• Cherchant le bonheur sous la bannière de la liberté, de la prospérité et de la justice, les Européens et les Américains se trouvent dans une impasse dont l'évolution des souffrances mentales et des troubles comportementaux du dernier demi-siècle témoignent de manière éloquente. Chez les laissés-pour-compte de la modernisation, les pathologies mentales ordinaires résultent moins des carcans sociaux que de l'extension d'une indépendance qui les a privés de cette seconde peau que constituaient les communautés primaires. Les libertés conquises dans la sphère privée se trouvent désormais en porte à faux avec la déresponsabilisation au travail. Le déclin de l'action collective et les bouleversements technologiques ont favorisé une internalisation du mal-être, des addictions et des troubles comportementaux. Parmi les plus aisés, nos sociétés où le rôle des performances cognitives s'est accru ont nourri des pathologies de la rivalité et beaucoup de frustration. L'accès aux meilleures places est en principe ouvert à tous et bien que l'inégalité des dotations cognitives ruine l'idée de mérite, nombreux sont ceux qui se sentent responsables de leur échec, et développent anxiété, dépressions et addictions. Les familles sont devenues les complices de cette compétition méritocratique par les appariements matrimoniaux sélectifs. Si nous n'y prenons garde, une biopolitique appuyée sur les héritages génétiques et épigénétiques risque de renforcer plus que jamais les inégalités sociales.

  • La plupart des hypothèses visant à expliquer la dérive des cités sensibles (chômage, délitement de l´autorité...) font l´impasse sur sa dimension culturelle. Et quand elles la mentionnent, c´est pour la caricaturer sous les traits d´un communautarisme dont on stigmatise les expressions en négligeant les discriminations et la ségrégation qui l´alimentent. C´est contre ce double déni que s´élève Hugues Lagrange. Loin de considérer les constructions culturelles des quartiers d´immigration comme des produits d´importation marqués d´une irréductible altérité, il y voit le fruit d´une douloureuse confrontation entre des héritages culturels, des tentations de « re-traditionalisation » et une société d´accueil elle-même victime d´un grand backlash idéologique et moral. Il distingue ainsi les expériences migratoires (celles des Maghrébins ne sont pas celles des Africains du Sahel ou des Turcs), détaille les mécanismes d´ethnicisation des quartiers et dresse un portrait sans fard des rapports entre les sexes ainsi que de l´autoritarisme masculin qui prévalent dans les cités.

  • Au moment où les institutions politiques voire médicales surfent sur la vague « vin et santé » en la dénigrant chaque jour, il nous a semblé nécessaire de dédiaboliser le vin, grâce à des experts référents (médecins, pharmaciens, juristes), en leur domaine professionnel, avec une approche objective incontestable.
    Aussi avons-nous sollicité une vingtaine de personnalités universitaires, reconnues, pour faire le point sur les connaissances actuelles en matière d'effets du vin sur la santé.
    Ce livre répond à des interrogations légitimes et s'adresse tant aux membres de la filière vini-viticole qu'aux médecins, bien entendu. Mais il intéressera également aussi les oenophiles et le grand public, toujours avides d'informations vraies sur un sujet aussi sensible liant le vin et la société.
    Si tous les auteurs s'accordent à penser que le vin demeure nuisible pour l'enfant et la femme enceinte, chacun reconnait les effets positifs biologiques ou sociaux, notamment en fin de vie, de nos meilleurs crus, à condition de les consommer, bien sûr, avec modération. Ils se rapprochent ainsi des messages sanitaires institutionnels : 2 verres de vin par jour, schématiquement, afin de bénéficier des bienfaits avérés, comme sur le diabète, l'athérosclérose, ou le coeur.

  • En 1928, le père Marie-Joseph Lagrange publiait L'Évangile de Jésus-Christ. Le succès fut immédiat, car il s'adressait à un public plus large que celui des exégètes et des spécialistes. Le fondateur de l'École biblique et archéologique française de Jérusalem était alors au sommet de son expertise - aussi bien dans la connaissance de la Terre sainte que des écrits bibliques qui y sont nés -, il venait de présenter, à l'usage de ceux qui entendaient puiser eux-mêmes aux sources directes, le texte intégral des quatre évangiles dans une synopse grecque.L'Évangile de Jésus Christ avec la synopse évangélique propose donc le commentaire du P. Lagrange, avec, en tête de chaque section, et pour en faciliter la lecture, les colonnes de la synopse traduite en français par le P. Lavergne.L'originalité du P. Lagrange tient à l'harmonie qui existe entre sa science exégétique et sa foi ardente. Attaché au sens littéral des Écritures et à la méthode historico-critique qu'il a développée, le dominicain ne recherche pas la seule érudition, mais un acte de foi et l'union intime avec Dieu. C'est pourquoi cet Évangile de Jésus Christ, malgré quelques marques du temps, se laisse aujourd'hui encore lire avec bonheur par quiconque est désireux d'approcher les évangiles de manière informée, historique et contemplative à la fois. Puisse cet ouvrage aider chacune et chacun dans ce pèlerinage aux Écritures dont on ne revient jamais indemne.

  • D'abord jeune première - chez Lelouch, Godard, Garrel ou Schroeder notamment - puis auteure-compositrice-interprète d'une quinzaine de 45-tours et de six albums, Valérie Lagrange quitte le show-business et la célèbre maison ouverte du parc Montsouris au tournant de Mai 68 pour embrasser la vie hippie. De la Nouvelle-Guinée à l'Inde en passant par, l'Asie et l'Italie, elle entraîne les lecteurs à sa suite et raconte son expérience sur la route avant un retour en France et à la scène dans les 80's. Tour à tour douloureuse, merveilleuse et inattendue - toujours enrichissante - la vie de Valérie Lagrange alterne entre les drames familiaux et les succès artistiques. Témoignage essentiel et rare, ce récit dessine, sans concessions, le portrait d'une femme ayant pleinement vécu.

  • Tous les observateurs notent ces dernières années, dans les pays développés, une reprise de l'accroissement des inégalités. Dans un contexte marqué à la fois par une ethnicisation des inégalités, par le creusement des écarts intergénérationnels et l'âpreté des luttes autour des enjeux scolaires, apparaissent des menaces nouvelles sur la cohésion organique des sociétés modernes. Les chercheurs de l'Observatoire sociologique du changement présentent les analyses issues de leurs travaux et brossent un tableau de l'évolution de la société française en la comparant à celle d'autres pays développés.

  • Grand bal à venise. On s'y presse, on s'y bouscule. Américains, Chinois, membres du G20 et altermondialistes... Tous veulent entrer dans la danse du moment : la folle tarentelle endiablée des hydrocarbures. Attirés par l'odeur de naphte, tous s'avancent assoiffés d'or noir et impatients de conduire la danse, la plupart masqués. Du pétrole sous Venise? Qui sait?

  • Simone Lagrange est née Kadoshe.
    Sous l'Occupation nazie, c'était un crime, même à treize ans !
    Barbie, le bourreau de Lyon, lui a signifié son crime, cravache en main. Il l'a expédiée à Drancy, direction Auschwitz. Là, les SS lui ont infligé le plus abject des supplices, parce qu'apparemment gratuit : annuler, d'une balle, le lien sacré du sang. Par miracle, elle est revenue, le devoir envers les morts lui a donné la force de porter le témoignage majeur du procès Barbie.
    Ce même devoir guide ce récit, écrit avec l'espoir enragé de braver à jamais l'oubli.

  • " Il m'a suffi d'apercevoir trois cygnes sur la Corne d'Or pour que la ville d'Istanbul révèle ses visages et que mon séjour y ressemble à un voyage intemporel, en plusieurs temps réels et légendaires. Sans rien briser du va-et-vient des impressions mêlées, du désordre des rues, du brouhaha des foules, j'ai fait confiance à l'esprit des événements qui m'ont permis d'affronter le désordre et la misère, et d'atteindre l'état de guetteur heureux, de plain-pied, de connivence avec une ville infinie de morts et de vivants, de superstitions et de libertés, de joie, sagesse, passion, désirs, et renouveau.

  • Tout le monde se trompe sur le vin. En tout cas les dégustateurs. Reconnaître un cru dès la première gorgée: voeu de tout dégustateur. Illusion. Aloïs Parlinaud, lui, sait, depuis toujours. Il distingue chaque vin à coup sûr, hélas Anoïs n'aime pas le vin. Matt Jordan, roi de la planète vin, croise un jour son chemin. Subjugué par ce don peu ordinaire, il n'aura de cesse qu'il ne l'ait dans son écurie. Querelle éternelle des anciens et des modernes, aiguë en diable dans le monde vinaire où la tradition millénaire ne veut céder aucun pouce de terrain.

  • Un jour à l'endroit un jour à l'envers est composé de sept mouvements aux titres décalés s'ouvrant chacun sous le signe du tricotage et de la couleur. Le lecteur se gardera cependant d'imaginer l'auteure dévidant et filant devant la cheminée !

  • Il y a des zones d'ombres et puis des blancs intenses.
    Des lignes de vie qui prennent la tangente.
    Une attention toute particulière aux glissements de terrain, aux bouffées d'oxygène, aux courants d'air... Dos au vent observe ces instants où des vies s'ébouriffent et cherchent un horizon.

  • Une famille d'étrangers est arrivée au hameau. Il y a le père, la mère, l'oncle et deux enfants : un garçon et une fille. Bientôt, les villagoies leur ouvrent leur porte. C'est le début de bien des surprises ... Thème : EXIL / MIGRANTS / INTEGRATION

  • Madeleine Lagrange (1900-1992) poursuivit, après la mort de son mari Léo Lagrange, l'action en faveur de la justice sociale et de la culture populaire. Un bouquet de souvenirs où se mêlent les amitiés littéraires et politiques, avec une particulière attention pour les femmes et les hommes des Auberges de jeunesse et des clubs Léo-Lagrange.

  • Medus roi des medes, cassandre, ariane, le crime puni, orphee Nouv.

    Le nom de François-Joseph de Lagrange-Chancel (1677-1758) reste associé à son pamphlet, Les Philippiques, charge virulente contre le Régent Philippe d'Orléans, qui le contraignit, après un emprisonnement, à fuir la France pendant quelques années. C'est oublier, néanmoins, que Lagrange-Chancel fut aussi un dramaturge reconnu de son vivant, qui obtint de beaux succès au théâtre, mais envers lequel la critique fut parfois acerbe. La présente édition propose la redécouverte de certains de ces textes méconnus et d'une tragédie à machines. Maillon entre Racine / Quinault et Voltaire, Lagrange-Chancel ne doit plus être vu comme un auteur secondaire des Belles Lettres, mais doit retrouver à présent une juste place dans le concert des auteurs de l'époque classique.

  • Du XVIe au XXe siècle, un processus de pacification des moeurs intervient dans la vie civile occidentale. Au regard du recul historique des violences interpersonnelles dans les rapports civils ordinaires, l'augmentation des agressions et des crimes d'appropriation des 3 dernières décennies est remarquable. A quelle aune apprécier les vicissitudes de la paix civile ? telle est la question posée ici

  • Le brutaliste Nouv.

    Qui est cet homme déchu qui accepte de répondre aux questions d'un écrivain ? Un architecte jadis puissant, riche et célèbre. Les mots d'ordre qui ont régi sa vie : jouer, s'amuser, gagner. Ses jouets ? Les tours des Amoreiras, qu'il a conçues et qui surplombent Lisbonne. Mais aussi les femmes, auxquelles il impose des jeux sexuels et qu'il filme dans des positions dégradantes. La partie prend fin quand ces enregistrements lui sont dérobés. L'onde de choc se propage dans l'opinion publique : le Brutaliste est traîné dans la boue et les Lisboètes s'indignent ou se gaussent. Trente ans après l'affaire, son nom provoque toujours le malaise au Portugal.

    Le Brutaliste est le récit de l'ascension d'un homme, puis de sa chute spectaculaire. Le narrateur entraîne le lecteur à partager avec lui l'attirance et la répulsion qu'il éprouve pour le « monstre ». Avec une lucidité dérangeante, il observe également la jouissance de ceux qui regardent les hommes tomber.

  • A Monsieur l'abbé J....., aumônier des Carmélites de X........MONSIEUR L'ABBÉ,Vous vous demanderez, sans doute, en recevant cette lettre, pourquoi j'ai éprouvé le besoin de vous l'écrire, et surtout pourquoi je lui ai fait les honneurs de l'impression.Je vais satisfaire votre légitime curiosité.En vous écrivant, je comble une lacune ; car, lors de notre dernière entrevue, je n'ai pas eu le loisir de répondre à différentes questions que vous m'avez fait la faveur de me poser.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • 25 novembre 1918 : l'armistice est signé depuis quatorze jours. L'Europe retrouve la paix. En Rhodésie, pourtant, une colonne allemande au moral resté intact avance vers la ville d'Abercorn. Elle doit y déposer les armes. Pour ces soldats irréductibles, l'aventure avait commencé en 1914, à Dar es-Salaam, alors capitale des territoires allemands de l'Afrique de l'Est. Devant un cavalier figé sous les couleurs du Kaiser, défilait la Troupe d'Assaut, au son des fifres et des tambourins. Un air de vieille Prusse flottait, ce jour-là, sur l'Afrique... Au rythme des marches de parade, le général von Lettow-Vorbeck entrait dans la légende des Seigneurs de la Guerre. Durant quatre ans, Lettow mènerait au combat sa « schutztruppe » hétérogène : une poignée d'officiers commandant onze mille volontaires africains. Face à eux : centre trente mille soldats. Des Britanniques, des Sud-Africains, des Belges, des Portugais... L'histoire véridique de cette colonne allemande, de ses triomphes et de ses revers, s'élève à l'épopée : étrangeté, héroïsme, ampleur. C'est aussi le passionnant récit d'une page méconnue de guerre et de géopolitique.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Après la mort où allons-nous ? Que valent les réponses des croyants et des incroyants ? En avons-nous besoin aujourd'hui ? N'est-ce pas assez que de vivre ? "S'il n'y a rien, disait le Curé d'Ars, je serai bien attrapé, mais je ne regretterai pas d'avoir cru à l'amour". Que faut-il penser cependant du témoignage déconcertant de ces hommes qui prétendent qu'un certain Jésus est revenu de la mort, et qu'après lui tous en reviendront ? Est-ce pour cette raison que l'on parle si peu et si mal, ou en des termes si compliqués, de "la résurrection" ? Ce livre, sans aucune prétention doctrinale, n'est qu'une libre conversation amicale, dans le langage de tout le monde. Par respect de ces questions essentielles et de ceux qui se les posent, nous ne lui avons donné que les proportions très modestes de nos convictions personnelles, dans l'état actuel de nos recherches.

  • OEuvre monumentale, parue de 1932 à 1995, voici donc Le Dictionnaire de Spiritualité enfin publié intégralement de A jusqu'à Z, avec un index particulièrement utile. A beaucoup de points de vue, c'était un défi. Le pari a été tenu. On peut même dire que les fruits dépassent le projet primitif, car très vite les perspectives du début ont été amplifiées et précisées. Dans les années 30, lancer l'idée et assurer la réalisation d'un tel dictionnaire pouvait paraître, face au bloc solide du dogme catholique, une entreprise marginale concernant les techniques de prière, les états mystiques et les divers phénomènes qui parfois les accompagnent... A cette époque, la réflexion chrétienne, encadrée et limitée par une théologie dogmatique, en grande partie déductive et obligatoire, avait besoin d'un nouveau souffle. Voici que la spiritualité, fondée en même temps sur l'expérience et sur la liberté qui président à l'invention des divers chemins conduisant à Dieu, renouvelait toutes les questions... Cette révolution tranquille s'est faite lentement, sans bruit, sans excès. A sa place, avec d'autres éléments similaires, elle a préparé l'éclosion irrésistible de Vatican II ; et aujourd'hui, patiemment, elle aide à bien comprendre l'originalité et le dynamisme de ce concile... Des milliers de collaborateurs, provenant du monde entier et de tous les horizons, ont contribué à faire de ce Dictionnaire ce qu'il est : particulièrement utile à tous ceux qui veulent mieux connaître les auteurs spirituels de divers pays, suivre l'évolution des mentalités, des institutions, des grandes notions fondamentales... et plein d'intérêt pour tous les curieux. Ainsi s'est-il répandu à travers le monde entier et dans tous les milieux.

empty