Edgar allan poe

  • Une lettre de la plus haute importance mystérieusement disparue et retrouvée grâce aux brillantes déductions du précurseur de Sherlock Holmes ; un patient mourant plongé dans une transe hypnotique par un étrange magnétiseur ; l'apparition inexplicable d'un monstre qui n'est peut-être qu'une illusion ou alors un présage ; une morte ou supposée telle qui ressuscite...

  • Un double meurtre incompréhensible résolu brillamment par un détective qui annonce Sherlock Holmes et le roman policier. L'histoire gothique d'un prince enfermé dans une abbaye pour fuir une terrible pandémie. Un étrange message crypté qui déclenche une chasse au trésor pleine de rebondissements. Un chat au pouvoir maléfique et angoissant...

  • Une demeure lugubre qui semble prendre vie. Un village de
    Hollande qui subit une étrange attaque. Deux matelots ivres
    mis en quarantaine pour cause de peste qui découvrent de bien
    curieux personnages. Un homme qui s'apprête à épouser sa cousine
    épileptique et conçoit une obsession malsaine pour ses dents...

  • Un mystérieux automate habillé à la turque parvient à tromper ses adversaires lors de tournois d'échecs organisés par son propriétaire. Jouant sur une table éclairée à la bougie, cette "pure machine" ne perd quasi jamais. Le joueur d'échecs a plus que tout autre automate emporté l'admiration du public du XIXe siècle. Prompt au scepticisme, loin de se laisser berner par quelque pouvoir magique attribué à l'étrange machine, Poe s'attache à en disséquer la mécanique mystérieuse. Il tranche, démontre que ce joueur d'échecs ne peut être autre qu'un homme savamment déguisé. Ce faisant, le lecteur pénètre dans toutes les arcanes de la mécanique, perce au fil de la lecture le secret de ces rouages fabuleux, qui l'avaient d'abord abusé. De naïf, il devient lui aussi sujet voyant et concevant.

    Né en 1809 à Boston, mort en 1849 à Baltimore, Edgar Alla Poe connut une existence tragique, marquée par l'alcoolisme. Considéré comme le père du fantastique, il connut la célébrité grâce à ses Histoires extraordinaires que Baudelaire traduisit en français en 1856. Novelliste, poète, dramaturge, critique littéraire, romancier, essayiste, admiré par Valéry et Mallarmé, Edgar Allan Poe est l'une des figures-clés du romantisme américain.

  • Ce premier tome de notre Intégrale regroupe les nouvelles qu'Edgar Allan Poe (1809-1849) écrivit avant ses trente ans. Luttant pour survivre et être publié, faisant ses débuts de critique et de journaliste, il commet plusieurs chefs-d'oeuvre : le « Manuscrit trouvé dans une bouteille », « Bérénice », « Le diable dans le beffroi », « L'histoire à nulle autre pareilled'un certain Hans Pfaal », et bien sûr « William Wilson » ou la très célèbre « Chute de la Maison Usher ».
    Présentée de manière chronologique, fruit d'un travail érudit et passionné, cette nouvelle traduc-tion des nouvelles intégrales d'Edgar Allan Poe par Christian Garcin et Thierry Gillyboeuf est augmentée de nombreuses notes, d'une préface des traducteurs, ainsi que d'une série d'illustrations originales réalisées par Sophie Potié.

  • Le troisième et dernier tome de cette Intégrale regroupe les nouvelles écrites par Edgar Allan Poe de 1844 à sa mort en 1849. Pendant cette période crépusculaire d'errance, de drames et de maladie, sa productivité ne faiblit pas. Il compose plusieurs chefs-d'oeuvre, dont « Un récit aux monts Crénelés », « La lettre dérobée », « Les faits concernant le cas Valdemar » ou encore « Saute-Grenouille ».
    Présenté de manière chronologique, fruit du travail érudit et passionné de Christian Garcin et Thierry Gillyboeuf, cet ultime volume clôt l'une des grandes entreprises de retraduction d'aujourd'hui. Il est augmenté de nombreuses notes et rythmé par des illustrations originales de Sophie Potié.

  • Ce deuxième tome des Nouvelles Intégrales d'Edgar Allan Poe rassemble les textes les plus célèbres de l'auteur, écrits à trente ans passés alors qu'il est à peu près installé dans la vie et reconnu comme écrivain.
    Certains d'entre eux comptent parmi les chefs-d'oeuvre de la littérature, que ce soit dans le genre de la nouvelle, du roman policier ou du fantastique, tels Les crimes de la rue Morgue, La fosse et le pendule ou Le Scarabée d'Or.

  • «Aussi sûr que mon âme existe, je crois que la perversité est une des primitives impulsions du coeur humain.»

    Un chat noir martyrisé, un nain humilié par les puissants, un homme emmuré vivant par celui qui se prétend son ami... Tour à tour cruels, sordides ou bouffons, ces courts récits d'inspiration fantastique rappellent le talent absolu d'Edgar Allan Poe en matière de romantisme noir. Dans une prose poétique et vénéneuse, sublimée par la traduction de Charles Baudelaire, il révèle la part d'étrangeté et de folie qui sommeille en chaque homme.

    Ce recueil rassemble Le Chat noir, Hop-Frog, L'Ange du bizarre, La Barrique d'amontillado, Petite discussion avec une momie et L'Homme des foules.

    o Objet d'étude : La fiction pour interroger le réel
    o Dossier pédagogique spécial nouveaux programmes
    o Prolongement : À la découverte d'un maître du fantastique (Le Horla de Maupassant).

    Classe de quatrième.

    1 autre édition :

  • «Sur une chaise, on trouva un rasoir mouillé de sang.»

    Dans Paris, un crime atroce défraye la chronique. Une mère et sa fille ont été sauvagement assassinées, leurs corps mutilés. Pourtant, aucun mobile ne semble expliquer un tel déchaînement de violence. Plus inconcevable encore : la pièce dans laquelle s'est déroulé le meurtre était verrouillée de l'intérieur...
    À travers son investigation, le chevalier Dupin fait triompher l'esprit rationnel en levant le voile sur un mystère en apparence insoluble. Servi par la prose ciselée d'Edgar Allan Poe, traduit par Charles Baudelaire, Double assassinat dans la rue Morgue est un classique du récit d'enquête.

    Double assassinat dans la rue Morgue est suivi du Mystère de Marie Roget.

    o Objet d'étude : La fiction pour interroger le réel
    o Dossier pédagogique spécial nouveaux programmes
    o Prolongement : Adapter un livre à l'écran : du policier au film noir

    Classe de quatrième.

  • Trois nouvelles du père du roman policier moderne et de la littérature fantastique :The Fall of the House of Usher - La chute de la maison UsherA l'invitation de son ami Roderick, l'auteur séjourne dans l'antique et sinistre résidence de la famille Usher. Lady Madeline, la soeur de son ami, succombe à une étrange maladie nerveuse et son frère, inconsolable, sombre peu à peu dans des obsessions morbides.Quelle est le rôle, dans le drame qui se noue, de la demeure maléfique et des troubles psychiques qui assaillent le dernier descendant de la famille Usher ?The Black Cat - Le chat noirL'assassin a dissimulé le corps de sa femme dans le mur de sa cave. Mais il sera trahi par un chat qu'il a sans le savoir enfermé avec la morte.Vengeance posthume d'un chat qu'il avait pendu ?The Cask of Amontillado - La barrique d'amontilladoSous le prétexte de vérifier l'authenticité d'un grand cru, l'auteur entraîne dans les cryptes où il entrepose son vin, un ami qui se pique d'être un connaisseur et dont il veut se venger.

  • Les trois nouvelles qui composent, sous une forme inédite, cet ouvrage - Le Domaine d'Arnheim, Le Cottage Landor et La Philosophie de l'ameublement - présentent une unité d'inspiration qui n'avait pas échappé à Baudelaire puisque, en 1863, celui-ci envisageait de les rassembler sous le titre Habitations imaginaires. Ce livre imaginaire existe enfin. Trois utopies forment ce triptyque. D'un texte à l'autre, le lecteur est introduit dans des domaines cachés, aux jardins luxuriants et ponctués de prouesses architecturales ou bien à l'intérieur d'une chambre anglaise. La Nature semble imparfaite à Poe, il lui manque cette harmonie dans la composition qui fait l'attrait des toiles de Poussin ou de Claude Lorrain. La description minutieuse de la Nature est de type ambulatoire, où la ligne droite est exclue. La lecture devient une promenade, une dérive, la composition du texte se fait musicale. Si la beauté semble ne pouvoir être atteinte que de façon provisoire, des moments de plénitude esthétique existent dans chaque texte. Le lecteur a l'impression de voler des instants de beauté à des mondes merveilleux, féeriques, auxquels il n'a d'ordinaire pas accès. Question centrale : celle de la fabrication du bonheur, indissociable d'une quête de beauté ; ces nouvelles comptent, de ce fait, au nombre des rares textes "apaisés" d'Edgar Poe.

  • Notes écrites dans les marges des livres, ces Marginalia ont été publiées par Edgar Poe dans plusieurs revues américaines de 1844 à 1849, durant les dernières années de sa vie. Ce sont des notes de lectures, des analyses sur l'art de la fiction, la philosophie, la morale, les sciences, le langage, les difficultés que rencontre l'artiste - et plus encore le "génie" - dans une société où il n'a pas sa place et qui s'accommode assez mal de sa pitoyable existence. Passant de la louange à l'insulte, de la théorie littéraire au sarcasme et de l'aveu à la provocation, les Marginalia dévoilent la face cachée de l'oeuvre de Poe.

  • L'Homme des foules est l'un des plus étranges récits d'Edgar Poe. Assis à la terrasse d'un café londonien, un flâneur observe avec détachement la foule des passants. Attiré par le comportement d'un vieil homme, il décide de le suivre une nuit et toute une journée à travers la ville. Au terme de son errance, il comprendra en quoi le vieillard, emporté par la houle humaine, est "le génie du crime profond".
    Jean-François Mattéi propose une lecture philosophique de ce conte à partir du regard distancé du narrateur et du regard vide du fuyard. A la suite de Baudelaire, de Tocqueville et de Benjamin, il montre comment l'homme démocratique associe le plaisir d'être dans les foules à l'angoisse de s'y perdre. La duplicité de l'énigme du conte révèle alors la clef de l'énigme de Poe dans La Lettre volée.

  • Annonçant le roman policier, chefs-d'oeuvre de la littérature fantastique, les Histoires extraordinaires d'Edgar Allan Poe ont depuis longtemps consacré leur auteur comme une figure tutélaire du romantisme américain. Pourtant, considérées par certains comme les élucubrations d'un instable porté sur la bouteille, ces nouvelles, qui transpirent la mélancolie, l'angoisse, et les fantasmes d'une époque, ont toujours autant senti le souffre qu'irradié de beautés inhabituelles l'imaginaire des lecteurs.

  • Poète maudit, certes Edgar Poe le fut, il en est même devenu l'archétype. Mais, même s'il fut piètre homme daffaires et ne gagna que quelques dollars pour toute son oeuvre, il n'a pas connu que des échecs, loin de là : son poème Le Corbeau en fit une star et il était l'un des journalistes américains les plus connus de son époque. Conscient de son pouvoir en tant que tel, il fut un critique assassin. Mais aussi plaisantin, précurseur d'Orson Welles dans le domaine du canular journalistique autant que de Conan Doyle ou de Jules Verne dans ceux du roman policier et de la science-fiction. Novateur des lettres américaines, il fut reconnu comme tel par certains, même s'il resta incompris par une majorité. Son drame fut sans doute d'avoir été célébré pour ceux de ses écrits qu'il méprisait. Quant à ses échecs amoureux, les a-t-il subis ou suscités ? Sous le scalpel net et précis de Peter Ackroyd, se dessine le parcours tout en dents de scie d'un personnage extravagant, orphelin charmant, jeune homme athlétique épris de mots, mal aimé ou se croyant tel, très vite gros buveur, bientôt marié à une nymphette phtisique, chaste coureur, dépendant d'une belle-mère hommasse, nécrophile en quête toute sa vie d'une figure féminine exsangue, pour lui le plus beau sujet du monde et qu'il transforme en spectre dans ses contes. Une vie brève mais aux résonances infinies, une biographie qu'on aurait pu titrer « Anatomie d'un impossible génie ».

  • Décryptez l'univers d'Edgar Allan Poe en moins d'une heure ! Janvier 1809, Boston. Edgar Allan Poe voit le jour dans ce qui n'est alors qu'un gros bourg aux rues sombres et mal famées où sévissent le crime et la maladie. Le ton de son existence est donné. Né pauvre, il meurt à 40 ans, pauvre encore, n'ayant connu que de brèves périodes de bonheur et un seul véritable succès littéraire, pour son poème Le Corbeau. Quant à son oeuvre, elle est, à l'image de sa vie, imprégnée de noirceur et de pessimisme. Mais il n'empêche que, belle et terrifiante à la fois, elle fascine encore aujourd'hui les lecteurs du monde entier ! Ce livre vous permettra d'en savoir plus sur : o Le contexte politique et culturel dans lequel Edgar Allan Poe s'inscrit o La vie de l'écrivain et son parcours o Les caractéristiques et spécificités de ses oeuvres o Une sélection d'oeuvres-clés de Poe o Son impact dans l'histoire littéraire Le mot de l'éditeur : « Dans ce numéro de la série 50MINUTES | Écrivains, Hervé Romain nous livre une magnifique synthèse sur l'époque, la vie et l'oeuvre d'un auteur devenu mythique : Edgar Allan Poe. Après un portrait complet de l'homme, il passe à la loupe les mille et une facettes de son oeuvre : son appartenance au romantisme noir, ses accents gothiques, son style classique, son attrait pour l'inconnu ou encore son registre psychologique. Enfin, l'auteur de ce numéro s'arrête sur quelques oeuvres-phares de l'écrivain dont La Chute de la maison Usher et Le Corbeau. » Stéphanie Felten À PROPOS DE LA SÉRIE 50MINUTES | Écrivains La série « Écrivains » de la collection 50MINUTES aborde plus de cinquante écrivains qui ont profondément marqué l'histoire littéraire, du Moyen Âge à nos jours. Chaque livre a été conçu à la fois pour les passionnés de littérature et pour les amateurs curieux d'en savoir davantage en peu de temps. Nos auteurs analysent avec précision quelques-unes des oeuvres des plus grands écrivains français et étrangers.

  • Ces lettres révèlent la folie d'un homme à la fois exalté et terrifié par le sentiment qui le consume. Certaines figurent même parmi les plus stupéfiantes de ce qui a pu s'écrire en matière de lettres d'amour. Poète, romancier, nouvelliste, Edgar Allan Poe est l'une des principales figures du romantisme américain. Traduit en français par Baudelaire ou Mallarmé, Poe continue de fasciner puisque David Bowie et Lou Reed avaient interprété « Hop Frog » en son hommage.

  • Qui donc n'aurait pas lu Le chat noir, demande Baudelaire ?

    Un de ces textes qui le décideront à se faire le traducteur d'Edgar Poe, et ont assuré l'immense célébrité de l'Américain.

    Célébrité évidememment due à l'impacable cheminement de la nouvelle vers sa fin horrifique.

    Le coeur révélateur fait partie de ces histoires où Poe joue délibérément avec le crime, l'horreur, le macabre - et en rit, sardoniquement.

    Dans Le masque de la mort rouge, on rit moins.

    Mais des trois, on se souvient longtemps.

    FB


  • Histoires extraordinaires


    Edgar Allan Poe


    Texte intégral. Cet ouvrage a fait l'objet d'un véritable travail en vue d'une édition numérique. Un travail typographique le rend facile et agréable à lire.

    Histoires extraordinaires est un recueil de nouvelles écrites par Edgar Allan Poe puis traduites et réunies par Charles Baudelaire en 1856.
    La nouvelle la plus connue est sans doute La Lettre volée. Ce récit relate la façon dont un détective particulièrement intelligent, Auguste Dupin, réussit à retrouver une lettre d'une certaine importance volée dans le boudoir royal par un ministre. Dupin retrouve cette lettre chez le voleur, alors que son domicile avait pourtant été fouillé avec la plus grande minutie par la police. Seulement, au lieu d'être cachée, la lettre était placée en évidence sur un présentoir, et se trouvait dans une enveloppe d'aspect "sale et chiffonné" qui n'avait pas attiré l'attention de la police. Source Wikipédia.

    Retrouvez l'ensemble de nos collections sur http://www.culturecommune.com/


  • Nouvelles histoires extraordinaires


    Edgar Allan Poe


    Texte intégral. Cet ouvrage a fait l'objet d'un véritable travail en vue d'une édition numérique. Un travail typographique le rend facile et agréable à lire.

    Nouvelles histoires extraordinaires est un recueil de nouvelles écrites par Edgar Allan Poe puis traduites et réunies par Charles Baudelaire en 1857.

    Retrouvez l'ensemble de nos collections sur http://www.culturecommune.com/

  • Le plus grand livre non terminé de toutes les aventures de mer : mais attention, c'est le manuscrit d'Arthur Gordon Pym, qui n'est pas terminé, et pour cause... La scénographie qu'en fait Edgar Poe, présent tout au début et à la toute fin, pour expliquer la disparition de Pym, est magistrale.

    Comme magistral le premier constat : oui, bien sûr, un grand récit de mer. On y retrouve, comme dans les grands films de genre des grandes périodes de l'âge classique, le naufrage, la tempête, la mutinerie, des cadavres et des fantômes, des requins (qui avalent l'ami d'enfance, celui par qui toute l'aventure a commencé), puis le cannibalisme, tout quoi.

    Et pourtant, dès les premiers chapitres, on le sait: on est chez Edgar Poe et pas un autre. Tout est vu comme dans un rêve, tout est vu comme dans un livre. Hallucinant récit du narrateur caché dans la cale de la goélette, dans une caisse pas plus grande qu'un cercueil, mais équipée de livres, d'encre, plume et papier - tout le livre alors aurait pu naître de cette cachette imaginée, dans le fond d'une goélette partie de Nantucket et dont vous ne savez rien, pas plus qu'eux ne savent votre présence ?

    Et puis la fascination de l'auteur de "Eureka" pour la science... On sait le mystrère de son "Manuscrit trouvé dans une bouteille", où les vagues et les hommes grandissent à mesure que le bateau fonce vers le Pôle Sud, et que le temps se ralentit (le temps du narrateur n'est pas le même que celui du capitaine, lequel est lui-même en train d'écrire le journal de son aventure)... L'Antarctique n'a pas été découverte par des marins : mais bien par les physiciens et astronomes, pour des déductions liées à la masse de la terre.

    Et c'est bien vers le Pôle Sud, donc voyage sans possible fin, que Pym et Poe, Poe et Pym nous emportent - avec des îles mystérieuses, des géants et cavernes, et un labyrinthe qui fera que le livre se termine par un vertige : l'écriture même, l'écriture mais inconnue.

    Alors on imagine le régal de Baudelaire, habitué aux proses courtes d'Edgar Poe, et se confrontant à un voyage en mer qui doit lui rappeler le sien. Mots anciens, figures prises à la Tempête de Rabelais, l'impression qu'il s'amuse. La recréation des "Aventures d'Arthur Gordon Pym" comme rêve de Baudelaire est probablement ce qui, à jamais, conditionne le nôtre...

    FB

  • William Legrand aurait-il perdu la raison ? Depuis qu'il a découvert un étrange scarabée près d'une épave échouée sur une plage de l'île, il ne cesse d'aller et venir en marmonnant, d'aligner des colonnes de chiffres, quand il ne disparaît pas des jours entiers.
    Est-il bien raisonnable de le suivre en pleine nuit, comme il l'a demandé, pour aller déterrer un trésor qui ne peut exister que dans sa fiévreuse imagination ?

empty