• Paul-Eric Blanrue aime ouvrir les dossiers bru?lants. Historien spe?cialise? dans les mystifications passe?es et pre?sentes, il est l'auteur de nombreux livres et articles qui remettent en cause les pre?juge?s ambiants. Il a longtemps collaboré a? la revue Historia. Spécialiste de la détection des mystifications, Paul-Éric Blanrue a pour objectif de participer à la formation d'une capacité d'appropriation critique du savoir humain. Auteur d'une vingtaine de livres et de plusieurs documentaires filmés qui ont suscité la polémique, il se situe dans une tradition historico-critique qui se réclame de la pensée de Voltaire. Il est directeur de la collection "Un homme un lieu" aux Éditions Fiat Lux.

  • Aujourd'hui, en France, parler d'Israël avec sérénité et franchise est devenu impossible. La question est taboue. Quiconque se permet de critiquer l'État juif risque d'être qualifié d'antisémite. Dans la «patrie des Droits de l'Homme et de la liberté d'expression», un délit d'opinion, en politique et en histoire, est établi. En lieu et place de la discussion libre, une dictature de la pensée unique a été instaurée... C'est en 1967, par la voix du président Charles de Gaulle, que la France prit pour la première fois ses distances avec Israël. Sous le régime précédent, ce pays avait bénéficié de grands privilèges, puisque c'est grâce à la IVe République que l'État juif avait acquis la bombe atomique. Les présidents français qui succédèrent au général s'efforcèrent, à son image, de maintenir l'équilibre entre les parties en présence, palestiniennes comme israéliennes. Mais tout changea soudain en 2007, avec l'élection à la présidence de la République de Nicolas Sarkozy. Celui-ci avait longtemps été à la tête d'un parti qualifié de «gaulliste». Mais, sur la question d'Israël, il tourna résolument le dos à la position défendue par le général. Prônant désormais la défense quasi-inconditionnelle d'Israël, Sarkozy met aujourd'hui en oeuvre une politique qui est l'image inversée de celle du fondateur de la Ve République. Pour lui, toute critique d'Israël serait un signe d'antisémitisme. Historien spécialisé dans les mystifications, Paul-Éric Blanrue refuse de verrouiller sa pensée. L'objectif de son livre est de participer à la prise de conscience du danger que représente la nouvelle politique étrangère française. Paul-Éric Blanrue nous ouvre les yeux sur les aspects déjà périmés des choix étranges de Nicolas Sarkozy. Il dévoile pourquoi le président français s'est engagé dans une voie qui va contre les intérêts de son pays et risque d'entraîner bientôt la France dans des conflits majeurs, au Liban, en Iran ou ailleurs. Il décrit un par un les réseaux pro-israéliens qui servent cette stratégie, démontre leur puissance, signale leur aveuglement et fournit les noms des principales personnalités qui en font partie. Il récuse l'assimilation faite systématiquement entre judaïsme et sionisme. Il appelle les juifs de France à se défaire d'urgence de leurs porte-voix officiels, qui ne représentent tout au plus qu'un sixième d'entre eux, et les encourage à se rebeller contre une politique qui, à terme, se révélera désastreuse pour eux comme pour tous les Français. L'auteur avance enfin des propositions qui font revivre la hardiesse traditionnelle de la pensée critique française et qui peuvent à nouveau souder les Français dans un projet généreux, pour en finir avec le communautarisme imprudemment importé des États-Unis.

  • Grâce à ce Livre noir, traversons trois millénaires d'histoire et déjouons les manipulations qui minent notre parcours ! D'Abraham à Jésus et au Suaire de Turin, de Napoléon à Hitler et Che Guevara, de la malédiction de Toutânkhamon aux assassinats de JFK et Martin Luther King, des folies de Néron à celles (supposées) de Marie-Antoinette, des Templiers aux francs-maçons et au Ku Klux Klan, des crânes de cristal de l'Atlantide à Nostradamus et aux prophéties de saint Malachie, de la légende dorée de Galilée à la légende noire de Lucrèce Borgia, du mythe de la papesse Jeanne à la fable de l'évasion de Louis XVII, des idées fausses colportées sur les sorcières médiévales à la réputation sulfureuse de Nietzsche, des Protocoles de Sages de Sion à la manipulation de Carpentras, l'historien Paul-Éric Blanrue bouscule les idées toutes faites et brise les tabous. En 45 chapitres et trois annexes, ce Livre noir de plus de 430 pages..

    Sur commande
  • Quels sont les véritables rapports qu'entretiennent le fondateur du Front national et son actuelle présidente avec la communauté juive et ses représentants officiels ? Contrairement à ce qu'on imagine, il ne s'agit pas que d'une relation de haine et de stigmatisation réciproque.
    Les relations entre les deux camps n'ont pas toujours été aussi tendues qu'elles le sont devenues après l'affaire du « détail » en 1987.
    CommeMarine de nos jours, Jean-Marie Le Pen a longtemps tenté de se rapprocher de la communauté juive et d'Israël. L'actuel président d'honneur du FN a tenu des discours qui vont surprendre autant ses adversaires que ses partisans. Soucieuse d'apparaître comme « le bouclier de la communauté juive contre le fondamentalisme islamiste », sa fille s'inscrit dans un tel parcours. Retraçant une histoire chaotique,moins caricaturale qu'on le suppose, Blanrue s'attache à en décrire les différentes étapes. Il explique ce qui se cache derrière la rupture queMarine Le Pen est en train d'instaurer dans le parti, après des années d'excommunication politico-médiatique. Les révélations de ce livre font connaître une facette inconnue du Front national, ainsi que les dessous pas très chics de la classe politique contemporaine.
    Explosif !

    Sur commande
  • De Cléopâtre à Lady Diana, de Caligula à John Kennedy, certains personnages historiques ont été entourés d'une aura sulfureuse qui, parfois, a même fait oublier leur importance sur leur époque. Tel est le cas de l'impératrice Catherine II de Russie dont on se rappelle plus volontiers le goût pour la virilité de ses gardes plutôt que de sa modernisation de la Russie. De même Henri IV a plus marqué les esprits par son obsession des femmes que par sa politique de réconciliation au lendemain des guerres de religion. Paul-Eric Blanrue s'est intéressé à la vie amoureuse et intime de plus d'une vingtaine de personnalités historiques parmi lesquelles Messaline, Henri VIII d'Angleterre, Louis XV, Raspoutine, La Reine Margot, Madame de Pompadour, Néron, Marie-Antoinette, Lucrèce Borgia, Napoléon... Dans un style vif et enlevé, Paul-Éric Blanrue nous raconte avec minutie la vie amoureuse tumultueuse de ces personnages et démêle le vrai du faux dans ces biographies hautes en couleurs.

    À paraître

  • Enquête sur les reliques du Christ et en particulier sur le suaire conservé à Turin. Etudie les résultats de différentes campagnes d'analyses scientifiques de la relique, les positions de l'Eglise catholique à son propos, et démontre qu'il s'agirait d'un faux créé au XIVe siècle.


    Sur commande
  • On sait que l'attitude hostile envers les Juifs peut revêtir diverses formes, allant de l'aversion individuelle à la persécution institutionnalisée. Cependant, à force de concentrer l'attention sur les mêmes personnages et leurs dérives, on a oublié que l'antisémitisme était d'abord un préjugé remontant à l'origine même du peuple juif, un cliché solidement ancré dans les mentalités qui traverse non seulement les âges mais aussi les communautés. Si nombre de canailles et de psychopathes ont été antisémites, force est de reconnaître que des hommes 'au-dessus de tout soupçon' ont également versé dans la haine anti-juive, si bien que l'on peut dire qu'il y a autant d'antisémitismes que d'antisémites, que ceux-ci se rattachent ou non à un courant idéologique. Si les textes faisant référence à l'antisémitisme sont légion, nul n'a jamais entrepris à ce jour de relever les traces de la haine anti-juive de façon systématique et en les rendant visibles pour le grand public.

  • Le 15 décembre 2007, deux mois presque jour pour jour après son divorce avec Cécilia, Nicolas Sarkozy déambule tout sourire devant le château de la Belle au bois dormant du parc Disneyland-Paris, en compagnie de Carla Bruni. Le Président des Français, qui vient d'être promu « homme le mieux habillé du monde » par Vanity Fair, a une liaison avec l'une des plus belles femmes du monde : c'est un vrai conte de Noël ! La scène, immortalisée par les paparazzi, fait la couverture des plus grands magazines people. Les clichés suscitent la curiosité et relancent le débat sur la vie privée du chef de l'État... On apprend que le couple s'est rencontré lors d'un dîner chez le publicitaire Jacques Séguéla. Est-ce une opération de com' ? La suite des événements donne tort à ceux qui n'y voient qu'un coup destiné à faire diversion au mouvement social. Se rendant à Rome pour une visite officielle, le Président invite la mère de sa nouvelle « dame de coeur ». Puis il emmène Carla passer les fêtes dans le plus luxueux hôtel de Louxor. À Noël, ils se couvrent de cadeaux raffinés. Et à leur retour, lors de la première conférence de presse de son quinquennat, Nicolas reconnaît qu'un mariage est en vue... La belle histoire est désormais officialisée : Carla et Nicolas, « c'est du sérieux » ! Les auteurs dévoilent aussi ce qui a conduit au coup de foudre de ces deux êtres hors du commun : une histoire parallèle, un mode de vie et une philosophie de vie communes. La date du 15 décembre 2007 marque l'une des grandes ruptures du quinquennat de Nicolas Sarkozy. C'en est fini, en France, du cloisonnement entre vie privée et vie publique au plus haut sommet de l'État. Carla et Nicolas désirent vivre libres, en se moquant du qu'en dira-t-on et des tabous français. Ils se situent dans le droit fil de la tradition américaine initiée par les Kennedy.

  • Il a 31 ans.
    Il est beau, célibataire et discret. dans la banque où il est trader, on loue son flair et son sérieux. soudain, jérôme kerviel mise 50 milliards d'euros et provoque le plus grand séisme de l'histoire de la finance française : une perte de 4,9 milliards d'euros pour la société générale. sa banque l'accuse désormais d'être un " fou ", et même un " terroriste ". mais cette version est-elle sérieuse ? ce n'est pas l'avis des collègues et camarades de jérôme kerviel, ni de son amie, ni des experts qui s'expriment ici pour la première fois.
    Voici le récit d'une dérive, qui est aussi celle de notre inonde au bord d'une faillite annoncée. voici la course d'un joueur, jérôme kerviel, qui se bat, aujourd'hui comme hier, seul contre tous.

empty