• Publié en 1977, réédité en 1998, le livre de Jean Richard est une vaste synthèse sur les missions d'Orient. Promenant le lecteur, à la suite des franciscains et des dominicains, de la Crimée au Cathay et de l'Égypte à la Perse, l'ouvrage montre les efforts considérables effectués par les ordres mendiants, soutenus par la papauté, pour diffuser l'Évangile aussi bien auprès des peuples païens que des chrétientés orientales séparées, dans l'espoir de ramener celles-ci à l'obédience de Rome. Jean Richard insiste sur la direction pontificale de la mission. À partir du pontificat de Grégoire IX, une doctrine missionnaire se précise, et les papes successifs la font appliquer par ces serviteurs zélés de l'Église. Mais il s'interroge également sur la fin des missions médiévales, leurs succès, en particulier l'élargissement de la connaissance du monde, mais aussi leurs échecs, dus à la résistance du bouddhisme et de l'islam, à la fragilité des institutions provinciales et au petit nombre des moissonneurs, surtout après la Grande Peste de 1348.

    Sur commande
  • C'est en décryptant les grands textes médiévaux et les témoignages sur les croisades et ses représentations que Jean Richard répond ici à cette question : qu'est-ce que l'esprit de la croisade ?
    Premier appel à la croisade lancé par Urbain II en 1095, décisions du IVe Concile du Latran institutionnalisant les croisades et prévoyant leur financement, chanson invitant les hommes à s'engager, testament de croisé relatant la violence des combats, regard d'un musulman sur l'arrivée des croisés, etc. : les textes rassemblés dans cet ouvrage permettent de saisir comment les acteurs des croisades eux-mêmes les ont comprises et vécues.

    Indisponible
  • Saint Louis

    Jean Richard

    • Fayard
    • 23 Mars 1983

    Comment un souverain autoritaire et dont les agents avaient la poigne rude est-il devenu la figure la plus vénérée de l'histoire de France, le roi dont Voltaire disait qu'il n'était pas possible de pousser la vertu plus loin que luioe La sincérité d'une vie assujettie aux impératifs de la morale chrétienne, l'esprit d'équité de celui qui proclamait la supériorité du prud'homme sur le béguin et savait concilier le respect de l'éclat de la monarchie avec l'austérité personnelle et, par-dessus tout, la recherche passionnée de la paix ont donné à Saint Louis un prestige déjà fort peu contesté de son vivant.

    Il n'en reste pas moins celui qui organisa le Parlement, qui introduisit une nouvelle conception de la monnaie, qui fit entrer les grands barons dans l'exercice du pouvoir royal.

    Cette royauté féodale, mais où le recours aux notions du droit romain donne un physionomie nouvelle aux rapports féodaux, Saint Louis l'a mise au service d'une cause qui était celle de toute l'Europe chrétienne: la croisade. Le souci de la Terre sainte l'a amené non seulement à passer six années de son règne outre-mer, mais à prendre conscience de l'importance des problèmes méditerranéens. Et, dans son désir de donner aux établissements latins d'outre-mer des appuis nouveaux, il a ouvert la voie aux relations avec les Mongols, introduisant ainsi une perspective planétaire dans les conceptions politiques du temps.

    Jean Richard, professeur à l'université de Dijon, est l'auteur de plusieurs études sur l'orient latin et la féodalité française.

    Sur commande
  • - Le choix des espèces.
    - La taille des arbres fruitiers.
    - La lutte contre les insectes.
    - La plantation.
    - La multiplication.
    Est-il possible de produire, avec un bon rendement, des pommes, des poires, des prunes, des abricots, des raisins, des cerises, des fraises, des framboises, des groseilles, des gadelles et des cassis dans des zones au climat rigoureux ?
    Est-il vraiment possible de former de jeunes arbustes, des arbres nains, semi-nains ou standard quand on est simple amateur ?
    Peut-on vraiment établir un verger familial selon des méthodes nouvelles tout en respectant l'environnement ?
    Est-ce raisonnable de croire qu'on peut transformer et rajeunir de vieux pommiers abandonnés, en utilisant une méthode scientifique pratiquée non seulement en Suisse mais aussi en Ontario, au Québec et aux États-Unis depuis de nombreuses années ?
    A toutes ces questions, vous pourrez répondre par l'affirmative, comme le fait l'auteur de ce guide pratique, qui vous conduira, pas à pas, vers la réalisation de vos projets en production écologique des fruits et petits fruits.

  • Histoire des croisades

    Jean Richard

    • Fayard
    • 6 Novembre 1996

    Il y a tout juste neuf siècles, le pape Urbain II lançait l'appel à la croisade qui allait jeter sur les routes de l'Orient des dizaines de milliers d'hommes venus de toute l'Europe. Le prix de cette première expédition fut lourd à payer pour la chrétienté, mais l'expansion turque était arrêtée, Constantinople dégagée, et le Saint-Sépulcre échappait aux Infidèles. Dès lors, les croisades eurent un autre objectif: la défense de ces Etats latins, chargés de souvenirs bibliques, où affluaient les pèlerins d'Occident.

    Les premières défaites des chrétiens n'ébranlèrent pas le zèle pour la Terre sainte. Vague après vague, les pèlerins, attirés par les privilèges spirituels attachés à la délivrance des Lieux saints, continuaient à répondre aux appels des papes. Le mouvement s'intensifia quand Jérusalem tomba aux mains de Saladin, en 1187. La chrétienté réagit alors avec vigueur. Une des croisades toutefois dévia de sa route, et les croisés, " mettant Dieu en oubli ", pillèrent Constantinople. Bientôt Innocent annonçait une nouvelle croisade; elle devait ouvrir la voie à la diplomatie et permettre à Frédéric II de se faire couronner à Jérusalem roi d'un royaume qui fut peu à peu reconstitué. Mais les répercussions de la conquête de l'Iran par les Mongols et un renversement d'alliances firent reperdre la Ville sainte.

    C'est à ce moment que Saint Louis décidait de se croiser. Malgré l'échec de sa campagne d'Egypte, des établissements francs se maintenaient. Cette fois, les Mongols eux-mêmes arrivaient. Une autre forme de croisade s'esquissa, qui ne put empêcher les dernières places franques de tomber. Désormais, le but de la croisade serait d'assurer la défense du monde chrétien face à l'expansion des Turcs.

    Epopée exaltant la foi et l'héroïsme pour les uns, temps de ténèbres pour les autres, les croisades ont bien été l'un des épisodes majeurs de l'histoire du monde. Au-delà de toute polémique, Jean Richard nous livre un récit magistral de cette aventure qui, deux siècles durant, mit en contact les Occidentaux avec l'Orient et leur ouvrit la connaissance des autres.

    Jean Richard, membre de l'Institut, est l'un des meilleurs connaisseurs de l'Orient latin sur lequel il a publié de nombreux travaux. Il est aussi l'auteur d'une biographie de Saint Louis.

    Sur commande
  • En 1145, les états latins d'Orient fondés par la croisade viennent d'être éprouvés par la perte d'Edesse quand ils apprennent, de source vraisemblablement chrétienne la victoire remportée par un roi chrétien, le Prêtre Jean, sur un sultan musulman d'Asie centrale.
    Moins de quatre-vingts ans plus tard, c'est également un texte émanant des chrétiens orientaux qui leur annonce l'arrivée des Mongols, présentés à nouveau comme les sujets d'un roi chrétien, David, animé du désir de leur porter secours. Lorsque la présence mongole se précise aux confins de la Perse et de l'Arménie, s'ouvre une période où l'on recherche informations et contacts; les ambassadeurs envoyés par le pape Innocent IV rapportent des données sur les envahisseurs et le monde où ils se situent: orales chez André de Longjumeau, elles prennent chez Simon de Saint-Quentin la forme d'une "Histoire des Tartares" beaucoup plus complète, qui a trouvé place dans l'encyclopédie de Vincent de Beauvais à côté d'une lettre écrite de Samarkand par le connétable arménien Smbat.
    Les Mongols écrivent à Saint Louis au moment de sa croisade: ce sont leur conseiller, le moine Siméon, le gouverneur de Perse Eljigideï, puis le khan Hülegü lui-même qui, en 1262, offre son alliance militaire au roi de France, alliance qui se maintiendra pendant un demi-siècle. Tout ceci se situe au moment où va s'ouvrir ce monde oriental resté longtemps inconnu. Les missionnaires, dont l'un, David d'Ashby, avait décrit les moeurs des Tartares, et les marchands vont désormais s'aventurer sur ces routes nouvelles, ouvrant ainsi l'ère des grandes découvertes.

    Sur commande
  • Sur commande
  • Sur commande
  • Sur commande
  • Au pays des sinagots

    Jean Richard

    Sur commande
  • Sur commande
  • Sur commande
  • « Cet examen sent la fin de notre formation, nous sommes fins prêts, du moins en principe. Adieu Siroco, bonjour la DBFM (demi-brigade de fusiliers marins). Nous sommes mûrs pour le combat, pour faire la guerre... pardon, pour maintenir l'ordre ! subtile nuance, lourde de conséquences s'il vous arrive malheur car ce n'est pas une guerre, c'est un maintien de l'ordre : la mort n'est pas la même aux yeux des extraterrestres que sont souvent nos dirigeants ! Contrairement à ce que je pensais, nous ne partons pas tous pour la DBFM, une moitié seulement, les plus vaillants dont je fais partie ! » L'Algérie s'est déjà soulevée quand J. Richard est appelé à effectuer son service militaire. Une obligation à laquelle il ne se dérobe pas et qui le conduit notamment au plus près de la mort, de la terreur et de l'horreur, sur les pitons algériens. Une expérience traumatisante, souvent insoutenable, sur laquelle il met enfin des mots, donnant ainsi naissance à un témoignage fort et engagé, nourri de documents éloquents, qui rend compte d'une tragédie humaine et générationnelle trop vite passée sous silence. Une occultation, voire un refoulement, contre lequel se dresse aujourd'hui ce récit qui dénonce et le gâchis des vies humaines et l'incurie des dirigeants de l'époque.

    Sur commande
  • - Un ouvrage écrit par "LE" spécialiste de la Bête. Tout ce qui a pu être écrit ces trente dernières années sur ce thème s'est largement inspiré des recherches de l'auteur.
    - Un ouvrage illustré de plus de 200 dessinssculptures- peintures de Lucien GIRES, artiste sauguain qui aux côtés de Jean Richard a beaucoup contribué à la "résurrection" de la Bête.
    - De nombreuses photos, aussi, du musée de la Bête à Saugues enrichissent cette réédition.
    - Un inédit : Le cahier de mathématique de Jacques Portefaix

  • Avec «Américaines solitudes», Jean-Luc Bertini traverse les États-Unis et s'interroge sur la place de l'humain pris dans cet immense décor. Il invente ce que Gilles Mora nomme dans sa postface «"une poétique de l'isolement"». Il s'agit-là d'un juste équilibre entre le photographe contemporain face à l'Amérique et cette touche humaniste héritée de la tradition française, qui lui permet de contourner habilement le "tableau photographique américain".

  • Passepeur n'est pas une petite ville comme les autres. Un florilège de créatures plus horrifiantes les unes que les autres semblent en effet s'y être donné rendez-vous pour s'amuser à effrayer les humains...
    Résumé: Fredo et Mattéo, deux enfants jumeaux, ont commandé en ligne la Sled-Turbo3000: une motoneige dernier cri, un bolide, un monstre. Mais au moment d'ouvrir le colis, c'est un tout autre monstre qui sort de la boîte: une momie égyptienne vieille de plus de 3000ans!

  • Que veut dire être francophone ? Le fait de partager une même langue forge-t-il une personnalité et une société ?
    Depuis sa création en 1949, l'Organisation internationale de la Francophonie poursuit ce débat sans relâche et donne vie à la communauté mondiale des locuteurs du français. Mais faire ne suffit pas. Il faut s'interroger. Car la langue évolue. Elle dit le monde contemporain. Elle se retrouve dévorée, rongée, minée, métissée... pour mieux se déployer. L'âme de la francophonie existe et ses grands auteurs en sont les héros.
    Ce petit livre n'est pas un guide, ni un lexique.
    C'est une aventure au pays merveilleux d'une langue toujours réinventée, aux côtés de quelques-uns des plus grands écrivains de notre époque. Il dit leur passion du Français, mais aussi leurs désillusions, voire leur peur. La victoire des mots ne s'obtient pas toujours en chantant. Il faut, toujours, repartir à l'offensive. L'âme de la francophonie est celle d'un combat toujours mené au nom de la diversité et du respect de l'identité des peuples.
    Avec JMG Le Clézio, Barbara Cassin, Fawzia Zouari, Rithy Pahn, Dorcy Rugamba et Simon Njami.
    Avec la collaboration de Richard Werly.

    Sur commande
  • En 208 pages, 8 chapitres (dont 7 chronologiques et le dernier réservé aux femmes), cet "Encyclope" retrace l'histoire de l'exploration de la Terre, accomplie par des aventuriers intrépides et exceptionnels. Centré sur le monde occidental, mais évoquant d'autres civilisations, il montre comment la connaissance de notre planète s'est peu à peu élargie. En prenant le parti de présenter cette découverte du monde à travers les personnages qui l'ont menée, il nous la rend plus accessible et plus étonnante encore. Erik le Rouge, Marco Polo, Magellan, Cartier, Bering, Bougainville, La Pérouse, Livingstone, Speke, Nansen, Amundsen, Gagarine, Armstrong, David-Néel. plus de 100 portraits d'explorateurs aux destins fascinants se succèdent pour satisfaire notre curiosité, nous faire rêver et fantasmer loin des tempêtes et du danger.Aussi bien illustré que les autres titres (plus de 200 dessins, photos et cartes), cet "Encyclope" va permettre aux jeunes lecteurs d'enrichir leurs connaissances et - pourquoi pas - susciter des vocations ! Car, s'il n'existe plus de terres inconnues, beaucoup d'endroits restent encore à découvrir et à comprendre, tandis que, parallèlement, l'exploration du système solaire est en marche.

empty