Pu De Rennes

  • Pour l'armée française, le régime communiste devient dès 1917 un sujet de grande interrogation : s'agit-il d'un partenaire possible ? En dépit des réponses divergentes et des controverses, les analyses des militaires français restent dominées par la conviction que l'URSS est une nouvelle mouture de l'ancienne Russie, avec toutes ses faiblesses et ses incertitudes. C'est dire si le mythe du colosse aux pieds d'argile demeure en filigrane dans la prise en compte de l'URSS comme facteur international.

    Sur commande
  • Cet ouvrage interroge la place des communautés juives dans le dispositif scolaire français en Méditerranée. Accueillis dans les établissements de l'Alliance israélite, les juifs figurent également en nombre dans les autres établissements français, chrétiens comme laïques. L'antisémitisme développé en métropole et dans la société coloniale algérienne est partagé par certains missionnaires. Est-il pour autant propagé dans les écoles des missions catholiques ? Que masque le « Jewish work » revendiqué par les missionnaires protestants dans l'Empire ottoman ou en Perse ?

    Sur commande
  • La Dynastie ministérielle des Pontchartrain a battu tous les records de longévité politique sous l'Ancien Régime, du règne de Henri IV à celui de Louis XVI.
    Et, le temps travaillant pour elle, cette dynastie put, au fil des générations, se doter d'un puissant réseau de parentèle et de clientèle qui lui-même apparaît sans égal. Ainsi voit-on au XVIIIe siècle, dès la régence de Philippe d'Orléans, puis sous le long règne de Louis XV, s'infiltrer dans les postes ministériels nombre de parents et alliés des Pontchartrain. Et cette poussée se manifestera encore sous Louis XVI grâce à la présence au pouvoir du vieux Maurepas, le dernier des Pontchartrain, mort sans postérité en 1781.
    Cette réussite collective familiale appelle des explications sur le plan socio-administratif en raison de son ampleur, les cousins éloignés s'y trouvant eux-mêmes englobés. Le propos ici n'étant pas de passer en revue la lignée des Pontchartrain, un par un, au point de s'égarer dans une succession de biographies, les deux ministres Pontchartrain de Louis XIV (le chancelier Louis et son fils Jérôme, un type quasi-parfait du secrétaire d'Etat " louisquatorzien "), dont le rôle a été trop longtemps négligé, ont été placés en position centrale.
    Trop souvent, l'usage sévit encore, dans les biographies de ministres de l'Ancien Régime, de se limiter à un bref rappel de leurs origines avant de s'étendre sur leurs " faits et gestes ". C'est oublier que les XVIIe et XVIIIe siècles forment l'âge d'or des systèmes de réseaux de parentèle et de clientèle. Le souci primordial de cet ouvrage a donc été d'immerger la biographie des deux ministres dans les profondeurs de leur réseau.
    Cette omniprésence du réseau a d'ailleurs permis à la parentèle Pontchartrain de s'adapter, par-delà la Révolution, au nouveau régime né du 18 Brumaire pour se retrouver confortablement installée dans la haute société impériale, comme le montre le dernier chapitre de l'ouvrage, consacré à l'extension du réseau au début du XIXe siècle.

    Sur commande
  • cet ouvrage est le fruit d'une journée d'étude organisée aux écoles de saint-cyr coëtquidan le 15 décembre 2005, autour de la notion de frontière, vue dans ses aspects les plus variés.
    séparation stricte ou voie de passage, la frontière reste le point de contact entre deux états, mais elle peut prendre l'aspect plus large et moins clairement défini d'un espace conçu comme base de rayonnement ou comme glacis protecteur. les questions abordées s'inscrivent donc au coeur des relations diplomatiques et militaires européennes.
    des pistes de réflexions sont ouvertes sur les rapports entre frontières et opérations militaires, en temps de guerre comme en temps de paix, par l'étude de la défense des frontières, de leur utilisation dans le cadre d'une guerre offensive, ainsi que des mesures prises pour les équiper (fortifications, glacis, routes et voies ferrées, etc.).
    césure symbolique de l'espace, la frontière a besoin d'être matérialisée d'autant plus nettement que le pouvoir politique entend la rendre imperméable aux échanges économiques, aux influences intellectuelles ou à la circulation des personnes.
    le pouvoir politique peut également chercher à l'estomper ou la faire disparaître pour satisfaire des motivations expansionnistes.
    un autre axe d'étude retenti est celui des zones contestées et/ou occupées qui attirent la convoitise des puissances et bouleversent des équilibres territoriaux souvent précaires. chaque etat a, pour des raisons stratégiques (frontières " naturelles ", accès à la mer), économiques, idéologiques ou culturelles, la volonté de redéfinir ou tout au moins de préciser le tracé de ses frontières.
    plus largement, la notion d'aire d'influence intervient en ce qu'elle diffère profondément de l'aire étatique, théoriquement délimitée par une frontière au sein de laquelle l'état jouit d'un monopole juridique et administratif. la stratégie culturelle est ici étudiée comme l'ensemble des décisions par lesquelles un etat fédère ses divers modes de rayonnement afin de créer, de maintenir ou d'étendre une zone d'influence.

    Sur commande
  • En raison de son engagement dans l'Alliance atlantique, la Quatrième République a souvent été présentée comme un régime faible, contrastant en cela avec la France du général de Gaulle. Cet ouvrage propose une approche plus « compréhensive » en regardant de façon précise les processus de décision alors que la politique atlantique française est menée par des experts et des hauts fonctionnaires. Leur quête d'influence, dans un contexte où tout semble conduire la France à la dépendance, ne fut peut-être pas l'échec que l'on imagine trop souvent.

    Sur commande
  • Cet ouvrage ambitionne de faire connaître l'Alliance républicaine démocratique qui fut présidée par Adolphe Carnot.
    Mouvement longtemps occulté bien qu'ayant donné, en son âge d'or de 1901 à 1920, quatre présidents à la République et une cinquantaine de ministres ou sous-secrétaires d'État, l'Alliance a joué un rôle-clé dans la constitution des majorités. Rôle-clé qui s'explique par le positionnement de cette formation de et au centre et permet de fournir des éléments d'analyse sur ce sujet.
    L'étude apporte un éclairage renouvelé sur la préhistoire et l'histoire d'un mouvement qui hésite entre la " forme-association " et la " forme-parti ", sur la sociologie de ses membres, sur l'action de ses parlementaires, et aussi sur son rayonnement national.
    Ce parti de gouvernement, rassemblant des républicains modérés mais non modérément républicains, dispute au parti radical-socialiste la prééminence politique. Le projet même de l'Alliance, née au lendemain de la crise dreyfusarde, entendait brouiller le système bipolaire en situant le mouvement en position centrale, entre les radicaux-socialistes et les progressistes. L'alternative entre originalité et synthèse a-t-elle tenu ? En tout cas, stratégies de recentrage, analyse des discours et des idéaux empruntent largement à la gauche et aux conservateurs libéraux.
    Le syncrétisme réalisé est caractéristique d'une culture juste-milieu.

    Sur commande
empty