• Grand format 21.00 €
    Prix indicatif - Contacter votre libraire
    Sur commande
  • Sir John Tavener occupe une place éminente et singulière dans le concert des musiciens contemporains.
    Rompant avec un art qui présente tous les signes d'une fin, il soutient la gageure d'un total retournement, faisant siennes les données de la « Tradition ». Il en trouve une remarquable illustration dans le chant liturgique byzantin dont il s'inspire et qui lui livre, entre autres, la tonique, l'« icône sonore », la « prière du coeur ».
    La musique sensible n'est que l'écho d'une musique intelligible fondée sur certains principes qu'il s'agit de redécouvrir : la primauté des voix sur les instruments, l'homophonie, la répétition thématique, le dépouillement, la concision, la lenteur méditative, aboutissant à une musique de l'intériorité : une «musique du silence ».
    Loin d'être abstraite et desséchée, c'est là une « métaphysique liquide », inséparable d'une tendresse toute maternelle : Mother and Child, d'une ferveur : Akathist of Thanksgiving, du don des larmes : Lament for Jerusalem. Cette inspiration chrétienne n'exclut pas de plus en plus d' apports venus d'autres religions, - instruments, langues, sonorités, notions -, que transmet la Philosophie pérenne et universelle, et que Tavener n'hésite pas à fondre dans ses compositions : le soufisme : The Beautiful Names, l'hindouisme : Flood of Beauty.
    Ainsi, la musique est bien plus qu'elle-même : elle fait du cosmos une théophanie : Hymn of Dawn, convertit l'érotique en Amour sacré : Ikon of Eros, transfigure la mort : Fall and Resurrection. Bien plus, en aidant les hommes à retrouver leur essence, elle mérite d'être considérée comme instrument de réalisation spirituelle.
    On devine l'importance et la profondeur dont se revêt une telle musique, laquelle ne se peut entendre qu'avec l'« oreille du coeur ».

  • Loin des tapages médiatiques, l'oeuvre inspirée et foisonnante de Jean Blés révèle lentement son unité diverse aux chercheurs de vérité. En l'espace de six entretiens un homme individué s'exprime en toute liberté. Il nous raconte ses années de jeunesse et de formation, ses initiations de vie, les étapes de sa réflexion et de sa quête intérieure. Le témoin qu'il est de son temps nous parle de politique et de la crise des valeurs ; l'enseignant qu'il a été, de son métier et de ses idées pédagogiques. L'abondant écrivain nous fait partager ses conceptions littéraires, et le philosophe aux champs nous confie son amour de la nature et de la musique. L'aventurier de l'âme souligne l'importance du féminin et de la " psychologie des profondeurs ", et celui de l'esprit analyse les notions d'ésotérisme et d'enseignements traditionnels. Le visiteur de l'Inde évoque les apports de l'Hindouisme, et le pèlerin de l'Athos, les dimensions de l'Orthodoxie. Cette ouverture à tant de domaines ne fait pas de Jean Biés un esprit éclectique et dispersé. Tout se retrouve au contraire, dans sa vie comme dans son oeuvre, concentré, unifié dans la lumière de l'Etre, lieu de la conciliation des contraires. C'est ce que montrent ces entretiens, marqués de gravité et teintés d'humour, où s'harmonisent humanisme et spiritualité, Occident et Orient, théorie et pratique, parole et silence. Ils sont une récapitulation des conclusions auxquelles l'auteur est parvenu au terme de cinquante années de recherches, de voyages et d'expériences ; bilan d'une existence, synthèse d'une pensée, qu'une bio-bibliographie complète en fin de volume.

    Sur commande
  • Nous sommes à la fin d'une époque. toute la question est de savoir comment traverser cette "crise" apocalyptique et en atténuer les effets. La vraie solution ne peut- être que spirituelle. Une nature ravagée, une société déstructurée, un totalitarisme massif ou feutré : il s'agit de recréer des cadres de vie, des modes d'existence, des attitudes intérieures susceptibles de sauver le meilleur de l'homme.

    Sur commande
  • Face à la destruction de l'environnement, il existe une écologie susceptible de retrouver les traces de l'Esprit dans la substance cosmique, fondatrice d une «théophanie» annulant la conception mécaniste du monde et contribuant à son réenchantement. Face au laïcisme existe une approche permettant aux jeunes générations vouées au nihilisme de découvrir le sens des symboles et des mythes, de retrouver les «clés», et de bénéficier d'une formation holistique harmonisant les composantes de l'être humain. Face à l «alexithymie», qui réduit le langage à un système d'abstractions stériles, existe un métalangage qui rend aux mots leur charge poétique, leur saveur essentielle, restaure et vivifie l'intelligence créatrice, condition d'une vraie culture. Face aux puissances temporelles existe le refus d un totalitarisme économique, technologique et politique, ces trois tentations mondialistes successivement repoussées par le Christ. Face à des changements extérieurs et collectifs, vains ou désastreux à long terme, existe une transformation intérieure assurée par un apprentissage de soi qui mène à la conciliation des opposés et à un processus d individuation rapprochant du «supraconscient». Face aux religions défaillantes ou dévoyées existe une spiritualité enracinée dans une Tradition pérenne, transmission directe d'une Connaissance transcendante, pourvue d'enseignements théoriques et de pratiques d'intériorité destinés à l'homme d'aujourd'hui, et dont le recours permet le recouvrement du sacré. Ces démarches n'induisent pas à un retour en arrière, mais à une remontée vers un Centre éternel. Des foyers de résistance se font jour, qui prouvent que tout espoir n'est jamais détruit, et que, s'il arrive à l'Esprit de paraître s'éclipser, il n'en resplendit pas moins au fond de la conscience humaine.

  • Les alchimistes

    Jean Biès

    • Felin
    • 1 Février 2000
  • Ce livre propose à l'attention du lecteur qui se veut plus qu'un simple touriste l'évocation de quelque quatre-vingts églises et chapelles des Pyrénées françaises et espagnoles, des Alpes françaises, suisses et italiennes, du Massif Central.
    En sont évoquées les légendes de fondation, les particularités architecturales, les richesses artistiques, la rustique originalité. Face aux catastrophes naturelles et aux forces négatives, voire magiques, la foi des « montagneux » est toute de joie et de vigueur. Ils offrent avec les mystiques d'étranges ressemblances.
    Puissants sont le symbolisme de la montagne, axe du monde reliant la Terre au Ciel, et celui de l'ascension, image de l'itinéraire intérieur. Comment s'étonner que, refuge de sainteté, la montagne aux splendeurs multiples ait toujours été le lieu de manifestations du numineux ?..
    Il ne s'agit pas d'un guide touristique, ni d'un compte rendu journalistique, mais d'un ensemble d'évocations poétiques à partir du thème de la spiritualité des cimes, et nous y invitant.

  • L'écrivain Jean Biès a tenu, entre juillet 1950 et décembre 2007, un journal intime dans lequel il relate ses rencontres, ses réflexions, son métier de professeur et son activité d'écrivain. Ce texte laisse apparaître sa quête personnelle, poétique et spirituelle, mais aussi son amour pour sa femme, dont l'entrée dans la maladie interrompt le cours de son écriture.

    Sur commande
  • Le talentueux écrivain-poète Jean Biès dût affronter sept ans durant la "maladie-sans-nom" qui frappa Rolande, son épouse, psychothérapeute jungienne réputée et "femme irradiante". De ce cauchemar, naitra le Deuil blanc, le poignant "Journal d'un accompagnant" de la maladie d'Alzheimer qu'il nous a laissé après sa propre mort. Au fil de ces "feuilles de déroute", teintées d'humour et de tendresse, le Deuil blanc se révèle un formidable chant d'amour.
    Celui d'un homme désespéré par le lent et noble déclin de celle qu'il aime au-delà de tout. Celui d'un homme démuni et dérouté devant la maladie qui évoque avec pudeur l'arrivée de la solitude, l'effacement de la mémoire, l'arrachement de cet alter ego et le "yoga des larmes" qu'il s'impose pour surmonter l'absence de celle qu'il avait décrit des années plus tôt comme "I'Initiatrice".

    Sur commande
  • Jean Biès livre ici quelques aperçus autobiographiques, poétiques et spirituels. De l'Algérie heureuse de son enfance au deuil de son épouse, se succèdent, se renforcent et s'éclairent les initiations d'un quotidien parfois dramatique qui finissent par faire la sagesse d'une vie. Ainsi ce livre propose-t-il à ses lecteurs un véritable viatique de sagesse au quotidien, une initiation à la portée de tous et de chacun.

    Sur commande
  • Il y a deux façons de voyager : se distraire, « faire du tourisme », et n'en rien retenir, ou cueillir en chaque lieu visité un enseignement, authentiquement « initiatique » celui-là, capable de nous transformer de l'intérieur et de nous faire entrevoir un autre degré de conscience.
    C'est cette seconde voie que Jean Biès a choisie, et à laquelle il nous convie à travers des paysages, des personnages, des moments singuliers : autant de supports de rêverie ou de méditation, dont l'humour n'est pas absent ; autant de choses vues ou vécues dont il fait l'« amplification ».
    Tout en nous conduisant alternativement en Orient, l'Inde surtout, et en divers pays d'Europe, il se laisse éclairer et vivifier, au long de ses cheminements, par le souvenir des grandes traditions spirituelles : hébraïque, chrétienne et soufie, indo-bouddhiste et taoïste.
    Feignant l'école buissonnière, Jean Biès suit en réalité un fil conducteur précis : l'alchimie de l'ombre et de la lumière, la quête des conciliations d'opposés, diversement retrouvées en filigrane à chaque étape, cette sagesse des complémentaires qui donne sens à nos destinées, et reflète ici-bas notre vraie patrie.
    Voici un ouvrage qui peut donner du sens à nos voyages, et faire que nos vacances deviennent l'occasion de nous éveiller à la grande Vacance, à la Vacuité Ultime où l'Être se repose dans la jubilation de soi-même.

    Sur commande
  • Les alchimistes

    Jean Biès

    • Oxus
    • 18 Avril 2007

    L'alchimie est bien une recherche de l'or mais, plus sûrement, de l'or que chacun possède en lui-même.
    Paulo coelho, auteur du récit " l'alchimiste ", a contribué récemment à populariser cette vérité originelle et à dégager l'alchimie de quelques faux-semblants. la nature de l'alchimie est à la fois matérielle et spirituelle. au travail sur la matière répond simultanément le travail sur soi. cette oeuvre d'âme est ainsi liée à des opérations techniques tendant à équilibrer les mouvements intérieurs et à assurer la métamorphose de l'être.
    Jean biès fournit les clefs de cette initiation dans un livre total où, à l'instar d'une enquête policière, il .s'attache à décrypter le mystère des origines et le sens symbolique du vocabulaire, explore les ouvrages révélateurs, scrute la personnalité d'alchimistes célèbres, surprend l'artiste au travail dans son " laboratoire ", exploite les étapes du grand oeuvre... partant de l'art royal égyptien, relayé par la grèce antique et l'alchimie arabe, il nous conduit jusqu'à l'époque moderne, où jung découvre que l'alchimie exprime les lois éternelles de la psychologie.

  • Les Présocratiques sont de retour.
    Ou plutôt ils font leur entrée dans un monde qui les avait à peu près ignorés jusque-là, faute de pouvoir les comprendre de l'intérieur. Cependant - et telle est la véritable originalité de ce livre - personne n'avait encore inscrit les Présocratiques dans l'ensemble des grandes traditions de l'humanité.
    À la lumière des cosmologies et des sagesses orientales - hindouisme, bouddhisme, taoïsme en particulier, dont Jean Biès est un familier - l'ouvrage explore pour la première fois dans leur véritable lumière ce que furent la mentalité, la vision du monde et les enseignements des Présocratiques, en en renouvelant ainsi, et de fond en comble, l'intérêt, et par delà même, l'avenir des « Humanités classiques ».
    /> Parmi eux, Empédocle - poète, médecin, thaumaturge - occupe une place de choix pour peu que l'on déchiffre sa vie à l'aide du symbolisme : sa « descente » parmi les hommes, ses « pouvoirs » chamaniques, son « enlèvement » miraculeux.
    Philosophe de la nature, Empédocle fonde son système sur des « Racines » et des « Principes » opposés et complémentaires, sur la corrélation du multiple et de l'Un, sur la doctrine des cycles cosmiques et sur le Sphaïros, divinité suprême, qui, tous, permettent d'inattendus rapprochements avec les « points de vue » de l'Asie.
    Maître spirituel, il transmet des méthodes initiatiques également proches de l'ascèse orientale, permettant la réminiscence des vies antérieures et fournissant les moyens d'échapper à la transmigration.
    L'ouvrage s'achève sur une traduction inédite et commentée des poèmes de l'Agrigentin : De la Nature et Purifications.

    Sur commande
  • L'initiatrice

    Jean Biès

    • Dauphin
    • 2 Novembre 1998
    Sur commande
  • Depuis 1993, la Cinémathèque française propose un double-programme de ce qu'on appelle le « cinéma bis » : péplums, épouvante, science-fiction, blaxploitation, karaté, gore, polars violents, érotisme, giallos, westerns italiens, sexy comédies, etc. Tout un cinéma des mauvaises pulsions. A chaque séance, un flyer est distribué. Ephéméras jetés après les séances, perdus, ces prospectus photocopiés n'ont jamais eu la vocation d'être conservés.
    Ce coffret BIS, publié pour les 20 ans de la programmation, propose l'intégralité des 400 flyers, en 5 volumes, rédigés, entre autres, par Jean-François Rauger, Olivier Père et Christophe Barathon.

empty