Kirographaires

  • Les mots tracent des chemins de vie. Sur les lignes que la langue traverse, depuis la pensée jusqu'au texte révélé, le destin s'illumine parfois de quelques traits chargés d'énergies vitales. Entre l'ombre et la lumière, l'étoile de l'alliance de Stefan George (1868-1933), poète prophétique rhénan mort en Suisse, a marqué de son empreinte majestueuse des générations entières, allemandes ou étrangères, françaises de préférence.

    Enveloppé de mystère, à l'horizon du symbolisme portant ses voiles nietzschéennes, rendant culte à l'art et à l'héroïsme, synthétisant les songes de la Grèce, de Rome et les rêves médiévaux, l'archaïsme et la modernité, George réunit autour de lui un cercle ardent, dont beaucoup de ses disciples brillèrent de mille feux : Ernst Bertram, Friedrich Gundolf, Norbert von Hellingrath, Hugo von Hoffmannstahl, Ernst Kantorowicz, Ludwig Klages , Alfred Schuler. Voyageur, George fut aussi outre-Rhin le traducteur de Baudelaire, de D'annunzio, de Dante, de Mallarmé, de Rimbaud, de Shakespeare et de Verlaine.

    Une langue mystérieuse - une poésie non rimée -, des voiles en partance littéraire allaient changer le cours des ailes, la substance et le vol de la jeunesse nouvelle, de la Jeunesse éternelle. Cette traduction libre de Gérard Leroy, lui-même poète, vous inspire-t-elle le goût du voyage, de la découverte - la quête de la force vitale en son axe sublime, de la beauté immanente et transcendantale.

empty