Ecole Francaise Extreme Orient

  • On associe volontiers le missionnaire à un aventurier, mais plus rarement à un ethnologue. L'oeuvre de Kemlin prouve que recherche anthropologique peut se concilier avec une vocation de missionnaire.
    Au début du siècle, en France, l'ethnologie émergeait sous l'impulsion de " l'Ecole sociologique " d'Emile Durkheim et Marcel Mauss. En Asie du Sud-Est, limitée alors à l'Indochine en ce qui concerne la recherche française, il en était à peine question. Tout au plus quelques explorateurs tel Henri Maitre, quelques officiers des troupes coloniales, quelques voyageurs érudits rapportaient-ils une encore bien maigre moisson de faits ethnographiques. Seules trois figures françaises pouvaient soutenir la comparaison face aux travaux des ethnologues anglo-saxons et hollandais. Parmi elles, Emile Kemlin.
    Le père Marie Joseph Emile Kemlin (1875-1925), de la société des Missions étrangères de Paris, est l'auteur de trois articles majeurs consacrés à la société des Reungao, Proto-indochinois du Viêt Nam central. Ces articles, parus dans le bulletin de l'Ecole française d'Extrême-Orient de 1909 à 1917, forment un ensemble remarquable par sa qualité scientifique et sa modernité. On lira et relira avec plaisir et intérêt cette oeuvre qu'il était temps de rééditer.
    Textes réunis et présentés par Pierre Le Roux

    Sur commande
empty