• Nourri de l'expérience de Mony Elkaïm, illustré de façon vivante par de nombreux récits de cas, ce livre inaugure un renouvellement important de la thérapie systémique.
    Mony Elkaïm y insiste non seulement sur la manière dont le thérapeute peut s'utiliser à l'intérieur du système thérapeutique, mais aussi sur les résonances et les assemblages qui tissent ce système lui-même.
    L'intervention du thérapeute ne s'effectue pas dans la recherche d'une « vérité » du système ou de ses membres, mais dans l'élargissement du champ de leurs possibles ; et la thérapie ne se déroule plus au sein d'un univers unique, mais à l'intersection d'univers aussi multiples que disparates.

  • Qui ne s'est pas senti piégé, à un moment ou à un autre, à l'intérieur de sa propre famille ? Qui n'a jamais eu l'impression d'être écrasé par une réalité sur laquelle il n'avait pas de prise ? Cet ouvrage éclaire d'une lumière nouvelle ces situations, que nous connaissons tous - mon fils refuse d'étudier ; je n'arrive ni à changer mon couple ni à partir ; dois-je révéler un secret qui me pèse ? et si c'est le cas, comment ? Ce n'est pas la réalité en tant que telle qui nous piège, mais une représentation de cette réalité, qui s'est construite au cours des années et des événements. Chacun joue son rôle à lui dans ce scénario familial : si je parviens à modifier mon propre rôle, peut-être pourrais-je changer l'ensemble de la pièce... Mais comment parvenir à ce changement ?

  • En ces temps de crise et d'instabilité du couple, comment peut-on plaider pour une « stratégie du pire » ?

    C'est que le pire, en l'occurrence, peut avoir son utilité.

    La vie de bien des couples est ponctuée par des conflits répétés, mais si on les observe de près, on s'aperçoit qu'ils ont aussi une fonction : ils permettent aux deux partenaires de mieux coexister avec des croyances profondes qui les habitent, et dont ils n'arrivent pas à se débarrasser : être persuadé au fond de soi-même qu'on s'efforce d'aimer mais qu'on est toujours abandonné, qu'on voudrait bien compter sur les autres mais qu'ils se dérobent toujours, qu'on tente d'être écouté mais que c'est impossible, etc.

    Celui qui est enfermé dans de telles convictions est tout autant geôlier que prisonnier. Non seulement elles limitent pour lui l'horizon des possibles - de ce qu'il perçoit comme de ce qu'il peut faire - mais, sans s'en rendre compte, il emprisonne l'autre dans ce qu'il lui reproche, bloquant ainsi les possibilités d'évolution. Bref, nous participons au problème que nous prétendons vouloir résoudre..., ce qui ne nous empêche pas d'en souffrir !

    Dès lors, y a-t-il une voie de sortie ? Laquelle ?

  • "Où es-tu quand je te parle ?" Telle est la question que le patient a souvent posée aux personnes de son entourage, mais aussi celle qu'il pose au thérapeute. Ce dernier est inclus dans la situation, dans le système, et pourtant doit avoir une intervention "objective". Comment dépasser cette contradiction ? Mony Elkaïm définit et décrit ce paradoxe, dans de multiples cas différents. Cette ligne conductrice lui permet de faire état de son travail et de son avancée théorique depuis Si tu m'aimes ne m'aime pas (1989).

  • Contenu du livre. Ce livre propose un panorama comparatif de la façon dont les grands troubles psychiques sont définis et traités par les principales psychothérapies. Il montre comment chaque approche, rédigée par des spécialistes reconnus, aborde l'alcoolisme, l'anorexie, la dépression, la schizophrénie, les troubles de l'enfance, les troubles sexuels, etc. Les thérapies qui ont été choisies sont reconnues et ont elles-mêmes analysé leur efficacité en publiant des études de résultats : ce sont la psychiatrie
    classique, la thérapie psychanalytique, l'approche cognitivo-comportementale, la thérapie systémique et familiale ? auxquelles le directeur de l'ouvrage a ajouté la thérapie stratégique comme exemple d'une nouvelle approche intéressante même si elle ne s'est pas encore livrée à une étude minutieuse de son efficacité. L'ouvrage se conclut par une synthèse écrite par Mony Elkaïm où les résultats des différentes psychothérapies pour chaque trouble sont mis en regard afin que le lecteur puisse plus facilement savoir éventuellement à qui s'adresser.

    En quelques mots. Description comparative de la façon dont les principales psychothérapies abordent les troubles psychiques, puis les traitent.

    Sur commande
  • A l'initiative de Mony Elkaïm, ce livre regroupe des psychothérapeutes pratiquant la thérapie
    familiale et d'autres chercheurs venus de champs très divers comme Ilya Prigogine, Félix Guattari,
    Francisco Varela, Isabelle Stengers, Paul Watzlawick...
    Il s'agit de réfléchir collectivement avec l'objectif d'aider les psychothérapeutes confrontés à des
    troubles qui ne peuvent trouver une solution que dans le cadre d'une thérapie qui mobilise tous les
    membres de la famille.
    Les praticiens de la thérapie familiale cherchent ici à comprendre comment fonctionne le système
    familial et le dispositif thérapeutique qui réunit la famille, comment ce système peut entrer en
    crise, être stabilisé.

    Sur commande
  • En ces temps de crise et d'instabilité du couple, comment peut-on plaider pour une " stratégie du pire " ? C'est que le pire, en l'occurrence, peut avoir son utilité. La vie de bien des couples est ponctuée par des conflits répétés, mais si on les observe de près, on s'aperçoit qu'ils ont aussi une fonction : ils permettent aux deux partenaires de mieux coexister avec des croyances profondes qui les habitent, et dont ils n'arrivent pas à se débarrasser : être persuadé au fond de soi-même qu'on s'efforce d'aimer mais qu'on est toujours abandonné, qu'on voudrait bien compter sur les autres mais qu'ils se dérobent toujours, qu'on tente d'être écouté mais que c'est impossible, etc. Celui qui est enfermé dans de telles convictions est tout autant geôlier que prisonnier. Non seulement elles limitent pour lui l'horizon des possibles - de ce qu'il perçoit comme de ce qu'il peut faire - mais, sans s'en rendre compte, il emprisonne l'autre dans ce qu'il lui reproche, bloquant ainsi les possibilités d'évolution. Bref, nous participons au problème que nous prétendons vouloir résoudre..., ce qui ne nous empêche pas d'en souffrir ! Dès lors, y a-t-il une voie de sortie ? Laquelle ? M. E. L'originalité de l'approche de Mony Elkaïm, qui distingue cet ouvrage des livres pratiques, est de ne pas prôner obligatoirement le changement mais de montrer que la situation du couple telle qu'elle est a aussi parfois ses mérites et que les conflits ont une fonction. Mony Elkaïm est l'une des figures majeures de la thérapie familiale en Europe. Auteur notamment de Si tu m'aimes, ne m'aime pas (Seuil, 1989 et " Points Essais ", 2001), de Comment survivre à sa propre famille (avec Caroline Glorion, Seuil, 2006 et " Points Essais ", 2014), et de Où es-tu quand je te parle ? (Seuil, 2014).

  • Si tu m'aimes, ne m'aime pas Nourri de l'expérience de Mony Elkaïm, illustré de façon vivante par de nombreux récits de cas, ce livre inaugure un renouvellement important de la thérapie systémique.



    Mony Elkaïm y insiste non seulement sur la manière dont le thérapeute peut s'utiliser à l'intérieur du système thérapeutique, mais aussi sur les résonances et les assemblages qui tissent ce système lui-même.



    L'intervention du thérapeute ne s'effectue pas dans la recherche d'une « vérité » du système ou de ses membres, mais dans l'élargissement du champ de leurs possibles ; et la thérapie ne se déroule plus au sein d'un univers unique, mais à l'intersection d'univers aussi multiples que disparates.
    />




    Mony Elkaïm Il est l'une des principales figures européennes de la thérapie familiale. Neuropsychiatre, directeur de l'Institut d'études de la famille et des systèmes humains (Bruxelles), il a notamment publié, au Seuil, Comment survivre à sa propre famille (« Points Essais », 2014) et Où es-tu quand je te parle ? (2014).

  • La thérapie familiale a conquis ses lettres de noblesse et s'est répandue en Europe, jusqu'à devenir l'une des pratiques thérapeutiques majeures. Ce livre est une somme sur cette pratique dans les différents pays du monde. Chacune des principales écoles y présente sa théorie et sa technique. Ces textes sont rassemblés en sections par Mony Elkaïm, qui synthétise les diverses données conceptuelles d'un champ rendu plus accessible.

    Le lecteur trouvera dans cet ouvrage des thérapies familières, comme la thérapie familiale systémique, intergénérationnelle ou psychanalytique..., mais aussi d'autres pratiques moins connues comme la thérapie narrative ou d'inspiration féministe. Il disposera ainsi d'un guide sûr pour s'orienter dans le monde complexe qu'est celui des thérapies familiales.

    Sur commande
  • Ce livre a pour objet de traiter de la place de l'émotion en thérapie. Boris Cyrulnik et Mony Elkaïm rendent compte d'un colloque organisé par Michel Maestre et l'institut Psycom, ayant rassemblé plus de 3000 personnes. Les participations d'Edith Goldbeter, Martine Nisse, Jacques Pluymaekers et Romano Scandariato font le lien entre, d'une part, les concepts de résonance et de résilience et, d'autre part, les pratiques de ces cliniciens hors du commun.
    Le thérapeute doit-il neutraliser ses émotions et travailler avec le transfert et le contre-transfert, comme certains courants psychanalytiques peuvent le préconiser, ou, comme le propose la cybernétique, accepter les émotions et les utiliser en séance ? Abordée sous l'angle systémique, cette question est développée par chacun des auteurs selon la spécificité de leurs approches cliniques.

    « La résilience est un concept apparu en France il y a moins de dix ans. Si un jour nous arrivons à bien structurer nos observations, nos expérimentations et nos théories, je pense que nous en ferons une théorie de l'anti-fatalité, de l'anti-destin. Ce sera une théorie du pouvoir thérapeutique de l'historisation ».
    Boris Cyrulnik.
    « J'utilise le terme de résonance pour désigner cette situation où ce que nous vivons a une utilité pour l'autre ou pour le contexte dans lequel ce sentiment émerge. Cette utilité consiste en général à renforcer l'autre dans ses croyances profondes, à renforcer la stabilité des croyances du système humain dans lequel nous vivons ce que nous vivons ».
    Mony Elkaïm.

  • Ce livre a pour objet de traiter de la place de l'émotion en thérapie. Boris Cyrulnik et Mony Elkaïm rendent compte d'un colloque organisé par Michel Maestre et l'institut Psycom, ayant rassemblé plus de 3000 personnes. Les participations d'Edith Goldbeter, Martine Nisse, Jacques Pluymaekers et Romano Scandariato font le lien entre, d'une part, les concepts de résonance et de résilience et, d'autre part, les pratiques de ces cliniciens hors du commun. Le thérapeute doit-il neutraliser ses émotions et travailler avec le transfert et le contre-transfert, comme certains courants psychanalytiques peuvent le préconiser, ou, comme le propose la cybernétique, accepter les émotions et les utiliser en séance? Abordée sous l'angle systémique, cette question est développée par chacun des auteurs selon la spécificité de leurs approches cliniques. " La résilience est un concept apparu en France il y a moins de dix ans. Si un jour nous arrivons à bien structurer nos observations, nos expérimentations et nos théories, je pense que nous en ferons une théorie de l'anti -fatalité, de l'anti -destin. Ce sera une théorie du pouvoir thérapeutique de l'historisation. " Boris Cyrulnik. " J'utilise le terme de résonance pour désigner cette situation où ce que nous vivons a une utilité pour l'autre ou pour le contexte dans lequel ce senti ment émerge. Cette utilité consiste en général à renforcer l'autre dans ses croyances profondes, à renforcer la stabilité des croyances du système humain dans lequel nous vivons ce que nous vivons. " Mony Elkaïm.

empty