• Ce livre est considéré dans le monde anglo-saxon comme le texte contemporain le plus important de la philosophie morale et politique.
    C'est un défi lancé à tous ceux qui pensent que la justice sociale et l'efficacité économique sont incompatibles. Théorie de la justice est un livre de portée universelle, à cause, d'une part, du dialogue qu'il instaure entre cieux traditions opposées - Rousseau et Kant confrontés à l'utilitarisme de Mill et Sidgwick - et, d'autre part, de la rigueur et de la profondeur des analyses qui y sont proposées.
    C'est, au meilleur sens du terme, un livre de philosophe engagé, donnant aux préoccupations morales et politiques de notre époque - de la justice sociale à l'écologie, de la politique de l'éducation à la théorie de l'obéissance civile - une armature intellectuelle et une clarté déductive qui leur manquaient. Dans ce livre, souvent exigeant mais aussi exaltant, John Rawls a formulé ce que l'on pourrait appeler une charte de la social-démocratie moderne, avec ses forces et ses faiblesses.

  • Souvenirs

    John Rawls

    Souvenirs, proposé ici dans une traduction inédite, est l'un des derniers textes publiés par Rawls. Ce petit texte atypique écrit en 1977, attachant, drôle et parfois émouvant, est sans doute l'un des textes les plus personnels de Rawls.
    Au-delà du caractère autobiographique de ce livre, Souvenirs propose aussi une typologie comparative des grands intellectuels de la fin du XXe siècle et, au-delà, cherche à définir ce qui constitue une écriture proprement philosophique, une écriture dans laquelle l'entourage du philosophe et sa communauté intellectuelle jouent un rôle prépondérant.

  • « Dans ce travail, je poursuis deux objectifs. L'un consiste à rectifier les erreurs les plus graves de Théorie de la justice, qui ont obscurci les idées principales de la justice comme équité, ainsi que j'ai nommé la conception de la justice présentée dans ce livre. Comme j'ai toujours confiance en ces idées, et que j'estime que les difficultés les plus importantes peuvent être résolues, j'ai entrepris cette reformulation [...].
    « L'autre objectif est de mettre en relation, dans le cadre d'une présentation unifiée, la conception de la justice présentée dans Théorie de la justice avec les principales idées qui figurent dans mes essais publiés à partir de 1974. Théorie de la justice est un livre de plus de six cents pages, et les essais les plus importants (qui sont à peu près une dizaine) portent le total à près de mille pages. De plus, les essais ne sont pas parfaitement compatibles entre eux, et les ambiguïtés de l'exposé de certaines idées - par exemple, celle d'un consensus par recoupement - rendent difficile d'y voir une position claire et cohérente. Le lecteur intéressé a droit à une aide pour comprendre la manière dont les essais et Théorie de la justice peuvent se compléter, pour déceler les endroits où les révisions interviennent, et pour apprécier le changement qu'elles représentent. » John Rawls.

    Sur commande
  • Ce livre est le manifeste d'une philosophie politique et morale qui cherche à concilier les deux termes antagonistes de la modernité : la liberté des individus et la nécessité de leur coopération équitable au sein des institutions politiques. John Rawls y renouvelle le sens et la portée de sa conception de la justice à la lumière de ce qu'il appelle le "fait du pluralisme". Il s'inscrit ainsi dans la tradition de défense du principe de tolérance et des libertés fondamentales.

  • Les sociétés contemporaines sont pluralistes, elles doivent réussir à faire vivre ensemble des cultures ou des groupes très divers.
    Comment concevoir un consensus démocratique qui reste respectueux de cette diversité sans être pour autant une simple rencontre d'intérêts divergents ? quelle base morale commune faut-il pour que s'édifie et s'entretienne la confiance dans la justice des institutions ?
    Le célèbre auteur du monumental théorie de la justice (seuil, 1987) considéré comme la charte philosophique de la démocratie libérale, approfondit ici sa réflexion dans le sens d'une conception politique de la société multiculturelle.

    Sur commande
  • En 1971, John Rawls, auteur de Théorie de la justice, proposait une nouvelle vision du champ de la pensée politique, philosophique et économique, à travers l'utopie réaliste d'une société juste. En 1991, à l'occasion d'un entretien accordé à trois étudiants, il revient sur l'évolution de sa pensée après cette publication, au contact de ses contradicteurs (Hart, Nozick) et de ses amis (Scanlon).

    Sur commande
  • Le thème de la religion occupe une place importante dans la philosophie politique de John Rawls, qui veut montrer comment des personnes aux croyances inconciliables peuvent néanmoins vivre ensemble dans une société juste.
    Deux textes découverts après la mort du philosophe (introduits ici par Robert Adams, Joshua Cohen et Thomas Nagel) apportent un éclairage nouveau sur cet aspect de son oeuvre. Le premier, Une brève enquête sur la signification du péché et de la foi, est un essai de théologie morale, rédigé en 1942, alors que le jeune Rawls envisageait la prêtrise. Affirmant la nature communautaire des personnes, il y définit le péché comme le rejet de la communauté et récuse toute vision de la société comme contrat.
    Le second, Sur ma religion, est un court texte personnel rédigé cinquante ans plus tard, qui retrace l'évolution religieuse de Rawls et son éloignement du christianisme suite à sa participation à la Deuxième Guerre mondiale. Dans sa postface, Jürgen Habermas analyse la signification de l'éthique religieuse du jeune Rawls pour sa théorie politique.

    Sur commande
  • Ces Leçons sur l'histoire de la philosophie morale représentent l'aboutissement mûrement réfléchi de près de trente ans d'enseignement à Harvard (1962-1991). Pendant ces années, la pensée de John Rawls s'est confrontée aux textes majeurs de la modernité philosophique dans un souci de transmission pédagogique, mais surtout de mise en perspective des sources de ses propres conceptions morales et politiques. Il signale ainsi dans quelle mesure Théorie de la Justice s'inscrit dans la lignée des systèmes de pensée et des problématiques qu'il examine par ailleurs avec le plus grand scrupule philologique. L'une des vertus essentielles de cet ouvrage est de démentir l'idée reçue selon laquelle le style analytique d'une certaine philosophie politique anglo-saxonne la rendrait insensible aux enjeux de pensée soulevés par l'histoire de la philosophie.

  • " Dans ce travail, je poursuis deux objectifs. L'un consiste à rectifier les erreurs les plus graves de Théorie de la Justice, qui ont obscurci les idées principales de la Justice comme équité, ainsi que j'ai nommé la conception de la justice présentée dans ce livre. Comme j'ai toujours confiance en ces idées, et que j'estime que les difficultés les plus importantes peuvent être résolues, j'ai entrepris cette reformulation. J'essaie d'améliorer l'exposition, de corriger un certain nombre d'erreurs, d'inclure quelques révisions utiles, et d'esquisser des réponses à certaines des objections les plus communes. Je remanie également l'argumentation à de nombreux stades. " L'autre objectif est de, mettre en relation, dans le cadre d'une présentation unifiée, la conception de la justice présentée dans Théorie de la Justice avec les principales idées qui figurent dans mes essais publiés à partir de 1974. Théorie de la Justice est un livre de plus de six cents pages, et les essais les plus importants (qui sont à peu près une dizaine) portent le total à près de mille pages. De plus, les essais ne sont pas parfaitement compatibles entre eux, et les ambiguïtés de l'exposé de certaines idées - par exemple, celle d'un consensus par recoupement - rendent difficile d'y voir une position claire et cohérente. Le lecteur intéressé a droit à une aide pour comprendre la manière dont les essais et Théorie de la Justice peuvent se compléter, pour déceler les endroits où les révisions interviennent, et pour apprécier le changement qu'elles représentent.

  • Paix et democratie

    John Rawls

    " L'idée de raison publique est une partie intégrante du Droit des Peuples, qui étend l'idée du contrat social à la Société des Peuples, et présente les principes généraux qui peuvent et doivent être acceptés par les sociétés libérales et les sociétés non libérales (mais décentes) comme la norme qui régit leur conduite dans leurs rapports mutuels. Pour cette raison, je souhaitais que ces deux textes soient publiés dans le même volume. Ensemble, ils constituent le point culminant de mes réflexions sur la manière dont les citoyens et les peuples raisonnables pourraient vivre paisiblement ensemble dans un monde juste. " L'une des préoccupations de John Rawls dans ce livre est d'affirmer l'universalisme de sa conception tout en évitant le reproche d'ethnocentrisme occidental : diverses sociétés du monde, démocratiques et non démocratiques, peuvent fonder leur coopération pacifique sur leur reconnaissance mutuelle en tant que partenaires égaux comme le font les citoyens d'une démocratie irréductiblement divisés sur le sens du bien. Les principes de justice de la Société des Peuples font ainsi une place à la pluralité des sociétés puisqu'ils peuvent être acceptés aussi bien par les peuples libéraux et démocratiques que par d'autres peuples qui ne le sont pas mais qui restent " décents ", c'est-à-dire qui respectent les droits de l'homme. La même vision permet de poser les conditions d'une guerre juste de la Société des Peuples contre les Etats " hors-la-loi ", et celles de l'aide collective due aux sociétés marquées par des conditions économiques et politiques défavorables.

  • Philosophie, économie, histoire, sociologie, littérature, histoire de l'art, psychanalyse ... autant de sciences humaines qui délimitent les champs du savoir. Autant de disciplines fondamentales présentes de bout en bout dans la collection "Quadrige", à travers les plus grands auteurs, les plus grands titres, les plus grands textes. Quadrige : des ouvrages d'hier et d'aujourd'hui qui sont aussi des textes pour demain.
    La collection se divise en quatre sections : -- Références (dictionnaires, histoire générale ...) jaune pantone 116 -- Textes (Bachelard, Bergson, Durkheim ...) rouge 2718 -- Essais (Laplanche, Levinas ...) bleu 2728 -- Manuels (Ellul, Denis ...) vert green c .

  • Cet ouvrage analyse la façon dont un film s'adresse à son public. Le cinéma dispose en effet de son vocabulaire et de sa grammaire propres, qui transmettent un sens par l'usage de divers signes, conventions et techniques. En détaillant les processus de construction du sens à l'écran, ce livre met en valeur l'aspect original du langage cinématographique et transmet les bases indispensables à tout étudiant ou praticien du cinéma. Chaque chapitre thématique se clôt par une étude de cas détaillée, tirée d'un film renommé ou d'une production étudiante.

empty