• Au début du XVIe siècle, certains chrétiens, « protestant » contre ce qu'ils considèrent comme des abus de Rome, ébranlent l'unité de l'Église. De ce conflit théologique découle une crise politique sans précédent, dont les guerres de Religion sont la traduction sanglante. Complots, attentats, massacres, guerre des mots et des images... De la mort d'Henri II à la signature de l'édit de Nantes, c'est cette histoire, douloureuse mais féconde sur le plan des idées politiques, que Nicolas Le Roux raconte avec verve, mettant au jour le rôle crucial que cette période troublée a joué dans le renforcement du pouvoir royal et dans l'avènement de la modernité. Pour les contemporains, une question s'est posée, qui n'a rien perdu de son actualité : le politique est-il un rempart suffisant contre les guerres menées au nom de la religion ?

  • Comment l'exercice du gouvernement a-t-il évolué du temps de François Ier à celui de Louis XIII ? Comment le monarque a-t-il répondu aux défis posés par l'essor du protestantisme ? La restauration de l'ordre public pouvait-elle obliger le Roi Très-Chrétien à renoncer à supporter l'altérité confessionnelle ? Le pouvoir du souverain pouvait-il être pensé autrement que comme une forme supérieure de gouvernement des âmes ? Dans un contexte de crise, le prince devait-il toujours se soumettre aux impératifs moraux traditionnels, ou pouvait-il se considérer investi par Dieu d'une autorité extraordinaire qui l'autorisait à recourir à des formes exceptionnelles de gouvernement ? Telles sont les questions soulevées par ce livre. Pour y répondre, Nicolas Le Roux étudie les différentes conceptions du pouvoir qui avaient cours en ce siècle de drames et de violences que fut le xvie siècle. Il se penche sur la dimension exécutive du pouvoir royal, en cherchant à comprendre dans quelles conditions le souverain exerçait sa fonction de chef d'État. Il analyse la genèse de la société de cour moderne, en étudiant le fonctionnement de la Maison du roi, les transformations des résidences princières et les mesures prises pour exalter la puissance du souverain. Il examine les grandes cérémonies royales, les rituels religieux et les fêtes profanes qui rythmaient la vie de la cour. Nicolas Le Roux cherche à comprendre comment les monarques et les reines ont tenté de rétablir l'ordre public au moment du schisme religieux. Il s'interroge sur les motivations profondes de Catherine de Médicis et de ses fils, Charles IX et Henri III qui, par différents moyens, ont essayé de reconstruire la paix, parfois par les armes, parfois par la tolérance. Il s'interroge enfin sur les conséquences de la crise de succession qui a mis fin à la dynastie des Valois et fait monter Henri IV sur le trône.

  • Dans la France de la Renaissance, la cour s'impose comme un outil de gouvernement. À la fois instrument et reflet de sa puissance, l'entourage du prince joue un rôle politique majeur. C'est dans ce monde aux contours mouvants qu'un cercle privilégié de familiers acquiert une position dominante: les mignons. Ce livre s'attache à ces personnages mal connus, à la réputation sulfureuse. Jusqu'au milieu du XVIe siècle, seuls quelques grands barons jouent à la cour le rôle d'intermédiaires obligés entre les élites et le souverain. Avec les guerres de Religion (1562-1598), les conflits pour l'accès aux ressources de l'État et à la faveur du roi deviennent de plus en plus violents. Tandis que la reine mère Catherine de Médicis tente de rétablir l'unité du royaume, le futur Henri III prend la tête d'un groupe de jeunes gens soudé notamment par l'expérience des combats. Les mignons accèdent donc au pouvoir avec leur maître en 1574. Ils forment alors l'écrin qui magnifie la majesté du souverain. Les ducs de Joyeuse et d'Épernon émergent de cette nébuleuse, épurée par les assassinats, les duels et les disgrâces. Après la mort du premier et la mise à l'écart du second, la politique de la faveur s'éteint, obligeant le roi à reprendre lui- même en main le fonctionnement de la cour.Cette histoire de la faveur propose une approche renouvelée de la formation de l'État royal: elle démontre que les figures du courtisan et du favori participent pleinement à la construction du pouvoir monarchique.

empty