• Comédie policière en trois actes. En 1950, dans une maison, huit femmes se préparent à fêter Noël. Mais le maître de maison est retrouvé mort assassiné, un couteau dans le dos. Tout le monde est soupçonné. Au fur et à mesure, on découvre que chacune de ces femmes aurait eu une raison de le tuer. Avec un dossier pédagogique, un groupement de textes et un lien avec l'histoire des arts.

    Sur commande
  • Les bâtards

    Robert Thomas

    Sur commande
  • Sur commande
  • Un décor - Durée : 2 h 30 Robert Thomas, en 1966, a l'idée de réunir le couple célébrissime de la radio de l'émission "Sur le Banc" Jane Sourza et Raymond Souplex alias commissaire Bourrel. La critique n'hésite pas à comparer la pièce à de l'Hitchcock joué comme du Feydeau. Les deux personnages centraux et leurs partenaires connaissent un succès qui ne se démentira pas. Dans le bureau du notaire, Me Rocher, Mlle Alice, la standardiste fait régner la bonne humeur. Son esprit d'à propos va, hélas, être mis à rude épreuve. Alors qu'elle va fermer l'étude, elle découvre le corps de son patron poignardé ! Elle appelle la police et s'évanouit ! Lorsqu'elle revient à elle... le mort s'est envolé ! Elle doit affronter la fureur du commissaire Grandin dit " tête de fer " en qui elle reconnaît un copain de jeunesse ! Ensemble ils vont mener l'enquête... ou plutôt, elle met régulièrement des bâtons dans les jambes de son coéquipier ! Qui a tué le notaire ? Personne ! Il est vivant ! Une cascade de surprises... et un dénouement tout à fait imprévu prouveront au policier (" le poulet ") que son amie bavarde (" la perruche ") avait raison. Ensemble ils arrêteront le coupable...

    Sur commande
  • Sur commande
  • Chéri depuis longtemps un malaise nocif s'est hélas installé dans notre relation. Voici venu l'instant de solder ce passif qui a trop fait couler mes larmes sous pression. Extrait du poème"Et surtout ne mens pas " À la suite de quatre recueils déjà parus aux Éditions Baudelaire dans une sorte de cycle de"Poésie pour vou", Robert Thomas présente cent-quatre-vingts nouveaux tableaux avec son ouvrage intitulé Rien ne m'échappe !. Autant d'histoires racontées, de tranches de vie relatées, de situations décortiquées, d'événements analysés et résultant tous des observations de l'auteur, ou qui lui ont été inspirés par l'actualité. Il se plait, dans nombre de ses textes, à franchir le pas, ne s'arrêtant pas à la description de la société actuelle, mais s'attachant aussi à prendre lui-même position. Robert Thomas est né en 1953. Il a exercé et alterné des fonctions de Directeur administratif et financier à Paris pour plusieurs sociétés commerciales, et de gestionnaire de Centres AFPA (Association pour la Formation Professionnelle pour Adultes). Ses écrits sont nourris par ses observations très fines de notre société et l'actualité qu'il aime mettre en scène. Une intention l'anime, celle de faire aimer la poésie pour le plus grand nombre en adoptant un style résolument moderne et décontracté. L'émotion qu'il diffuse est souvent teintée d'impertinence et de drôlerie, mais chaque texte donne toujours l'occasion de réfléchir sur des sujets sociétaux qui ne peuvent nous laisser indifférents. Rien ne m'échappe ! - Poésie pour vous est son cinquième ouvrage.

    Sur commande
  • Sur commande
  • Peu de livres donnent à voir d'aussi près, et si complètement, la réalité de ce que sont aujourd'hui les relations sociales.
    A travers l'exemple de Thomson-CSF - précisé par les commentaires de son DRH et de ses représentants syndicaux -, cet ouvrage révèle les difficultés et les avantages d'un projet de dialogue social permanent. Destiné à un large public car il traite de questions qui concernent tous les salariés (de la mobilité aux évolutions de carrière), L'entreprise partagée montre pour la première fois, sans travestissement, ce qu'est une négociation sociale en train de se faire avec ses hésitations, ses échecs, ses succès.
    Qu'ils soient employeurs ou salariés, représentants syndicaux ou membres de la direction, les lecteurs trouveront dans ces pages, au-delà de la situation particulière de Thomson, beaucoup d'informations (voire de révélations !) qui leur permettront de mieux comprendre les enjeux de la négociation sociale dans l'entreprise et de la faire progresser.

  • « Notre époque est brutale, c'est pourquoi j'ai choisi d'utiliser la rime à laquelle je me voue.
    Elle a la force vitale, de celles qui rassasient : voilà tout ce qu'exprime ma poésie pour vous. » Avec Reflets dans le Miroir, Robert Thomas nous renvoie notre propre image dans une époque évoluée mais tourmentée, qui manque de poésie. Souvent avec fantaisie, il nous invite à un voyage dans les méandres de la société actuelle. Impossible de ne pas nous reconnaître dans nombre de ses tableaux, qui restituent à merveille tous nos rêves, nos amours, nos échecs, nos fantasmes et nos petits travers, avec espièglerie et humour.

    Le sous-titre Poésie pour vous marque l'ardent souhait qu'a l'auteur de contribuer au rapprochement du lecteur avec cette branche malheureusement trop dédaignée de l'Art littéraire. Son écriture est épurée, moderne, et il la met à la portée de tous, la présentant pour la toute première fois dans une version soulignée. La musicalité des textes est un réel plaisir pour l'esprit.

    Sur commande
  • « Vous pouvez m'oublier, je serai sans reproche de crime ou d'hérésie, ça n'en vaut pas la peine.
    Mais si vous oubliez, puisque mon heure approche, jusqu'à ma poésie, j'en aurai de la peine. » Après Reflets dans le Miroir - Poésie pour vous (Décembre 2016 - Éditions Baudelaire) Robert Thomas continue à nous faire voyager dans toutes les sinuosités de la société actuelle. Il nous livre ici une multitude de petits tableaux en utilisant toujours le mot juste. Et avec encore plus de force, il suscite l'intérêt et le plaisir du lecteur, plaisir renforcé par le concept de la syllabe soulignée.
    Ses textes sont résolument modernes et ne tombent pas dans le piège de la facilité linguistique. On reste dans la même veine : une poésie contemporaine, accessible à tous, tout en respectant les codes du genre qui n'est pas maltraité sous prétexte de le rendre moderne. Les thèmes font écho à l'actualité de façon intelligente. Le jonglage avec un vocabulaire toujours adapté permet de faire ressentir d'emblée une situation et de peindre, parfois en une ligne, tout un univers. Ainsi, pour chaque texte, la mise en scène conjugue la beauté de l'écriture, de la peinture et de la musique réunies.
    Le ton est décalé et original. En matière de Poésie, rares sont les textes qui arrivent à faire sourire à ce point le lecteur. Le pari est ici réussi.

    Sur commande
  • « Je n'ai pas voulu taire mes désenchantements, mes regrets, mes colères et mes fantasmes aussi.
    Les traits de caractère sont parfois déroutants et j'aime peindre nos galères ainsi que nos soucis. » Après Reflets dans le miroir - Poésie pour vous et Autres Regards - Poésie pour vous, Robert Thomas nous fait partager la troisième étape de son voyage dans les profondeurs de la société actuelle, et les visions qu'il en retire. Il nous propose 160 nouveaux textes dont il faut saluer la justesse des mots tout autant que la musicalité.
    S'il trouve souvent ses sources d'inspiration dans l'actualité, il fait aussi preuve de fantaisie, n'hésitant pas à nous proposer parfois des textes déjantés. Il nous offre une Poésie novatrice et rythmée, imaginative, drôle et divertissante. Tout est fait pour démystifier le terme même de Poésie, en la mettant à la portée de tous.

    Sur commande
  • « Il en est plus que fou, il l'aime, il la vénère, il la lustre, la bichonne, et s'en occupe sans cesse.
    Pour le reste, il s'en fout, et de tout s'exonère.
    Oui Monsieur la torchonne, négligeant sa princesse. » Extrait de La bagnole Après REFLETS DANS LE MIROIR - Poésie pour vous, AUTRES REGARDS - Poésie pour vous et NOUVELLES VISIONS - Poésie pour vous (Éditions Baudelaire), Robert Thomas nous propose un éventail supplémentaire de tranches de vie avec ces 160 nouveaux textes. Il récidive dans ce style très moderne qui lui est propre. Sur certains thèmes sociétaux, sur chaque sujet proposé, il n'hésite pas à prendre position. Avec humour, drôlerie, ou ironie, chaque ligne est une invitation à la réflexion personnelle.
    Il faut saluer tout autant le choix des mots justes que leur musicalité.

    Sur commande
  • Daprès un conte russe. Nouvelle édition

  • Réviser l'essentiel du programme, au rythme des vacances, et être prêt pour la rentrée ! Des exercices dans toutes les matières, des Bilans / Jeux, des pages Escape Game. Un aide-mémoire et des corrigés détachables

  • Les grandes idées du chef d'oeuvre de Thomas Robert Malthus, Essai sur le principe de population, vulgarisées au travers de ce manga dont les protagonistes ne sont autres que des souris !

    La pauvreté due au manque de nourriture est-elle une fatalité ou une difficulté surmontable ? Un économiste théorise une crise humanitaire provoquée par la famine... Un cuisinier tente de combattre le manque de nourriture par de nouvelles recettes... Une infirmière analyse les soins infirmiers et sauve des vies qui ne l'auraient pas été avant... ces trois personnalités sont, chacune à leur manière, tournée vers « la vie ».

  • "L'objet de cet Essai est principalement d'examiner les effets d'une grande cause, intimement liée à la nature humaine, qui a agi constamment et puissamment dès l'origine des sociétés, et qui cependant a peu fixé l'attention de ceux qui se sont occupés du sujet auquel elle appartient (...). La cause que j'ai en vue est la tendance constante qui se manifeste dans tous les êtres vivants à accroître leur espèce, plus que ne le comporte la quantité de nourriture qui est à leur portée".
    Ainsi commence le célèbre ouvrage de Malthus, objet de critiques, d'incompréhension et d'éloges sans nombre. Il faut en redécouvrir l'actualité. Au moment où l'homme met en péril les conditions de sa propre survie, Malthus rappelle la nécessité d'une pensée des limites, d'une interrogation de la finitude face à l'extension du royaume de la marchandise et à l'excès technoscientifique de cette fin de millénaire.

empty