Camion Blanc

  • Grâce au bouillonnement des années soixante, le rock a peu à peu forgé ses lettres de noblesse. De grands noms ont vu le jour ; d'autres moins prestigieux mais au talent indéniable furent contraints d'évoluer dans l'ombre des maîtres. Graduellement, les courants ont évolué et les genres se sont mis en place autour des formations-clés. Cet ouvrage convie le lecteur à un cheminement dans le temps où, chronologiquement au fil des concerts, se côtoient les artistes majeurs et ceux que les pages du rock ont quelquefois injustement abandonnés sur le bord de la route. Ainsi assisterons-nous à l'émergence du rock progressif par le biais d'artistes tels que Renaissance, Barclay James Harvest ou, dans un registre plus dur, Uriah Heep, Rush ou Golden Earring. Seront évoqués les débuts fracassants d'AC/DC (au détriment de Black Sabbath...), l'éclosion de Judas Priest, la fratrie UFO Scorpions, le tragique parcours de Wendy O. Williams des Plasmatics, la maestria de Ritchie Blackmore, le rock théâtral de Meat Loaf ou celui, plus léché, de Dire Straits. Nous lierons connaissance avec Roy Harper, Budgie, retrouverons les chefs de file de la New Wave of British Heavy Metal à travers Saxon, Riot et Ozzy sans oublier les instigateurs que furent Montrose, Rory Gallagher ou, outre-Atlantique, Ted Nugent, Little Feat ou les Doobie Brothers. Le tout sur fond de Led Zeppelin, Deep Purple, Jethro Tull, Dylan, Santana, Bowie et les rencontres imprévues de l'auteur avec certains musiciens.

    Sur commande
  • Mené par Douglas Pearce depuis trente ans, Death In June explore inlassablement les chemins de traverse musicaux et esthétiques avec une indépendance farouche.
    Né sur les cendres du groupe de punk Crisis, qui trôna aux côtés de The Clash et de Crass dans le registre d'un engagement politique radical, Death In June a connu des changements profonds sur tous les plans. Passant d'un post-punk radical aux champs électroniques mutants avant d'accompagner l'émergence d'un folk apocalyptique post-industriel, la formation a vu passer en son sein de multiples collaborateurs, ayant influé de diverses façons sur la destinée du groupe, le tout sous la houlette de l'esthète Douglas P.
    Source d'incompréhension, voire de rejet total et d'opprobre, pour certains, fascination sans réserve pour d'autres, la Mort en Juin a depuis toujours suivi sa destinée en faisant fi des obstacles. Aldo Chimenti livre ici le fruit d'un travail passionné courant sur une décennie, offrant un panorama de l'évolution de Death In June, plongeant dans les racines punk de Crisis avant de dérouler le fil de l'histoire d'un destin contemporain des plus singuliers.

    Sur commande
empty