• Anne-Sarah K.

    Mathieu Simonet

    Nous avons fait notre coming out ensemble.
    Au collège, quand nous nous sommes rencontrés, Anne-Sarah n'osait pas porter d'appareils auditifs ; moi, je n'osais pas avouer que j'aimais les garçons. À vingt ans, nous nous sommes affichés. Nous avons appris à faire de nos hontes des forces intimes et politiques. Ensemble, nous sommes devenus juristes. Anne-Sarah a créé la première permanence juridique en langue des signes. Ensemble, nous sommes devenus écrivains. Un soir, pendant l'apéritif, Anne-Sarah m'a appris qu'elle allait perdre la vue. Je ne l'ai pas crue.
    " Je me souviens qu'on hurlait de rire quand elle me racontait ces histoires. Hurler de rire était la seule preuve tangible que le handicap ne nous touchait pas, resterait un accessoire, un gadget dans notre amitié.
    On n'utilisait jamais ce mot "handicap' ; il était tabou. "
    Mathieu Simonet est avocat. Il a écrit plusieurs romans publiés au Seuil. Ancien artiste associé aux Ateliers Médicis, il a réalisé un documentaire consacré à Anne-Sarah Kertudo.

  • Barbe rose

    Mathieu Simonet

    Après La Maternité, consacré à sa mère, Mathieu Simonet reconstitue dans ce livre la personnalité de son père, écrivain, fou de littérature et supportant de moins en moins la vie sociale. Dans une alternance de scènes drôles ou émouvantes, mais aussi d'extraits de lettres échangées avec le romancier et éditeur Jean Cayrol, de fragments de journaux intimes et de livres inachevés, l'auteur sonde la psychologie de cet homme angoissé et bienveillant, tolérant et fuyant, fantasque et imprévisible. Il tente de donner forme à l'oeuvre virtuelle que ce père biologique et littéraire n'aura jamais publiée. Sans vouloir figer une image globale de cette figure paternelle, il esquisse un véritable manifeste de l'écriture morcelée et intime, en rendant compte des rapports complexes, d'amour et de rivalité, entre père et fils. Au point de se demander si, au fond, cette esthétique du fragment, qu'il défend jusque dans sa vie personnelle et professionnelle, il ne la tient pas de ce père, attachant et insaisissable. Mathieu Simonet est avocat. Il organise des dispositifs d'écriture collaborative (dans des musées, des écoles, à la radio, à l'hôpital, en prison). Il est l'auteur des Carnets blancs et de La Maternité, tous deux publiés au Seuil, ainsi que d'une enquête sur Marc Beltra, jeune Français disparu en Amérique du Sud (Omniscience, 2013).

  • Que je meure dans quinze jours ou dans six mois, ça vous fera autant de peine. ? moins de tous vous trucider, je ne vois pas comment vous emp?cher d'?tre tristes.
    L'auteur raconte l'agonie de sa m?re, ? un stade tr?s avancé d'un cancer généralisé. Il dialogue réguli?rement avec elle. Elle analyse l'approche de sa mort en toute conscience. D'autre part, comme pour construire un bouclier autour de lui, autour de sa propre souffrance de fils voyant la dégradation de sa m?re, qui doit ?tre hospitalisée dans un établissement de soins palliatifs, l'auteur questionne différentes personnes - infirmi?re, pr?tre, spécialiste de la morgue, médecin, personnel accompagnant, autres malades en stade terminal - sur la mort. Qu'en ressort-il ? Non pas un simple témoignage, mais une sorte de combat avec les mots dits et les mots écrits autour d'une mort annoncée.

empty