• À voir son allure royale, on avait le sentiment que l'indulgence qui sévissait dans sa poitrine généreuse cachait un coussin contre lequel on pouvait se blottir quand on avait
    quelque chose à se faire pardonner.
    De cet homme que tout hissait très au-dessus du commun
    des mortels, se dégageait une sensation de bonté, de beauté,
    de puissance qui vous mettait en confiance. Les mauvaises
    actions, les gros défauts avaient pour lui un goût de péché
    mignon. Si c'était un instrument, je le verrais bien trompette
    qui annoncerait avec faste la venue de Sa Majesté. Mon
    idolâtrie se prosternerait simplement devant ce bienfaiteur
    qui porte le prénom du premier apôtre de l'Église catholique,
    ou de la basilique du Vatican.
    C'était un homme libre, qu'aucun tyran n'aurait jamais
    le pouvoir de réduire en esclave. Au bout de sa sympathie, se
    dessinaient des amitiés probables. C'était un chemin où l'on
    se sentait bien ensemble, sur la même longueur d'onde. Des
    vibrations passaient de l'un à l'autre.

  • Qu'il en soit ainsi

    Jim-Koy Chablis

    Jim-Koy Chablis nous fait le portrait de ses parents disparus il y a très peu de temps : il choisit des mots au peigne fin, comme pour leur redonner de la peau, de la chair, du sang et des os. Malgré les différends qui les opposent, il cherche à leur dire « ma mère, mon père » une dernière fois.

    Florielle CHABLIS Sache qu´avant de la quitter, de tout ce que l´on aura laissé de remarquable à l´humanité, il restera un brin de souvenirs pour l´éternité.

    Jim-Koy CHABLIS

  • Jim-Koy Chablis est un personnage toujours partagé entre trois activités : la peinture, la musique et l´écriture. C´est le monsieur « Pinceaux Guitare Stylo ». Il a toujours dit : « L´angoisse, c´est ne plus croire aux possibilités de réaliser ses propres défis, ses propres rêves ».

    Romuald Jonathan CHABLIS Comme le monde, l´arc en ciel ne doit sa beauté qu´à la diversité de ses couleurs.

    Jim-Koy CHABLIS Beaucoup de lumière, de gaieté et d´optimisme se dégagent de tes oeuvres, Jim. C´est aussi original et j´aime beaucoup.

    Odile QUIGNON, professeur d´anglais

empty