l-alliance

  • Le 23 août 1939, une délégation allemande, avec à sa tête le ministre des Affaires étrangères Joachim von Ribbentrop, se rend à Moscou. Sur place, un accord est signé avec le pouvoir soviétique. Il entrera dans l'histoire sous le nom de Pacte Ribbentrop-Molotov ou Pacte Germano-Soviétique, et sa signature sera le signal du coup d'envoi de la Seconde Guerre mondiale.
    Pendant près de deux ans, les deux régimes totalitaires vont cohabiter dans une association sanglante qui leur permettra d'étendre leur pouvoir, par la guerre et la tyrannie, sur la Pologne, les Pays Baltes, la Finlande et la Roumanie.
    À l'aube du 22 juin 1941, l'idylle prend fin avec l'invasion allemande de l'Union soviétique. Mais le Pacte aura bouleversé l'équilibre européen pour un demi-siècle jusqu'à la chute du Mur de Berlin en 1989.

    Roger Moorhouse est un historien britannique spécialisé dans l'histoire récente de l'Allemagne, de l'Holocauste et de la Seconde Guerre mondiale. Il a publié durant ces dernières années : First to fight : the Polish war 1939 (2019), The Third Reich in 100 objects (2017), Berlin at war (2010).

  • Envoyé dans une mission perdue d'avance, l'U-47 se retrouve pris au piège entre deux feux. Le commandant Walters, à la tête de destroyers britanniques, mène une vendetta personnelle contre le taureau de Scapa Flow, tandis que le PU-262, sous-marin SS, le pourchasse. Le commandant Prien n'a d'autre choix que de pousser ses adversaires à s'entretuer lors d'un jeu du chat et de la souris dans lequel il pourrait n'y avoir aucun survivant. La bataille fait rage autour de l'U-47, susceptible de déterminer son avenir durant la guerre, si toutefois il parvient à éliminer la base secrète SS à la tête de cette opération.

    1 autre édition :


  • Le premier livre qui nous place au coeur de la spiritualité des abeilles ; une nouvelle vision de la nature.
    L'humanité est aujourd'hui confrontée à la disparition massive des abeilles. Or nous dépendons de leur action pollinisatrice pour féconder nos récoltes.
    À une époque où elles sont décimées par les pesticides, fragilisées par les OGM et la monoculture, le dernier coup leur est porté par les méthodes actuelles de l'apiculture productiviste, qui n'a qu'un but, produire toujours davantage de miel, au mépris du bien-être et de la santé des abeilles.
    Jacqueline Freeman, une apicultrice peu ordinaire, se fonde au contraire sur le savoir qui lui est transmis directement. Car elle parle (de la façon la plus littérale qui soit) avec les abeilles. Celles-ci lui transmettent leur message de paix, d'unité et d'amour. Ces communications mettent en évidence des aspects du monde naturel qui nous échappent ; elles sont en outre d'une envergure surprenante - par exemple, lorsque les abeilles parlent du processus de la création ou de la physique quantique. Les enseignements ainsi reçus fournissent les fondements d'une apiculture naturelle ; ils offrent aussi à chacun d'entre nous un enseignement spirituel inestimable.
    Ce livre est le fruit d'une collaboration unique avec le petit peuple de la ruche. Après avoir entendu la sagesse de ces créatures ailées, comment ne pas les aimer ?


    L'auteure

    Jacqueline Freeman pratique l'agriculture biodynamique et la permaculture dans l'État de Washington (États-Unis). Pionnière de l'apiculture naturelle, elle transmet son savoir au cours de conférences et de rassemblements internationaux.
    Ce livre inclut un annuaire d'adresses utiles, le BeeScope.
    Traduit de l'américain par James Bryant.

  • En cinquante ans, le modèle dominant de la famille nucléaire unie pour la vie a volé en éclats. Les impératifs économiques, la circulation accrue des personnes, l'égalité des femmes et la reconnaissance des sexualités minoritaires ont changé en profondeur les agencements familiaux. Les familles sont nucléaires, monoparentales, recomposées, homoparentales, composées d'enfants biologiques, adoptifs ou issus d'une assistance médicale à la procréation. Face à cette réalité multiple, l'État doit reconnaître la légitimité d'un tel pluralisme et ne saura privilégier aucune forme familiale sur une autre, sous peine de compromettre l'égalité et la paix sociale. La famille apparaît progressivement comme un instrument d'autoréalisation des membres qui la composent plutôt que comme une fin en soi, et le choix de la fonder relève désormais d'une décision personnelle et intime. Sa contractualisation permet d'accompagner ce processus de subjectivation qui place le fait familial au sein de la vie privée. Au communisme familialiste des sociétés traditionnelles, la modernité fait émerger l'individuation domestique de type relationnel. Le seul moyen de garantir la pluralité et la démocratie familiale est celui où l'Etat se bornerait à protéger des contrats privés.

  • Le modèle mercantiliste imposé à la Chine par son "Etat-parti" fait les affaires des firmes multinationales. Fondé sur la répression du monde du travail et sur des pratiques protectionnistes, il permet aux profits et aux exportations d'atteindre un niveau record. Plus les salaires sont bas et le yuan sous-évalué, plus ces profits sont élevés : telle est la base de cette inquiétante alliance entre l'oligarchie chinoise et celle des dirigeants des multinationales, dont la conséquence est la désindustrialisation des pays développés.

  • La Flotte de la Fédération terrienne s´est battue avec l´énergie du désespoir mais les impitoyables Gbabas ont anéanti toutes les colonies extrasolaires de l´espèce humaine. La Terre elle-même est condamnée à mourir.
    L´humanité se résout alors à tenter un dernier coup de dés : l´opération Arche. Une expédition chargée de bâtir une nouvelle civilisation sur une planète si lointaine que même les Gbabas ne la retrouveront jamais, et sans l´infrastructure technologique dont les émissions risqueraient d´en trahir l´emplacement. Pour s´en assurer, les dirigeants fanatiques de la mission ont utilisé des techniques de conditionnement cérébral afin de créer une fausse religion, sauvagement répressive, interdisant à tout jamais l´idée même d´innovation.
    Toutefois, les partisans de la liberté ont confié à l´une des leurs, Nimue Alban, le soin de se battre pour la dignité humaine. Ils lui ont offert une base secrète hautement sophistiquée et un corps artificiel hébergeant ses souvenirs, ses émotions, ses espoirs et ses rêves...

  • « Ceci est mon sang, le sang de l'alliance » (Mc 14, 24 ; Mt 26, 28). Cette phrase centrale du mystère de l'Eucharistie et de la vie de tout chrétien se doit d'être éclairée pour vivre ce temps fondamental avec un regard nouveau. Bernard Renaud nous en offre la possibilité à travers l'explicitation des thèmes du repas, du sacrifice, de la communion et de l'Alliance qui, dans la Bible et la Tradition, caractérisent l'Eucharistie de façon continue. La tension vive et féconde entre l'accomplissement de l'ancienne alliance et sa rupture que le prophète Jérémie énonçait déjà : « cette alliance, dit Dieu, mon alliance, ce sont eux qui l'ont rompue » Jr 31, 32 est vécue par Jésus qui est, en sa personne, l'alliance à venir. Le nouveau rite ne dissocie pas parole sur la coupe et parole sur le pain. Il est non plus seulement aspersion, mais communion qui engage le fidèle à la suite de Jésus.

  • Un ouvrage de référence, ici dans sa version ePub, par l'un des plus grands spécialistes des TCC.
    Toute psychothérapie (et, plus largement, toute thérapie) nécessite une alliance entre patient et thérapeute. Établir, développer et maintenir cette alliance exige souvent du thérapeute qu'il recoure à des techniques spécifiques. Ne pas les connaître peut ralentir le processus, diminuer l'efficacité de la psychothérapie, voire interrompre la thérapie.
    Cet ouvrage, qui se veut surtout pratique, présente de manière opératoire les méthodes utiles dans les différents contextes d'intervention :
    consultations individuelles,
    consultations de couple,
    consultations familiales,
    consultations avec un autre professionnel ou un bénévole,
    animation des groupes.
    Il est illustré de nombreux exemples cliniques. Complété d'exercices pratiques permettant d'expérimenter les techniques (la méthode du " petit vélo ", la technique des Quatre R, etc.), il propose aussi des méthodes d'autoévaluation du thérapeute.
    Le plus :
    Sur un site internet associé, de nombreuses vidéos présentent les techniques développées dans l'ouvrage.

    Des films mettent en scène des entretiens mal conduits par le thérapeute, en thérapie individuelle et en thérapie de couple ; d'autres proposent des entretiens bien conduits.
    Les commentaires du Dr Charly Cungi éclairent les points négatifs et les points positifs.
    Certaines vidéos permettent aussi de s'exercer à partir de cas concrets.

  • Chili, Colombie, Mexique, Pérou... Autant de pays qui suscitent chez les entrepreneurs et les professionnels des évocations contrastées. L'histoire de l'Amérique latine est longue, riche et complexe. Son économie est impossible à appréhender d'un seul tenant. Pour commencer cette approche d'une région-continent, les auteurs ont choisi de l'aborder par le biais de l'Alliance du Pacifique, nouveau regroupement économique destiné à faciliter les relations de l'Amérique latine avec ses partenaires internationaux.
    Après la ruée vers le Brésil, qui s'est soldée par bien des déceptions, il est grand temps que les entrepreneurs français et occidentaux s'ouvrent vers ces pays où la culture, et donc l'interculturel, jouent un rôle déterminant.
    Face à une Colombie à la recherche de la paix, à un Chili où les problématiques sociales perdurent en dépit d'un doublement de la richesse par habitant depuis les années 1990, se posent un Mexique, 14e économie de la planète sur laquelle souffle un vent réformateur, salué par la communauté internationale, mais qui détient un taux de pauvreté très élevé et un Pérou qui, malgré des scandales politico-financiers, se signale comme un modèle économique dynamique.
    Les pays de l'Alliance du Pacifique offrent aux Français un dépaysement assuré dans une zone de confort culturel. S'ils nourrissent notre imaginaire, ils nous promettent dans le même temps une certaine sécurité indispensable au monde des affaires. L'objectif de cet ouvrage est d'inciter les professionnels à explorer avec curiosité et sincérité les multiples partenariats et échanges possibles entre nos entreprises et celles de l'Alliance du Pacifique.

  • La Lignée est parmi nous depuis toujours : de puissants guerriers vampires mènent une guerre secrète contre les Renégats pervertis parla Soif sanguinaire.

    Ivre de vengeance, Elise Chase traque les Renégats grâce à un extraordinaire don psychique. Consciente que ce pouvoir est en train de la détruire, elle doit apprendre à le maîtriser... et seul Tegan peut l'aider. Il est le plus terrible des guerriers de la Lignée. Bien qu'il soit animé d'une rage inextinguible, le feu chez lui couve sous la glace, et il garde toujours son sang-froid... jusqu'à ce qu'il croise le regard d'Elise.

    Leur alliance contre-nature va les entraîner dans une tempête de dangers et de désir dont ils ne ressortiront pas indemnes.

  • Nous avons besoin d'appréhender, aujourd'hui, une vision du mariage plus digne, plus profonde, plus puissante et plus glorieuse que tout ce que notre culture a jamais imaginé. Rester fidèle à son conjoint, ce n'est pas, avant tout, rester amoureux l'un de l'autre. Il s'agit essentiellement de respecter l'alliance contractée.
    John Piper a attendu 40 ans avant de publier sur le sujet du mariage. Dans cet ouvrage, il fait l'éloge de la beauté de cette union instituée par Dieu et expose la vision biblique du mariage.
    « Le but de ce livre est d'élargir votre vision du mariage. Le mariage est plus que l'amour entre deux personnes. Beaucoup plus. La signification du mariage a une portée incommensurable. Le mariage consiste à manifester aux yeux de tous l'amour d'alliance entre le Christ et son peuple. »
    Certes, le mariage c'est pour toute la vie, mais il n'est pas éternel. Le mariage est un excellent cadeau de Dieu, mais c'est un cadeau éphémère. Pendant nos quelques années sur la terre, apprenons à vivre cet engagement comme un reflet de l'alliance entre Dieu et l'Église.
    John Piper est pasteur honoraire et auteur de nombreux ouvrages dont Au risque d'être heureux et Que les nations se réjouissent ! Aujourd'hui, il est marié à Noël depuis près de 50 ans. Ils ont cinq enfants et douze petits-enfants.

  • Si la création d'alliances et de partenariats (A&P) est aujourd'hui une vraie nécessité stratégique pour les entreprises, la gestion de ces collaborations est aussi un enjeu de première importance !
    La multiplication des alliances et des partenariats, leur diversité et leur complexité se traduisent ainsi par l'émergence d'une profession nouvelle, celle d'alliance manager. Pourtant, bien qu'étant en plein essor, cette profession reste encore peu étudiée et, par conséquent, très peu connue.
    Il convient donc de mettre en évidence deux faits majeurs : le premier est que les A&P sont créateurs de valeur pour l'entreprise, le deuxième est que le rôle du manager d'A&P est essentiel à cette création de valeur. C'est la mission principale de ce livre et de ses auteurs, spécialistes du management stratégique et des stratégies collaboratives.
    Cet ouvrage est ainsi le premier livre consacré aux managers d'alliances, à leur métier et, surtout, à leurs bonnes pratiques. Il est dédié tant aux hommes et aux femmes qui exercent la profession d'alliance manager qu'aux techniques qui permettent d'assurer le succès de ces collaborations.
    Ce livre s'inscrit dans le prolongement des activités de l'Observatoire des alliances, des partenariats et de la coopétition (OBSAP) et s'appuie sur un travail approfondi d'enquêtes et d'interviews de professionnels. Intégrant des best practices, des études de cas, des témoignages d'experts, et des données scientifiques, cet ouvrage est le résultat d'une collaboration étroite entre le monde de la recherche et le monde de l'entreprise. Dans ce livre à l'approche résolument managériale, chercheurs, consultants, directeurs d'alliances et responsables des partenariats vous font ainsi part de leurs retours d'expériences, de leurs cas d'entreprises et de leur propre vision de la profession.

  • La première moitié du XXème siècle a été hachée de guerres épouvantables et de massacres totalitaires. Alain Didier, dans une sorte de trilogie, nous met en présence de victimes (Nicolas II dans 1917), d'instigateurs (Rakovsky) et de héros (Pie XII et Zolli dans Eugenio) dotés d'une force tragique exceptionnelle. En même temps, il démontre, à la suite de Paul Valéry, que « la guerre est faite par les braves gens qui s'entretuent et ne se connaissent pas, pour le plus grand profit de gens qui se connaissent fort bien et qui ne s'entretuent pas ».

  • Une leçon de civisme constructif par un formateur militant qui n'a pas perdu espoir dans l'institution scolaire pour laquelle il appelle la société à se fédérer et les enseignants à s'engager. La société a l'école qu'elle mérite ; l'école ne peut pas tout mais, sans elle, on ne peut rien. Or, aujourd'hui, sur qui peut-elle espérer s'appuyer pour réussir sa mission ? Il y a nécessité d'un consensus social à retrouver, nécessité d'une société qui se rassemble autour de son école et non qui se déchire à son propos, lui redonne sa juste place et participe avec elle à sa réussite. L'auteur pose des jalons pour avancer et, en s'appuyant sur son expérience d'enseignant et de formateur, il engage les adultes, enseignants et parents, à se mobiliser pour l'avenir de nos enfants.  

  • L'histoire de l'Armée nationale du peuple algérien, maquis nationaliste de plus de quatre mille hommes opposé au FLN, armé et équipé par l'armée française, est extravagante. S'y entremêlent des stratégies incompatibles, des retournements d'alliances et des épisodes d'une violence inouïe. Emerge l'image de Mohammed Bellounis, seigneur de guerre puissant, aux ambitions politiques démesurées, menant un jeu habile et dément entre la France et le FLN.

  • S'appuyant sur plusieurs réseaux d'écoles, celui des congrégations catholiques puis des missions protestantes, mais également ceux de l'Alliance israélite universelle et de la Mission laïque française, la France cherche à propager un modèle, celui de la mission civilisatrice. Elle parvient ainsi à entretenir ses clientèles dans le Maghreb colonial, au Levant comme dans les marges de l'Empire ottoman. L'ouvrage interroge tout particulièrement la place des communautés juives dans le dispositif scolaire français. Accueillis dans les établissements de l'Alliance israélite, créée à la suite de l'affaire de meurtre rituel survenue à Damas en 1840, les juifs figurent également en nombre dans les autres établissements français, chrétiens comme laïques. L'antisémitisme développé en métropole et dans la société coloniale algérienne est partagé par certains missionnaires. Est-il pour autant propagé dans les écoles des missions catholiques ? Que masque le « Jewish work » revendiqué par les missionnaires protestants dans l'Empire ottoman ou en Perse ? Cet ouvrage vise à croiser les types d'archives, en premier lieu celles de l'Alliance israélite qui offrent une source remarquable à l'historien de l'éducation, afin de mettre à jour les distorsions entre les discours et les stratégies mises en oeuvre au sein du réseau scolaire français. Le discours de la « régénération » morale des juifs orientaux par l'école rejoint en fin de compte celui des missionnaires envers les chrétiens d'Orient. Comme la Mission laïque française, l'Alliance israélite offre une éducation qui répond aux standards français et se veut ouverte à tous, juifs et non-juifs, chrétiens et musulmans. Elle oppose un autre modèle à l'enseignement juif traditionnel et éclaire les tensions à l'intérieur des communautés juives. Confrontée successivement à l'ottomanisme, au nationalisme arabe et au sionisme envers lequel elle est supposée hostile, l'Alliance israélite apparaîtrait donc presque comme un sujet banal de cette histoire coloniale française en Méditerranée. Ses écoles, comme celles des autres réseaux missionnaires ou laïcs, en révèlent néanmoins toutes les arcanes, pour ce qu'elles nous apprennent des sociétés méditerranéennes, des relations entre communautés et entre États colonisateurs et peuples colonisés.

  • Des enfants et des adultes ont " raté " leur rendez-vous avec le langage écrit, ce qui est source de souffrances et d'inadaptation scolaire et sociale. Claude Chassagny (1930-1981) a élaboré et transmis une manière d'aborder l'écrit avec ces enfants et ces adultes en échec. " La Technique des Associations " propose une nouvelle écoute de l'autre, le rééducateur est avant tout un accompagnateur. Par le biais des associations libres, et guidé par l'adulte, l'enfant devient le réel moteur de sa rééducation.

  • La dynastie ministérielle des Pontchartrain a battu tous les records de longévité politique sous l'Ancien Régime, du règne de Henri IV à celui de Louis XVI. Et, le temps travaillant pour elle, cette dynastie put, au fil des générations, se doter d'un puissant réseau de parentèle et de clientèle qui lui-même apparaît sans égal. Ainsi voit-on au xviiie siècle, dès la régence de Philippe d'Orléans, puis sous le long règne de Louis XV, s'infiltrer dans les postes ministériels nombre de parents et alliés des Pontchartrain. Et cette poussée se manifestera encore sous Louis XVI grâce à la présence au pouvoir du vieux Maurepas, le dernier des Pontchartrain, mort sans postérité en 1781. Cette réussite collective familiale appelle des explications sur le plan socio-administratif en raison de son ampleur, les cousins éloignés s'y trouvant eux-mêmes englobés. Le propos ici n'étant pas de passer en revue la lignée des Pontchartrain, un par un, au point de s'égarer dans une succession de biographies, les deux ministres Pontchartrain de Louis XIV (le chancelier Louis et son fils Jérôme, un type quasi-parfait du secrétaire d'État « louisquatorzien »), dont le rôle a été trop longtemps négligé, ont été placés en position centrale. Trop souvent, l'usage sévit encore, dans les biographies de ministres de l'Ancien Régime, de se limiter à un bref rappel de leurs origines avant de s'étendre sur leurs « faits et gestes ». C'est oublier que les xviie et xviiie siècles forment l'âge d'or des systèmes de réseaux de parentèle et de clientèle. Le souci primordial de cet ouvrage a donc été d'immerger la biographie des deux ministres dans les profondeurs de leur réseau. Cette omniprésence du réseau a d'ailleurs permis à la parentèle Pontchartrain de s'adapter, par-delà la Révolution, au nouveau régime né du 18 Brumaire pour se retrouver confortablement installée dans la haute société impériale, comme le montre le dernier chapitre de l'ouvrage, consacré à l'extension du réseau au début du xixe siècle.

  • Ce livre fournit quelques clés importantes de lecture pour comprendre l'actualité internationale et la géopolitique des relations internationales au Moyen-Orient, mettant en scène deux grands pays, les Etats-Unis et le royaume wahhabite d'Arabie saoudite. Il met en évidence les contradictions qui sous-tendent les rapports entre ces deux univers et leurs perspectives à court et moyen termes.

  • Cette recherche cerne de plus près le terme re'a ("prochain") dans le texte législatif de Lv 19. L'entreprise se déploie dans un contexte (littéraire et législatif, ainsi que socio-historique) déterminé. C'est pourquoi, bien que la législation de Lv 19 soit le point de départ de l'étude, pour mieux saisir la portée de re'a, il est question de son usage dans l'antique société israélite, telle que la présente la trame narrative adoptée par la Bible, et des différents contextes : les prescriptions de Lv 19, la Loi de Sainteté, la Torah, les réalités socio-historiques que reflète le texte final.

  • Au Sahara occidental, entre les derniers contreforts de l'Anti-Atlas et l'océan Atlantique s'étend le Pays Takna. Plaque tournante du commerce de longue distance, cet espace est depuis des temps reculés l'objet d'un étroit contrôle de la part des populations qui l'occupent. À l'encontre de l'historiographie contemporaine, héritière des chroniqueurs arabes du Moyen Âge, l'auteur appréhende cette zone géographique à partir des données archéologiques les plus récentes et attache une attention toute particulière aux sources locales : généalogies, fonds d'archives familiaux, registres comptables des maisons de commerce. Appliquant une méthode de lecture longitudinale, au plus près des documents, il dégage les outils indispensables, et jusqu'ici ignorés, pour comprendre et analyser la dynamique des alliances économiques et politiques trans-sahariennes, du xvie siècle à nos jours. La combinaison des modes de vie offre ici une approche pertinente du lien des tribus avec le sol. L'espace n'est plus seulement topographique : ses frontières sont aussi sociales. Le modèle anthropologique préside ainsi aux stratégies de contrôle du territoire et trouve son expression dans l'affirmation des solidarités.

  • Les relations entre souverains sont-elles d'essence guerrière ? L'affrontement direct, le mode privilégié de règlement des conflits ? Et, finalement, les expériences de rapprochement, de simples trêves ? La plus longue période d'apaisement entre les deux Grands du XVIe siècle, consécutive à la paix de Cateau-Cambrésis (1559), apporte des réponses inattendues. Avec le déclenchement des guerres de Religion, le rapport de force entre les rois de France et d'Espagne, demeurés rivaux pour la prééminence en Europe, devient nettement favorable au second. Dans ce contexte instable se révèle également une volonté mutuelle d'entretenir leur amitié. Lien politique et social plus qu'affectif, elle est alors fondée sur l'entraide. Une association dynastique, des efforts conjoints contre la Réforme et le choix de trancher les différends à l'amiable ou de les éluder en ont été les piliers. Dans l'amitié réside toute la particularité de l'Europe des princes : devant s'accorder avec l'intérêt de chacun, elle n'adopte que la forme des rapports intimes et profonds exaltés par Montaigne, tout en se distinguant fondamentalement de la realpolitik contemporaine. Non seulement elle imprime sa marque à l'ensemble des actes de la diplomatie, mais l'amitié incarne aussi l'idéal des relations entre les souverains chrétiens, voués à s'unir et à s'aimer.

  • La Confrérie de la Clairière a besoin de renforts. Les sorties en dehors du sanctuaire sont devenues impossibles pour ceux qui ne peuvent se rendre invisibles. Un messager est envoyé à Marblehead pour demander de l'aide à la célèbre Sally et son Alliance de Terwik.

    Maintenant que les sorcières sont en nombre suffisant pour vaincre les inquisiteurs, Betty veut partir de nouveau en guerre. Mais les nouvelles alliées prônent la prudence et préfèrent une préparation minutieuse du combat pour éprouver leurs forces.

    Tituba, quant à elle, a plus d'un tour dans son sac. Grâce à un ensorcellement complexe issu de la magie noire, elle s'en prend à trois sorcières et les transforme en esclaves. Les sorcières de Terwik, qui pensaient que cette magie avait disparu avec son créateur, Bajano, ne peuvent rien contre un tel pouvoir. Seul un vrai Chapardeur peut s'y mesurer... Quel sort attend la communauté des sorcières de Salem ?

empty