• Ce livre reprend trois grands textes de Teilhard de Chardin : La Messe sur le Monde, Le Christ dans la Matière et La Puissance spirituelle de la Matière, ainsi que des « Pensées choisies » dans l'ensemble de son oeuvre.

    La Messe sur le Monde fut inspirée au père Teilhard par l'impossibilité où il se trouva, au cours d'une expédition scientifique, de célébrer la messe. Il y montre dans toute sa splendeur le caractère universel et cosmique du christianisme.

    Le Christ dans la Matière réunit trois contes mystiques où « un ami » lui révèle les expériences par lesquelles « l'univers puissant et mystique a pris pour lui la figure du Christ ».

    La Puissance spirituelle de la Matière, méditation sous forme de fiction, nous dit que la matière n'est pas spirituelle, mais spiritualisable, et que son évolution dépend de notre liberté.

  • Arrivé au terme de sa vie, Pierre Teilhard de Chardin éprouve le besoin de revenir sur la profonde unité de son itinéraire, en deux lignes convergentes, celle de la science et celle de la foi. Le Coeur de la Matière, autobiographie intellectuelle et spirituelle, affirme sa foi en une évolution cosmique, biologique et humaine dont le sens s'accomplit en un point de convergence spirituelle de la Terre, qui pour lui est le Christ. Celui-ci unifie et intériorise, en effet, dans l'Amour le mouvement d'évolution qu'il achève. C'est pourquoi Teilhard complète sa méditation par ce qu'il nomme « l'essence de son message » : Le Christique, testament spirituel qui évoque l'amorisation de l'Univers.

    Ces textes ultimes ouvrent des voies encore partiellement inexplorées à la théologie comme à la spiritualité.

    Sur commande
  • Le bonheur ? « [.] discerner l'Immense qui se fait et qui nous attire au coeur et au terme de nos activités infimes ; le discerner et y adhérer : tel est, au bout du compte, le grand secret du bonheur. » L'Amour ? « [.] la plus universelle, la plus formidable et la plus mystérieuse des énergies cosmiques ».
    Dans les deux textes courts réunis ici, Teilhard de Chardin médite tant sur la nature du bonheur et de l'Amour que sur les moyens de les vivre et de les accomplir. Les connaisseurs y trouveront aussi comment le penseur les intègrent dans sa vision universelle.

  • Réunissant de brèves pensées et réflexions puisées dans la correspondance, les articles ou les ouvrages marquants de Teilhard de Chardin, ce volume inspiré et lumineux est la meilleure entrée dans l'oeuvre du jésuite et paléontologue. On y trouve en effet les grands thèmes chers à l'auteur : la spiritualité de la matière évoluant vers une complexité de plus en plus grande ; les rapports entre des éléments en apparence contradictoires, telles la foi et la science ; sa vision cosmique de toute chose.
    « Le Dieu transcendant personnel et l'Univers en évolution ne formant plus deux centres antagonistes d'attraction, mais entrant en conjonction hiérarchisée pour soulever la masse humaine dans une marée unique. » T. d. Ch.

  • Un Teilhard méconnu : le Teilhard mystique. Pierre Teilhard de Chardin (1881-1955), jésuite, paléontologue, a tenté, dans une synthèse unique, de penser la place de l'homme et le sens du Christ dans l'univers en évolution. Mais on ne dira jamais assez combien ce penseur est avant tout un croyant et un mystique. En rassemblant ses textes les plus significatifs sur la présence lumineuse de Dieu au Monde, cet ouvrage fait apparaître la cohérence spirituelle de son oeuvre. On y lit des pages puissantes sur ses thèmes essentiels : la "luminosité" du monde, qui révèle la présence divine ; le Christ, centre de l'Univers ; l'amour comme énergie cosmique, capable d'assurer la communion avec Dieu ; le mal ; l'espérance. Face à la fragilité des choses et des êtres, Teilhard décèle dans l'univers une intériorité brûlante qui vivifie le coeur de l'homme, une présence sacrée qu'il ose appeler divine.

  • « Tout se passe en somme comme si chaque individu humain représentait un noyau cosmique de nature spéciale, rayonnant autour de soi des ondes d'organisation et d'éveil au sein de la matière. Un tel noyau, pris avec son auréole d'animation, voilà l'unité d'Énergie Humaine ».
    Pierre Teilhard de Chardin.

    Au départ de la pensée de Teilhard, il y a la volonté de pénétrer aussi loin que possible la structure fondamentale de l'univers dans lequel vit l'homme, et dont il constitue une partie. Dans cet essai, le théologien tente plus particulièrement de montrer qu'on ne peut comprendre ni l'homme ni la nature sans insérer le premier au coeur de l'autre. Non qu'il faille penser le cosmos et la conscience à partir de la seule matière ; au contraire : le cosmos est fondamentalement vivant, et il consiste en la genèse même de l'esprit.

    Sur commande
  • « Plus je scrute la question fondamentale de l'avenir de la Terre, plus je crois apercevoir que le principe générateur de son unification n'est finalement à chercher, ni dans la seule contemplation d'une même Vérité, ni dans le seul désir suscité par Quelque chose, mais dans l'attrait commun exercé par un même Quelqu'un, D'une part, en effet, capable d'opérer dans sa plénitude la synthèse de l'Esprit (en quoi consiste la seule définition possible du Progrès), il ne reste au bout du compte, tout bien pesé, que la rencontre, centre à centre, des unités humaines, telle que peut la réaliser un amour mutuel commun. Et d'autre part, entre éléments humains, innombrables par nature, il n'y a qu'une manière possible de s'aimer : c'est de se savoir surcentrés tous ensemble sur un même «ultra-centre» commun, en qui ils ne puissent parvenir chacun à l'extrême d'eux-mêmes qu'en se réunissant. »

    Sur commande
  • " il faudrait être bien imprudent pour fixer d'avance à la synthèse scientifique un point qu'elle ne dépassera jamais.
    J'éviterai donc de m'appuyer sur aucunes prédictions de ce genre, prédictions que les faits ont trop souvent démenties. je dirai même ceci : notre devoir d'hommes est d'agir comme si les limites de notre puissance n'existaient pas. devenus, par l'existence, les collaborateurs conscients d'une création qui se poursuit en nous pour nous mener vraisemblablement à un but (même terrestre) bien plus élevé et éloigné que nous pensons, nous devons aider dieu de toutes nos forces, et manipuler la matière comme si notre salut ne dépendait que de notre industrie.
    " " je suis convaincu, pour ma part, qu'il n'y a pas de plus puissant aliment naturel pour la vie religieuse que le contact des réalités scientifiques bien comprises. l'homme qui vit habituellement dans la société des éléments de ce monde, l'homme qui expérimente personnellement l'immensité écrasante des choses et leur misérable dissociation, - celui-là, j'en suis sûr, prend une conscience plus aiguë que personne, et de l'immense besoin d'unité qui chasse l'univers toujours plus en avant et de l'avenir inouï qui lui est réservé.
    Personne autant que l'homme penché sur la matière ne comprend combien le christ, par son incarnation, est intérieur au monde, enraciné dans le monde jusqu'au coeur du plus petit atome. " t. de ch.

    Sur commande

    1 autre édition :

  • "prenons loyalement le monde tel qu'il se présente à nous aujourd'hui à la lumière de notre raison : non pas le monde de quatre mille ans, encerclé dans ses huit ou neuf sphères, pour lequel a été écrite la théologie de nos livres, mais l'univers que nous voyons émerger organiquement d'un temps et d'un espace illimités.
    Etalons devant nous cette immensité profonde. et cherchons à voir comment il faut modifier les contours apparents du christ pour que sa figure continue maintenant comme autrefois à tout envahir, victorieusement. c'est ce nouveau christ (et non la figure désuète que nous voudrions peut-être garder artificiellement) qui sera réellement l'ancien et le vrai jésus. a ce signe d'une présence universelle nous le reconnaîtrons.
    ".

    Sur commande
  • Parmi les nombreuses lettres de Pierre Teilhard, celles envoyées aux Bégouën, près d'une centaine, occupent une place privilégiée.

    C'est en 1913, avec la rencontre du comte Henri Bégouën, passionné de préhistoire, que commence la relation de Telhard avec cette famille. Durant la guerre, cette relation s'ouvre à Max, le fils aîné, et, par la suite, à Simone, son épouse. Dans sa correspondance, Teilhard témoigne d'une amitié profonde et fidèle tout particulièrement à l'égard du couple, qu'il compte parmi ses intimes. En toute liberté, il lui fait part du cheminement de sa pensée et de l'état d'avancement de ses écrits, il lui confie ses difficultés avec les autorités religieuses et prend position sur les courants politiques et idéologiques qui secouent la France et le monde.

    Grâce aux nombreux souvenirs rassemblés par Max et à quelques copies de ses lettres à Teilhard, se perçoit l'influence déterminante du jésuite sur sa vie et sur son acitivité professionnelle en Afrique. S'y révèle aussi la riche personnalité du couple qui a contribué au rayonnement de la pensée de Teillhard. Dès 1928, Simone reproduit et diffuse les essais envoyés de Chine par Teilhard. Initiaitive, peu connue jusqu'à présent, qui a facilité l'édition rapide des oeuvres complètes.

    En postface, quatre spécialistes de l'oeuvre de Teilhard, Jean-Pierre Demoulin, François Euvé, Henri Madelin et Gustave Martelet, mettent en lumière l'apport de ces lettres à la compréhension de la personnalité et de la vision du monde jésuite.

    De cet ensemble, il ressort clairelment que la pensée teilhardienne déborde des cercles sicentifiques et peut éclairer les chrétiens soucieux de construire une société plus juste et plus fraternelle.

    Les éditions Lessius ont aussi publié la Correspondance de Pierre Teilhard avec Lucile Swan (2008) et Teilhard de Chardin prophète d'un Christ toujours plus grand de Gustave Martelet (2005).

    Sur commande
  • An important Christian philosopher contends that if human energy is channeled in the right direction, "upward and outward," spiritual energy as a motor force in the universe will outdistance technological advance. Index. Translated by René Hague. A Helen and Kurt Wolff Book

  • Nineteen essays concerned with the relationship of science and religion. As a believing scientist, Teilhard wrestled with the problem of presenting to the believer a scientific picture that would enlarge his religious vision and to the scientist a statement of religious ideas that would integrate with his understanding of reality. Foreword by N. M. Wildiers; Index. Translated by René Hague.A Helen and Kurt Wolff Book

  • Plus l'Humanité se raffine et se complique, plus les chances de désordre se multiplie et leur gravité s'accentue ; car on élève pas de montagne sans creuser des abîmes, et toute énergie est également puissance pour le bien et pour le mal. Tout ce qui devient souffre et pèche. La vérité sur notre attitude en ce monde, c'est que nous y sommes en croix.
    Ajouter un seul point, si petit soit-il, à la magnifique broderie de la vie, discerner l'immense qui se fait et nous attire au coeur et au terme de nos activités infimes ; le discerner et y adhérer : tel est, au bout du compte, le grand secret du bonheur.

  • Texte intégral révisé suivi d'une biographie de Pierre Teilhard de Chardin. Homme de science, philosophe et théologien, le Père Pierre Teilhard de Chardin a fait de la synthèse du christianisme et de la connaissance scientifique moderne l'objet constant de son étude et de sa réflexion. Dans cet essai qui ouvre de vastes horizons à tous ceux qui cherchent à comprendre le sens du monde et de la vie, il apporte une contribution magistrale à la cosmologie et à la phénoménologie de l'univers, domaines de recherche où convergent nécessairement science, philosophie et religion. Tout en restant exclusiment sur le terrain scientifique, "Le Phénomène humain" élargit le champ de la réflexion en offrant une solide synthèse sur l'évolution de l'humanité et la conscience de l'univers. Pour Teilhard de Chardin, l'Univers est une évolution qui va vers l'Esprit. La matière originaire contient en son sein la conscience comme élément organisateur, par laquelle l'évolution se présente comme un processus qui n'est pas complètement déterministe, mais aussi téléologique. L'univers, comprenant l'homme et son histoire, tend vers un point oméga identique à un alpha qui serait le corps du Christ cosmique.

  • Textes réunis par Marie-Anne Roger, Marie Bayon de La Tour et Itala Ménard.

    Se mettre à l'écoute de la pensée de Pierre Teilhard de Chardin est toujours stimulant. Plus spécialement au moment où, cinquante ans après l'ouverture du concile Vatican II, l'Église promeut un renouvellement de l'évangélisation pour la transmission de la foi. Homme d'une foi profonde, passionné de recherche, le jésuite a contribué à rendre toute sa vitalité à la foi chrétienne en faisant confiance au monde, attitude fondamentale de la constitution Gaudium et spes. Aujourd'hui, il peut encore aider à relever les défis que rencontre le christianisme contemporain. Spécialistes de Pierre Teilhard, les intervenants à ce colloque international, qui font autorité dans plusieurs champs du savoir - scientifique, théologique, philosophique, spirituel, socio-politique - montrent la fécondité de son apport pour le temps présent. Le colloque s'est tenu à la Grégorienne, université pontificale confiée à la Compagnie de Jésus. Le lieu revêt une double signification: un accueil de Pierre Teilhard par ses confrères ; une reconnaissance apaisée de la part de l'autorité pontificale.

    Thierry Magnin (auteur) Marie-Jeanne Coutagne (auteur) Paul Poupard (Cardinal) (auteur) François-Xavier Dumortier (auteur) Antonio Spadaro (auteur) Alfredo Dinis (auteur) Gérard Donnadieu (auteur) André Dupleix (auteur) Rosino Gibellini (auteur) David Grumett (auteur) Evelyne Maurice (auteur) Luciano Mazzoni-Benoni (auteur) Eric de Moulins-Beaufort (Mgr) (auteur) Annamaria Tassone-Bernardi (auteur) Agustin Udias (auteur) Association des amis de Pierre Teilhard de Chardin (auteur).

    Sur commande
  • Sur commande
  • ETRE PLUS

    ,

    • Thesis
    • 14 Juillet 2010
    Sur commande
  • SCIENCE ET CHRIST

    ,

    • Thesis
    • 14 Juillet 2010
    Sur commande
  • The final volume of Teilhard's collected essays, containing two texts of key importance published for the first time: "The Heart of Matter" and "The Christic." Foreword by N. M. Wildiers; Index. Translated by René Hague. A Helen and Kurt Wolff Book

empty