Editions du Cerf

  • « Ceci est mon sang, le sang de l'alliance » (Mc 14, 24 ; Mt 26, 28). Cette phrase centrale du mystère de l'Eucharistie et de la vie de tout chrétien se doit d'être éclairée pour vivre ce temps fondamental avec un regard nouveau. Bernard Renaud nous en offre la possibilité à travers l'explicitation des thèmes du repas, du sacrifice, de la communion et de l'Alliance qui, dans la Bible et la Tradition, caractérisent l'Eucharistie de façon continue. La tension vive et féconde entre l'accomplissement de l'ancienne alliance et sa rupture que le prophète Jérémie énonçait déjà : « cette alliance, dit Dieu, mon alliance, ce sont eux qui l'ont rompue » Jr 31, 32 est vécue par Jésus qui est, en sa personne, l'alliance à venir. Le nouveau rite ne dissocie pas parole sur la coupe et parole sur le pain. Il est non plus seulement aspersion, mais communion qui engage le fidèle à la suite de Jésus.

  • Alors que l'on assiste à un redéploiement de la puissance russe à l'échelle internationale, du Proche-Orient à l'Afrique subsaharienne, la Russie est, et demeurera un acteur structurel et structurant de l'environnement géopolitique de la France, en interaction permanente avec ses intérêts nationaux. Dans ce cadre, cet ouvrage cherche à démontrer combien les différentes représentations de la Russie portées par les élites politiques et militaires françaises déterminent depuis plus de trois siècles les choix diplomatiques nationaux à l'égard de ce pays. Il souligne également que ces représentations sont tout autant forgées par des considérations géopolitiques (notion fluctuante de l'intérêt national, analyse des rapports de force internationaux), que par les " valeurs " pensées et véhiculées par les cercles philosophiques, littéraires et intellectuels de notre pays. Cette analyse jette donc un éclairage nouveau sur la versatilité réelle ou supposée des autorités françaises, placées dans un véritable dilemme entre une défense souvent mal assumée de leurs intérêts nationaux, et le soutien de valeurs qu'ils considèrent comme consubstantielles à l'identité nationale de la France. Ce livre, rédigé à la fois pour les spécialistes du monde russe comme pour toute personne intéressée par les questions internationales, est un outil de réflexion, qui offre à ses lecteurs des clés de lecture pour mieux appréhender l'ambiguïté des relations que la France entretient traditionnellement avec la Russie.

  • La question des ministères dans l'Église est plus que jamais d'actualité. Le concile Vatican II a bénéficié sur ce point du renouveau des études exégétiques, qui donne lieu à un travail loin d'être achevé. De fait, si la première épître aux Corinthiens et les épîtres pastorales ont fait l'objet de nombreuses études, c'est la seconde épître aux Corinthiens trop peu remarquée qui montre le mieux comment Paul a exercé sa tâche de « ministre de la nouvelle Alliance », contrant pied à pied ceux qu'il dénonce comme de « faux apôtres ». À la mystique de la gloire, Paul oppose celle de la participation à la faiblesse du Christ, afin que jaillisse la Vie. Ce faisant, l'Apôtre nous livre le secret de sa vie apostolique : transmettre le trésor de l'Évangile dans le dépouillement du service, sous l'action de l'Esprit-Saint. Il se donne tout entier, sans dissimuler son anxiété, son zèle jaloux ou sa joie débordante, ni sa confiance en ses compagnons. La seconde épître aux Corinthiens frappe par son humanité, qui encourage au quotidien les Églises à surmonter les éternelles difficultés qu'elles rencontrent. Une parole, sur laquelle s'appuie saint Paul, se détache singulièrement : « Ma grâce te suffit ; ma puissance donne toute sa mesure dans la faiblesse (2 Co 12, 9). Avec pédagogie et érudition, le père Cothenet offre ici une étude biblique nourrissante pour la vie ecclésiale. Il ouvre aussi le regard sur la Tradition et les commentaires des Pères, notamment saint Jean Chrysostome.

empty