• Sur commande
  • Dans le petit village limousin de Dompierre, le tourisme vert est florissant en ce bel été ensoleillé.
    Le seul qui ne soit pas à la fête, c'est André Pourrat, qui découvre dans son gîte rural les corps égorgés d'un couple d'Allemands apparemment sans histoire. Les enquêteurs Bastien Lenoir et Philippe Gonay vont longtemps piétiner, avant que leur ami Maxime Léobon, journaliste à Limoges, ne les aiguille sur une obscure nébuleuse terroriste européenne proche de milieux nationalistes celtes. Quant à Lucas Champinaud l'équarrisseur, un taiseux qui n'aime ni hommes ni bêtes, témoin du crime, il décide de donner un peu de piquant à sa vie en faisant chanter le commanditaire du double assassinat, et découvrira à ses dépens que la quête de la vérité, si elle peut constituer un excellent antidote à la monotonie, n'est pas toujours très bien récompensée.
    Après Lo Cro do Diable et Le ranch of Léon (Après la. Lune), Serge Vacher nous entraîne encore une fois au coeur d'un Limousin décidément bien ancré aux portes du XXIe siècle.

  • Léon Combes traîne son ennui dans la grande ville de Limoges. De soirées insipides en stages inutiles, les journées se suivent, fades et déprimantes. Même les potes, les petits concerts, les apéros rituels n'arrivent plus à éclaircir son horizon. Une lettre va bouleverser ce désenchantement. Le vieil oncle Gabriel vient de lui laisser un bel héritage : petite propriété, coquette somme d'argent. De quoi voir le monde avec les lunettes de l'aventurier. Mais le notaire a oublié de préciser un détail. En codicille, Tonton Gaby a laissé dans sa cave, outre quelques bouteilles bienvenues, un squelette tout beau, tout propre, qui nous transporte quelques années en arrière, au bord de la Combade. Qui est ce mort ? Que fait-il ici ? Il faudra à Bastien Lenoir et Philippe Gonay, les deux flics envoyés dans le village, beaucoup de tact et d'astuce pour éclaircir le mystère. Après Lo Cro do Diable (Après la Lune, 2010), Serge Vacher nous entraîne encore une fois au coeur d'un Limousin décidément bien ancré aux portes du XXIe siècle.

  • Les coutures

    Serge Vacher

    • Nykta
    • 11 Septembre 2008

    Plusieurs centaines de limougeauds avaient les larmes aux yeux au spectacle de la fumée âcre qui s'échappait du dôme de leur gare. Véritable fleuron architectural de la région, la gare des Bénédictins a connu hier après-midi la plus triste page de son existence.
    C'est vers 13h15 que s'est déclaré le sinistre. Le dernier train est parti depuis à peine cinq minutes ; les ouvriers de la soder, chargés de la réfection du dôme, font la pause. Tout paraît tranquille et pourtant, quelque chose cloche. Au sommet de la coupole se dégage une fumée anormale. En quelques secondes, l'alarme est donnée. Pas de doute : un incendie vient de naître et menace de détruire la plus belle gare de France.
    Aussitôt alertés, les pompiers, sous la responsabilité du Commandant Pradier, ont tôt fait de prendre les mesures qui s'imposent. Ils sont loin de se douter qu'ils devront lutter contre les flammes toute l'après- midi et une bonne partie de la nuit.
    Côté sncf, Stéphane Boucandit, directeur régional, prend les choses en main. Il fait évacuer les lieux et organise la circulation des trains. L'accès aux quais ne pourra pas se faire de manière habituelle et c'est par le passage souterrain via la Place Maison-Dieu que sont conduits les voyageurs.

    Sur commande
  • Sur le plateau de Millevaches, les millénaires ont creusé d'énormes crevasses ayant donné naissance aux trois rivières : Corrèze, Creuse, Vienne. Certaines d'entre elles sont habitées par des créatures de légendes nées de l'imaginaire des hommes. Dans les alentours de Bugeat, là où l'alchimie géologique a déposé, au milieu des rochers de granit, un cadeau empoisonné, l'uranium, c'est toujours avec appréhension qu'on évoque Lo Cro do Diable. C'est là qu'un couple un peu fou se retrouve une nuit, sur la lande, à courir après les feux follets. Quelques jours plus tard, ils sont retrouvés morts. Au même instant, à Limoges, des hauts fonctionnaires européens rencontrent des politiques locaux pour décider de l'opportunité de créer un lieu de stockage de déchets nucléaires sur le plateau de Millevaches. Bastien Lenoir le flic et Max Léobon le journaliste cherchent le lien entre ces deux événements. Et l'on sait que les gens du cru, s'ils ont souvent la langue bien pendue, ne sont pas bavards quand on veut leur tirer les vers du nez.

empty