autour des mêmes curiosités et que nous visitions tous les mêmes quartiers pittoresques qui, en réalité, ne peuvent faire face à cette marée humaine ?

    Et si tous nos voyages commençaient dangereusement à se ressembler ? Et si les listes interminables de sites-à-ne-manquer-sous-aucun-prétexte n'étaient en définitive que des sources d'angoisse ?

    De l'art d'être un bon touriste pose un regard neuf sur la manière de faire de ses vacances une expérience aussi épanouissante qu'enrichissante. À travers des conseils parfois déroutants, ce petit livre pratique plein d'humour vous aidera à profiter au maximum de votre séjour sans abîmer l'âme d'un lieu. Parce qu'en fin de compte, quand on prépare et vit ses voyages avec un brin d'imagination, les vacances peuvent devenir une expérience réellement gratifiante.

  • L'idiot du voyage, c'est le touriste.
    Il est, on le sait, un mauvais voyageur. c'est du moins la réputation que lui prête aujourd'hui le sens commun, en vertu d'une longue tradition de mépris. pourtant, le touriste n'est pas si idiot. il faut lui reconnaître, outre ses utilités évidentes (économiques, politiques et culturelles), une réelle intelligence du voyage, un univers que fonde, avec ses confins et ses déserts, ses enfers et ses paradis, une " géographie personnelle ".
    Seulement voilà : hanté par le mythe du voyageur, le touriste n'échappe pas au mépris. méprisant ses semblables, il se méprise lui-même. pris au piège d'un tel paradoxe, les usages et les discours de cet explorateur s'en ressentent, faisant de lui un personnage complexe et complexé : le héros ambigu de ce livre.

  • Avec la découverte de l'Amérique naît la figure du sauvage. Pendant des siècles, elle va nourrir l'imaginaire occidental. Jean Talon nous raconte les rencontres vraies les plus surprenantes entre des voyageurs, explorateurs ou ethnographes et des populations encore intouchées par ce qu'on appelle la civilisation.

    Des rencontres pleines de farces et de malentendus réciproques, de la conquête espagnole de l'Amérique à Darwin, jusqu'au tourisme contemporain, où des populations censées être restées authentiques jouent leur propre rôle sous les flashes des appareils photo.

    Sur commande
  • Privilège de l'élite il y a un demi-siècle, le tourisme est aujourd'hui une industrie au service des classes moyennes mondialisées. Plus d'un milliard d'hommes et de femmes voyagent chaque année pour le plaisir dans un pays étranger. Une aubaine pour les économies, une catastrophe pour l'environnement.

    Sur commande
  • Cet ouvrage s'inscrit dans la série proposée par le Laboratoire d'excellence Futurs Urbains (Labex) qui invite deux chercheurs à mettre en regard leurs points de vue sur une question urbaine d'actualité.

    Marie Delaplace et Gwendal Simon explorent ici les enjeux de la coprésence des touristes et des habitants dans les territoires soumis à l'incidence croissante du tourisme. À partir d'une lecture en termes d'économie résidentielle et touristique, Marie Delaplace souligne la possible complémentarité entre tourisme et économie productive, et entre touristes et habitants. Gwendal Simon plaide pour une approche critique de la catégorisation « touriste et habitant » en soulignant la variété des situations d'entre-deux et des formes de conflits. Il conclut sur la nécessité de politiques dédiées à l'ensemble des usagers d'un territoire, permanents comme occasionnels.

    Sur commande
  • « Il n'est de départ que vers le soleil », écrit Colette, tandis qu'un Guide de l'Algérie invite à « la course au soleil ».
    Pour appréhender le voyage en Algérie, Tunisie, Maroc de 1850 à 1930, Christine Peltre fait oeuvre pionnière :
    Mettant en regard les images colportées par les guides et la réclame avec celles créées par Stendhal, Gide et les autres, elle révèle un tourisme où les imageries le disputent aux mirages.
    C'est en creux, pour recomposer des mythes, qu'affleurent les réalités coloniales. À travers les « lunettes bleues » dont il est invité à se munir, le voyageur en partance ne se voit proposer que visions orientalistes et « villes d'or », puis les charmes du désert, parfois les arts de l'Islam, jamais « d'aller boire de l'anisette sous les voûtes du port » comme dira Camus...

    Sur commande
  • Adaptation BD d'après le roman éponyme, Julien Blanc- Gras montre une autre façon de voyager. Il traverse la vie, curieux et détendu, prend le temps d'être futile, de s'adonner à des activités non productives mais enrichissantes. Facétieux, il est doté du regard décalé de celui qui sait apprécier sans être dupe. Les dessins pétillants de Mademoiselle Caroline renforcent la justesse des situations.

  • Guide touristique de la France destiné aux lecteurs chinois.

    Sur commande
  • S'il existe une carte des saveurs, la question est de savoir ce qu'il reste d'authentique dans une alimentation « des vacances », traversée de métissages et de bricolages. Au carrefour du local et du global, les frontières culturelles et culinaires ont-elles en définitive vocation à prévenir les situations de conflit au sein des identités régionales ?

    Sur commande
  • «Dans ces pages qui parlent de l'Italie - dans celles sur Venise surtout, mélancoliques ou lancinantes -, Sartre, mieux que dans un journal intime, exprime son rapport à la beauté, au temps, à la mort et, finalement, la saveur de son existence ; on y perçoit en filigrane les sources subjectives de sa recherche philosophique. Jamais, sauf peut-être dans La nausée, il ne s'est servi plus subtilement du pouvoir envoûtant des mots, qui permet le don.
    "J'ai voulu quelque chose avec La reine Albemarle, et puis j'ai abandonné", disait-il. Ce quelque chose, n'était-ce pas avant tout que ses journées italiennes d'octobre 1951, telles qu'il les a déposées sur le papier, encore vivantes, ne se soient pas pour lui seul écoulées ; que, recueillies par des lecteurs, elles fassent partie désormais de leur expérience, presque de leurs souvenirs ?» Arlette Elkaïm-Sartre.

    Sur commande
  • L'europe est un terrain d'expériences.
    Ces expériences prennent des formes anciennes, saltimbanques qui ignorent les frontières, langues qui coexistent sur des territoires entremêlés, traditions familiales ou laborieuses distinctes dans des pays voisins. l'europe n'est pas neuve ; seules ses institutions, parlementaires ou administratives sont des inventions récentes. loin de la recherche d'une identité ou âme européenne qui unifierait on ne sait quoi, ces chroniques radiophoniques ont cherché à tisser des références historiques avec l'actualité multiple.
    Bribes de questions sur ces êtres européens, immigrés ou philosophes, artistes ou politiques, sexes réels ou figures littéraires ; morceaux d'enjeux politiques sur les biens et les services, les traductions et les échanges, les lois des uns et les résistances des autres. telle est l'europe des idées : de la matière d'idées sans dessein d'ensemble, de la multiplicité d'idées sans contradictions simples.
    Les chroniques ici rassemblées ont été produites par france culture. geneviève fraisse fut invitée à les réaliser alors que son mandat de parlementaire, comme membre de la gauche unitaire européenne (gue), s'achevait au printemps 2004. " touriste en démocratie " fut écrit en point final d'un " service politique " commencé en 1997 comme déléguée interministérielle aux droits des femmes.

  • Comment se perdre sur un GR est un carnet de promenades. Il se lit comme un guide de voyage et un cahier de vacances. Il se complète, il s'emporte, ils se détourne. Dans ce carnet, l'agence touriste donne les clés pour se perdre, à bras le corps, sur un chemin balisé. Elle met à disposition pour l'avantouriste qui est en chacun de nous, des outils inédits pour se pencher vers un tourisme des sens, des interprétations et des histoires inventées. Elle invite à devenir altouriste, en pratique, au milieu des paysages étendus.
    Livre d'artiste, carnet de voyage et cahier de vacances, ce petit livre-monde de l'Agence touriste est indispensable pour vivre pleinement l'expérience du GR®2013, et pour découvrir les précédentes aventures de l'agence touriste ici et ailleurs (Alger, Beyrouth...).
    Les planches originales de cet ouvrage ont été intégralement réalisées en trichromie, avec de l'écorce de grenade (jaune-vert), du choux rouge (bleu-violet), et du mercurochrome.
    Un ouvrage co-produit par Marseille-Provence 2013

    Sur commande
empty