• Sur commande
  • Homosexualité

    Philippe Randa

    Vilipendés par les uns, indifférents aux autres, les homosexuels resteront-ils éternellement dans un ghetto ? Tiennent-ils, d'ailleurs, à le faire disparaître ? Ils veulent se faire assimiler, mais désirent-ils une totale assimilation ? L'évolution des moeurs et les lois réprimant les discriminations à caractère sexuel ont-elles changé quelque chose dans la mentalité des hétérosexuels comme dans celle des homosexuels ? Ce BA-BA de l'homosexualité jette un éclairage sans fard sur ce qu'est véritablement le monde homosexuel et, surtout, il montre qu'il n'y a pas un type homosexuel, mais une grande variété.
    En effet, le grand public met trop facilement les homosexuels dans le même sac : " folles ", pédérastes, homosexuels en cuir, transsexuels, hermaphrodites, travestis se confondent bien souvent dans l'esprit de beaucoup. Par ailleurs, dans son ensemble, la presse est souvent trop heureuse, pour augmenter ses tirages, de monter en épingle, d'amplifier et malheureusement, fréquemment, de déformer tout ce qui touche à l'homosexualité.
    L'homosexualité est ici abordée depuis l'Antiquité jusqu'à ce début du XXIe siècle, dans ses cas particuliers, son interférence dans la culture, les religions, la société, à travers la tragédie du sida, etc. L'auteur pose également deux questions importantes : Sortis du ghetto, les homosexuels peuvent-ils (ou veulent-ils, inconsciemment) y retourner ? Un prochain retour de la répression anti-homosexuelle est-il possible ?

    Sur commande
  • Sur commande
  • Gironde, hiver 1847.
    Le père Gay n'aimait pas Jean-François Lesnier. D'abord, il avait toujours été " en guerre " contre l'instituteur du Fieu, allant même jusqu'à se battre lors d'un 14 juillet avec son prédécesseur... Ensuite, bien qu'il ait été très heureux de vendre sa masure en viager, il pensait tout de même que l'instituteur allait l'en déposséder et il ne l'acceptait pas. Par ailleurs, Gay ayant eu vent - ce qui n'était pas difficile - des idées politiques de Lesnier, il s'était aussitôt décrété royaliste et fidèle partisan du roi Louis-Philippe.
    Il cherchait donc à tout moment à engager la conversation sur le sujet et tout le monde, au village, savait qu'il fallait mieux l'esquiver afin de ne pas perdre de temps en palabres inutiles. Et puis, le père Gay était un vieil enquiquineur -tout le Fieu pouvait en témoigner-, l'avait été toute sa vie et ne voyait pas pourquoi il changerait au moment de mourir. Car il répétait tout le temps qu'il allait mourir, quand bien même il était persuadé du contraire.
    Alors, lorsqu'il fut retrouvé assassiné, l'Opinion publique accusa immédiatement l'instituteur Lesnier : bel homme, amant insatiable, dépensier, celui-ci avait voulu obtenir plus rapidement la maison de sa victime. Arrêté, jugé, condamné au bagne, le destin de Jean-François Lesnier fût scellé. Jusqu'au jour où l'enquête allait être reprise...

  • Dernier guillotiné en place publique, Eugène Weidmann fut aussi une énigme. Dandy meurtrier, escroc assoiffé de célébrité ou même espion nazi, le livre de Philippe Randa explore toutes les pistes et livre le portrait d'un jeune homme désabusé à la trajectoire aussi violente que moderne.

    Eugène a un charme fou, des yeux de velours et une étrange maladie : pour de maigres sommes, il tue et dépouille ceux qui ont le malheur de croiser son chemin.
    Meurtrier sans émotion, uniquement attiré par l'appât du gain ? Ou agent nazi, envoyé en France pour d'obscures raisons politiques ?
    Alors que l'Europe s'apprête à s'embraser, le destin de cet assassin singulier va cristalliser les tensions et donner lieu à d'innombrables fantasmes... au point qu'aujourd'hui encore la vie de celui qui fut le dernier guillotiné en place publique continue de susciter les passions.

  • Philippe Randa dont la devise pourrait être : « Je suis un auteur censuré extrêmement diffusé », comme il l'affirme lui-même. Un clin d'oeil, une boutade, un regret, une frustration ? Non : l'engagement sincère d'un homme libre. De ces hommes libres qui doivent être donc enchaînés ou, comme l'a écrit Guy Béart en substance dans une célèbre chanson : « Celui qui dit la vérité doit être exécuté ». Mais un homme libre en effet extrêmement diffusé : auteur de 119 livres, romans policiers, essais, études historiques, dictionnaires ; mais aussi chroniqueur politique, directeur de trois maisons d'éditions, animateur d'émissions sur Radio Libertés et TVLibertés, pour ne signaler que l'essentiel d'une vie riche en diversité et en expériences. Pour les Chinois, 2018 est l'année du Chien et ce dernier recueil aurait pu s'appeler : « 2018, une année de Chien » ! tant les évènements qui se sont succédés ont été surprenants, inattendus, violents, choquants parfois, improbables souvent. La galerie de l'année 2018 de Philippe Randa est variée, de Jeanne d'Arc et son avatar métissé à Johnny Hallyday et sa famille des Atrides, en passant par Bertrand Canta, Michel Onfray ou nos plus beaux spécimens de la vie politique, Gérald Darmanin ou le sacro-saint Nicolas Hulot. Il y en a pour tout le monde ! La colère justement, mais celle des Gilets Jaunes qui ont éclairé notre fin d'année 2018 d'une lumière improbable, mais pleine d'espoir dans la capacité à résister à l'anesthésie de notre doucereuse et terrible démocratie. Le problème avec Philippe Randa, c'est qu'il pose toujours des questions dérangeantes, qu'il apporte des commentaires impertinents et qu'il fournit des analyses à contre-courants. Si cela réjouit les uns, cela indispose beaucoup d'autres.

    Sur commande
  • Saisir l'air du temps en peu de mots est un exercice de haute voltige qui nécessite un certain talent dont n'est pas dénué notre ami Philippe Randa. Je sais bien qu'Antoine Blondin aimait à dire qu'il n'avait pas le temps de faire court. Pourtant ses magnifiques chroniques sur le tour de France nous prouvent le contraire. Comme quoi ! Philippe Randa ne fait pas court par nécessité, il le fait parce qu'il n'entend pas donner à l'événement une importance qu'il ne mérite pas. Car ces chroniques, dont la plupart ont paru dans le quotidien fortement réactionnaire Présent, ne sont jamais que le reflet de notre triste condition humaine au cerveau un tantinet néandertalien. C'est-à-dire qu'il a conservé ses instincts de chasseur et plus sûrement encore de tueur. Quoi qu'on en dise donc, aux antipodes de cette idéologie délétère qui rêve de nous aseptiser et de réduire tous les hommes à des bouffeurs de pissenlits. Une chose est sûre à la lecture de toutes ces chroniques, l'homme n'est ni bon ni mauvais. Plutôt mauvais, n'en déplaise à Jean-Jacques Rousseau, car c'est bien l'homme qui pourrit la société. D'ailleurs, ces billets « randaniens » sont bel et bien le triste ou joyeux reflet de notre folie ordinaire. À y regarder de près, toutes ces chroniques dépassent leur objet même pour nous entraîner dans une sorte de bestiaire de la condition humaine à l'ère atomique du supermarché et de nos démocraties qui ont soudainement oublié que le peuple existe. Big Brother est de retour. Heureusement que Philippe Randa est là pour tirer la sonnette d'alarme.

    Sur commande
  • Sur commande
  • Les chroniques de Philippe Randa démarrent avec la libération du sémillant Michel Lelièvre, complice du pédo-criminel Marc Dutroux, et le scandale politico-médiatique autour de l'écrivain Gabriel Matzneff, se poursuivent avec la guerre contre les partisans d'un islam strict, fondé sur un respect des textes coraniques initiaux, qui se répand dans toute la France et en Europe et se terminent par la course vaccinale, menée, comme le remarque Franck Buleux, par « le docteur Véran, député puis ministre à 37 ans, et qui a donc dû beaucoup exercer... » Des mesures liberticides sont ainsi prises dans un cadre parfaitement légal, celui du droit d'exception. L'exception l'emporte sur le principe... pour devenir principe ? La publication de chroniques, fussent-elles déclarées « barbares », parues au cours de l'année 2020 peut apparaître comme une gageure. Il est fort probable que les générations futures se souviendront de ce millésime comme un temps consacré à un virus venu de Chine, entraînant de lourdes restrictions de libertés : la barbarie à visage sanitaire ou lorsqu'une crise venue d'Orient nous empêche de vivre comme avant. Alors, cette liberté, celle qui nous paraissait indispensable, n'est-elle plus qu'un vague souvenir ? Voilà ce que nous a appris l'année 2020. Non seulement, la population ne réclame pas de libertés, mais elle s'en passe volontiers, compte tenu de ses dérives. Cette relation peut vous paraître absurde, mais en lisant les chroniques de Philippe Randa, c'est ce qui vous sautera aux yeux.

    Sur commande
  • Philippe Randa a-t-il raison de dénoncer les scandales sur un ton un rien paisible, un rien ironique ? La question est de savoir si comme le disait un cynique italien dans les années 80 - déjà - "il y avait des scandales, mais il n'y en a plus." : une opinion saturée de la mondaine porcherie en devient-elle blasée ? L'auteur de ces nouvelles "chroniques barbares" ne le croit pas, et c'est pourquoi il dénonce, par-delà les scandales, les absences de scandales. Malheur à celui par qui l'absence de scandale arrive ! Le public se croit informé, il ne l'est pas ; ou il se croit renseigné, comme dans le village de la célèbre et désormais culte série télé Le Prisonnier... et il n'est qu'informé : il n'a que des bribes. Philippe Randa a le goût des formules bien commerciales qui sont souvent les meilleures : il impose dans le paysage éditorial l'expression "politiquement incorrect". Le politiquement incorrect est tout ce qui doit être tu. Le système repose sur la peur et le mensonge, il repose aussi sur le silence entendu : par exemple la francisque de Mitterrand dont les médias niaient l'existence avant de lui ruer dans les brancards... Mais beaucoup savait que cette francisque existait et qu'elle tintait. C'est cela être politiquement incorrect... On retrouve donc dans ces chroniques beaucoup de richesse informative, aucune rage, un ton à la fois serein et philosophe, avec parfois, pourquoi pas ! Un soupçon de révolte, comme celle de nos indignés qui ont défrayé la chronique l'an dernier... et qui inspirent le titre de cet ouvrage. Il faut dire que l'année écoulée aura été celle de tous les scandales, de toutes les dépravations, même si 2012, entre le naufrage du Concordia et les dégradations des notes souveraines, s'annonce aussi "bonne"... Oui, cette année 2011 est un scandale et elle mérite un chroniqueur patenté et de sang-froid pour tout recenser, dénoncer et au besoin expliquer. Au-delà des faits, il y a les causes (qui a fait l'euro, et pourquoi ? Qui est donc DSK ? Qui est donc Ben Laden ?) ; et au-delà des faits, il y a la bêtise petite-bourgeoise increvable de la presse et l'abjection commentatrice.

    Sur commande
  • Dangereux héritage à Lunel : " Un spectacle abominable. J'ai déjà vu des cadavres, mais jamais dans ces conditions là ! ".
    Les cadavres d'Argelès-sur-mer : " Si des filles gravitent autour du mec, tu ne t'en occupes à aucun prix. Tu agis hors de leur présence, même si ça doit te prendre vingt-quatre heures de plus, et pour lui, fais ressembler ça à un accident ".
    Les quatre crimes de Céret : " Faut vous dire, monsieur, que chez ces gens-là, comme le chante Brel, On ne cause pas ! On ne pense pas ! On compte ! et aussi, parfois... on tue ! ".

    Sur commande
  • L'année 2007 a été riche de bouleversement avec l'élection présidentielle qui a marqué, définitivement, un changement " d'ère politique "... Philippe Randa passe tous les grands événements - de la mort de l'abbé Pierre à la visite du colonel Kadhafi en passant par les caisses noires du MEDEF, l'instrumentalisation de l'otage Ingrid Betancourt, la récidive programmée des pédophiles, les déboires médiatiques de Laure Manaudou et bien sûr la victoire de Nicolas Sarkozy - qui ont marqués les esprits au crible de son très mauvais esprit politiquement incorrect." Philippe Randa est un esprit libre. C'est devenu rare. Et c'est bien connu, ce qui est rare est cher.
    Qu'est-ce qu'un esprit libre ? C'est un esprit inclassable, qui n'est d'aucun camp, sauf du sien. Véritable acte de résistance que celui- ci, dans un monde moderne qui nous force à rentrer dans des cases, qui nous colle des étiquettes, souvent infamantes, comme on en collait aux juifs en d'autres temps heureusement révolus. Mais les faits sont têtus, et Philippe aussi. Au travers de ses chroniques que j'ai découvertes récemment, et dont je ne me lasse plus, il nous les présente, nus, tels qu'ils sont, tel qu'on ne les voyait plus à force de les voir. Tout y passe, le sport, la politique, l'éducation, la langue, le paraître, la nation, l'environnement, etc. Il les passe au scanner, avec acuité, de son oeil critique et souvent acerbe, devant les horreurs qui se présentent à lui comme à nous tous, et auxquelles nous nous sommes hélas trop habitués. Pas lui. Inlassablement, il fonce, enfonce le clou et défonce les portes fermées, aucun sujet ne lui est indifférent et c'est tant mieux pour nous. " (Jean Robin, extrait de sa préface).

    Sur commande
  • Il fut le plus grand général de l'armée américaine lors du dernier conflit mondial. Sa con cep tion moderne et souvent prémonitoire de la guerre, son langage haut en couleur et ses querelles chroniques ont façonné sa légende autant que sa bravoure frôlant parfois l'inconscience.
    Oui, mais voilà, George Patton n'est pas «seulement » un grand guerrier : il est un ennemi acharné des communistes contre lesquels il veut poursuivre la guerre jusqu'à leur élimination   définitive. Pour cela, il est tout prêt à s'allier avec les Allemands vaincus et s'oppose, à cet effet, à la dénazification de l'ancien Reich, s'attirant de nombreuses inimitiées. Il est vite accusé - peut-être pas à tort, d'ailleurs d'antisémitisme. Un destin hors du commun qui gêne l'histoire officielle.

    Sur commande
  • Vous êtes amateur de bons romans policiers et enraciné dans votre province ? Trilogie noire en Picardie vous emportera dans un tourbillon d'aventures aux multiples rebondissements. D'enquêtes angoissantes en poursuites sanglantes, le suspense est assuré. Triple meurtre à Beauvais : pourquoi a-t-on assassiné, la même nuit, le financier Claude Cervier, son secrétaire Abel Vergoz, et son neveu Cari Wermer ? Deux journalistes du Courrier Picard se lancent sur les traces de l'assassin. A mort que veux-tu dans la Somme ! Un simple accident peut changer votre vie. Mais quand on doit quitter les siens, poursuivis par des tueurs, il n'est pas forcément conseillé de s'installer dans une communauté de marginaux. Des premiers ou des seconds, les pires ne sont sans doute pas ceux que l'on croit ! A tombeaux ouverts à Auneuil : les Jaurlet sont des hors-la-loi de père en fils. Une tradition. Seul le dernier de la lignée a échappé à la funeste tradition, mais le destin finit toujours par rattraper ceux qu'il a choisi de corrompre.

    Sur commande
  • Sur commande
  • Sept nouvelles policières : Sens unique vers la mort - Sapho-gang - À un pouce près ! - Pastorale pour un caïd - Au nom du père, du fils et d'un mauvais esprit - En tout viol, toute horreur - La voix du sang Philippe Randa a vécu toute son enfance et son adolescence dans les Deux-Sèvres. À la mort de son père, sujet belge, un des grands écrivains de littérature populaire, son enfance baignée de " crimes ", de " fantastique " et de " merveilleux " le mène tout naturellement à reprendre le flambeau. Romancier, écrivain, chroniqueur politique, il est également l'auteur de nombreux ouvrages historiques. À 19 ans, il publie son premier roman de science- fiction... Il est ainsi, après son père, un des piliers des éditions Fleuve noir, puis il publie aux Presses de la Cité, Vaugirard et Gérard de Villiers. Outre ses romans policiers régionaux, il publie des romans historiques et politiques. Délaissant le style intimiste, il privilégie les scènes d'action et un suspense qui ne laisse pas le temps au lecteur de reprendre son souffle.

    Sur commande
  • Agent du IIIe Reich, terroriste ou psychopathe ? Une étrange affaire  cachée au fond des archives judiciaires.
    Qui est Eugen Weidmann ? Quand le juge Berry l'interroge, il ne fait  aucune difficulté à reconnaître ses crimes. Cinq meurtres horribles.   Le gentleman aryen au charme duquel chacun succombe est-il une  crapule ? Un agent nazi chargé, en 1937, de déstabiliser la France ou  d'infiltrer les réseaux d'émigré allemands ? Au contraire, est-il un  terroriste affilié à un réseau juif anti-hitlérien ? Plus simplement,  n'est-il pas un abominable psychopathe ? Voici ses forfaits ; ses  crimes ; ses complices ; la difficile enquête ; ses révélations... Une  enquête pleine d'obscurité qui s'achève par la dernière exécution  publique ordonnée en France, exceptée durant les mois d'épuration en  août-septembre 1944.

    Sur commande
  • Des écrits politiques satiriques sur la France et le Nouvel Ordre mondial à travers les grands événements de l'année 2009, passé au crible d'un oeil politiquement incorrect. Certaines chroniques publiées sur le site philipperanda.com, articles ou entretiens sont parus ou ont été repris dans les revues Non Conforme, Synthèse nationale, L'Ère nouvelle et Flash infos magazine ; ainsi que sur les sites internet suivants : acr1290.org, algerie-francaise.org, alterinfo.net, anti-imperialisme.com, cafephilodedroite.blogspot.com, chroniquedutempsquipasse.hautetfort.com, club-acacia.over-blog.com, cozop.com, creditsel.com, egaliteetreconciliation.fr, emediat.fr, esprit-i-monde.over-blog.com, euro-synergies.hautetfort.com, fatahelbab.over-blog.com, fnvilleurbanne.over-blog.com, forums.france3.fr, fr.novopress.info, france42.info, france42.over-blog.com, frontalternationaliste.hautetfort.com, gabrielbastian.hautetfort.com, garciablasquez.unblog.fr, generationfa8.com, geostrategie.com, infos75.hautetfort.com, jean-marielebraud.hautetfort.com, lavache.org, leblogdemarcfievet.over-blog.com, lejournalduchaos.hautetfort.com, lepost.fr, leschevaliersnoirs.hautetfort.com, lesmanantsduroi.com, lestoilesroses.net, libertesinternets.wordpress.com, marcfievet.com, mediaslibres.com, merselkebir.over-blog.net.over-blog.net, metapoinfos.hautetfort.com, midiassurancesconseils.com/Lepilori, mnr45.unblog.fr, nationspresse.info, newstin.fr, notrejournal.info/journal, palestine-solidarite.org, panier-de-crabes.over-blog.com, parti-populiste.com, r-p-f.org, synthesenationale.hautetfort.com, tatamis.blogspot.com, thomasjolyfn.over-blog.com, toutsaufsarkozy.com, voxfnredekker.canalblog.com, voxnr.com

  • Toute l'actualité politique française et mondiale passé au crible d'un oeil politiquement incorrect.La manipulation de la misère, Les douteux complices de l'Ordre moral, Les SDF, valeur sûre de l'audimat humanitaire, Les douteux croisés du suffrage universel, La preuve par Outreau, Haro sur les Palestiniens !, Les pieds dans le tapis d'Allah !, Clemenceau : " Et le lundi, le canard était toujours vivant !, Les gueux de la République citoyenne, Contrat première manif, Milosevic le présumé condamné, Les rivaux de " Lyon-Painful Gulch ", CPE : même pas en solde !, Imposture égalitaire, Big Halde Sister veille !, Cadavres à vendre, Présumé coupable politique, Copains-coquins comme cochons, Quand Ségolène s'en va-t-en guerre, Des limites citoyennes sonnantes et trébuchantes, C'est Galouzeau qu'il vous faut !, Serge qui ?, Zidane m'a vengé !, Les pauvres, comme les autres !, Kif-kif la djellaba !, Les " Va-t'en guerre " made in America !, Le flambeau de la souffrance a changé de mains, La tombola du petit Nicolas, Alcool, tabac et galipettes, A que Sarko y plane !, Pour le meilleur de l'audimat et le pire de la vérité, Vade retro Benito !, Le tri sélectif de la repentance coloniale, La 7e Compagnie au clair des Mureaux, C'est pas l'truc aux Turcs !, Le drame de l'extrémisme politique, L'abominable preuve black-blanc-beur, Le Juge Burgaud a encore frappé !, La vaillante Madame Pignon, Poor lonesome socialiste farfelu, Une Ligue de gentlemen-supporters extraordinaires, Un enfer yankee pavé de mauvaises intentions, La France des énarques et des manants, La charité sous le meilleur angle des caméras, Le magnifique testament de Jean Mabire, J'ai la haine, moi non plus ou la haine au quotidien, Pourquoi j'ai réédité " La Vendée en armes "...

    Sur commande
  • Pour la première fois, voici recensés de la façon la plus exhaustive possible tous les mots et expressions « érotiques et pornographiques » des siècles passées que connaissaient si bien nos pères et nos grands-pères. Tous les mots ou expressions sont ainsi rappelées, expliquées et commentées avec des citations, des vers ou des oeuvres des plus inconnu(e)s aux plus célèbres des écrivains ou poètes français (A. de Nerciat, Alfred de Musset, Mirabeau, Théophile Gautier, Ninon de l'Enclos, Edmond et Jules de Gongourt,Théodore de Bainville, etc.) ou encore des chef-d'oeuvres érotiques de la littérature (Gamiani, Les Aphrodites, etc.).

    Savez-vous ce que signifie :

    ... « GREFFER UN TENDRON » ?
    C'est prendre une jeune fille pour un arbre, la grimper et lui faire un enfant.
    « Lorsque la charmille pousse, D'une main légère et douce, Je lui donne une façon ;
    Souvent je plante et je sème, Mais, mon plaisir est extrême, Lorsque je greffe un tendron. » (Vieille chanson anonyme)

    Sur commande
empty