• Glenn gould pluriel

    Guertin Ghislaine

    • Momentum
    • 15 Novembre 2007

    Dès son jeune âge, Glenn Gould décide d'une carrière de concertiste qui sera de courte durée. Il connaît sa polyvalence et sait qu'il pourrait être à la fois critique, essayiste et compositeur. Son intention première est de réaliser des enregistrements à la hauteur de ses aspirations et, plus tard, de se consacrer à la direction d'orchestre. Sa mort (le 4 octobre 1982) laissera son rêve inachevé... On comprendra l'immense héritage que ce musicien a voulu léguer à ses auditeurs-lecteurs en leur faisant découvrir, par la voie de la création, un univers de transcendance et de sérénité.

    Sur commande
  • Glenn Gould a toujours souhaité devenir écrivain. Il est l'auteur de plusieurs articles théoriques sur la musique et a signé des documentaires tant pour la radio que pour la télévision. Sa correspondance témoigne de son vif intérêt pour un autre genre d'écriture propre à satisfaire davantage ses exigences d'une communication authentique. Les lettres de Gould révèlent les liens privilégiés qu'il entretient avec sa famille, ses amis et ses collaborateurs ainsi que la pensée et le vécu de l'homme et de l'artiste. Qui est-il en réalité ? Un chef d'orchestre, un compositeur, un écrivain ou un pianiste ? Le sens de sa fécondité ne se manifeste pas seulement dans la diversité et le nombre d'oeuvres accomplies, mais plutôt dans son processus créateur. Sa correspondance permet d'accéder à la polyvalence du musicien et à la diversité de son oeuvre. Grâce à elle, le lecteur comprendra les préoccupations morales et intellectuelles qui accompagnent ce génie universel, ses interrogations, ses doutes et ses aspirations. Elle laisse surtout entrevoir l'héritage immense que ce musicien a légué à ses auditeurs-lecteurs.

    Sur commande
  • Dès son jeune âge, Glenn Gould décide d'une carrière de concertiste qui sera de courte durée. Il connaît sa polyvalence et sait qu'il pourrait être à la fois critique, essayiste et compositeur. Son intention première est de réaliser des enregistrements à la hauteur de ses aspirations et, plus tard, de se consacrer à la direction d'orchestre. Sa mort (le 4 octobre 1982) laissera son rêve inachevé... On comprendra l'immense héritage que ce musicien a voulu léguer à ses auditeurs-lecteurs en leur faisant découvrir, par la voie de la création, un univers de transcendance et de sérénité.

    Sur commande
  • Peut-on concevoir un milieu aussi propice aux malentendus et au déchaînement des passions que celui de la critique musicale ?
    Sa nature, son fondement et ses limites demeurent des sources inépuisables de débats. C'est encore plus vrai en ce qui concerne les virtuoses et, plus près de nous, dans le cas de Glenn Gould.
    Que de tensions et de malentendus suscités par le caractère inédit de l'interprétation de Gould ! Que de frustrations et de satisfactions provoquées par son expérience musicale !
    Le cas Glenn Gould fournit assurément un matériau pertinent pour comprendre les différentes stratégies déployées par la critique musicale en présence de l'art inouï d'un virtuose.
    La critique musicale, maintes fois décriée pour ses erreurs d'appréciation et de jugement, est pourtant nécessaire. Mais comment la lire et comment reconnaître celle qui vaut la peine d'être lue ?

empty