• Originaire des zones tropicales du nord-est de l'Argentine, Mempo Giardinelli décide un jour de partir pour l'inconnu : la Patagonie. Il s'embarque à bord d'une vieille Ford Fiesta en compagnie d'un ami, avec un budget de 2000 euros chacun et 40 jours de liberté.
    Récit de voyage tissé de morceaux de fiction, d'esquisses d'intrigues, d'amitié, de grandes discussions et de silence, ce livre est une invitation à la découverte de ce bout du bout du monde encore sauvage, en cours de destruction, mais peuplé de gens à l'hospitalité légendaire.


  • EDITION BILINGUE / EDICION BILINGUE


    « (...) Mempo Giardinelli sait ce qu'il faut faire pour effacer l'amertume, peut-être parce que l'exil lui a appris à supporter cela et même plus encore ; peut-être que grâce à l'art, au grand artiste qui est en lui, il arrive à changer les choses douloureuses en une littérature profondément créatrice d'une résignation qui demeure optimiste. » Juan Rulfo


    "Mempo Giardinelli conoce cómo desvanecer la amargura, quizás porque el destierro le ha enseñado a soportar eso y aún más; tal vez el arte, el gran artista que hay en él, le hace transformar las cosas adoloridas en una literatura hondamente creadora de optimista resignación". Juan Rulfo

  • « J'ai toujours voulu écrire l'histoire de mes grands-parents et de mes arrière-grands-parents qui serait en même temps une vision de la présence et de l'influence italiennes en Argentine. Je voulais aussi expliquer ce que les femmes et les hommes de ce pays avaient d'étrange et d'indéfinissable. Je voulais que mon explication se fasse à partir d'une fiction mais sans utiliser les procédés habituels, autrement dit, sans vraiment donner d'explications. Il s'agissait simplement de mettre mes doutes sur la table et de les écrire noir sur blanc.
    Saint Office de la Mémoire est un roman historique, un roman sur l'immigration, un roman qui traverse notre histoire et les affrontements les plus dramatiques qu'elle a connus sur plusieurs générations. La mémoire contre l'oubli, la vie face à la mort, le jour après la nuit, la paix et la violence, l'intolérance contre la démocratie. Une série de dichotomies, une très grande ambigüité, une sorte de schizophrénie qui servent de jalons. J'ai aussi voulu m'attaquer à un très grand nombre de thèmes qui étaient, selon moi, du plus grand intérêt. Et il y a dans ce livre un débat sur la littérature argentine ; une littérature qui accompagne l'histoire tout en l'affrontant. Dans ce pays, les épigones littéraires sont en général des personnes qui appartiennent à l'élite et ne représentent que très rarement de véritables valeurs populaires.
    (Extrait d'une entrevue de Mona Moncalvillo avec l'auteur dans la revue Humor - 1991)

empty