• « Tu ne mentiras pas - même pas en politique. »
    C'est ce que disait, après la 2e guerre mondiale,
    le ministre des affaires étrangères, Robert
    Schuman, et, oh miracle !, il le pratiquait.
    Dans son cas, on peut vraiment parler de
    « miracles ». Il en a fait au moins deux :
    1. Il a
    réalisé la réconciliation franco-allemande et
    2. il
    a jeté les fondements d'une nouvelle Europe unie.
    Peu de temps avant sa mort tragique, le président
    J. F. Kennedy écrivit à Robert Schuman : « En
    moins de vingt ans, vous avez fait pour l'Europe
    plus qu'on en a fait pendant les vingt siècles
    précédents. »
    Schuman était un homme pragmatique. Il partait
    de la réalité. C'est pourquoi sa méthode pourrait
    s'appliquer aussi dans d'autres cultures et dans
    d'autres continents.

  • Au temps où vivait Frédéric Ozanam (1813-1853),
    l'idée dominante était celle du progrès. La science
    et la technique devaient amener la paix et le bonheur
    pour l'humanité. Mais, le progrès technique
    est une épée à deux tranchants : tout dépend de
    l'usage qu'on en fait.
    Ozanam pense que le véritable progrès c'est l'amélioration
    du coeur de l'homme. Il n'y a pas de
    limites à ce progrès-là puisque le Christ nous a
    dit : soyez parfait comme votre Père du Ciel est
    parfait (Mat. 5.48).
    C'est pourquoi il n'y a pas deux Ozanam : le fondateur
    de la Société de Saint-Vincent-de-Paul est
    aussi le professeur en Sorbonne qui montre - par
    l'Histoire - que le christianisme civilise.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Onze architectes connus et reconnus ont accepté, visiblement avec plaisir, de jouer le jeu de la confidence. Chacun y exprime ce qu'il ressent de sa vie, de son travail, de son parcours. Nous découvrons ainsi que le métier d'architecte est pluriel : des spécialisations qui s'élaborent et se revendiquent (le logement social, les écoles, les équipements sportifs, etc.), au sein d'une agence, les tâches qui sont subdivisées au gré des compétences, etc.
    L'architecte est plusieurs en un ! Et c'est aussi ce qui confère à ce métier sa part de noblesse.
    Sont interviewés dans ce livre : Marc Barani, Frédéric Borel, Roland Catro, Paul Chemetov, Nathalie Franck, Françoise-Hélène Jourda, Philippe Madec, Christian de Portzamparc, Jacques Ripault, Maurice Sauzet, Denis Valode.
    /> Préface de Thierry Pacquot.

  • Le souvenir de Luang-prabang me paraît toujours inséparable des doux parfums de l'aréquier en fleurs, du jasmin et du tchampaka, pendant les belles nuits, lourdes mais étoilées du Laos, où, dans les rues ombragées par les palmiers à sucre et les cocotiers, le long des jardins palissadés, remplis d'oranges et de pommes cannelle, circulent, en chantant, les groupes amoureux de jeunes gens et de jeunes filles. De la natte, où je m'efforçais de fermer l'oeil, sous une moustiquaire, je percevais distinctement les échos de la rue.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Il était une fois Clovis, et Papa Grondein, son meilleur ami (un écologiste sans le savoir), l'un et l'autre pas du tout, mais alors pas du tout contents du projet de « route de désenclavement d'Ilet Fleurs Jaunes » Chen Choung aussi, le fidèle compagnon, patron efficace et débonnaire de la boutique chinois du petit village des « Hauts », à qui la route ouvre des perspectives commerciales inespérées... Max Médiat, éminence de la publicité, qui utilisera aussitôt la route au profit de son rallye automobile... Et le Préfet, bien sûr, qui y tient, lui, à « sa » route, d'autant plus que le ministre doit venir l'inaugurer... - Maà Méère ! Quo ça nana encor' ? ... Il y a encore ces bateaux : le mystérieux bâtiment (chinois, je vous dis !) échoué au large, qui va attirer dans l'île un essaim de journalistes aussitôt lancés sur les traces de Papa Grondein... et le « Santa Malaria », de la Marine des États-Unis, d'où débarqueront d'étranges visiteurs... N'oublions pas Sauveur Barabbas, le révolutionnaire en titre, vexé de voir Papa Grondein, ce « pipe les hauts », devenir sans son aide une authentique vedette du hit-parade politique... Et puis... et puis... - Oh té ! Mounoi' ! Ça un tricmardage, ça !

  • « [...] Combien Combien de fois raide mort Faudrait-il encore tomber Pour que leurs restes soient ramassés ? Combien encore faut-il tuer ? Empoisonner emprisonner enchaîner Loin de l'arbre de l'arbre de la liberté Qui se fait tant piétiner Aux yeux des lois des rois [...] » Des poèmes comme des tracts, des rimes en guise de missives, du slam comme des uppercuts. Du sexe à la religion, de l'amour à la politique, des ancêtres bafoués d'hier aux tyrans d'aujourd'hui, Pierre Junior Lefèvre juge notre monde d'une plume crue ou exaltée, toujours sans concession.

empty