• Sur commande
  • Clarisse, très doucement.
    Mon ami, parlez-moi du Mexique. Parlez-moi des pyramides écroulées. Nous les relèverons ensemble. Parlez-moi de ce qui vous intéresse. Ce dieu Quoat-Quoat?.

    Amédée Le dieu Quoat-Quoat. Vous ne pouvez pas savoir, vous ne pourriez pas savoir, Clarisse, ce que cela peut entraîner pour moi de tremblements intérieurs, que je sois sur le point de voir et de toucher ce qui fut l'objet de tous mes instants, le principe de tous mes désirs, le dieu Quoat-Quoat, là-bas, dans son temple perdu, en dehors de l'Histoire, à l'écart de la politique comme un sommeil immobile oublié dans un lieu sauvage. Et maintenant, petite Clarisse, je vais la voir, cette tête couchée, cette pierre rouillée, dans un pays que les deux antiquités classiques ont rigoureusement ignoré.
    (Tableau premier)

    Sur commande
  • Sur commande
  • Le mal court

    Jacques Audiberti

    • Folio
    • 3 Octobre 1996
    Indisponible
  • Jacques Audiberti (1899-1956) fut greffier et journaliste de faits-divers. Influencé par Mallarmé et Breton, c'est un artificier du langage. Il en a utilisé toutes les ressources dans une oeuvre nombreuse ou l'on trouve poésies : L'Empire et la Trappe, Race des hommes, La Nouvelle Origine ; romans : Abraxas, Monorail, Des Jardins et des fleuves, et surtout du théâtre : L'Ampélour, Le Mal court, Le Cavalier seul, L'Effet Glapion, La Logeuse. Les historiettes de L'Opéra du monde ont été rééditées en Cahiers Rouges.

    Quand Jacques Audiberti dresse la généalogie des enfants naturels, il refait le monde dans un livre qui ressemble à une pochette-surprise.
    Si Dieu est un enfant naturel, Adam, « dont on trouva un spécimen, connu sous le nom de primate des Gaules, jusque dans la Haute-Marne, à Colombey », en est un autre. Sans oublier Joseph et Marie, et Jeanne d'Arc, « tout entière métissage météorique et double passeport ». Plus près de nous, Audiberti retouche le portrait des fils « parfaits, absolus », ces « orphelins phosphorescents » nommés Drieu la Rochelle, Malraux, Montherlant, Aragon. Au rayon de l'état-civil spirituel, Paul Valéry « paraît être né, tout cuit, de Mallarmé qui eût fait l'amour avec la charmante Racine », Mauriac a pour parents Maine de Biran et François de Sales, Jean Genet descend d'Orphée et d'Elisée-Reclus, Breton a hérité de Bossuet, et Sartre a « l'aveugle acharnement sans humour » de Pascal.
    On l'a compris, Les Enfants naturels (1956) est une fête de l'esprit, du gratuit ; les mots dansent, c'est un jeu de rôles lexical. Derrière ce joyeux désordre se profile une réflexion sur le temps, une pensée agile, risquée, restituant les pleins pouvoirs à la mythologie.
    Fantaisie chez Audiberti rime avec poésie.

    Sur commande
  • Abraxas

    Jacques Audiberti

    Sur commande
  • Pomme, Pomme, Pomme reprend, mais à contre-pied, l'aventure d'Adam et Eve. L'état d'innocence n'est pas supportable. Et le salut est dans la science. Dadou voudrait bien continuer à vivre de l'air du temps mais Vévette, son épouse, ne veut pas faire indéfiniment des dettes chez les commerçants. Le jeune ménage loue une chambre à un certain M. Zozo. Celui-ci, par le truchement d'une ronde et fraîche fillette, Pomme, enseigne à Dadou l'art de transformer en carburant l'eau. Tout compte fait, Zozo n'est qu'un prestidigitateur engagé par le père de Dadou pour donner à ce jeune homme le goût du travail. Mais saurons-nous jamais qui est au juste Zozo ! La Brigitta conte l'histoire d'une humble jeune fille prise en charge par un homme d'affaires plein d' idées. Elle devient une célèbre actrice de cinéma. Tout au long de sa vie l'accompagne une vieille, une énorme motocyclette qu'elle hérita de son père. Sur cette machine, elle voyape rêveusement tantôt vers l'avenir, tantôt vers le passé. L'action traverse la haute couture et nous conduit chez les guérisseurs. Bâton et Ruban, appuyé sur des documents historiques, expose les derniers jours du Maréchal de Vauban, illustre ingénieur épris du bien public et qui ne boudait pas les femmes, loin de là. Dans Boutique fermée, nous assistons au chassé-croisé de deux destinées. Une jeune femme, qui passait pour être une sainte, se jette dans le monde de la pègre, tandis qu'un bandit se transforme en petit saint. Le tout à l'ombre d'une vieille église et à la suite d'opérations esthétiques.

    Sur commande
  • Moliere

    Jacques Audiberti

    • L'arche
    • 13 Juin 1997
    Sur commande
  • La na

    Jacques Audiberti

    Sur commande
  • Nouvelle édition en 1987

  • Dans ce volume, les lecteurs d'Audiberti découvriront un aspect nouveau de l'art de l'auteur du Mal court. En effet, à côté de La Fourmi dans le corps, qui appartient au théâtre proprement dit, ils trouveront ici quelques oeuvres destinées à la radiodiffusion et qui sont construites, écrites, sur un rythme fort différent du rythme propre à Audiberti auteur dramatique. Des oeuvres comme Coeur à cuir, qui ouvre le volume, ou Le Soldat Dioclès, faites pour être dites, entendues, et non représentées, mettent en évidence avec plus de netteté encore que ne le font ses meilleures pièces, à quel point, pour Audiberti, «le théâtre est parole». La Fourmi dans le corps a pour cadre un extraordinaire couvent, mi-religieux, mi-mondain - en fait la mondanité l'emporte de fort loin sur la religion - et se déroule en un XVII siècle qui sent à la fois le fagot et le XVIII siècle. L'admirable chanoinesse Barthélemy de Pic-Saint-Pop et le libertin Roger Du Marquet mènent ce jeu comme un menuet, mais un menuet auquel Audiberti sait donner des allures de farandole. L'illustre Turenne y apparaît - déjà préoccupé d'un certain boulet...

    Sur commande
  • Pourquoi dans un «Cahier Paulhan» les seules lettres d'Audiberti ?
    C'est que, si le directeur de La NRF avait gardé toutes les lettres de son ami, il n'en était pas de même pour Audiberti. Celui-ci déménageait souvent, à la recherche d'une chambre, dans le Ve arrondissement, coupée du monde et du bruit... traînant son mal à vivre de l'une à l'autre, perpétuellement indécis, insatisfait, meurtri... laissant derrière lui courrier et poèmes.
    À vrai dire, on peut presque imaginer les réponses de Paulhan : ses encouragements ou ses reproches, ses enthousiasme ou ses critiques, ses conseils, ses refus... et son inlassable patience.
    D'ailleurs il a fort à faire, à déchiffrer des missives de quinze à vingt pages, griffonnées, raturées, dans un déferlement d'idées et un style baroque, ou à juger un roman dont la fin n'est pas écrite, dont le début manque, dont le milieu n'est pas le bon et dont l'ordre des chapitres doit changer. Mais l'écrivain se justifie, s'explique par le menu, dissèque ses hésitations, ses repentirs, ses tourments.
    Il faut encore ajouter qu'Audiberti dessine, avec aisance et une vigoureuse rondeur.
    Ainsi, toute l'oeuvre de l'écrivain passe par Jean Paulhan, dans ces lettres souvent bouleversantes où se mêlent soucis familiaux, projets, fantasmes, espoirs, remords, tout ce qui fait l'homme Audiberti.

    Sur commande
  • Roman délirant, {l'Opéra du monde} (1947) remonte la chaîne cosmogonique, métaphorique, de l'univers et croise l'un de ses plus brillants avatars: l'Homme. Empruntant à la mythologie, l'histoire, la géographie, la botanique, la chimie et la poudre des jours, il fait déborder le lit des phrases en neuf chants épiques, qui relèvent de ce que l'on pourrait nommer le "baroque automatique".

    Sur commande
  • Sur commande
  • Septieme

    Jacques Audiberti

    Sur commande
  • Carnage

    Jacques Audiberti

    Sur commande
  • La médecine se trouve amenée à s'attaquer, tout comme la philosophie et la théologie, aux problèmes que posent la vie humaine et l'existence même de toute vie.
    On peut avancer que, dans cet esprit, une conception cosmique et universelle de la médecine prévalut jadis, au temps des Pythagore et des Aristote.
    A partir de l'inévitable Descartes, et à la suite des démonstrations des médecins de la Renaissance, cette conception, peu à peu, céda la place à la préoccupation technique, concrète, qu'illustrèrent d'année en année, jusqu'aux jours actuels, des maîtres tels que Corvisart, Laënnec, Bichat, Pasteur.
    Mais la recherche concrète, technique, thérapeutique, si bien poursuivie par ces illustres " plombiers ", doit tenir compte, en ce moment, de l'évolution de la science en général, laquelle est conduite, au nom même de l'action positive qu'elle envisage, à s'exercer dans les domaines jusqu'ici réservés aux métaphysiciens.

    Les médecins ne sont pas des plombiers nous entretient de la possibilité, de l'éventualité d'une médecine qui, comme dans l'antiquité, comme aux époques scolastiques, mais avec de nouveaux moyens, se dilaterait, d'une part, aux dimensions d'une prise de conscience totale de l'univers et, d'autre part, s'accomplirait pratiquement. Cette dernière entreprise coïnciderait avec la précédente. Une prise de conscience totale de l'univers pourrait en effet amener les médecins à envisager la guérison, non seulement des hommes malades, mais de l'humanité elle-même, fût-ce par les voies paradoxales d'une mutation de l'espèce humaine ou, s'il le faut, de sa suppression.
    Dans le présent livre, la discussion d'idées tient moins de place que l'observation directe de la souffrance corporelle, telle que l'auteur en a recueilli les aspects dramatiques et variés dans les hôpitaux parisiens et, surtout, au chevet d'une jeune femme aux atroces infirmités.

    Sur commande
  • Marie dubois

    Jacques Audiberti

    Sur commande
  • Le deuxième volume du Théâtre d'Audiberti contient trois pièces importantes, tant par leur signification que par leurs dimensions. Ce sont La Fête noire, Pucelle, Les Naturels du Bordelais. La Fête noire se passe au XVlII siècle. Le sujet en est la bête du Gévaudan, qui égorgeait les plus belles filles du Languedoc. Monsieur Félicien est nommé général en chef par le roi pour chasser le monstre. Mais où est le monstre ? Qui est-il ? Ne serait-ce pas ce Félicien lui-même dont les yeux reflètent une tristesse si profonde ? Pucelle traite de Jeanne d'Arc (ou Joannine). Celle-ci avait un amoureux, clerc du nom de Gilbert, et une soeur, Jeannette. Dix ans après son supplice, Gilbert parcourt les campagnes avec une troupe de bateleurs qui joue un «mistère» sur la Pucelle. N'est-il pas miraculeux que Jeannette, actrice de fortune, soit vraiment brûlée vive, comme sa soeur, au dernier acte de la représentation ? Les Naturels du Bordelais, qui se passent de nos jours à Bordeaux, nous montrent Guy Loup de Glasouillé-Donju acquitté d'un crime (il aurait étranglé sa maîtresse). Les femmes de Bordeaux sont toutes amoureuses de lui. Il se débat dans ses désirs et dans ces tendresses qui le poursuivent même en rêve.

    Sur commande
  • Theatre - vol03

    Jacques Audiberti

    Ce troisième tome du Théâtre d'Audiberti est composé de deux pièces en trois actes : La Logeuse et Opéra parlé, d'une pièce en un acte Le Ouallou, et d'un thème lyrique, Altanima. La Logeuse raconte une curieuse histoire : l'emprise que Mme Cirqué, une belle personne, exerce sur les hommes qui l'entourent, qu'il s'agisse de son mari, de ses locataires et même de son gendre. Tout le monde est amoureux d'elle, mais amoureux jusqu'au suicide, jusqu'à l'hallucination, jusqu'au crime. La police elle-même ne résiste pas au sortilège de Mme Cirqué. Et le fonctionnaire chargé de la faire interner, le seul homme qui la dominât, et qu'elle allait aimer à la folie, voilà qu'il succombe à son tour ! Mais le charme qui liait les autres semble rompu. Sont-ils délivrés ? Non. Quelle que doive être leur vie, ils porteront en eux jusqu'au bout le poison de la moderne Circé. Opéra parlé se situe dans un Moyen Âge plus vrai que nature. Le personnage principal est une jeune fille, la Hobereaute qui, en pleine chrétienté, détient le mystérieux pouvoir des Druides. Cela ne l'empêchera pas de connaître l'amour et de le connaître tragiquement. Dans Le Ouallou, nous assistons à une bien réjouissante ronde administrative. Il s'agit de chefs de la police qui se succèdent à un rythme étourdissant, pour finir tous au ouallou, c'est-à-dire au cachot. Enfin, Altanima nous propose le classique conflit du rêve et de l'action chez le poète Torquato Tasso dans l'Italie guerrière et artiste de la Renaissance.

    Sur commande
  • La poupee

    Jacques Audiberti

    Sur commande
  • Sur commande
  • Cent jours

    Jacques Audiberti

    Sur commande
empty