Lessius

  • Parmi les nombreuses lettres de Pierre Teilhard, celles envoyées aux Bégouën, près d'une centaine, occupent une place privilégiée.

    C'est en 1913, avec la rencontre du comte Henri Bégouën, passionné de préhistoire, que commence la relation de Telhard avec cette famille. Durant la guerre, cette relation s'ouvre à Max, le fils aîné, et, par la suite, à Simone, son épouse. Dans sa correspondance, Teilhard témoigne d'une amitié profonde et fidèle tout particulièrement à l'égard du couple, qu'il compte parmi ses intimes. En toute liberté, il lui fait part du cheminement de sa pensée et de l'état d'avancement de ses écrits, il lui confie ses difficultés avec les autorités religieuses et prend position sur les courants politiques et idéologiques qui secouent la France et le monde.

    Grâce aux nombreux souvenirs rassemblés par Max et à quelques copies de ses lettres à Teilhard, se perçoit l'influence déterminante du jésuite sur sa vie et sur son acitivité professionnelle en Afrique. S'y révèle aussi la riche personnalité du couple qui a contribué au rayonnement de la pensée de Teillhard. Dès 1928, Simone reproduit et diffuse les essais envoyés de Chine par Teilhard. Initiaitive, peu connue jusqu'à présent, qui a facilité l'édition rapide des oeuvres complètes.

    En postface, quatre spécialistes de l'oeuvre de Teilhard, Jean-Pierre Demoulin, François Euvé, Henri Madelin et Gustave Martelet, mettent en lumière l'apport de ces lettres à la compréhension de la personnalité et de la vision du monde jésuite.

    De cet ensemble, il ressort clairelment que la pensée teilhardienne déborde des cercles sicentifiques et peut éclairer les chrétiens soucieux de construire une société plus juste et plus fraternelle.

    Les éditions Lessius ont aussi publié la Correspondance de Pierre Teilhard avec Lucile Swan (2008) et Teilhard de Chardin prophète d'un Christ toujours plus grand de Gustave Martelet (2005).

    Sur commande
  • Textes réunis par Marie-Anne Roger, Marie Bayon de La Tour et Itala Ménard.

    Se mettre à l'écoute de la pensée de Pierre Teilhard de Chardin est toujours stimulant. Plus spécialement au moment où, cinquante ans après l'ouverture du concile Vatican II, l'Église promeut un renouvellement de l'évangélisation pour la transmission de la foi. Homme d'une foi profonde, passionné de recherche, le jésuite a contribué à rendre toute sa vitalité à la foi chrétienne en faisant confiance au monde, attitude fondamentale de la constitution Gaudium et spes. Aujourd'hui, il peut encore aider à relever les défis que rencontre le christianisme contemporain. Spécialistes de Pierre Teilhard, les intervenants à ce colloque international, qui font autorité dans plusieurs champs du savoir - scientifique, théologique, philosophique, spirituel, socio-politique - montrent la fécondité de son apport pour le temps présent. Le colloque s'est tenu à la Grégorienne, université pontificale confiée à la Compagnie de Jésus. Le lieu revêt une double signification: un accueil de Pierre Teilhard par ses confrères ; une reconnaissance apaisée de la part de l'autorité pontificale.

    Thierry Magnin (auteur) Marie-Jeanne Coutagne (auteur) Paul Poupard (Cardinal) (auteur) François-Xavier Dumortier (auteur) Antonio Spadaro (auteur) Alfredo Dinis (auteur) Gérard Donnadieu (auteur) André Dupleix (auteur) Rosino Gibellini (auteur) David Grumett (auteur) Evelyne Maurice (auteur) Luciano Mazzoni-Benoni (auteur) Eric de Moulins-Beaufort (Mgr) (auteur) Annamaria Tassone-Bernardi (auteur) Agustin Udias (auteur) Association des amis de Pierre Teilhard de Chardin (auteur).

    Sur commande
empty