• Un proverbe maori prévient que « seuls les fous osent pénétrer sur les terres des cannibales. » C'est pourtant à ce dangereux voyage que vous convie Roland Villeneuve, le plus érudit des démonologues français. Qu'ils mangent de la chair humaine par choix, comme ces Gaulois Atticotes qui « recherchaient de préférence les fesses des jeunes garçons et les tétons des pucelles », ou qu'ils soient motivés par un esprit belliqueux, comme ces habitants des îles Ouen qui « séparent à coups de hache un bras du cadavre du malheureux chef ennemi, l'agitent au-dessus de leur tête en manière de triomphe, puis arrachent avec les dents un lambeau de cette chair palpitante... », les anthropophages se retrouvent sur tous les continents et dans toutes les époques. Cette Histoire du cannibalisme, ouvrage de référence de la seconde moitié du XXe siècle, aborde tous les aspects du plus grand des tabous : anthropophagie guerrière, magique, pathologique, ou littéraire. Des sauvages guerriers Fans aux chasseurs de têtes de Papouasie ; de Fritz Haarmann, le boucher de Hanovre, au géant Minski du marquis de Sade : vous saurez tout sur celles et ceux qui se sont adonnés à l'« horrible passion cannibale ».

    Sur commande
  • Nombreux sont les ouvrages à avoir tenté de redorer le blason du seigneur Gilles de Rays, figure tragique du Moyen Age, alchimiste maudit, diaboliste et esthète nécrophile, dont la carrière de bouilleur d'enfants a terni le statut de héros national. Cet ouvrage marque une réaction contre ce genre par trop facile et tendancieux. Avant tout, nous avons cherché à être exact, à ne rien écrire qui ne soit immédiatement vérifiable et les hypothèses que nous avons pu formuler tiennent toujours compte d'une source digne de foi. Quelle influence joua de façon déterminante sur l'évolution de sa névrose ? Une éducation désordonnée ; un mariage consanguin qui put développer une prédisposition héréditaire aux pratiques d'une dévotion maladive ; la compagnie d'une sainte qu'il ne put sauver, ou, simplement, la lecture de quelques ouvrages malsains ? Le maréchal de Rays, dont la somptuosité criminelle jamais ne connut d'égale fut, par excellence, l'homme d'une telle époque qui, au raffinement artistique et religieux, alliait la cruauté et la plus effrénée débauche. Dans le domaine de tout ce qui dépasse la nature, l'esprit éprouve une certaine gêne à concevoir que l'on peut aisément passer de la mystique divine à la mystique diabolique. C'est pourtant là que réside la seule explication du « cas » de Gilles de Rays, qui, sans transition, passa du camp de Dieu dans celui du Maudit.

    Sur commande
  • Un prêtre aux yeux fous brandit un crucifix devant le visage couvert de larmes d'une religieuse aux traits déformés par la souffrance. Elle se contorsionne dans des poses impossibles, déroule sa langue, profère des insanités, claque des dents, avant d'expulser de son orifice naturel un godemiché gravé de symboles kabbalistiques. La scène ne se passe pas dans le donjon d'une maison de passe sordide. Elle a lieu sous la voûte d'une église, devant un parterre de milliers de dévots médusés par ce saint mystère. Roland Villeneuve, l'auteur du fameux Dictionnaire du Diable, nous livre ici les sombres personnages et les affaires notoires qui ont donné corps au mythe de la possession démoniaque. Loudun, Louviers, Salem et autres hauts lieux du diabolisme occidental sont décortiqués, analysés et commentés à l'appui d'innombrables documents, comme de coutume chez Villeneuve. Sexe, folie et envies meurtrières explosent dans les chairs meurtries de ces pauvres hères, victimes expiatoires d'un christianisme pathologiquement fasciné par la souffrance et la dégradation morale. Accompagné d'une imposante bibliographie, cet ouvrage de référence est une véritable bible des phénomènes démoniaques.

    Sur commande
  • Se faisant l'héritier des grands démonologues, Roland Villeneuve a dressé l'inventaire des manifestations du Malin dans l'Histoire, la littérature, le folklore populaire comme les ouvrages savants, scrutant lieux, personnages célèbres, procès en sorcellerie, possessions, pactes sataniques - sans oublier le monde contemporain.
    Par son ampleur (plus de 2 000 entrées) et sa manière à la fois sérieuse et divertissante, ce livre est un monument. Complété par un index des oeuvres et des lieux, enrichi de 140 gravures ou illustrations in texte, il met à la portée de tous un savoir réservé jusque-là aux seuls initiés.

    Sur commande
  • Le dictionnaire du diable

    Villeneuve Roland

    • Omnibus
    • 17 Septembre 1998

    Il est celui dont " la plus grande ruse est de faire croire qu'il n'existe pas " (baudelaire).
    Il apparaît ou se dissimule sous les aspects les plus divers. ses noms eux-mêmes sont innombrables.
    Il est le diable - celui qui divise, en grec - ou satan - l'adversaire, en hébreu - mais aussi asmodée, astaroth, belzébuth, le démon, lucifer, le malin, méphistophélès, le moloch. il est l'ange des ténèbres, le serpent de la genèse, le séducteur, il fait du genre humain l'enjeu de son éternel combat avec dieu.

    Se faisant l'héritier des grands démonologues, roland villeneuve a tenté de dresser l'inventaire de ses manifestations. il les a traquées à travers l'histoire, la littérature, l'architecture, la musique, les livres savants comme le savoir populaire, scrutant lieux, personnages célèbres, procès en sorcellerie, possessions, pactes sataniques - sans ignorer le monde d'aujourd'hui.
    Son livre, par son ampleur (plus de 2 000 entrées) et sa manière à la fois sérieuse et divertissante, est aujourd'hui un monument.
    Complété dans la présente édition d'une liste des oeuvres citées (plus de 700), d'un index des lieux, de multiples renvois d'un article à l'autre, de 140 illustrations de textes, il met à la portée de tous un savoir réservé jusque-là au monde des initiés.

empty