• L'épopée de Toussaint Louverture commence par une révolte d'esclaves à Saint-Domingue en 1791 et culmine avec la proclamation du premier État noir indépendant de l'histoire en 1804. Après l'abolition de l'esclavage par la Révolution française en 1794, Toussaint devient le principal personnage politique et militaire de la colonie et prend le titre de "gouverneur général à vie" en 1801.
    Profondément attaché aux valeurs républicaines d'égalité et de fraternité, il lutte farouchement contre toute tentative de réimposer l'esclavage à Saint-Domingue. Doté d'un sens politique exceptionnel et d'une endurance à toute épreuve, Toussaint s'appuie aussi bien sur la population noire et l'armée que sur l'élite blanche et l'Église catholique. Jusqu'à sa chute face aux troupes envoyées par Bonaparte, qui saluera les qualités de ce rival hors du commun.
    Puisant dans de nombreuses archives inédites - et notamment dans la correspondance de Toussaint -, Sudhir Hazareesingh retrace chaque étape de cette vie extraordinaire, des victoires contre les troupes françaises, espagnoles et britanniques à la promulgation d'une Constitution autonome, en passant par des stratégies diplomatiques innovantes. On y découvre un visionnaire intrépide qui s'inspire des idéaux des Lumières et des traditions révolutionnaires et spirituelles de Saint-Domingue.
    Guerrier, législateur, chef providentiel, martyr : Toussaint est devenu une légende pour des générations entières. Premier "modèle noir", il a inspiré Victor Schoelcher, le militant antiesclavagiste Frederick Douglass et les plus grandes contestations du colonialisme, dont le mouvement de la négritude porté par Aimé Césaire.

  • Les Français seraient arrogants, présomptueux, ingouvernables... Mais ne seraient-ils pas, avant tout, de grands amoureux des idées ?
    Au fond, à quoi reconnaît-on la pensée française ? Sans doute à son inextinguible vitalité : si les Français donnent l'impression de ne jamais débattre sans se disputer, c'est qu'ils ont l'exercice de la controverse trop à coeur ; s'ils passent pour des donneurs de leçons, c'est qu'ils aspirent à l'universel, au point de s'en estimer seuls garants ; s'ils sont râleurs, anarchiques et prompts à la révolte, c'est qu'ils ont l'esprit critique chevillé au corps ; s'ils se croient supérieurs, c'est qu'ils ont le goût de l'abstraction, l'art d'inventer des concepts qui séduisent au-delà des frontières - le socialisme, le structuralisme, l'existentialisme, la déconstruction, le mot même d'intellectuel. Enfin, s'ils exigent tant de leurs hommes politiques aujourd'hui, c'est qu'ils sont nostalgiques de leur grandeur passée et qu'ils refusent d'abdiquer.
    Catalogue passionné des spécificités de la pensée française, ce livre nous décrit mieux que nous ne saurions le faire, en même temps qu'il nous pousse à interroger nos inquiétudes face à l'idée de notre déclin.
    Postface inédite de l'auteur.
    Grand prix du livre d'idées 2015.

  • Sudhir Hazareesingh's How the French Think is a warm yet incisive exploration of the French intellectual tradition, and its exceptional place in a nation's identity and lifestyle Why are the French an exceptional nation? Why do they think they are so exceptional? An important reason is that in France intellectual activity is regarded not just as the preserve of the thinking elite but for almost everyone. French thought can sometimes be austere and often opaque, yet it is undeniably bold and innovative, and driven by a relentless quest for the regeneration of humanity. Sudhir Hazareesingh traces its tumultuous history in an enormously enjoyable and highly original manner, showing how the French ways of thought and life connect. This will be one of the most revealing books written about them - or any other European country - for years.

    Sudhir Hazareesingh was born in Mauritius. He is a Fellow of the British Academy and has been a Fellow and Tutor in Politics at Balliol College, Oxford, since 1990. Among his books are The Legend of Napoleon (Granta, 2004) and Le MytheGaullien (Gallimard, 2010). He won the Prix du Memorial d'Ajaccio and the Prix de la Fondation Napoleon for the first of these, and a Prix d'Histoire du Senat for the second.

empty