Joelle Losfeld

  • En relisant ses romans " traditionnels " Philip K.
    Dick notait ceci :
    " Dans le lot, j'ai découvert un petit bijou : mon dernier roman "non SF", le numéro onze de cette série dont Les Confessions d'un barjo sont le dixième titre. Intitulé L'Homme dont toutes les dents étaient exactement semblables, c'est un livre écrit sans effets inutiles, empreint d'une certaine tendresse et pourtant drôle par moments... Cela se lit comme un mélange de Nathaniel West et F.
    Scott Fitzgerald. C'est l'histoire d'un Juif qui habite un petit village du comté de Marin, en Californie. Comme Jay Gatsby, Leo Runcible est un homme que l'on fuit, que l'on méprise. Il est exclu de la communauté et pourtant, il se détruit pou à peu en essayant de venir en aide à cette même communauté, et de la faire entrer dans le 20e siècle. Très précisément, Runcible tente d'équiper la région d'un réseau adéquat de distribution d'eau, qui pourra répondre aux besoins futurs d'une expansion inévitable.
    Mais il sera victime d'un canular cruel, monté par un de ses voisins qui a une dent contre lui. Intrinsèquement, ce canular est franchement comique, mais ses conséquences inattendues prendront une dimension tout à fait extraordinaire. " " Un livre dickissime où les initiés boiront du petit-lait et où les non-initiés pourront découvrir avec émerveillement le grand écrivain qu'est Philip K. Dick, même (et surtout) quand il sort de la science-fiction.
    " Jérôme Garcin.

  • San Francisco dans les années 50.
    Jim Fergusson, patron d'un garage, décide de prendre sa retraite à la suite d'une défaillance cardiaque. Il compromet ainsi la situation de Al Miller à qui il loue une partie de son local. Al Miller vivote en vendant des voitures. Sa situation est précaire mais sa femme a de l'ambition pour deux... Aux prises avec ses contradictions, Al tente de les résoudre sans pour autant perdre son âme.

empty