• Le regard d'un enfant, d'un adolescent, transforme, transfigure, tout ce qu'il voit, tout ce qu'il perçoit. Il est à la fois mémoire et exaltation. Ce regard ne déforme rien, car le réel n'est pour nous que ce que nous voyons. Le quartier Saint-Jacques, en son coeur historique, est aujourd'hui ce qu'il nous montre. L'auteur nous en restitue une autre image que beaucoup reconnaîtront dans leur propre mémoire, avec émotion certes, mais sans nostalgie inutile.

    C'est dans le temps que s'inscrit le fil de l'histoire. Le coeur historique de notre ville « fidélissime » continue de battre, aujourd'hui plus que jamais. Ce beau livre de Michel Bolasell, dans sa subjectivité bienvenue, nous fait entendre le rythme d'une époque, avec sensibilité, tendresse, et un pittoresque sensuel plein de joie et de vie.

    Sur commande
  • L'hôte du Palacio Nouv.

    Un donjon tenant lieu de logement, au faîte du plus luxueux hôtel de Buenos Aires. « Là vous serez bien » avait assuré don Alvaro, généreux mécène, à Etienne, un auteur français venu en Argentine écrire un livre sur le tango.

    La plus inattendue des résidences littéraires, qui, pour cet amoureux de la capitale porteña, s'avérera le plus fertile des creusets.

    Grâce aux relations établies avec le propriétaire, sa fille et le chef réceptionniste dont il deviendra le confident, l'hôte du Palacio pénétrera chacun de leurs mystères en y retrouvant, étrangement, les fragments d'un passé enfoui.

    Un moment de l'existence qui ira de pair avec une investigation sur le tango, objet comme le reste de la société argentine, d'une déliquescence grandissante.

    « Si tu veux voir la vie en rose, mets vingt centimes dans la fente », dit un proverbe argentin. Ce sera l'axiome d'Etienne, électron libre d'une errance qui de Buenos Aires à Ushuaia, via Sant Martí d'Empúries, lui fera alterner l'insolite et la félicité.

    À l'image de la plainte lancinante du bandonéon, comme un petit bonheur arraché à la vie...

    Sur commande
  • La terre était bien ronde, il venait d'en faire le tour. Lorsqu'au mois de mars 1521, Fernand de Magellan aborda Massawa, un îlot des actuelles Philippines, son moral était au zénith. Parti chercher les fameuses épices pour le compte du roi d'Espagne, il avait quasiment réussi son pari.
    Après avoir forcé le détroit qui porte depuis son nom et subi les pires épreuves, -mutineries, froid, tempêtes, famine-, il pouvait s'octroyer un repos mérité. Premier homme à effectuer le tour du monde d'est en ouest, cet exilé portugais aurait pu entrer vivant dans la légende si son orgueil ne lui avait fait livrer le combat de trop.
    Quelques semaines cependant au gré d'escales mirifiques, celui qui fut considéré comme le plus grand navigateur de tous les temps, eut loisir de savourer son exploit. Ce sont ces derniers moments que Michel Bolasell a minutieusement choisis de reconstituer. Non pas comme un inventaire biographique, mais à travers un vécu de relations établi avec ses trois meilleurs amis : Henrique, le serviteur fidèle ; Pigafetta, le confident-chroniqueur et Francisco Serrao son inséparable complice qu'il était en passe de rejoindre aux Moluques.
    Oeuvre de fiction centrée sur des faits historiques, « Les Derniers jours de Magellan » est un récit passionnant qui, en mettant en exergue les diverses facettes d'un marin hors du commun, donne vie à l'une des plus extraordinaires aventures maritimes ayant changé le cours de l'histoire.

    Sur commande
  • ?On le crut longtemps en déshérence. Concurrencé par les rythmes anglo-saxons quand ce n´est pas censuré ou contraint à l´exil par la dictature, le tango avait quasiment disparu de la scène porteña. Jusqu´à ces jours tragiques de la crise Argentine où le peuple en révolte ne le plébiscite et en fasse l´étendard de son identité.

    C´est ainsi que venu des marges, porté par un vaste courant de rébellion, le mouvement tanguero conquit à nouveau le coeur de Buenos Aires comme il l´avait séduit un siècle auparavant.

    De la musique à la danse en passant par l´écriture des textes, on ne compte plus la profusion d´orchestres, de professeurs et de poètes qui depuis les années 1990 l´enrichissent de leurs créativités. Indépendamment du boom croissant de la danse pour des milliers de touristes, l´apprentissage du tango dans les écoles et l´immense engouement des jeunes argentins pour la milonga (le bal) ont un profond impact dans la vie sociale.

    Une réappropriation musicale et culturelle qui, bien plus qu´un phénomène, constitue au regard d´Horacio Ferrer, Directeur de l´Academia Nacional del Tango « l´avènement d´une ère sans précédent ».

    C´est à la genèse et à l´inventaire de ce nouvel âge d´or du tango que s´efforce de répondre cet ouvrage. Après un premier essai sur l´histoire de la capitale argentine : « Buenos Aires, cinq siècles d´un mythe réinventé », Michel Bolasell nous livre ainsi le fruit d´une enquête inédite à ce jour, richement illustrée et complétée par plusieurs grands entretiens avec les principaux danseurs, musiciens, auteurs et interprètes de cette nouvelle mouvance du tango, qui passionnera les amateurs du genre autant qu´il suscitera la curiosité des moins initiés.

    Sur commande
  • Cet autre, mon frere

    Michel Bolasell

    Sur commande

  • " la terre de feu est une dure maîtresse.
    elle vous jette un sort. elle replie ses bras sur vous et ne vous laisse jamais plus partir. " entre le cap horn et le détroit de magellan, c'est ici, dans ce pays de vent glacé et d'extrême solitude que prend ancrage terminus ushuaia. chronique d'une aventure humaine et spirituelle autant que découverte d'un pays de tragédies et de légendes, ce road movie mêle fiction romanesque et trame historique.
    parti de sa catalogne natale avec une amie, à la recherche de la " vraie vie " dans l'argentine de leur rêve, miguel, a tôt fait de déchanter et se retrouve seul à poursuivre sa quête. une quête qui trouvera tout son sens en la personne de señor octavio, conférencier à la retraite, revenu sur sa terre fuéguine pour un ultime pèlerinage. c'est au jeune miguel qu'il donnera son dernier exposé, au cours d'un émouvant périple dans ce bout du monde austral, lui léguant à la fois la mémoire d'un peuple oublié de l'histoire et le viatique pour continuer sa route.
    avec ce premier roman, michel bolasell nous livre une parabole d'une humanité exemplaire en nous transportant dans les confins mythiques de la terre de feu.

  • Quand on pense sainteté on pense sagesse, maturité, vertus acquises jour après jour après un dur et persévérant effort sur soi-même ; on pense à ces géants de la foi, ces curé d'Ars, ces saint Augustin, saint Bernard, sainte Thérèse d'Avila, saints dans la force de l'âge. Et pourtant à côté d'eux il existe des êtres à la sainteté fulgurante, de véritables éclairs brûlants d'amour. Des enfants, des adolescents, garçons ou filles, de tous continents qui ont vécu dans une sainteté condensée, résumée en une courte vie. Et ce qu'on en apprend est encore plus incroyable : que des êtes si jeunes, si peu avancés dans l'expérience de la vie, aient pu atteindre en si peu de temps une telle perfection, cela dépasse l'entendement. Dix jeunes garçons, dix jeunes filles, toute la sainteté est là.

    Sur commande
  • La situation de pauvreté ne peut être réduit au simple volet monétaire : le pauvre est d'abord celui qu'on n'écoute pas, qui vit dépourvu de travail, souvent de famille, d'affectivité. Il est l'exclu de la relation humaine...

    Comment et pourquoi, depuis des siècles, tant de personnes ont-elles choisi de consacrer leur vie à venir en aide aux démunis et à diminuer leur souffrance ?

    Depuis les pionniers que furent François d'Assise, Vincent de Paul, Jeanne Jugan et Benoît Labre, jusqu'aux contemporains tels que Dom Helder Camara, Pedro de Madagascar, Julien Lauprêtre, Muhammad Yunus, Coluche, Bill Gates ou le pape François, voici une véritable chaîne de fraternité qui s'est ainsi instaurée au cours des siècles.

    Hommes et femmes, croyants ou incroyants, connus et méconnus, issus de différents milieux et des cinq continents, ces insurgés de la pauvreté sont ici décrits dans leurs engagements. Destins exceptionnels de courage et d'altruisme, à méditer pour nous reprendre à espérer. Car, comme l'écrit Jean-Christophe Rufin en préface à cet ouvrage : « Il reste encore beaucoup à inventer, à tenter, à partager. »

    Sur commande
empty