le-cours-du-destin

  • 1675. Martin von Wertheimer, un jeune peintre passionné, quitte l'Alsace, sa région natale, pour monter à Paris et tenter de conquérir le monde des arts. II laisse derrière lui l'amour de vie, Catia, la femme de son frère, qu'il n'a pas le droit d'aimer. Dans la capitale, le talent du jeune homme est vite remarqué et sa réputation atteint les oreilles du monarque lui-même. Auréolé de sa formidable protection, Martin va de succès en succès, de commandes en commandes, découvrant les plaisirs éphémères de l'amour et de la gloire.
    Malgré tout, les fastes de la cour ne parviennent pas à lui faire oublier la belle Catia, la première femme qui a emporté son coeur. Il est tenté de revenir auprès d'elle, mais on ne s'échappe pas si facilement de la toile d'araignée de Versailles...

  • En Camargue, entre terre et mer, l'histoire de Vincent, fils d'ouvrier agricole, et de ses camarades : Pierre, le futur raseteur, Victor, le fils du boulanger, Albert, le Fada, et Sarah, dont tous se disputent les faveurs.
    Recueilli par un couple de manadiers, Vincent s'éprend d'un taurillon cendré, futur grand cocardier et taureau totémique qui fera basculer le cours paisible du destin... Un hymne à la nature et à ses hommes hommage à un pays exceptionnel et à un peuple singulier. Originaire du village de Pérols dans l'Hérault, Jacky Simeon est un raseteur de légende qui cumula les plus hautes distinctions. Une blessure à la fémorale le contraint à quitter l'arène en 1990.
    La littérature le ressuscitera : après une autobiographie et un recueil de nouvelles, Le Cours du destin est son premier roman.

  • Ce que j'ai voulu et tenté : poser la question de la poésie en témoin de sa propre époque ; analyser pour cela les voies de la création poétique dans de grandes oeuvres du passé - reconnues en leur différence grâce aux travaux historiques - mais en observant aussi et d'abord dans l'être qu'on est les circonstances et les démarches - hésitations, aspirations contradictoires, affirmations de valeurs là même où l'on veut que les faits prévalent - du travail auquel on se voue ; reconnaître ainsi, au point d'origine de l'intuition poétique, la parenté de l'entreprise des peintres, des musiciens, des poètes, cordes, chacun, d'une unique lyre ; et comprendre, au terme s'il en est un de l'enquête, la nature et le rôle de cette " fonction poétique " dont on voit bien qu'elle procure parfois assez de sens à la vie pour que celle-ci continue, malgré le peu de réponse qu'elle sait qu'elle doit attendre du lieu naturel renoncé dès l'institution du langage.
    Un grand projet ! mais si vaste, autant qu'ambitieux, qu'il en devenait raisonnable. d'évidence, en effet, il ne pouvait s'agir sur un tel chantier que de relevés préliminaires. [. ] il y a des esprits qui misent sur le langage, mais il en est d'autres qui sont sensibles d'emblée aux insuffisances et aux leurres de ce langage qu'ils n'en aiment pas moins pourtant - étant peut-être même de ceux qui l'affectionnent le plus, présence blessée, précaire.
    Et pour ma part je crois que c'est seulement quand on s'attache à lui, et à sa parole, de cette seconde façon, avec soupçon, sentiment de l'exil au sein des mots, et donc nostalgie, élan de tout l'être, exigence, que l'on accède à un sentiment de la finitude qui ouvre - et c'est alors la poésie même - à la mémoire de l'immédiat et à l'expérience de l'unité. y. b.

    Sur commande
  • Titre: Revue Française de Finances Publiques - Numéro spécial - Bicentenaire de
    la Cour des comptes Colloque "La Cour, un passé, un destin" (Paris, les 24 et
    25 septembre 2007) Theme1: Droit - Droit public - Finances publiques - Autres
    ouvrages Theme2: Résumé:

  • Il y a plusieurs façons de faire partie de la cour des grands hommes. On peut y figurer pour avoir été la pierre d'achoppement d'un nombre important des vies humaines, Adolf Hitler a été et reste l'exemple le plus populaire de cette race d'hommes négatifs. Ici, ce livre évoque l'esprit qui a guidé et guide encore les grands hommes au coeur humain et à l'esprit positif. La vie de Nelson Mandela, de Mao Zedong, du Roi David, de Charles de Gaulle, atteste bien cette allégation. Or, Denis Sassou N'Guesso, encore âgé de moins de 20 ans, lisait les mémoires de De Gaulle, pendant qu'il était en formation militaire. Quelques décennies plus tard, il est devenu président de son pays. Et comment se comporte-t-il ?

    « Des hommes d'exception se sont levés, bien souvent seuls contre tous. Visionnaires, ayant raison trop tôt, ils ont eu le courage de combattre pour leurs convictions. C'est ainsi que les anticipateurs ont imposé les progrès, structurant la Société, organisant le Monde.

    Marchant humblement sur leurs traces, nous nous devons de respecter leur oeuvre et leur mémoire, et, en ce sens, nous devons une fidélité scrupuleuse à l'altruisme qui a guidé leurs actions.

    Guider le peuple sur la voie de son épanouissement ; utiliser les richesses naturelles pour instruire et former les populations, pour construire les infrastructures et les équipements, pour libérer les initiatives et les énergies ; organiser la production de richesses pour répartir le bien-être, pour assurer la solidarité et accéder aux loisirs ; permettre la libre expression, la susciter. C'est le message que j'ai perçu dans le récit d'Urbain Ockh. »

  • Une récit riche en aventures pour retracer le destin de Marie-Antoinette, dernière reine de France.
    Une histoire qui repose sur des faits historiques afin que la lectrice découvre Marie-Antoinette : une reine, une mère, une femme initiatrice de mode, et un personnage qui a marqué l'histoire.

  • Le déroulement de l'histoire offre à la curiosité de ceux, de plus en plus nombreux, qui se passionnent pour elle, deux grandes catégories de centres d'intérêt. On peut considérer dans leur ensemble les périodes aux cours desquelles une société humaine a donné d'elle une image originale ; on peut aussi détacher de cette évolution historique des figures, diversement significatives, dans lesquelles s'incarne une époque. La nouvelle collection Les Temps et les Destins se propose d'offrir à ses lecteurs des oeuvres écrites dans l'une et l'autre perspectives. Tantôt, on y trouvera évoqués une civilisation, un peuple, un siècle, un groupement humain ; tantôt, on y lira cette aventure sans cesse renouvelée qu'est toute existence humaine. Aucun parti pris, aucune arrière-pensée dans le choix des sujets : le seul dessein est de faire vrai et de faire vivant. Si l'histoire est bien, comme le voulait Michelet, la « résurrection du passé », les auteurs de cette collection n'auront pour règle que d'essayer de faire vraiment revivre les hommes et les femmes du passé.

empty