• 14 janvier 1943. Il y a 75 ans, Paul Bastien quittait pour toujours ses proches, ses copains, son village, sa Lorraine qu'il aimait tant (son «Heimatland»)... Pendant plus de deux ans, j'ai cheminé avec mon oncle sur les «traces sanglantes» que sa division a laissées derrière elle en Grèce...
    J'ai marché avec lui, j'ai contemplé des paysages sublimes, j'ai également assisté à des spectacles de désolation...
    J'ai été submergé par l'émotion quand la nostalgie le gagnait... J'ai rencontré un jeune homme sérieux, réservé, pour ne pas dire timide, qui accomplit son devoir avec gravité mais à contrecoeur...
    J'ai pu mesurer tout le drame de la séparation. L'attachement à sa famille est sans limite... Mais très vite, il accepte son sort. Cette résignation, ce fatalisme le pousse encore davantage vers la religion. Il reste fidèle à son Dieu et jusqu'à la dernière lettre, il garde confiance en lui...
    Jean Paul Belvoix

    Sur commande
empty