• Que signifient les termes de sujet et d'individu ? À quelles représentations renvoient-ils ? Ces deux termes font l'objet d'un débat intellectuel qui les différencie et d'une idéologie qui les oppose.
    D'un côté, l'individu est objectivable, rivé au corps biologique et au corps social. De l'autre, le sujet résiste à l'objectivation : il est l'agent de la compréhension et de la connaissance, mais aussi le sujet de la méconnaissance et du désir. Les termes d'individu et de sujet renvoient respectivement à l'horizon de la réalité sociale et à celui de la réalité psychique. En tant que résultante de ces deux tendances, comment l'identité se construit-elle dans une société dite "individualiste"? L'auteur propose une réflexion en quatre temps : Qu'est-ce que la famille en tant que creuset identitaire ? Comment s'y réalise la construction de L'identité par rapport aux différentes figures de l'altérité ? Comment opèrent les épreuves identitaires de la séparation et du handicap ? Quelle est la place de la fonction paternelle dans ces processus d'acquisition de l'identité ?

    Sur commande
  • Conformément aux recommandations du Conseil de l'Europe pour l'égalité des droits entre les sexes, la France s'est dotée d'une nouvelle loi en matière d'attribution du nom de famille. Un projet similaire est en suspens au parlement belge. Dans les deux pays, les débats parlementaires ont, entre autres, posé la question des répercussions possibles d'un changement juridique sur la place et le rôle du père dans la famille et le psychisme. Depuis plus d'un demi-siècle, les chercheurs en sciences humaines décrivent une crise de la fonction paternelle. Cette fonction est complexe et difficile à définir. Elle cumule les fonctions d'embrayeur du lien social, d'initiateur de l'ordre symbolique, de partenaire de l'autorité parentale, de modèle d'identification, de régulateur du désir et de la jouissance. Les psychanalystes lui reconnaissent une fonction structurante fondamentale théorisée en termes de métaphore paternelle et de Nom-du-Père. À quelles réalités se rapportent ces notions ? Comment les situer dans un modèle qui articule société globale, système familial et psychisme individuel ? Comment comprendre la fonction paternelle et la fonction de nomination en tant qu'opérateurs d'une dimension symbolique référentielle ? Finalement, le choix du nom de famille affecte-t-il la fonction paternelle ? Ces questions font l'objet d'une concertation interdisciplinaire associant un historien, des anthropologues, une juriste, des psychologues et des psychanalystes, et conclue par une réflexion transversale.

    Sur commande
empty