• Au printemps 1785, Malesherbes cède à son goût légendaire pour les voyages et part faire le tour de l'Angleterre. Il en rapporte une moisson d'informations qu'il nous livre sous la forme d'un journal, notant à chaque étape ses observations et ses réflexions. Curieux, méthodique, notre voyageur itinérant séjourne à Londres bien sûr, puis à Oxford, va de Manchester à Bristol en passant par Birmingham, sillonne la campagne anglaise avec ses châteaux et ses parcs mais aussi ses cités industrielles et ses ports. Malesherbes s'intéresse à tout : à l'organisation sociale et urbaine, aux nouvelles industries et aux manufactures, au commerce, aux jardins, à la botanique, science qu'il cultive en professionnel ; il note tout ce qui l'étonne : le coût des logements, des denrées, les règles commerciales, il décrit avec talent les châteaux où il séjourne et leurs habitants et surtout se passionne pour leurs parcs. Instructif et passionnant, ce Voyage en Angleterre est un inédit. Le manuscrit est resté dans une collection privée jusqu'en 1960 et depuis lors dans les archives d'une bibliothèque américaine où il a été découvert par madame Crogiez Labarthe, professeur de littérature française à Berne qui présente le livre.

    Sur commande
  • Figure capitale de l'Ancien Régime, Chrétien-Guillaume de Lamoignon de
    Malesherbes (1721-1794) incarne mieux que personne l'humanisme des Lumières, le
    modèle de l'intellectuel impliqué dans la vie politique et sociale de son
    époque. Président de la Cour des Aides, directeur de la Librairie, défenseur
    impartial des philosophes et des gens de lettres, protecteur de l'aventure
    Encyclopédique, il joignit son nom à ceux de De Sèze et Tronchet lors du procès
    du roi Louis XVI. Exécuté sous la Terreur, il compte parmi les grands martyrs
    de la Révolution. Lorsque le roi le rappelle au ministère, pour la seconde
    fois, au printemps 1787, la France est au bord de la banqueroute. Loménie de
    Brienne et Chrétien-François de Lamoignon, aux rênes de l'État depuis peu de
    temps, s'attèlent à réformer la législation et les finances d'un pays en crise,
    en proie aux émeutes et aux troubles sociaux. Malesherbes sait depuis longtemps
    déjà que la situation est grave : « Il n'est pas question d'apaiser une crise
    momentanée, mais d'éteindre une étincelle qui veut produire un grand
    incendie » ! Contraint au silence par le monarque qui lui refuse toute audience
    privée, opposé à la politique menée par les deux principaux ministres, le vieil
    homme compose un premier mémoire, relatif à la nécessaire diminution des
    dépenses, qu'il remet au souverain en juin 1787. Il restera lettre morte... En
    1788, désespéré de jouer les Cassandre, il implore le droit de se retirer du
    ministère, mais on lui demande de postposer sa retraite au mois de septembre.
    C'est alors qu'il entreprend la rédaction du Mémoire sur la situation présente
    des affaires en juillet 1788. Ce texte qui, selon Boissy d'Anglas, « doit être
    considéré comme le testament politique de l'homme d'Etat», est d'une importance
    considérable pour l'histoire de la Révolution française. Il resta longtemps
    introuvable, emporté avec d'autres papiers de Malesherbes par les membres du
    comité révolutionnaire. La perte est inestimable, se lamentait Dubois de
    Jancigny, ami intime du grand homme: «C'est une introduction toute faite à
    l'histoire de la révolution », Malesherbes y expose « la véritable situation
    des choses et des personnes à l'époque du renversement qui nous a conduits à la
    république ». Le document existe pourtant, il appartient au fonds d'archives
    privées de la famille Le Peletier Rosanbo, interdites au public depuis près de
    cinquante ans. Aujourd'hui, le marquis Alain de Rosanbo autorise Valérie André
    (maître de recherches du FNRS et professeur à l'Université Libre de Bruxelles)
    à l'exhumer et à donner une édition critique de ce manuscrit inédit, accompagné
    du Mémoire relatif à la nécessaire diminution des dépenses et du mémoire
    justificatif sur les motifs de la retraite du ministre. On les trouvera
    rassemblés dans le présent ouvrage, assortis d'une introduction et d'un
    commentaire historique.

  • On trouve dans l'ouvrage de M. de Malesherbes sur la Librairie et la Littérature françaises, une foule de réflexions et de traits profonds ou ingénieux, très-propres à donner une juste idée du genre d'esprit et du caractère de l'auteur, et qui prouvent que M. Gaillard a eu raison de dire : " Qu'il était supérieur aux gens d'esprit mêmes, par la pénétration, la sagacité, la chaleur et la gaîté du sien; aux savans, par la multitude, la variété, l'étendue, la sûreté de ses connaissances, accrues et embellies par les lumières." La réunion des Mémoires sur la Librairie et sur la Liberté de la presse, qui ont des rapports intimes, offre l'avantage de donner un ensemble complet de tout ce que M. de Malesherbes a écrit sur cette branche importante d'administration.

    Sur commande
  • Oeuvres inédites de Chrétien-Guillaume Lamoignon Malesherbes , avec un précis historique de sa vie, et ornées de son portrait au moment qu'il défendait Louis XVI ; dessiné par Moreau le jeune. 2de édition Date de l'édition originale : 1823 Le présent ouvrage s'inscrit dans une politique de conservation patrimoniale des ouvrages de la littérature Française mise en place avec la BNF.
    HACHETTE LIVRE et la BNF proposent ainsi un catalogue de titres indisponibles, la BNF ayant numérisé ces oeuvres et HACHETTE LIVRE les imprimant à la demande.
    Certains de ces ouvrages reflètent des courants de pensée caractéristiques de leur époque, mais qui seraient aujourd'hui jugés condamnables.
    Ils n'en appartiennent pas moins à l'histoire des idées en France et sont susceptibles de présenter un intérêt scientifique ou historique.
    Le sens de notre démarche éditoriale consiste ainsi à permettre l'accès à ces oeuvres sans pour autant que nous en cautionnions en aucune façon le contenu.
    Pour plus d'informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

    Sur commande
  • Libéré depuis trois ans de ses obligations officielles, Malesherbes, l'ancien ministre de Louis XVI, consacre l'été 1778 à parcourir la Franche-Comté et surtout à sillonner la Suisse, passant deux semaines incognito dans le Pays de Neuchâtel et ses environs.
    Ainsi, trois semaines après le décès de Jean Jacques Rousseau, Malesherbes, prenant pour guide la Description d'Ostervald, vient voir le 26 juillet la fameuse grotte à côté de la cascade que l'exilé de Môtiers a décrites dans la Seconde lettre à M. le Mareschal Duc de Luxembourg.
    Sa passion pour la botanique et la minéralogie l'aiguillonne mais sa curiosité est sans cesse en éveil et les sujets qui le retiennent sont multiples. En véritable scientifique, il se fait désigner la personne la plus compétente pour le renseigner mais il ne se contente pas de ce qu'il a noté et il cherche toujours à recouper son information. Il a des contacts privilégiés avec Abraham Gagnebin à La Ferrière, le banneret Frédéric Samuel Ostervald à Neuchâtel, le banneret Bourgeois et son fils à Yverdon.
    Pétri de l'esprit des Lumières, marqué par les physiocrates, il se préoccupe de toutes les améliorations possibles exploitant ce qu'il a observé et il se livre ainsi presque à de l'espionnage industriel. La connaissance étant à partager, il s'empresse de communiquer ses trouvailles sous forme de petits mémoires adressés à ses correspondants.
    L'histoire, l'archéologie retiennent aussi son attention mais, révélant sa réflexion en action, c'est l'homme politique qui toujours veille, par des interrogations qui alimenteront ses remontrances à Louis XVI en 1787 et en 1789.
    En bref, Malesherbes propose ici une coupe d'une lucidité rare de la Principauté en été 1778.

  • Correspondance

    Malesherbes/Rousseau

    L'histoire d'une amitié nourrie par une connivence intellectuelle qui dura plus de vingt ans. Le philosophe et le directeur de la librairie chargé de veiller aux publications en France, eurent de nombreuses occasions de confronter leurs points de vue.

    Sur commande
  • Mémoire sur la liberté de la presse, par M. Lamoignon de Malesherbes Date de l'édition originale : 1814 Ce livre est la reproduction fidèle d'une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d'une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d'un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l'opportunité d'accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
    Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

    En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d'une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
    Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d'un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d'un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

    Pour plus d'informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

    Sur commande
empty