• Selon la Genèse, le monde est crée par la parole de Dieu : c'est donc une vision " poétique " de l'univers que propose la Bible. Or, à partir des année 1850, la prise de conscience de la " mort de Dieu " envahit la poésie, qui ne cessera plus d'en témoigner. Quand la parole fondatrice perd sa résonance, il est nécessaire de ne faire surgir une autre : Baudelaire, Mallarmé, Rimbaud, puis quelques-uns de leurs héritiers au vingtième siècle, ont tenté de prendre le relais du Verbe qui s'est tu.

    Sur commande
  • Tragédie de l'adultère. Dévastée par la fureur et le chagrin, l'épouse Zola devient dangereuse,Ce drame dévoile les "ombres portées par les protagonistes : secrets, trahisons, l'inaccompli et l'absence de partage du coeur du dénommé Zola.

    Sur commande
  • Penseur « européen » par ses expériences personnelles et ses attaches familiales, Edgar Quinet a élaboré une approche profondément originale des variantes nationales de formation des États-nations et d'acculturation à la démocratie. Cet ouvrage se propose de dégager la dimension européenne de sa pensée, ainsi que les expériences, personnelles et intellectuelles, qui ont influencé sa perception du mouvement des nationalités à travers l'Europe. Son enfance coïncide avec l'épopée napoléonienne, sur laquelle il méditera ; il est adolescent lorsque commencent les révolutions issues de la recomposition de l'Europe après 1815 ; il participe à l'expédition de Morée et voit la Grèce accéder à l'indépendance en 1829 ; il soutient les partisans du Risorgimento ; ami et collègue de Mickiewicz, il se préoccupe du sort de la Pologne ; son ouvrage Mes Vacances en Espagne comporte un important volet politique ; il se passionne pour les Roumains auxquels il consacre un ouvrage. Dès les années 1830, ce grand connaisseur de l'Allemagne a compris que l'unité allemande se réaliserait contre la France, ce qui l'a prémuni contre les illusions de la plupart de ses contemporains. Lors du « Printemps des nations », il nourrit sa réflexion de l'actualité pour défendre le système des nationalités et le « génie national » ; convaincu que les pays d'Europe vont de façon irréversible vers la démocratie, il les met toutefois en garde contre les « soubresauts de la conscience en des sens opposé », la sacralisation du fait accompli et de la force. Et il rappelle, du fond de son exil, ce qui fait un peuple libre : « conscience du droit, fierté, dignité, caractère ».

  • Sur commande
  • Ce volume rassemble les actes d'un colloque qui s'est tenu à l'université de Bretagne occidentale (Brest). La publication des lettres adressées par Nathalie Sarraute, lors de son premier séjour en Amérique du nord, à son mari Raymond, du 1er février au 14 mars 1964, a fourni l'occasion de s'interroger sur le succès que remportèrent outre-Atlantique des romanciers ayant pour point commun de se détourner des modes traditionnels de narration.Les États-Unis ont en effet souvent reconnu avant la France les écrivains du « Nouveau Roman ». Ils y ont rapidement été traduits, on les y a invités, leur oeuvre y a rayonné alors qu'elle restait marginale dans leur pays d'origine.Des spécialistes de renommée internationale analysent les séjours que firent aux États-Unis dans les années 60 Michel Butor, Claude Simon, Alain Robbe-Grillet, Samuel Beckett, Claude Ollier, Marguerite Duras et Robert Pinget, ainsi que la diffusion et la traduction de leurs romans en Amérique du nord. Ils démontrent aussi la façon dont fonctionnaient les réseaux américains. La réactivité des universitaires, traducteurs, attachés d'ambassade, dans le domaine culturel, leur a permis d'être les premiers à détecter les avant-gardes.

    Sur commande
  • Récit.Un homme parle. Il s'adresse à une femme qui se tait jusqu'à l'épilogue. Il a changé de place, un soir à l'Opéra, avant une représentation. Quoi de plus anodin ? Et, pourtant le trouble ressenti à l'occasion de cet événement minuscule l'a submergé à la façon des tempêtes, des coups de foudre qui bouleversent parfois la scène baroque. Loin du bruissement mondain de la salle s'improvise alors un étrange théâtre.

    Sur commande
  • Comprendre l'oeuvre de Zola comme une " somme a-théologique ", tel est l'objet de cette étude, qui revient aux sources du mot " naturalisme ". Avant d'être un ensemble de techniques littéraires, le naturalisme, dont la mission consiste à " faire le jour dans la nuit des vieilles croyances ", a pour tâche de décrire la réalité, c'est-à-dire, selon les propres termes de Zola, " ce qui est, en dehors des actes de foi religieux ". Le naturalisme excède donc nécessairement le domaine littéraire pour s'inscrire dans celui des idées. L'oeuvre de Zola constitue, ainsi, la première tentative romanesque de représentation de la réalité dès lors que celle-ci ne se donne plus comme création divine. Zola fonde le cycle des Rougon-Macquart sur la question de l'hérédité, qu'il tient pour une version laïcisée du péché originel, et y montre le monde en désordre.
    Après la transition des Trois Villes, confirmant la " mort " de Dieu, les Évangiles remettent le monde à l'endroit. S'appuyant, de La Confession de Claude à Vérité, sur l'idée d'un possible salut de l'humanité, Zola a cherché à surmonter le rapport chrétien au monde, pour lui substituer la vision d'une humanité affranchie de toute forme de surnaturel, dotée d'une " force tranquille ", et portant sa propre lumière.
    La série Essais des Champion Classiques réunit des études fondamentales qui ont fait ou font date dans le domaine considéré. Elles sont issues du fonds des Éditions Honoré Champion, revues, corrigées, augmentées si nécessaire, ou publiées pour la première fois dans une collection de référence.

    Sur commande
  • Dans les années 1825-1831, le jeune Edgar Quinet traduit et commente Herder (son travail est salué par Goethe), relit Homère, se rend en Grèce, et publie une étude sur des épopées françaises inédites du XIIe siècle. Tout cela constitue un travail préparatoire à sa trilogie des années 30, Ahasvérus (1833), Napoléon (1836), Prométhée (1838), par laquelle il espère à la fois renouveler l'épopée et mettre en évidence les liens entre poésie et religion. À la fois poète, en prose et en vers, historien et théoricien de la poésie, il restera par la suite vingt ans sans pratiquer celle-ci, avant d'y revenir pendant son long exil en publiant Merlin l'enchanteur (1860).

    Ce volume comporte trois parties : la première est composée d'études sur les grands poèmes de Quinet, ainsi que sur sa prose poétique et sa réflexion sur les poètes italiens, par Sophie Guermès, Simone Bernard-Griffiths, Gérard Gengembre, Encarnacíon Medina Arjona et Clélia Anfray ; la deuxième rassemble ses principaux textes théoriques ; la troisième présente plusieurs études de réception qui rappellent l'importance qu'eut en son temps l'oeuvre poétique de Quinet.

    Sur commande
  • Émile Zola, hostile au Second Empire, critique à l'égard des compromissions de la Troisième République, puis engagé dans l'affaire Dreyfus, place l'Histoire à l'arrière-plan des Rougon- Macquart et des Trois Villes. Mais celle-ci n'est pas un simple cadre : romancier, Zola travaille en historien ; il construit une fiction étayée sur des documents. Analyser sa méthode, c'est non seulement permettre de comprendre la genèse d'une oeuvre, mais aussi la manière dont l'Histoire légitime le roman. Par un renversement de perspective, la fiction se donne pour caution du réel. Chaque roman de Zola est une fable documentaire : un récit stylistiquement unifié, gardant secrètement mémoire de toutes les voix qui ont aidé à le bâtir.

    Sur commande
empty